Ouvrir le menu principal
Progression avec une double longe sur un câble, sur une via ferrata de Savoie Grand Revard.

La via ferrata (de l'italien « voie ferrée »[1]) est un itinéraire aménagé dans une paroi rocheuse, équipé avec des éléments métalliques spécifiques (câbles, échelles, rampes, etc.) destinés à faciliter la progression. La sécurité est optimale grâce à une ligne de vie qui permet l'auto assurage des pratiquants.

La via ferrata est également la pratique sportive sur ce type d'itinéraire, une activité intermédiaire entre randonnée pédestre et escalade. Les pratiquants de cette activité sont appelés les ferratistes[2].

La via cordata (voie encordée), appelée aussi via corda, constitue une entrée similaire dans le monde de la verticalité : c'est un mix d'escalade, de randonnée et de via ferrata. Les passages à escalader sont munis d'ancrages facilitant l'assurage d'une progression encordée, ce qui la distingue de la via ferrata.

Sommaire

HistoriqueModifier

 
Via ferrata sur le rocher Saint-Julien à Buis-les-Baronnies (Drôme).

La première via ferrata à vocation touristique est créée par Friedrich Simony au Hoher Dachstein dans les Préalpes autrichiennes en 1843[3],[4]. Après avoir réalisé l'ascension du sommet du Dachstein, il décide d'équiper la voie[4]. L'équipement de la voie est achevé le 27 août 1843[4]. Friedrich Simony réalise la première ascension le 2 septembre 1843[4]. S'inspirant des techniques autrichiennes, l'armée italienne développe cette activité dès le début du XXe siècle en équipant certains passages escarpés des Dolomites avec des mains courantes et des échelons pour permettre aux troupes alpines de traverser ces passages avec du matériel lourd[5]. Ces installations se multiplient au sein de nombreux massifs montagneux européens à partir des années 1950 jusqu'au milieu des années 1980 où apparaissent les premiers itinéraires de basse altitude s'adressant au grand public[3].

La première via ferrata française date de 1988[6]. Dans les années 1990 la pratique s'est largement popularisée en France et en Suisse. En particulier, certaines stations de sports d'hiver en quête de nouveaux débouchés en saison estivale[3] ont développé le tourisme sportif en créant des parcours privilégiant les passages à haut surplomb et les franchissements de murs raides.

Les via cordata empruntent des itinéraires vertigineux comme pour les via ferrata mais l'équipement des falaises est plus sommaire : il n'y a pas de ligne de vie permanente, mais uniquement des broches ou spits, ce qui la rapproche de l'escalade. Des cordes sont posés par le premier de cordée sinon la progression se fait à corde tendue, comme pour les courses en montagne. On y pratique aussi de la descente en rappel. Il faut progresser en cordée de 2 minimum, le plus expérimenté grimpant en tête afin de placer la corde dans les broches. Des marches et barreaux sont scellés aux passages les plus délicats et l'itinéraire peut également être équipé de ponts de singe, tyroliennes...

Les parcours aventure en hauteur dits « accrobranches » adoptent la même technique d'assurage que les via ferrata : ligne de vie sur laquelle le pratiquant s'assure à l'aide d'une longe en Y.

Niveaux de difficultéModifier

Les vie ferrate[7] sont cotées en France et en Suisse par niveau de difficulté :

  • F : facile
  • PD : peu difficile
  • AD : assez difficile
  • D : difficile
  • TD : très difficile
  • ED : extrêmement difficile

Ces notations sont parfois suivies d'un + ou d'un - (ex: F + ou TD -) pour préciser la difficulté.

Les voies F et PD peuvent être pratiquées par les enfants, même jeunes, équipés d'un matériel d'assurage spécifique. Les voies TD et ED ne sont jamais très techniques, mais demandent par contre une bonne résistance à l'effort et une certaine force.

En Autriche, en Allemagne, elles sont cotées :

  • A = facile
  • A/B
  • B = peu difficile
  • B/C
  • C
  • C/D = difficile
  • D
  • D/E = très difficile
  • E
  • E/F = extrêmement difficile

La via ferrata est accessible à toute personne en bonne condition physique et non sujette au vertige.

Le matériel de via ferrataModifier

Tout pratiquant ne peut s'engager dans la voie qu'avec un matériel indispensable :

 
Une longe en Y de via ferrata équipée d'un absorbeur à déchirement
  • un baudrier d'escalade ;
  • une longe de via ferrata, spécifique à l'activité car équipée d'un système d'absorption de chocs et de deux mousquetons de type K, qui permet d'amortir une chute éventuelle ;
  • un casque, permettant de se protéger la tête des chutes de pierres et d'objets emportés par les ferratistes.

Il est également préférable d'emporter comme dans toute activité de montagne :

  • une corde d'escalade et des mousquetons pour une éventuelle progression encordée ;
  • des chaussures appropriées, semi-rigides à talon, permettant une position confortable debout sur les barreaux[8] ;
  • des gants, à la fois pour protéger les mains et améliorer la préhension ;
  • une vache pour s'accrocher à un barreau ou à un point d'ancrage en cas de fatigue ;
  • un sac à dos avec des vivres, de l'eau (qui peut être dans une gourde) et des vêtements de pluie.

PratiqueModifier

Généralement, au début de chaque via ferrata française, un panneau est implanté, comportant des explications sur la pratique et sur la voie (durée, niveau de difficulté, itinéraire d'approche et de retour...).

Muni de l'équipement décrit plus haut, le pratiquant s'accroche au câble à l'aide des deux mousquetons de sa longe de via ferrata. Ce câble parcourt l'ensemble de la voie, il est entrecoupé de points d'arrêt. Arrivé à un point d'arrêt, le pratiquant passe les deux mousquetons l'un après l'autre (de telle façon qu'il soit toujours attaché au câble) sur la suite du câble. Il convient de laisser au moins deux points d'arrêt entre chaque pratiquant pour que celui du dessus n'entraîne pas l'autre dans sa chute éventuelle.

Les longes étant souvent prévues pour des personnes dont le poids est compris entre 45 kg et 100 kg, les utilisateurs hors de ces plages de poids doivent être encordés[8], soit en corde tendue, soit en tirant des longueurs. Les débutants et ceux qui le préfèrent, peuvent être aussi encordés comme en escalade classique.

RisquesModifier

Si la via ferrata facilite l'accès au plus grand nombre à des parcours à forte verticalité, le relatif sentiment de sécurité suscité par un équipement solide et régulier ne doit pas faire oublier les risques inhérents à toute activité en hauteur. Le ferratiste doit impérativement maîtriser les techniques de progression avec longe absorbeur. Ces compétences peuvent s'acquérir auprès d'une personne expérimentée ou d'un professionnel.

ChuteModifier

Bien qu'elle reste rare, la chute en via ferrata peut être très violente[9] et aggravée par la présence des échelles et des mains courantes métalliques[8]. Ce type d'accident est souvent la cause de blessures graves comme des fractures des membres inférieurs, du bassin ou des vertèbres.

MétéoModifier

La majorité des vie ferrate étant implantée en zone de montagne sujette aux orages violents, il convient de se renseigner sur les prévisions météorologiques avant toute sortie. Les éléments métalliques de la via ferrata sont d'excellents conducteurs d'électricité et peuvent s'avérer très glissants en cas de pluie.

DistributionModifier

Article détaillé : Listes de via ferrata.

On trouve des vie ferrate dans beaucoup de pays. Elles sont apparues en Italie et en Autriche. De ces pays, la pratique s'est répandue dans les Alpes, où elles sont plus d'un millier, dont plus de 500 en Autriche[10], et depuis les Alpes dans le monde entier. Actuellement, on en trouve, par exemple, au Pérou ou en Chine.

Notes et référencesModifier

  1. dictionnaire Larousse
  2. Synapse Développement, « Définition : ferratiste - Le dictionnaire Cordial, Dictionnaire de français - French dictionary, nom », sur www.cordial.fr (consulté le 8 juin 2019)
  3. a b et c « Historique », sur http://www.laviaferrata.net/ (consulté le 11 novembre 2012)
  4. a b c et d (de) Hoher Dachstein Randkluft und Schulter sur outdooractive.com
  5. « Un peu d'histoire », sur http://viaferrata-fr.net/ (consulté le 20 juin 2011)
  6. « Via Ferrata de la Falaise », sur http://www.hautes-alpes.net/ (consulté le 20 juin 2011) : « Cet itinéraire historique situé vers le cimetière des Vaudois est la première Via Ferrata créée en France en 1988, l’auteur en est Lionel Condemine. »
  7. Le dictionnaire Larousse donne vias ferratas comme pluriel de via ferrata, mais généralement le mot reste invariable ou employé avec son écriture italienne : vie ferrate.
  8. a b et c [PDF] « Conseils techniques via ferrata », sur petzl.com (consulté le 12 novembre 2012)
  9. [PDF] « Sécurité en escalade - le danger caché des via ferrata », sur artic.ac-besancon.fr (consulté le 12 novembre 2012)
  10. Szépfalusi, Csaba, 1961- et Hofmann, Thomas, 1964-, Klettersteig-Guide Österreich alle gesicherten Klettersteige, Tyrolia-Verl, (ISBN 370222548X et 9783702225483, OCLC 76466741, lire en ligne), p. 14

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Article détaillé : Listes de via ferrata.

Liens externesModifier