Veyreau

commune française du département de l'Aveyron

Veyreau
Veyreau
Le prieuré de Saint-Jean de Balmes.
Blason de Veyreau
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Millau
Intercommunalité Communauté de communes de Millau Grands Causses
Maire
Mandat
Miguel Garcia
2020-2026
Code postal 12720
Code commune 12293
Démographie
Gentilé Veyralens
Population
municipale
137 hab. (2017 en augmentation de 2,24 % par rapport à 2012)
Densité 3,3 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 11′ 09″ nord, 3° 18′ 00″ est
Altitude Min. 428 m
Max. 1 011 m
Superficie 41,09 km2
Élections
Départementales Canton de Tarn et Causses
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
Voir sur la carte administrative de Occitanie (région administrative)
City locator 14.svg
Veyreau
Géolocalisation sur la carte : Aveyron
Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Veyreau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Veyreau
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Veyreau

Veyreau est une commune française située dans le département de l'Aveyron, en région Occitanie.

GéographieModifier

GénéralitésModifier

 
.Les gorges de la Jonte en limite de Veyreau (à gauche) et de Saint-Pierre-des-Tripiers (à droite).

Dans le quart sud-est du département de l'Aveyron et limitrophe des départements de la Lozère et du Gard, la commune de Veyreau est située en bordure nord du causse Noir, dans le parc naturel régional des Grands Causses. Bordé au nord sur une douzaine de kilomètres par la Jonte et ses gorges, le territoire communal s'étend sur 41,09 km2.

L'altitude minimale, 428 mètres, se trouve localisée à l'extrême nord-ouest, là où la Jonte quitte la commune et sert de limite entre celles de Peyreleau et de Saint-Pierre-des-Tripiers. L'altitude maximale avec 1 011 mètres est située au sud-est, au Serre de Capelle[1], au nord du village d'Aluech.

Sur le plateau du causse Noir et traversé par la route départementale (RD) 584, le bourg de Veyreau est situé, en distances orthodromiques, vingt kilomètres au nord-est de Millau.

La commune est également desservie par la RD 29.

Entre les communes de Meyrueis et Saint-André-de-Vézines, le GR 62A traverse la commune de l'est vers le sud sur environ neuf kilomètres, passant par le bourg de Veyreau.

Communes limitrophesModifier

 
Carte de Veyreau et des communes avoisinantes.

Veyreau est limitrophe de six autres communes dont trois en Lozère et une dans le Gard. Au nord-ouest, le territoire communal est distant d'environ 500 mètres de celui du Rozier (Lozère).


Communes limitrophes de Veyreau[2]
Saint-Pierre-des-Tripiers
(Lozère)
Hures-la-Parade
(Lozère)
Peyreleau   Meyrueis
(Lozère)
Saint-André-de-Vézines Lanuéjols
(Gard)

ToponymieModifier

 
Panneau d'entrée au bourg de Veyreau.

Veyreau a été orthographié « Veyrau » (carte d'État-Major) et « Veirau » (carte de Cassini).

En occitan rouergat, la commune porte le nom de Veirau.

HistoireModifier

À partir de 1799, la bête de Veyreau aurait fait « des dizaines de victimes » parmi les habitants du causse Noir, à tel point qu'ils pensèrent que la bête du Gévaudan était venue jusque chez eux.

De 1834 à 1849, la commune a été intégrée à celle de Saint-André-de-Vézines[3].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 1977 2008 René Arnal SE Comptable en entreprise
2008 En cours Miguel Garcia SE Pharmacien

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[5].

En 2017, la commune comptait 137 habitants[Note 1], en augmentation de 2,24 % par rapport à 2012 (Aveyron : +1,08 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881
451491595520508491510512505
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
498530531532457455325310313
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
326279212164140110109106109
2006 2007 2012 2017 - - - - -
122124134137-----
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

L'économie de la commune est caractérisée par une agriculture traditionnelle extensive fondée sur l'élevage pour la production laitière de brebis destinée à l'élaboration des fromages de roquefort, pérail, tome et pour la production de veaux et agneaux destinés à l'engraissement.

Nous trouvons également une miellerie et des artisans (maçonnerie, plombier électricien, menuisier,...)

La commune se développe avec l'aménagement de 9 parcelles en 2010 toutes vendues à ce jour.

19 permis de construire ont été déposés sur les 12 dernières années.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Le nord de la commune fait partie du site naturel classé depuis le des « gorges du Tarn et de la Jonte »[7]. En effet, le territoire communal est bordé au nord sur une douzaine de kilomètres par la Jonte et par ses gorges, hautes de 300 à 400 mètres.
  • Le prieuré de Saint-Jean-de-Balmes est un ancien prieuré de style roman des XIe et XIIIe siècles, sur la RD29 dans la forêt domaniale du causse Noir. Il est classé au titre des monuments historiques en 1989[8].
  • Église Saint-Jean-Baptiste de Veyreau.
  • Chapelle du Maynial
  • Habitats séculaires, toits-citernes.
  • Sur le territoire communal ont été répertoriés deux dolmens : le dolmen du Luc[9] et le dolmen du Serre-de-Pallalergues[10], ainsi que sept menhirs : le menhir d'Aluech[11], le menhir de la Bartasserie[12], les deux menhirs de Bré[13],[14], le menhir des Cayrades[15], le menhir du Luc[16] et le menhir du Sabot[17].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
De gueules à la lettre capitale V d'or aux traits intérieurs dessinant un pied de fleur de lys, surmonté d'une croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or[18].
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Pierre Bloy), Peiralèu : La Cressa, Mostuèjols, Ribièira, La Ròca, Sent-Andriu, Vairau / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton de Peiralèu, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 270 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-43-2, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF37108861)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. « Serre de Capelle » sur Géoportail (consulté le 19 avril 2020)..
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  7. [PDF] Fichier national des sites classés, ministère de la Transition écologique et solidaire, 29 décembre 2019, consulté le 17 avril 2020.
  8. « Prieuré de Saint-Jean-de-Balmes », notice no PA00094197, base Mérimée, ministère français de la Culture, consultée le 17 avril 2020.
  9. Dolmen du Luc, Mégalithes du monde, consulté le 19 avril 2020.
  10. Dolmen du Serre-de-Pallalergues, Mégalithes du monde, consulté le 19 avril 2020.
  11. Menhir d'Aluech, Mégalithes du monde, consulté le 19 avril 2020.
  12. Menhir de la Bartasserie, Mégalithes du monde, consulté le 19 avril 2020.
  13. Menhir de Bré, Mégalithes du monde, consulté le 19 avril 2020.
  14. Menhir de Bré (B), Mégalithes du monde, consulté le 19 avril 2020.
  15. Menhir des Cayrades, Mégalithes du monde, consulté le 19 avril 2020.
  16. Menhir du Luc, Mégalithes du monde, consulté le 19 avril 2020.
  17. Menhir du Sabot, Mégalithes du monde, consulté le 19 avril 2020.
  18. « 12293 Veyreau (Aveyron) », sur armorialdefrance.fr (consulté le 6 avril 2020)