Victor Dourlen

compositeur français

Victor-Charles-Paul Dourlen, né le à Dunkerque et mort le à Paris, est un compositeur français.

Victor Dourlen
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 83 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Maîtres
Genre artistique
Distinction
Prix de Rome ()Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Victor Dourlen entre au Conservatoire de Paris en 1799, à l'âge de 19 ans, où il est l'élève de Benoit Mozin, puis de François-Joseph Gossec et de François-Adrien Boieldieu. Il y devient professeur de chant élémentaire en 1800. Présenté au concours de Rome par ses professeurs, en 1805, il remporte le premier grand prix de Rome de composition musicale avec sa cantate Cupidon pleurant Psyché. Il est nommé professeur d'harmonie en 1812 et le restera jusqu'en 1842. Dourlen forma notamment Ambroise Thomas, Boïeldieu fils, François Bazin, Henri Herz, Antoine François Marmontel ou encore Besozzi, Henri Verley...

Dourlen est surtout connu en tant que théoricien et ses traités d’harmonie basés sur les méthodes de Catel ont longtemps servi de référence, notamment son Traité d’harmonie (1838), son Traité d’accompagnement pratique (1834) ainsi que sa Méthode élémentaire pour le piano-forte.

CompositionsModifier

Comme compositeur, on lui doit plusieurs cantates parmi lesquelles on relève Alcyone (1804) et neuf opéras, dont huit ont été créés au Théâtre Feydeau :

  • Philoclès (1806)
  • Linée ou la Mine de Suède (1808)
  • La Dupe de son art (1809)
  • Cagliostro ou les Illuminés (1810)
  • Plus heureux que sage (1816)
  • Le Frère Philippe, avec Auguste Duport (1818)
  • Marini ou le Muet de Venise (1819)
  • La Vente après décès (1821)
  • Le Petit Souper (1822)

Il a également composé un Premier Concerto, un Trio pour piano, violon et basse, un ensemble de Sonates faciles, un Pot-pourri sur les airs de Jean de Paris, des chansons et des romances ainsi que des fantaisies.

AnecdoteModifier

Lors de son séjour à la Villa Médicis, effectué entre juillet 1805 et juillet 1810, Victor Dourlen rencontra parmi les autres pensionnaires le peintre Dominique Ingres. Celui-ci peignait en 1808 Œdipe explique l'énigme du Sphinx (Musée du Louvre) et la même année réalisa un portrait de Dourlen.

Liens externesModifier