Ouvrir le menu principal

Vicente Pastor
Image illustrative de l’article Vicente Pastor
L'Illustration, 1898
Présentation
Nom de naissance Vicente Pastor Y Durán
Apodo Vicente Pastor
Naissance
Madrid
Décès (à 87 ans)
Madrid
Nationalité Espagnol
Carrière
Alternative 21 septembre 1902 à Madrid
Parrain, Luis Mazzantini
Invention la cruceta (petite croix) du verdugo
Fin de carrière 1918

Vicente Pastor y Durán couramment appelé « Vicente Pastor » né à Madrid, dans le quartier populaire des Embajadores le , mort dans cette même ville et dans ce même quartier le [1], était un matador espagnol.

Sommaire

PrésentationModifier

Robert Bérard présente ainsi le futur maestro :

« Revêtu de sa blouse d'atelier, dès 1894, Vicente courait partout où il pouvait se croiser avec des novillos, des toros emboulés pour amateur, et fréquentait toutes les placitas (petites arènes) des environs de Madrid. L'enfant à la blouse (el chico de la blusa) garda ce surnom pendant ses premières années de novillero[2]. »

Vicente Pastor travaillait dans un atelier de réparation de voitures. Dans les arènes de la rue d'Aragon, il participait à des novilladas et il toréait avec sa blouse d'atelier, d'où son surnom[1]. Selon Paul Casanova et Pierre Dupuy qui ont sélectionné cinquante toreros “pour l'histoire”, « il est difficile de ne pas retenir Pastor dans ce classement, malgré ses débuts difficiles, sa carrière besogneuse construite pas à pas, et son apparence rustique, voire rustre[3]. »

Les débuts et la gloireModifier

Torero professionnel à partir de 1895, il avait acquis une notoriété suffisante en 1901 pour prendre l'alternative à Madrid en 1902. Cependant, les impresarios le maintinrent à l'écart : pendant cinq ans, il toréa à peine 40 fois[4]. Ce n'est qu'à partir de 1907, de retour du Pérou où il avait triomphé, qu'il retint l'attention de l'empresa Mosquera, impresario de Machaquito et de Bombita, qui s'était brouillé avec ses deux toreros vedettes (Machaquito et Bombita demandaient à être payés deux fois plus cher lorsqu'ils affrontaient des Miuras)[1].

De 1910 à 1913, Pastor fut, avec El Gallo (Rafael Gómez Ortega), un des deux matadors les plus fêtés de Madrid[4], jusqu'à l'apparition de Joselito et de Juan Belmonte qui détournèrent de lui l'attention du public. Pastor s'est coupé la coleta le . Mais il sera encore pendant des plusieurs années, assesseur technique à la présidence des arènes de Las Ventas de Madrid.

Son succès en France est notable. Il a triomphé à Arles le , à Nîmes le , à Bayonne le et le [5].

Le styleModifier

Le toreo de Vicente Pastor était d'un stoïcisme sévère qui contrastait avec le style andalou. On l'avait surnommé « le soldat romain » à Séville, où pourtant il reçut la troisième oreille attribuée à la Maestranza, après Joselito et Juan Belmonte[3].

Son toreo manquait d'effets artistiques, mais il se rattrapait par des estocades longuement préparées les estocanazos ou grands coups d'épée. Avec des naturelles dures, il cherchait l'efficacité et non la beauté plastique. Dominateur, doué d'une volonté de fer, Pastor est à classer dans la lignée de Frascuelo (surnommé « Le Matador de bronze »)[6].

Au cours de sa carrière en Europe, Vicente Pastor a participé à 407 corridas et tué 981 taureaux.

CarrièreModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b et c Casanova et Dupuy 1991, p. 62.
  2. Bérard 2003, p. 728.
  3. a et b Casanova et Dupuy 1991, p. 63.
  4. a et b Lafront 1950, p. 199.
  5. Bérard 2003, p. 729.
  6. Lafront 1950, p. 123 et 199.

BibliographieModifier

  • Paul Casanova et Pierre Dupuy, Toreros pour l'histoire, Besançon, La Manufacture, (ISBN 2737702690).
  • Robert Bérard (dir.), Histoire et dictionnaire de la Tauromachie, Paris, Bouquins Laffont, (ISBN 2221092465).
  • Auguste Lafront, Encyclopédie de la corrida, Paris, Prisma, .

Voir aussiModifier