Ouvrir le menu principal

Vicq-sur-Gartempe

commune française du département de la Vienne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vicq.

Vicq-sur-Gartempe
Vicq-sur-Gartempe
L'église Saint-Léger, en 2013.
Blason de Vicq-sur-Gartempe
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Canton Châtellerault-3
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Grand Châtellerault
Maire
Mandat
Pascal Bernard
2016-2020
Code postal 86260
Code commune 86288
Démographie
Gentilé Vicquois
Population
municipale
615 hab. (2016 en diminution de 9,69 % par rapport à 2011)
Densité 19 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 43′ 18″ nord, 0° 51′ 42″ est
Altitude Min. 57 m
Max. 142 m
Superficie 33,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Poitou-Charentes

Voir sur la carte administrative de Poitou-Charentes
City locator 14.svg
Vicq-sur-Gartempe

Géolocalisation sur la carte : Vienne

Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Vicq-sur-Gartempe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vicq-sur-Gartempe

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vicq-sur-Gartempe
Liens
Site web vicq-sur-gartempe.fr

Vicq-sur-Gartempe est une commune du Centre-Ouest de la France, située dans le département de la Vienne (région Nouvelle-Aquitaine).

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située dans l'est[1] du département, à la limite avec les départements de l'Indre et d'Indre-et-Loire.

Les communes limitrophes[1] et chefs-lieux[1] sont : Angles-sur-l'Anglin (4 km), Saint-Pierre-de-Maillé (5 km), Néons-sur-Creuse (6 km), Yzeures-sur-Creuse (7 km), Pleumartin (8 km), La Roche-Posay (8 km), Châtellerault (26 km), Montmorillon (33 km) et Poitiers (42 km).

Hameaux et lieux-ditsModifier

Les hameaux[2] et lieux-dits[2] de la commune sont : Champfouché, la Bergerie et l'Étranglar.

Géologie et hydrographieModifier

Le territoire communal est arrosé par la rivière Gartempe[2].

ClimatModifier

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

D’une manière générale[3], le temps est assez sec et chaud pendant l’été, moyennement pluvieux en automne et en hiver avec des froids peu rigoureux.

La température moyenne est de 11 °C. Juillet est le mois le plus chaud (maximale absolue 40,8 °C en 1947). Janvier est le mois le plus froid (minimale absolue – 17,9 °C en 1985). 9 °C à peine sépare les moyennes minimales des moyennes maximales (cette séparation est de 6 °C en hiver et de 11 °C en été). L’amplitude thermique est de 15 °C.

Voies de communication et transportsModifier

La commune est desservie par les routes départementales[4] : 5, 11, 11G et 14.

La gare ferroviaire la plus proche est la gare de Châtellerault[4], à 28 km.

L'aéroport le plus proche est l'aéroport de Poitiers-Biard[4], à 53 km.

Le territoire communal est traversé par le sentier de grande randonnée 48[2].

ToponymieModifier

Ses habitants sont appelés les Vicquois[5].

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

La commune dépend de l'arrondissement de Châtellerault, du canton de Châtellerault-3, de la quatrième circonscription de la Vienne et de la communauté de communes des Vals de Gartempe et Creuse.

Elle dispose d'un bureau de poste[6].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2014 Bernard Jacob[7],[8] ? ?
Mars 2014 23 avril 2016 Didier Boulanger ? ?
4 mai 2016 En cours Pascal Bernard ? ?
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 615 habitants[Note 1], en diminution de 9,69 % par rapport à 2011 (Vienne : +1,78 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4711 4921 7091 6741 8331 8691 7761 8261 876
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 9071 8391 6941 6061 5371 5161 5221 4401 467
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3841 4601 4401 2701 2611 2791 2151 1891 161
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 1051 014893756668715720681615
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

L'agriculture est l'une des économies de la commune, même si les surfaces agricoles utilisées ont diminué et sont passées de 3 017 hectares en 2000 à 2 642 hectares en 2010. 37 % sont destinées à la culture des céréales[Note 2], 11 % pour les oléagineux[Note 3], 20 % pour le fourrage et 27 % reste en herbe. En 2000, quatre hectares étaient consacrés à la vigne. Il ne reste plus que vingt-trois exploitations[13] agricoles en 2010 contre quarante-huit en 2000. Dix-sept exploitations en 2010 (contre vingt-quatre en 2000) abritent un élevage de bovins (2 339 têtes en 2010 contre 1 972 en 2000). Trois exploitations en 2010 (contre huit en 2000) abritent un élevage d'ovins (544 têtes en 2010 contre 1 315 têtes en 2000).

L'élevage de volailles[13] a disparu au cours de cette décennie (371 têtes réparties sur 19 fermes en 2000).

Population et sociétéModifier

La commune possède comme lieu d'enseignement[14] une école primaire publique. Le collège public (Léon-Huet) de secteur[15] se trouve à La Roche-Posay. Elle dispose aussi d'une salle des fêtes.

Chaque année ont lieu la « Fête des battages » et la « Nuit romane ».

Culture locale et patrimoineModifier

 
L’intérieur de l'église Saint-Léger, en 2013.
  • Château de La Brosse : il est inscrit comme monument historique depuis 1990 pour l'escalier, l'élévation, et la toiture.
  • Église Saint-Léger (XIIe siècle) : le chœur, le clocher et la façade datent probablement de la 2e moitié du XIIe siècle, tandis que la nef, qui comporte trois travées, serait, elle, du XIIIe siècle. Les vitraux du chœur, portent la date de 1894, date à laquelle ont dû s'achever des travaux de restauration, concernant en particulier la toiture et la couverture du clocher (les tuiles plates ont alors été remplacées par des ardoises). De nouveaux travaux engagés de 2012 à 2013 ont notamment permis de découvrir en haut du chœur quelques restes de fresques du XIIe siècle, ainsi qu'une litre funéraire datant probablement du XVe siècle. Elle est inscrite comme monument historique depuis 1935.
  • Presbytère : des inscriptions commémoratives du XVIIe siècle sont visibles dans le presbytère.
  • Monument aux morts.
  • Vieux pont enjambant la Gartempe.
  • Villa des Iles : la villa date de 1906, et est inscrite depuis 2010 comme monument historique.

Héraldique, logotype et deviseModifier

  Blason Tiercé en chevron renversé : au premier de gueules à la charrue d'argent, au deuxième d'or plain, au troisième d'azur aux deux gerbes de blé d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  2. Blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs.
  3. Un quart des sols en colza et trois quart en tournesol.

RéférencesModifier

  1. a b et c Site de Lion 1906 : Vienne, consulté le 18 septembre 2012.
  2. a b c et d Site du Géoportail : Vicq-sur-Gartempe, consulté le 15 décembre 2013.
  3. Livret simplifié de la carte des pédopaysages de la Vienne – Novembre 2012, édité par la Chambre d’Agriculture de Poitou-Charentes
  4. a b et c Site de ViaMichelin : Vicq-sur-Gartempe, consulté le 14 décembre 2013.
  5. « Nom des habitants des communes françaises, Vicq-sur-Gartempe », sur le site habitants.fr de la SARL Patagos (consulté le 1er janvier 2012).
  6. Site de La Poste : Un bureau de poste, consulté le 22 août 2012.
  7. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2001, consulté le 18 février 2013.
  8. Site du ministère de l'Intérieur : Résultats des élections municipales de 2008, consulté le 28 novembre 2009.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. a et b Site de la direction Régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Foret de Poitou-Charentes : Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne.
  14. Site du ministère de l'Éducation nationale : Vicq-sur-Gartempe, consulté le 25 août 2012.
  15. Site du collège Léon Huet, consulté le 25 août 2012.