Victorin de Joncières

compositeur français
Victorin de Joncières
Image dans Infobox.
Portrait photographique de Victorin de Joncières par Nadar.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Père
Enfants
Autres informations
Mouvement
Maîtres
Genres artistiques
Distinction
Victorin de Joncières - tombe.jpg
Vue de la sépulture.

Félix-Ludger Rossignol de Joncières dit Victorin [de] Joncières, né le à Paris où il est mort dans le 1er arrondissement le , est un compositeur et critique musical français.

BiographieModifier

Fils de l'avocat et journaliste Auguste-Félix de Joncières et de Françoise Victorine Cazeaux (1817-1839), Joncières étudie d'abord la peinture, avant de s'apercevoir qu'il était fait pour la musique. Il s'inscrit dès lors au Conservatoire de Paris et suit en amateur les cours d'Aimé Leborne.

À vingt ans, il compose une opérette pour une représentation devant des étudiants, qui obtient un réel succès auprès des critiques. Aussi, il poursuit plus sérieusement l'étude de la musique avec Antoine Elwart, puis Leborne. Sa passion pour Richard Wagner l'amène à prendre des positions qui ne plaisent pas à tout le monde et il quitte l'école avec éclat.

En février 1867, le jeune compositeur fait ses véritables débuts à la scène en donnant au Théâtre-Lyrique un grand opéra en trois actes, Sardanapale. Il est suivi des opéras cités ci-dessous.

Entre et , il est chroniqueur musical à La Liberté sous le pseudonyme de Jennius et il soutient dans ses articles César Franck et son ami de jeunesse Emmanuel Chabrier.

Très susceptible et impulsif, il accepte mal les déceptions : symphoniste peu apprécié, dramaturge discuté et candidat refusé à l'Institut.

Marié à Louise Jenny Berliner, il a deux fils, le peintre Léonce de Joncières et l'homme de presse André de Joncières.

Il est enterré au cimetière de Montmartre à Paris.

Ses œuvresModifier

Opéras
Musique pour orchestre
  • Musique de scène pour Hamlet (Nantes, )
  • Symphonie romantique (Paris, )
  • Concerto pour violon (Paris, )
  • La Mer, ode symphonique (1881)

SourcesModifier

  • Joël-Marie Fauquet (dir.), Dictionnaire de la musique en France au XIXe siècle, Fayard, 2003 (ISBN 2-213-59316-7).
  • Theodore Baker et Nicolas Slonimsky (trad. de l'anglais par Marie-Stella Pâris, préf. Nicolas Slonimsky), Dictionnaire biographique des musiciens [« Baker's Biographical Dictionary of Musicians »], t. 2 : H-O, Paris, Robert Laffont, coll. « Bouquins », (réimpr. 1905, 1919, 1940, 1958, 1978), 8e éd. (1re éd. 1900), 4728 p. (ISBN 2-221-06787-8), p. 1990.
  • Nicolas Deshoulières, L’Œuvre critique et musicale de Victorin Joncières (1839-1903), thèse de doctorat sous la direction de J.-P. Bartoli, Paris-Sorbonne, 1151 p., 2018.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :