Ouvrir le menu principal

Vergigny

commune française du département de l'Yonne
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la commune icaunaise du canton de Saint-Florentin. Pour la villa gallo-romaine puis paroisse médiévale icaunaises disparues du canton d'Avallon, voir Vergigny-sur-Cure.

Vergigny
Vergigny
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Saint-Florentin
Intercommunalité Communauté de communes Serein et Armance
Maire
Mandat
Frédéric Blanchet
2014-2020
Code postal 89600
Code commune 89439
Démographie
Population
municipale
1 558 hab. (2016 en augmentation de 0,65 % par rapport à 2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 58′ 16″ nord, 3° 43′ 12″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 178 m
Superficie 38,01 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bourgogne

Voir sur la carte administrative de Bourgogne
City locator 14.svg
Vergigny

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 14.svg
Vergigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vergigny

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vergigny

Vergigny est une commune française située dans le département de l'Yonne en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Vergigny est près de la N77 menant d'Auxerre à Troyes, à 20 km au nord-est d'Auxerre et 3 km au sud de Saint-Florentin.

Son territoire est largement couvert par la forêt de Pontigny.

La D91, orientée est-ouest, traverse le sud de la commune dont elle marque une partie de la limite avec Pontigny. Elle marque aussi la limite sud de la forêt[1].

HydrographieModifier

L'Armançon traverse le nord de la commune, coulant d'est en ouest.
Son petit affluent la Roise devient le ru des Bruyères à son entrée sur la commune, puis le ru du Bief Brossard, avant de confluer sur la commune.
Le Serein marque une partie de la limite sud de commune.

Communes limitrophesModifier

HistoireModifier

En 1213, Milon comte de Bar-sur-Seine (1189-1219) et Hervé comte de Nevers (1199-1222) échangent la terre de Pothières contre celles de Vergigny et de Rebourseaux[2] (de nos jours un petit village sur la commune de Vergigny)[3].

Le , Mathurin Brossard, verrier de Vergigny, près Saint-Florentin, signe un traité avec Hugues de Chaugy, pour établir une verrerie à Monceau-lès-Gien

La rencontre dite de Saint-Florentin, le entre le maréchal Pétain et le maréchal Goering, représentant du Reich s'est déroulée dans le train spécial du Reichsmarschall, en gare de Saint-Florentin-Vergigny, située sur la commune.

La terre de Bouilli (Bouilly, sur Vergigny) passe aux marquis de Seignelay au XVIe siècle[4].

BouillyModifier

En 572 Saint Aunaire évêque d'Auxerre lègue la terre de Bouilli à l'abbaye Saint-Germain d'Auxerre[5].

Le seigneur de Bouilly le plus anciennement connu est Garmon de Bouilli. Ses fils Hugot et Salet ou Salot, neveux d'Adam, vicomte du Bar, sont en vie en 1140, année où ils vendent la terre de Sainte-Porcaire (sur Pontigny) à l'abbaye de Pontigny[5]. Salot de Bouilli se croise en 1146 ; il revient au plus tard quatre ans après puisqu'il est présent en 1150 à Seignelay avec Hugues de Mâcon évêque d'Auxerre, Manassès archidiacre de Troyes, Alwalon baron de Seignelay et ses fils Deimbert, Bochard et Étienne, Nicolle moine d'Adremate, Anselle de Maligny et son frère Itier, et le clerc Guy de Cheny[6].
Suivent de nombreux seigneurs de la même lignée, jusqu'à Henry-le-Rotier, seigneur de Saulges, de Villefargeau et gouverneur d'Auxerre, valet de chambre du roi vers la fin du XVe siècle[7].

En 1307 le bourg comptait 81 feux[5].

En 1523 et malgré ses réclamations Bouilli est détaché du bailliage de Sens pour passer dans celui d'Auxerre[8].

Des carrières de grès ont été ouvertes pour le canal de Bourgogne sur l'ancienne commune de Bouilly ; mais elles ont été fermées dès l'achèvement du canal car le banc de pierre est trop profond pour être exploité de façon rentable[8].

Bouilly est rattaché à Vergigny en 1973.

HéraldiqueModifier

  Blason Écartelé: aux 1er et 4e d'azur à trois étoiles d'argent, aux 2e et 3e de gueules à l'aigle d'argent, becquée et onglée d'or, languée du champ, au besant ovale d'argent brochant en pal en abîme.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

Période Identité Étiquette Qualité
1897 1904 Lizerand Jules   maire
1904 1908 Morin Camille   maire
1908 Janvier 1945 Meslier Gaston   maire
janvier 1945 Septembre 1945 Lizerand Georges   maire
Septembre 1945 Janvier 1958 Richardot Alphonse   maire
Janvier 1958 Aout 1963 Baloup Robert   maire
Octobre 1963 Aout 1964 Lépissier Jean   maire
Aout 1964 Mars 1983 Mourrier Fernand   maire
Mars 1983 Mars 2001 Masson Albert   maire
Mars 2001 Décembre 2004 Munier Serge   maire
Février 2005 Mars 2008 Cichy Bernadette   maire
Mars 2008 Mars 2014 Marquet Francis   maire
Mars 2014 En cours Blanchet Frédéric   maire

ÉconomieModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2016, la commune comptait 1 558 habitants[Note 1], en augmentation de 0,65 % par rapport à 2011 (Yonne : -0,56 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
580615676684529559469473556
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
497469486488463470452524437
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
436434450467539507522507559
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
6256101 4021 4211 4871 5081 5301 5481 558
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Saint-Gervais-et-Saint-Protais de Vergigny montre des élévations de la nef avec des baies hautes étroites indiquant le XIe siècle. La charpente du chœur est assemblée à mi bois avec des ergots, ce qui la daterait du XIIIe siècle au plus tard, et le marquage de ses fermes laisse supposer que leur bois proviendrait de la charpente de l’ancien chevet (roman), démonté puis remonté sur le nouveau chevet (gothique)[13].

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Vaast-Barthélemy Henry, Mémoires historiques sur la ville de Seignelay, département de l'Yonne, depuis sa fondation au VIIIe siècle, jusqu'en 1830 ; précédés de recherches sur l'état du pays au temps des Gaulois et des Romains ; et suivie d'une notice historique sur les communes environnantes, avec les principales pièces justificatives, vol. 1 et 2, Avallon, Éd. Comynet, , 369 p. (présentation en ligne)  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Vergigny sur la carte interactive de geoportail.fr. Couche « Limites administratives » activée. Vous pouvez moduler la transparence des couches dans le menu « Ma sélection de données » et en ajouter d'autres depuis le menu « Catalogue de données ».
  2. Cartulaire de l'Yonne, n° 122. Cité dans Thierry et Hélène Bianco, « Hervé IV de Donzy (1175 - 1222) », sur thierryhelene.bianco.free.fr, (consulté le 13 février 2019).
  3. « Rebourseaux, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  4. Henry 1833, p. 162, volume 2.
  5. a b et c Henry 1833, p. 159, volume 2.
  6. Henry 1833, p. 160, volume 2.
  7. Henry 1833, p. 160-162, volume 2.
  8. a et b Henry 1833, p. 163, volume 2.
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. [Aumard 2005] Sylvain Aumard, « Suivis de travaux aux abords et sur des édifices religieux de l’Yonne », Bulletin du Centre d'études médiévales d'Auxerre, no 9,‎ (lire en ligne [sur journals.openedition.org], consulté le 28 juin 2019), paragr. 26.