Ouvrir le menu principal

Vendranges

commune française du département de la Loire

Vendranges
Vendranges
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Roanne
Canton Le Coteau
Intercommunalité Communauté de communes du Pays entre Loire et Rhône
Maire
Mandat
Hervé Patin
2014-2020
Code postal 42590
Code commune 42325
Démographie
Gentilé Vendrangeois, vendrangeoises
Population
municipale
370 hab. (2016 en augmentation de 10,78 % par rapport à 2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 56′ 32″ nord, 4° 08′ 14″ est
Altitude Min. 305 m
Max. 562 m
Superficie 11,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de la Loire
City locator 14.svg
Vendranges

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de la Loire
City locator 14.svg
Vendranges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vendranges

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vendranges

Vendranges est une commune française située dans le département de la Loire en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

Vendranges se situe au sud de Roanne au bord d'une côte de l'ancienne « route bleue » qui conduisait de Paris à la Cote d'Azur et qui était réputée difficile.

Communes limitrophesModifier

Histoire[1]Modifier

Le premier document scripturaire évoquant Vendranges date de 1147. Au XIIIe siècle, le curé desservant la paroisse était désigné par le chapitre de la cathédrale Saint-Jean de Lyon.

Au Moyen Âge, le village était fortifié comme l'atteste la tour qui est accolée à la façade de l'église ce qui lui confère une certaine originalité. D'autres éléments de défense existaient encore eu XVIIe siècle sous la forme « de loges et de caves » qui communiquaient ensemble et avec l'église pour permettre aux habitants de s'y réfugier. Ils ont été détruits sur instruction de Camille de Neufville, archevêque de Lyon après sa visite pastorale en 1660.

Foire de la Saint-BarnabéModifier

Dite aussi « foire aux pillots » ou « foire aux poussins », elle date du Moyen Âge. Elle est née à cause d'une source dédiée à Saint Genest, patron de la paroisse qui était réputée guérir la goutte et la sciatique. Cette source qui ne tarissait ni ne gelait jamais attirait les foules. S'y ajouta aussi la réputation de guérir aussi les maladies des yeux. On y venait particulièrement le 11 juin. Sous la conduite du curé se déroulaient prières et processions jusqu'à la source. L'après-midi était consacré à manger, boire et danser.

Très vite ces grandes populations qui venaient à pied et demeuraient un ou deux jours attirèrent des marchands de toutes sortes. Les affaires étant bonnes, une véritable foire s'y développa. On y apporta bientôt du gros bétail, et beaucoup de petites volailles, en particulier des poussins.

Parallèlement, la vie des pèlerins n'y gagna pas en vertu : on buvait, on se battait, on se volait, et il y eut même des crimes. Au XVIIIe siècle, l'archevêque de Lyon prit la décision d'interdire le pèlerinage, mais la foire continua de plus belle.

BlasonnementModifier

Les armoiries de Vendranges se blasonnent ainsi :

D'or au pal d'azur, au chevron diminué et renversé, brochant de l'un en l'autre et accompagné de quatre trèfles, d'eux d'or chargeant le pal en chef et en pointe et deux de sinople en flancs.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1989 2001 Jacques Chervet    
mars 2001   Jean Deloire    
2014 En cours Hervé Patin[2]    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[4].

En 2016, la commune comptait 370 habitants[Note 1], en augmentation de 10,78 % par rapport à 2011 (Loire : +1,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
500399430525546517555570573
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
579594583566556540525505458
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
470504402335300289294246251
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
230223201205226237248320357
2016 - - - - - - - -
370--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
Église et croix de village.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Louis-Antoine Ranvier (1835-1922), médecin, anatomiste et histologiste français, mort au lieu-dit Thély dans la commune de Vendranges.
  • Antoine Rochette[7] (1854-1939), botaniste, abbé et curé de Vendranges de 1898 à 1939.
  • Guy Lévis Mano (1904-1980), poète, traducteur, typographe et éditeur français, mort et inhumé à Vendranges.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Grande Encyclopédie des communes du Forez et de la Loire, sous la direction de J.-P. Houssel, éditions Horvath 1984, et documentation de l'association Les Chemins du Passé[réf. nécessaire].
  2. « Vendranges », sur le site de l'association des maires de France (consulté le 30 juillet 2015).
  3. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  7. « GENEAL42 - Les célébrités Ligériennes - GUITTON Jean », sur www.geneal42.com (consulté le 29 avril 2016)


Voir aussiModifier

Article connexeModifier

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :