Ouvrir le menu principal

Viaduc des Farges
Géographie
Pays France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Corrèze
Commune Meymac
Coordonnées géographiques 45° 32′ 54″ N, 2° 06′ 36″ E
Fonction
Franchit les ruisseaux du Cheny et du Cloup
Fonction Pont-rail (viaduc)
Caractéristiques techniques
Type Pont en arc
Longueur 210 m
Hauteur 34 m
Construction
Construction 1882
Mise en service 8 octobre 1883
Gestion
Concessionnaire SNCF
Historique
Anciens noms viaduc de Meymac

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Viaduc des Farges

Géolocalisation sur la carte : Limousin

(Voir situation sur carte : Limousin)
Viaduc des Farges

Géolocalisation sur la carte : Corrèze

(Voir situation sur carte : Corrèze)
Viaduc des Farges

Le viaduc des Farges (dit aussi « viaduc de Meymac ») est un viaduc français de la ligne du Palais à Eygurande - Merlines (Limoges-Tulle) qui permet le franchissement d'une vallée constituée des ruisseaux du Cheny et du Cloup, à Meymac dans le département de la Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Le viaduc contient 11 arches.

Sommaire

Situation ferroviaireModifier

Établi à 708 mètres d'altitude, le viaduc des Farges est situé au point kilométrique (PK) 477,503 de la ligne du Palais à Eygurande - Merlines, entre le tunnel de Puy-Richard et la gare de Jassonneix[1].

HistoireModifier

Le , des résistants francs tireurs et partisans français firent sauter le viaduc à l'explosif au passage d'un train remorqué par la 141 TA 412 transportant des armes et du matériel de l'armée allemande en provenance de Limoges. Le convoi fut précipité dans le vide d'une hauteur de 35 mètres. Il n'y eut aucune victime.

VidéoModifier

Découvrez en vidéo au drone le viaduc des Farges. Vidéo réalisée en novembre 2015. https://www.youtube.com/watch?v=Bm_9D4H6K5g

CaractéristiquesModifier


Notes et référencesModifier

  1. Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 601 à 990, vol. 2, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-44-0), « [713/2] Eymoutiers - Eygurande-Merlines », p. 73.

Voir aussiModifier