Ouvrir le menu principal

Victor Jean Desmeures

Victor Jean Desmeures
Naissance
Décès
1978
Paris
Nationalité
Drapeau : France Française
Activité
Artiste peintre, lithographe, designer en tissus
Formation
Maître
Distinctions

Victor Jean Desmeures est un artiste peintre, lithographe et designer en tissus français né à Lyon le 18 mars 1895, mort à Paris en 1978. Il est également, mais rarement, cité sous le nom de Jean-Victor Desmeures, tel que gravé sur sa sépulture au cimetière du Père-Lachaise.

BiographieModifier

 
Cimetière du Père-Lachaise, division 89, sépulture de Victor Jean Desmeures

D'abord élève de l'École des beaux-arts de Lyon, Victor Jean Desmeures est à l'Académie Ranson de Paris, en même temps qu'Alexandre Garbell, élève de Roger Bissière qui y enseigne la peinture et le dessin à partir de 1923. Sociétaire du Salon d'automne où il expose régulièrement à partir de 1924, il participe également au Salon des Tuileries et est en 1925, avec les peintres Charles Sénard et Pierre Combet-Descombes, l'un des membres fondateurs du Salon du Sud-Est de Lyon[1].

Après un concours d'affiches lancé en 1928, auquel répondent 233 candidats et qu'il remporte[2], Victor Jean Desmeures est en 1931 l'auteur de l'affiche lithographique Le Tour du monde en un jour éditée par Robert Lang pour l'Exposition coloniale internationale[3]. « Desmeures, observe-t-on, présente l'Empire sous la forme symbolique de quatre visages - l'Indochine, l'Afrique du Nord, l'Afrique subsaharienne et l'Amérique - réunis sous le drapeau unificateur de la France (le drapeau tricolore surmonte la silhouette d'un minaret à l'arrière-plan gauche, la silhouette du temple d'Angkor lui faisant pendant à l'arrière-plan droite). Les traits simplifiés à l'extrême du dessin excluent l'idée du portrait, la couleur donnant une unique valeur à la différence. L'encadrement Le Tour du monde en un jour rappelle l'écrit de Jules Verne »[2].

Une aquarelle gouachée datée de cette même année 1931, située à La Ferté-sous-Jouarre et signée d'André Planson, répertoriée dans la collection du peintre Jules Cavaillès, représente Victor Jean Desmeures en compagnie de son épouse[4]. De cette dernière, nous savons qu'elle est appelée « Ninette » et qu'elle est la cousine germaine d'Hélène Gros-Coissy, épouse de l'écrivain Alexandre Vialatte qui, proche ainsi de Desmeures, l'évoque comme contributeur à l'illustration de son œuvre[5].

En 1947, Victor Jean Desmeures s'intéresse aux arts appliqués, dessinant et peignant des projets de tissus[6].

Son œuvre peint comprend des portraits familiaux (sa mère, sa sœur aînée Germaine, ainsi que des autoportaits), des natures mortes et des paysages qui énoncent les lieux essentiellement fréquentés : Paris (les quais de Seine, le canal Saint-Martin, la cathédrale Notre-Dame de Paris, le bois de Boulogne), les départements de Seine-et-Marne (Jouarre, La Ferté-sous-Jouarre, Reuil-en-Brie) et de l'Aisne (Pavant), la Normandie (Cabourg), la Bretagne (Damgan, Kérity, Le Guilvinec, Le Pouldu, le phare d'Eckmühl et les rochers de Saint-Guénolé à Penmarch)[6].

Mort en 1978, Victor Jean Desmeures repose avec sa sœur Germaine (1892-1969) dans la même sépulture que Georges Hirsch au cimetière du Père-Lachaise, 89e division. Le nom gravé sur la sépulture est « Jean-Victor Desmeures ».

ExpositionsModifier

Réception critiqueModifier

  • « Paysagiste, il a surtout peint les environs de sa région natale qu'il traite avec des nuances subtiles, en demi-teintes et voilés des brumes qui caractérisent le climat lyonnais. » - Dictionnaire Bénézit[1]
  • « Echoing the colonial sensibility of British images, the french painter Victor Jean Desmeures's poster publiczing the exhibition, captioned Round the world in one day, displays caricatured stereotypes of non Europeans, most prominently in the face of the Asian in the foreground. His furtive glance is suggestive of European's view of Asians as "inscrutable". Desmeures used a basic palette of bold, flat colours to differentiate betweem the citizens of the different parts of the French Empire in a schematic and ornemental way. Again, the Art Deco tendency to emphasize decorative form at the expense of substance is evident here. » - Stephen J. Eskilson[8]

Collections publiquesModifier

FranceModifier

LithographieModifier

Fresques muralesModifier

AllemagneModifier

DistinctionsModifier

  • Médaille d'or, Exposition universelle de 1937.

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, tome 4, page 494.
  2. a b et c Musée des Années Trente, Collections du musée - Dossier pédagogique.
  3. a et b Stéphanie Cabanne, « Le Tour du monde en un jour », une exposition coloniale, L'Histoire par l'image, avril 2008
  4. Ader, Nordmann et Dominique, catalogue du fonds Cavaillès, 14 mars 2012
  5. Alexandre Vialatte et Henri Pourrat, De Paris à Héliopolis - Correspondance, tome 5 : mars 1935 - juillet 1939, Presses universitaires Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2008.
  6. a et b Rémy Le Fur, commissaire-priseur à Paris, Catalogue de la vente de l'atelier Victor Jean Desmeures, Hôtel Drouot, 23 janvier 2019.
  7. Marius Mermillon et Charles Dugas, XXIIIe Salon du Sud-Est, 25 novembre 1950 - 7 janvier 1951, catalogue, Union régionale des arts plastiques, Lyon, 1950
  8. Stephen J. Eskilson, Graphic design : a new history, Yale University Press, 2007.
  9. Musée de l'Armée, Paris, Victor Jean Desmeures dans les collections
  10. Musée de l'histoire de l'immigration, L'exposition coloniale de 1931

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Charles-Robert Ageron, « L'exposition coloniale de 1931 », in Pierre Nora, Les lieux de mémoire (tome 1 : La République), Gallimard, 1984.
  • Raoul Girardet, L'idée coloniale en France, collection « Pluriel », Hachette, 1986.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Martin Wolpert et Jeffrey Winter, Modern figurative paintings - The Paris Connection, Schiffer Publishing Ltd, 2004 (présentation en ligne).
  • Stephen J. Eskilson, Graphic design : a new history, Yale University Press, 2007.
  • Tim Benton (en), Manuel Fontán del Junco et María Zozaya, El Gusto moderno - Art Deco en París, 1910-1935, Fundación Juan March, Madrid, 2015.

Liens externesModifier