Vendée Globe 2016-2017

Cet article ou cette section contient des informations sur une compétition sportive en cours.

Le texte peut changer à mesure que l'événement progresse, n'est peut-être pas à jour et peut manquer de recul.
N’hésitez pas à participer en citant vos sources.
 

Vendée Globe 2016-2017
Description de l'image LogovendéeG.svg.
Généralités
Sport Course au large
Organisateur(s) Saem Vendée
Édition 8e
Lieu(x) Les Sables-d'Olonne
Date à partir du
Participants 29
Affluence • Départ : 350 000 spectateurs
• Arrivée : 350 000 spectateurs
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Drapeau : France François Gabart
Vainqueur Drapeau : France Armel Le Cléac'h
Arrivé le 19 janvier à 16 h 37
Temps : 74 j 03 h 35 min 46 s (record).
Deuxième Drapeau : Royaume-Uni Alex Thomson
Arrivé le 20 janvier à 8 h 37
Temps: 74 j 19 h 35 min 15 s (+ 15 h 59 min 29 s)
Troisième Drapeau : France Jérémie Beyou
Arrivé le 23 janvier à 19 h 40
Temps : 78 j 06 h 38 min 40 s (+ 4 j 3 h 2 min 54 s)

Navigation

Le Vendée Globe 2016-2017 constitue la huitième édition du Vendée Globe. Le départ a été donné le en baie des Sables-d'Olonne à 13 h 02. Épreuve majeure du circuit IMOCA, il est couru en solitaire, sans assistance et sans escale, à bord de monocoques de 60 pieds. Armel Le Cléac'h remporte la course sur le 60 pieds IMOCA doté de foils Banque populaire VIII en passant la ligne d'arrivée le 19 janvier à 16 h 37, établissant un nouveau record de la circumnavigation dans cette épreuve en 74 jours 3 heures 35 minutes et 46 secondes. Il devance le Britannique Alex Thomson, (Hugo Boss) arrivé le 20 janvier à 8 h 37, de 15 h 59 min et 29 s, après un duel à l'avant qui a duré toute la course. Thomson améliore par ailleurs le 16 janvier le record de distance parcourue en 24 heures : 536,81 miles à une moyenne de 22,36 nœuds.

Arrivé le 23 janvier à 19 h 40, Jérémie Beyou (Maitre CoQ) prend la troisième place en 78 jours 6 heures et 38 minutes. Il est le quatrième marin (avec aussi François Gabart en 2012-2013) à boucler le parcours de l'épreuve en moins de 80 jours. Les trois suivants franchissent la ligne d'arrivée le 80e jour, le 25 janvier en l'espace de moins de trois heures, ce qui ne s'était jamais produit auparavant : Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) 4e, Yann Eliès 5e (à bord de Quéguiner - Leucémie Espoir, premier bateau à dérives classiques du classement), et Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) 6e.

Armel Le Cléac'h à l'arrivée du Vendée Globe 2016-2017.

Sommaire

RèglementModifier

ParcoursModifier

 
La route du Vendée Globe.

L'avis de course est rendu public le [1]. Le départ est donné le à 13 h 2, au large des Sables-d'Olonne. Il s'agit ensuite de laisser les caps de Bonne-Espérance, Leeuwin et Horn à bâbord. Au total, un parcours théorique de 24 394 milles.

La zone d'exclusion antarctiqueModifier

 
En gris-bleu, la zone d'exclusion antarctique, interdite aux concurrents.

Les « portes des glaces » des précédentes éditions sont remplacées par une zone d'exclusion antarctique (ZEA). Cette zone interdite est délimitée par 72 points reliés entre eux, distants d'environ 5° de longitude. Ils peuvent presque tous être déplacés avant et pendant la course en fonction de « montée » ou de « retrait » des glaces. Toutefois, la direction de course informe du déplacement d'un point avant qu'un concurrent ne soit à 1 500 milles de ce point.

En arrivant dans le sud de l'Atlantique, les concurrents doivent laisser à tribord l'île Gough (40° 19′ 5″ S, 9° 56′ 7″ O). La ZEA descend ensuite progressivement vers l'est jusqu'au 50° 30′ S, au sud des îles Kerguelen. Elle remonte au 46° S pour respecter la « barrière australienne[2] ». Enfin, elle descend jusqu'au 58° 30′ S à l'approche du cap Horn[3],[4].

Autres zones réglementéesModifier

Les concurrents sont tenus de respecter le dispositif de séparation du trafic (DST) entre cap Finisterre et Canaries. Et ils doivent éviter, le long des côtes mauritaniennes, une zone présentant des risques de piraterie[3].

Type de bateauModifier

Article détaillé : 60 pieds IMOCA.

Les bateaux admis à participer à cette course sont des voiliers monocoques d'une longueur comprise entre 59 et 60 pieds, c'est-à-dire environ 18 mètres. Ces bateaux doivent répondre aux dernières règles de la classe 60 pieds IMOCA.

En 2012 et 2013, des débats se font jour au sein des coureurs entre deux options : monotype ou pas ? Les tenants de la monotypie y voient un moyen de limiter les budgets, et de conserver un caractère ouvert à la course, tandis que les tenants de modèles sur mesure mettent en avant la nécessité de conserver un champ d'action pour les innovations technologiques[5]. Fin 2013, l'Assemblée générale de l'IMOCA, à laquelle participent les coureurs et les armateurs, décide d'un compromis : les quilles et mâts sont standards pour tous les bateaux (avec toutefois le choix entre deux modèles : mât aile ou mât classique à barres de flèche) ; les ballasts latéraux sont de nouveau autorisés, et les critères techniques de sécurité sont renforcés (couple de redressement passant de 22 à 25,5 tonnes-mètres, angle de retournement de 110° au lieu de 112°, poids du bulbe de quille fixé à 3,1 tonnes). Dans le même temps, un critère limitatif disparaît : il indiquait que la gîte du bateau « chargé dans sa pire configuration » ne devait pas dépasser 10°[6].

FoilsModifier

La principale nouveauté de cette édition consiste dans l'apparition de foils sur les bateaux de la dernière génération. Ces deux appendices porteurs sont destinés à soulager la structure, réduire la traînée et ainsi augmenter la vitesse. Le premier IMOCA de cette génération 2015 est Safran II[7] de Morgan Lagravière, dessiné par Guillaume Verdier et VPLP. Cinq autres foilers dessinés par Verdier et VPLP sont mis à l'eau en 2015[8] : Banque populaire VIII[9] d'Armel Le Cléac'h, StMichel-Virbac de Jean-Pierre Dick, No Way Back de Pieter Heerema, Groupe Edmond de Rothschild de Sébastien Josse et Hugo Boss d'Alex Thomson. La flotte du Vendée Globe compte un septième bateau équipé de foils, un bateau d'ancienne génération sur lequel ils ont été ajoutés : le Maître Coq de Jérémie Beyou, lancé en 2010[10].

VoilesModifier

Chaque concurrent a le droit d'embarquer neuf voiles[11], dont il peut combiner à sa guise les différents types : c'est un choix stratégique pouvant se révéler pénalisant en certaines circonstances[12].

Assistance et escalesModifier

Le Vendée Globe est une course en solitaire, sans assistance et sans escale. Entre le départ et l'arrivée, un bateau ne peut accoster aucune autre embarcation ; et personne d'autre que le skipper ne peut se trouver à bord — sauf en cas de sauvetage d'un autre concurrent. Un skipper peut faire escale, mais il a interdiction de poser le pied au-delà de la limite de l'estran. Le routage météo depuis la terre est interdit. Une assistance médicale est fournie à distance par le médecin de la course (Jean-Yves Chauve depuis la première édition du Vendée Globe en 1989). Des conseils peuvent être donnés à distance par l'architecte ou par l'équipe technique, mais les réparations sont effectuées par le skipper, avec les moyens du bord. La seule intervention extérieure possible concerne les concurrents revenant aux Sables-d'Olonne dans les dix jours qui suivent le départ, avec l'espoir de repartir[13].

ParticipantsModifier

Inscription et qualificationModifier

La date limite des inscriptions est fixée au . Pour être valide, l'inscription doit être complétée par un certificat de conformité délivré par l'IMOCA le au plus tard, et par la réalisation d'un parcours de qualification[1].

Un concurrent est réputé avoir réalisé son parcours de qualification s'il a terminé :

Il doit effectuer un parcours complémentaire de 1 500 milles en solitaire à la barre du bateau avec lequel il courra le Vendée Globe :

  • s'il s'est qualifié dans une course en double ;
  • s’il s’est qualifié dans une course à la barre d’un autre bateau que celui sur lequel il participera au Vendée Globe.

Liste des participantsModifier

Vingt-neuf skippers, de dix nationalités différentes, sont qualifiés. Aucune femme ne participe à cette édition. Vincent Riou est le seul ancien vainqueur à repartir. Il s'agit de sa quatrième participation, tout comme pour Alex Thomson, Jean-Pierre Dick, Bertrand de Broc et Jean Le Cam. Quatorze marins prennent le départ du Vendée Globe pour la première fois[14].

En septembre 2015, en raison du retrait de son partenaire principal, la région Sardaigne, le skipper italien Andrea Mura (it) est contraint de vendre à l'homme d'affaires néerlandais Pieter Heerema son nouveau Vento di Sardegna, un 60 pieds à foils Verdier-VPLP de la dernière génération. Le bateau devient No Way Back[15],[16]. Alessandro Di Benedetto peut, grâce à un mécène, acheter l'ex Aviva[17]. Mais, ne trouvant pas de sponsor pour boucler le financement, il doit renoncer à participer[18]. Quatorzième inscrit, mais ne parvenant pas à trouver un sponsor, Nicolas Boidevézi est contraint de revendre en avril 2016 son plan Farr (ex-Hugo Boss) au Japonais Kojiro Shiraishi[19]. Ne pouvant courir une transat qualificative, Jean-François Pellet n'est pas au départ officiel de ce Vendée Globe[20]. Il prend la mer « en pirate » le , une semaine après les concurrents. Son voilier percute un container le . Il est contraint à l'abandon, car la quille de son bateau est très endommagée[21],[22].

Liste des inscrits
Concurrent Nationalité Participations
précédentes
Nom du bateau Numéro
de voile
Architecte Chantier Année de
lancement
Fabrice Amedeo[23],[24]   France Première participation Newrest-Matmut FRA 56 Farr Yacht Design Southern Ocean Marine 2007
Romain Attanasio   France Première participation Famille Mary - Étamine du Lys FRA 72 Marc Lombard MAG France 1998
Éric Bellion[25],[24]   France Première participation Comme un seul homme FRA 1000 Finot-Conq Multiplast 2008
Jérémie Beyou[26],[24]   France Abandon en 2012-2013 Maître Coq FRA 19 Verdier / VPLP CDK Technologies 2010
Arnaud Boissières[27]   France 8e en 2012-2013 La Mie câline FRA 14 Farr Yacht Design Southern Ocean Marine 2007
Bertrand de Broc[28],[24]   France 9e en 2012-2013 MACSF FRA 21[29] Finot-Conq Multiplast 2007
Louis Burton[24]   France Abandon en 2012-2013 Bureau Vallée FRA 35 Farr Yacht Design JMV Industries 2006
Conrad Colman[30]   Nouvelle-Zélande Première participation Foresight Natural Energy NZL 80 Artech Design Team Artech do Brasil 2005
Didac Costa[31]   Espagne Première participation One planet One ocean ESP 33 Owen Clarke Design Marten Yachts 2000
Sébastien Destremau[32],[24]   France Première participation TechnoFirst-FaceOcean FRA 69 Finot-Conq JMV Industries 1998
Jean-Pierre Dick[8],[24]   France 4e en 2012-2013 StMichel-Virbac FRA 06 Verdier / VPLP Multiplast 2015
Yann Eliès[33],[24]   France Abandon en 2008-2009 Quéguiner - Leucémie espoir FRA 029 Verdier / VPLP Eluère 2007
Nándor Fa[24]   Hongrie 5e en 1992-1993 Spirit of Hungary HUN 77 Nándor Fa / Attila Déry Nándor Fa 2014
Pieter Heerema   Pays-Bas Première participation No Way Back NED 160 Verdier / VPLP Persico Marine 2015
Sébastien Josse[8]   France Abandon en 2008-2009 Edmond de Rothschild FRA 16 Verdier / VPLP Multiplast 2015
Morgan Lagravière[34],[24]   France Première participation Safran II FRA 25 Verdier / VPLP CDK Technologies 2015
Tanguy de Lamotte[24]   France 10e en 2012-2013 Initiatives-Cœur FRA 109 Farr Yacht Design CDK Technologies 2006
Jean Le Cam[24]   France 2e en 2004-2005 Finistère Mer Vent FRA 001 Farr Yacht Design CDK Technologies 2007
Armel Le Cléac'h[35],[24]   France 2e en 2012-2013 Banque populaire VIII FRA 18 Verdier / VPLP CDK Technologies 2015
Stéphane Le Diraison   France Première participation Compagnie du Lit-Boulogne Billancourt FRA 92 Finot-Conq Neville Hutton 2007
Paul Meilhat[36],[24]   France Première participation SMA FRA 1859 Verdier / VPLP CDK Technologies 2010
Enda O'Coineen[37]   Irlande Première participation Kilcullen Voyager - Team Ireland IRL 3 Owen Clarke Design Hakes Marine 2007
Kito de Pavant[38],[39],[24]   France Abandon en 2012-2013 Bastide-Otio FRA 30 Verdier / VPLP Cookson Boats 2010
Vincent Riou[40],[24]   France Vainqueur en 2004-2005 PRB FRA 85 Verdier / VPLP CDK Technologies 2010
Alan Roura   Suisse Première participation La Fabrique SUI 07 Pierre Rolland Globe Surfer-Lesconil / Bernard Stamm 2000
Thomas Ruyant[41],[24]   France Première participation Le Souffle du Nord FRA 121 Verdier / VPLP Indiana Yachting 2007
Kojiro Shiraishi[42]   Japon Première participation Spirit of Yukoh JPN 11 Bruce Farr Yacht Design Offshore Challenges Sailing Team 2007
Alex Thomson[8],[24]   Royaume-Uni 3e en 2012-2013 Hugo Boss GBR 99 Verdier / VPLP Green Marine 2015
Rich Wilson[24]   États-Unis 9e en 2008-2009 Great American IV USA 37 Owen Clarke Design Southern Ocean Marine 2006
Projets abandonnés
Concurrent Nationalité Participations
précédentes
Nom du bateau Numéro
de voile
Architecte Chantier Année de
lancement
Nicolas Boidevézi[19]   France Première participation Adopteunskipper.net FRA 719 Farr Yacht Design OC Challenges 2007
Alessandro Di Benedetto[43],[44]   Italie 11e en 2012-2013 ex Aviva NC Owen Clarke Design Hakes Marine Construction 2007
Andrea Mura (it)[15]   Italie Première participation Vento di Sardegna NC Verdier / VPLP Persico Marine 2015
Jean-François Pellet[20]   France Première participation Come In Vendée NC Finot-Conq CNB-Italie 1997

DéroulementModifier

DépartModifier

Le départ est donné le à 13 h 2, par Albert de Monaco, devant 350 000 spectateurs. Deux concurrents coupent la ligne trop tôt, et doivent revenir effectuer leur départ : Bertrand de Broc sur MACSF et Enda O'Coineen sur Kilcullen Voyager - Team Ireland[45]. Dix minutes après le départ, c'est Vincent Riou, sur PRB, qui est en tête[46]. Après un peu plus d'une heure de course, Didac Costa et son One Planet One Ocean font demi-retour et rejoignent Les Sables-d'Olonne[47].

Descente de l'Atlantique nordModifier

Le lendemain, un groupe de tête se forme : Alex Thomson sur Hugo Boss, Jean-Pierre Dick sur StMichel-Virbac et Armel Le Cléac'h sur Banque populaire VIII. Après 24 heures de course, détaché de 13 milles, ce trio double le cap Finisterre[48]. Peu après, Thomson empanne. Pour éviter les calmes annoncés d'une dorsale anticyclonique, il va chercher des vents soutenus le long des côtes portugaises[49]. Le Cléac'h se maintient dans l'ouest sur une route plus directe. Dick adopte une position intermédiaire. Tous trois échangent plusieurs fois leurs places au classement. Mais les calmes s'abattent plus tôt que prévu, et pour tout le monde, Thomson y compris[49]. Sa route plus longue ne lui profite pas. En tête un moment le , il se retrouve en neuvième position le lendemain. Le Cléac'h mène.

Le soir du , les premiers touchent l'alizé. Le Cléac'h empanne à 60 milles au nord-ouest de Madère[50]. Au matin du 10, il déborde l'archipel, suivi de Riou à 10 milles, et de Paul Meilhat sur SMA à 26 milles. Le grand perdant de la nuit est Dick. Voulant se décaler dans l'ouest pour éviter le dévent de Madère, il s'aventure dans l'anticyclone des Açores et tombe à l'arrêt[51]. Pointé 7e le 9 au soir, il est 13e au petit matin du 10. Il a perdu le contact avec le groupe de tête. Le même jour, Didac Costa reprend la mer. Il a 770 milles de retard sur l'avant-dernier, Sébastien Destremau (TechnoFirst-FaceOcean)[52].

Au large des îles Canaries, portés par des alizés soutenus, les deux premiers sont très proches l'un de l'autre. Riou prend même la tête quelques heures durant[53]. Sur son bateau à dérives droites, il s'avoue surpris et content de réussir à rivaliser avec les foilers : « Je ne suis pas le plus rapide, dit-il à la vacation, mais j'essaye d'avoir une bonne moyenne[54]. » Derrière les deux premiers, à une quarantaine de milles, un groupe de chasse de cinq hommes se constitue : Jérémie Beyou sur Maître Coq, Morgan Lagravière sur Safran, Paul Meilhat sur SMA, Sébastien Josse sur Edmond de Rothschild et Alex Thomson, qui refait son retard tambour battant. Positionné à l'est, le Gallois est le plus rapide de la flotte. Les 11 et , il parcourt 479 milles en 24 heures, réalisant une moyenne de 19,95 nœuds[55]. Il dépasse Riou, et menace à présent Le Cléac'h. Tanguy de Lamotte (10e) signale une avarie à bord d'Initiatives-Cœur[56]. Il fait route à faible vitesse vers Mindelo[57].

 
Alex Thomson, le jour du départ.

À l'approche des îles du Cap-Vert, Riou (3e) et Josse (4e) sont suffisamment décalés dans l'ouest pour couper sans dommage la première zone de dévent : celle de l'île Santo Antão. En revanche, Le Cléac'h (1er) est contraint d'effectuer un double empannage pour se décaler sur la trajectoire de Riou. Thomson (2e) en profite pour prendre la tête : il se maintient dans l'est, s'engage dans l'archipel, contourne Santo Antão. L'accélération de vent qui règne entre les îles lui permet de se repositionner prestement un peu plus à l'ouest et de poursuivre à vive allure sa route sud-sud-ouest. Lorsqu'il franchit la deuxième zone de dévent, il est suffisamment loin du volcan Fogo (haut de 2 829 m) pour ne pas être trop ralenti[58]. Le lendemain, , son avance sur le 2e, Riou, est de 30 à 40 milles.

Au milieu de la nuit, toujours placé à l'est, il atteint le 8° N qui marque l'entrée du Pot au noir[59]. Son avance sur le 2e est de 32 milles. Il poursuit résolument sa route vers le sud entre les 27 et 28° O. Ses six poursuivants (Josse, Riou, Le Cléac'h, Beyou, Lagravière, Meilhat) se décalent dans l'ouest pour trouver le passage favorable que leur désignent les fichiers météo, entre les 28 et 29°. Contre toute attente, c'est Thomson qui fait la bonne opération : au matin du , alors que les sept premiers sont sortis du Pot au noir[60], Thomson devance Le Cléac'h (2e) de 66 milles. Riou est 3e, Josse 4e. Meilhat, qui vient de gagner deux places, est 5e. Beyou est 6e, Lagravière 7e. Au mouillage à Mindelo, Lamotte annonce qu'il fait demi-tour[61]. Le soir, Thomson établit un nouveau temps de référence sur la distance Les Sables-équateur[62].

Descente de l'Atlantique sudModifier

 
Hugo Boss, le bateau d'Alex Thomson, le jour du départ.

Le , au large de Recife, les premiers mettent en place leurs stratégies pour contourner l'anticyclone de Sainte-Hélène. Josse (3e) prend la route la plus courte, à l'est. Thomson (1er) choisit une route ouest, assez longue, mais lui permettant de rester très rapide, avec un meilleur angle[63]. Son écart latéral avec Josse est de 110 milles. Les cinq autres concurrents de tête suivent des routes intermédiaires. Les conditions sont idéales pour les foilers de tête, les moyennes sont à près de 20 nœuds[64]. Thomson augmente son avance. Les deux bateaux à dérives droites (ceux de Riou et de Meilhat) sont à la peine.

Au soir du , ayant doublé le cap Frio, Thomson bénéficie le premier des vents soutenus d'une dépression qui vient de la baie de Rio et qui descend vers le sud-est. La mer n'est pas encore très formée, ce qui est propice aux vitesses élevées. Les 18 et , Thomson parcourt 535,34 milles en 24 heures (ce qui représente une moyenne de 22,3 nœuds). C'est un peu plus que le record établi par François Gabart dans la précédente édition (534,48 milles[55]). L'écart est insuffisant pour que la performance soit homologuée[65], mais le record de Gabart semble devoir tomber bientôt. L'écart se creuse encore. Thomson a 134 milles d'avance sur Le Cléac'h, 146 sur Josse, 203 sur Riou, 242 sur Lagravière, 292 sur Meilhat, 376 sur Beyou[66],[67]. Il est alors victime d'une collision avec un OFNI. Le foil tribord est endommagé[68], il ne peut être rétracté entièrement, et le moignon ralentit le bateau[69]. Bertrand de Broc, sur MACSF (14e quelques heures plus tôt), annonce qu'il abandonne[70]. Le , Le Cléac'h et Josse ont repris plus de 50 milles à Thomson.

Les sept premiers naviguent en avant d'un front froid. Le vent du nord leur permet de progresser très vite vers le sud-est, en faisant route directe[71]. La mer est maintenant formée[69], ce qui retire de leur efficacité aux foils[72]. Riou et Meilhat peuvent à nouveau rivaliser avec les foilers. Et l'écart entre Thomson et ses deux plus proches poursuivants se stabilise entre 85 et 90 milles. Les 20 et , les vitesses sont très élevées : de 20 à 21 nœuds de moyenne sur 24 heures pour les quatre premiers[73]. Le Cléac'h est dépossédé de la deuxième place par Josse ; et Riou de la quatrième par Lagravière. Les sept premiers débordent l'archipel Tristan da Cunha. Le , Thomson (1er) franchit le 40e parallèle. Sa moyenne sur 24 heures est de 21 nœuds.

 
Armel Le Cléac'h, le jour du départ.

Les concurrents de l'arrière n'ont rencontré ni dans le Pot au noir ni dans l'Atlantique sud des conditions aussi favorables que les premiers. Le break est fait. Yann Eliès (Quéguiner - Leucémie espoir, 8e) est à 935 milles de Thomson. Il réussit à traverser l'anticyclone de Sainte-Hélène en se faufilant dans un étroit couloir de vent, traçant une route à 400 milles au nord de celle des premiers. Mais ceux qui le suivent sont en plein désarroi au large du Brésil, pris dans une vaste zone anticyclonique. Jean Le Cam (Finistère Mer Vent) et Dick, à plus de 1 430 milles, se disputent la neuvième place[74],[67]. Dick a réalisé dans la nuit la pire moyenne qu'il ait jamais connue en Imoca : 2 nœuds[75]. Thomas Ruyant (Le Souffle du Nord, 11e) est à 1 627 milles, Kito de Pavant (Bastide-Otio, 12e) à 1 966 milles. Vient ensuite le gros de la flotte, à plus de 2 070 milles[74],[67].

À l'avant, Beyou (7e), Meilhat (6e), Riou (5e) et Lagravière (4e) sont rattrapés, puis dépassés l'un après l'autre par le front. Ils n'ont plus qu'un vent faible, venant de l'ouest, c'est-à-dire de l'arrière. Ils sont donc contraints à des empannages[71]. Les écarts se creusent dans le groupe de tête[73]. À la suite d'une collision avec un OFNI survenue deux jours plus tôt, Riou abandonne[76]. Aux prises avec une avarie de safran, Josse perd quatre heures, et cède la deuxième place à Le Cléac'h[77].

Le soir du , Le Cléac'h accuse un retard de 115 milles sur Thomson. Mais ce dernier, qui longe la ZEA (zone d'exclusion antarctique) entreprend de se décaler dans le nord, ce qui va permettre à Le Cléac'h de revenir sur lui progressivement. Le , à 12 heures, Thomson établit un nouveau temps de référence à la longitude du cap de Bonne-Espérance[78]. Il précède alors Le Cléac'h de 103 milles, Josse de 238 milles, Lagravière de 449 milles, Meilhat de 731 milles et Beyou de 832 milles[79],[67]. Au même moment, Lagravière brise son gouvernail[80]. Il abandonne[81].

Océan IndienModifier

 
Banque populaire VIII, le bateau d'Armel Le Cléac'h, le jour du départ.

Tout au long de la journée du , Thomson poursuit son décalage dans le nord et Le Cléac'h se rapproche toujours. Le 25, l'écart est d'une trentaine de milles. Les deux navigateurs suivent maintenant la même route. Le 26, dans des vents erratiques, l'écart se réduit à une dizaine de milles. Le 27, les deux bateaux reprennent de la vitesse. Le vent est à 110°[82], la mer maniable : les conditions sont réunies pour que Le Cléac'h exploite le potentiel de son foil. Il passe en tête. Sur une trajectoire proche de celle de Thomson, il va 1,8 nœud plus vite (44 milles de plus en 24 heures). Ce qui semble confirmer que Thomson, bâbord amures, est handicapé par son foil tribord détérioré[83] (à terre, les rumeurs les plus extravagantes courent à propos de ce foil[84]). Le 28, Le Cléac'h a une trentaine de milles d'avance sur son rival[85]. Lamotte, revenu aux Sables-d'Olonne, annonce officiellement son abandon[86]. Le Cléac'h et Thomson débordent les îles Crozet. Le 29, leur allure est plus portante. Le foil de Le Cléac'h perd donc de son efficacité[87]. Thomson réduit l'écart à une vingtaine de milles. Le 30, les deux marins débordent les îles Kerguelen.

Derrière, des conditions peu satisfaisantes ont aggravé les écarts : Josse (3e) est à 698 milles ; Beyou (4e) et Meilhat (5e) naviguent de conserve à quelque 1 150 milles ; Eliès (6e) est à 1 495 milles, Dick (7e) à 2 075 milles[88],[67].

Thomson se rapproche à une quinzaine de milles de Le Cléac'h[89]. Le lendemain, , le vent tourne au sud-ouest. Les deux adversaires naviguent donc tribord amures, c'est-à-dire sur le foil bâbord, à la grande satisfaction de Thomson, qui passe en tête[90]. Le , Meilhat ravit la quatrième place à Beyou. Le 3, Le Cléac'h aperçoit le bateau de Thomson, qui le précède de deux ou trois milles[91]. Il le dépasse. Beyou, qui suit Meilhat à une trentaine de milles, est victime d'une avarie dans 30 nœuds de vent (chariot de têtière de grand-voile endommagé, grand-voile déchirée). Il fait route vers le nord-est pour trouver des eaux plus calmes[92]. Le , Kojiro Shiraishi (Spirit of Yukoh, 12e) démâte. Il abandonne[93]. Beyou reprend la course[92]. Il a maintenant 265 milles de retard sur Meilhat[94],[67]. Le , Le Cléac'h établit un nouveau temps de référence en franchissant la longitude du cap Leeuwin, au sud-ouest de l'Australie[95]. Thomson (2e) est à 101 milles, Josse (3e) à 595 milles, Meilhat (4e) à 1 189 milles, Beyou (5e) à 1 437 milles[96],[67].

Parti en survitesse dans des creux de quatre mètres, Josse enfourne, et endommage gravement son foil bâbord[97]. Ayant percuté un OFNI, Romain Attanasio (Famille Mary - Étamine du Lys, 18e) endommage ses deux safrans. Il se déroute vers la côte sud-africaine pour trouver un abri où réparer[98]. Le , ayant percuté un OFNI, Kito de Pavant (10e) est confronté à une importante voie d'eau[99]. Il abandonne et demande assistance. Costa, reparti des Sables-d'Olonne avec quatre jours de retard, dépasse Destremau, qui est maintenant 23e et dernier. Le , Pavant est recueilli par le Marion Dufresne[100]. Josse (3e) abandonne[101].

Le , Le Cléac'h entre dans l'océan Pacifique. Thomson est à 132 milles, Meilhat (3e) à 1 256 milles. Attanasio, Costa et Destremau sont toujours dans l'Atlantique. Destremau, 22e et dernier, est à 6 020 milles de Le Cléac'h[102],[67].

Océan PacifiqueModifier

 
Jean-Pierre Dick, le jour du départ.

Accueillis dans l'océan Pacifique par 36 heures de gros temps, les deux premiers ne baissent pas pour autant de rythme. Dans des vents de 35 à 40 nœuds, sur une mer chaotique, Le Cléac'h réalise toujours des moyennes de près de 20 nœuds[103]. Il ne cesse d'accroître son avance sur Thomson. Le , au sud de la Nouvelle-Zélande, l'écart entre les deux hommes est de 194 milles[104],[67].

Après cinq jours de mise entre parenthèses, ayant réparé, Attanasio reprend la course[105]. Il est maintenant avant-dernier (21e). Le , Destremau entre dans l'océan Indien. Il n'y a plus de concurrent dans l'Atlantique. Une puissante dépression menace particulièrement trois marins : Le Cam (7e), Eliès (5e) et Dick (6e). Le Cam, le plus au sud, freine pour l'éviter[106]. Eliès met à la cape. Dick entreprend le un grand détour par le détroit de Bass. Il embouque même le détroit de Banks, entre les îles Furneaux et la Tasmanie, ce qui est une première dans l'histoire des tours du monde sans escale. Il cède ainsi la sixième place à Le Cam[107].

Le , les deux premiers sont ralentis dans une zone de transition qui leur barre la route. Tous deux s'en déclarent néanmoins satisfaits, après cinq semaines d'une lutte éprouvante à plus de 17 nœuds de moyenne[108], où les temps de référence ont été pulvérisés. « Cela va faire du bien de décompresser un peu, avoue Le Cléac'h, après ce rythme infernal que nous maintenons depuis plusieurs semaines avec Alex[109]. » Le Léonard ne néglige pas pour autant d'augmenter son avance sur Thomson. Le 15, elle s'élève à 322 milles[110],[67] au moment où il touche du vent. Thomson vit des heures inconfortables. Il peine à s'extraire des calmes. Devant faire du près sans foil tribord, il dérive[111]. Beyou (4e) réussit à revenir à hauteur de Meilhat. Dick, après avoir passé le détroit de Banks, a bénéficié d'un bon angle[107]. Il retrouve sa place entre Eliès (5e) et Le Cam (7e)[108]. Mais l'écart est maintenant serré entre les trois hommes.

Le , le retard de Thomson sur Le Cléac'h est de 422 milles[112],[67]. Beyou dépasse Meilhat et prend la troisième place[113]. Le , Stéphane Le Diraison (Compagnie du Lit - Boulogne-Billancourt, 10e) démâte au sud de l'Australie[114]. Le 18, Meilhat reprend la troisième place. À l'approche de la Nouvelle-Zélande, Thomas Ruyant (Le Souffle du Nord, 8e) percute un OFNI. Le bateau a d'importants dégâts structurels[115]. Par « petits décalages stratégiques » et « enchaînements météo[116] », Le Cléac'h continue de creuser l'écart. Le 19, son avance sur Thomson dépasse les 500 milles. Ayant pris l'avantage sur Eliès, Dick est 5e. Il bénéficie de bonnes conditions de vent pour se lancer à la poursuite du tandem Meilhat-Beyou[117], qui le précède de plus de 600 milles. Le , Ruyant annonce officiellement son abandon. Meilhat (3e), victime d'une avarie de vérin de quille, se déroute plein nord.

Le à 13 h 34, Le Cléac'h établit un nouveau temps de référence en doublant en tête le cap Horn. Thomson est à 762 milles, Beyou (3e) à 1 621 milles, Dick (4e) à 2 112 milles. Eliès (5e) et le Cam (6e) suivent, à plus de 2 200 milles. Louis Burton (Bureau Vallée) est à 3 591 milles, Nándor Fa (Spirit of Hungary) à 4 280 milles, Conrad Colman (Foresight Natural Energy) à 4 846 milles. Vient ensuite un groupe de six concurrents encore dans l'océan Indien, au sud de l'Australie : Arnaud Boissières (La Mie câline), Alan Roura (La Fabrique), Éric Bellion (Comme un seul homme), Enda O'Coineen, Rich Wilson (Great American IV) et Fabrice Amedeo (Newrest-Matmut). Pieter Heerema (No Way Back), à l'approche du cap Leuwin, est talonné par Costa qui poursuit sa remontée. Attanasio et Destremau ferment la marche, à plus de 7 500 milles de Le Cléac'h[118],[67]. Le Diraison annonce son abandon[119]. Costa dépasse Heerema.

Remontée de l'Atlantique sudModifier

Ce jour-là, , le retard de Thomson sur Le Cléac'h atteint 820 milles. Le Gallois se dit pourtant « heureux », car il vient de réussir à relever le moignon de son foil : « Il n’est plus à l’eau, et n’engendre plus de traînée[120]… » Le 24, les conditions en tête de course s'inversent. Le Cléac'h est freiné dans des calmes au sud-ouest des îles Malouines. Thomson touche du vent du sud. Tribord amures, il file 20 nœuds. De son côté, Beyou (3e) accroche le flux de nord d'une dépression[121]. Meilhat annonce son abandon[122]. Le , deux jours après Le Cléac'h, Thomson double le cap Horn[123]. Il n'a plus que 455 milles de retard.

Au large de l'Argentine, les choses restent compliquées pour Le Cléac'h. D'abord contraint de tirer des bords, il ne peut compter ensuite que sur un vent d'ouest modéré. Pour Thomson, tout est simple. Il n'empanne qu'une fois (au sud des Malouines), puis il fait route directe en bénéficiant d'un flux soutenu[124]. Le soir du , Le Cléac'h entre dans une zone de vents faibles : son chemin est barré au large de l'Uruguay par une cellule anticyclonique[125]. Thomson est à 255 milles. Au matin du 30, au large de Rio Grande, il est à 29 milles : il vient de reprendre 791 milles en une semaine. Il est ralenti à son tour, au moment où Le Cléac'h sort de l'anticyclone. L'élastique se tend à nouveau.

Le , au sud de la Nouvelle-Zélande, O'Coineen démâte. Il abandonne[126]. Le 2, les deux derniers, Heerema et Destremau, quittent ensemble l'océan Indien.

Depuis le , l'écart varie de 130 à 190 milles entre les deux hommes de tête, qui tirent des bords au large des côtes brésiliennes, dans un faible vent de nord-est. Les moyennes sont d'une dizaine de nœuds. Au soir du , Beyou (3e) est revenu à 591 milles de Le Cléac'h. En 11 jours, il vient de lui reprendre 1 030 milles. Il est maintenant à 393 milles de Thomson[127],[67]. Les trois premiers entrent doucement dans le régime d'alizés. Ce ne sont toujours que des petits vents de nord-est de dix à quinze nœuds, ce qui ne permet pas à Thomson d'exploiter le potentiel de son foil bâbord[128]. Le , les vents tournent progressivement à l'est pour Le Cléac'h, et enfin au sud-est. Il creuse à nouveau l'écart. Le 5, au large de Natal, il précède Thomson de 342 milles[129],[67]. Il commence alors à ralentir, ressentant les premiers effets d'un Pot au noir très étendu[130]. Le 7, il établit un nouveau temps de référence en franchissant l'équateur.

Remontée de l'Atlantique nord et arrivée des trois premiersModifier

Le , Bellion s'empare de la neuvième place au détriment de Colman, handicapé par la perte de trois voiles d'avant[131]. Le 9, Eliès et Le Cam, qui naviguent bord à bord, s'échangent la cinquième place. Le Cléac'h et Thomson en ont fini avec le Pot au noir. Ils progressent maintenant dans des vents légers de secteur est[132]. Le soir, l'avance de Le Cléac'h n'est plus que de 79 milles[133],[67] : le Pot au noir a été une nouvelle fois favorable à Thomson, ce que le Léonard trouve « dur à avaler[134] ». Patiemment, dans un alizé « assez faible et très perturbé[135] », il reconstitue son avance. Le 10, il évoque ses difficultés :

« J’attends toujours le vent qui est assez faible. Par rapport aux fichiers météo, la situation est loin d’être claire. Depuis deux-trois jours on a du mal à progresser vers le nord. Nous faisons face à une activité orageuse depuis l’équateur. Le Pot au noir est monté avec nous. Des nuages et des gros grains se sont formés au fur et à mesure de notre progression […] ll n’y a rien de simple. Ce n’est pas le schéma classique. On est dans une situation météo vraiment anormale pour cette période de l’année […] Physiquement je tiens le coup, je n’ai pas de grosses manœuvres à faire, c’est plutôt plein de petits réglages, c’est plus mentalement que c’est difficile[134]. »

Le soir, son avance est de 135 milles[136],[67]. Le , il déborde les îles du Cap-Vert. Son avance atteint 253 milles[137],[67]. Le 12, les deux premiers entrent dans une zone de vents faibles et instables. Le 13, des vitesses de l'ordre d'un à quatre nœuds sont affichées. Thomson est positionné 70 milles plus à l'ouest, pour recevoir un peu plus de vent[138]. L'écart entre les deux premiers se réduit à 121 milles[139],[67]. Eliès et Le Cam, qui viennent de franchir l'équateur, continuent de s'échanger la cinquième place. Dans le Pacifique, Amedeo prend la onzième place à Boissières, piégé dans des calmes[140]. Le , les deux premiers sont au grand large des îles Canaries. Le soir, Thomson commence à se décaler vers l'est pour se remettre dans le sillage de Le Cléac'h. Il ne perd pas de terrain dans ce recalage. Au contraire, bénéficiant d'un bon angle, il en gagne. Au matin du 15, lorsque Le Cléac'h reprend de la vitesse, il précède Thomson de 109 milles[141],[67]. C'est une déception pour le Gallois : il s'était fixé comme objectif d'être à 30 milles au terme de ces trois jours de vents faibles, afin de doubler ensuite son rival dans le vent fort[142]. Cela lui aurait permis d'arriver le premier à une dorsale annoncée — atout décisif pour gagner la course[138]. En effet, des vents contraires défendent aux deux premiers la route directe vers les Sables-d'Olonne : Le Cléac'h et Thomson doivent tirer un grand bord vers le nord, où les attend la traversée d'une dorsale anticyclonique[143].

 
Banque populaire VIII sous un ris et J2 quelques milles avant son arrivée.

Au large de Madère, portés par un bon flux de sud-est, les deux bateaux filent maintenant plus de 20 nœuds, tribord amures. Thomson est sur son foil valide. Dans la nuit, les Açores sont débordées par l'est. Le , Thomson bat le record de distance parcourue en 24 heures, 536,81 miles à une moyenne de 22,36 nœuds[55],[144]. Mais Le Cléac'h résiste. L'écart se stabilise autour de 75 milles. Au matin du 17, à l'approche de la dorsale, les deux bateaux commencent à ralentir. Ils franchissent le 46° 29′ 50″ N, la latitude des Sables-d'Olonne[131]. Les trajectoires s'incurvent vers le nord-est. Depuis le matin, Thomson est décalé 15 ou 20 milles au nord-ouest pour recevoir plus de vent plus longtemps. Il réduit un peu l'écart, en distance sur l'eau. Puis il se recale sur la trajectoire de Le Cléac'h.

Le , le déplacement de la dorsale vers le nord-est va provoquer une bascule de vent du sud-est à l'est, puis de l'est au nord-est. Les deux concurrents doivent faire le choix capital du meilleur moment pour virer de bord, pour profiter au plus vite de la bascule tout en ayant l'angle idéal vers les Sables-d'Olonne[143]. Lorsque Le Cléac'h vire à 40 milles à l'ouest des îles Scilly, il précède Thomson de 60 milles (sur l'eau). Le Gallois reconnaît à ce moment-là qu'il ne lui reste plus d'option à tenter[145] : les 300 derniers milles vont se faire bâbord amures, avec du vent ; il devra donc se contenter de suivre, sur son foil blessé, incapable de rivaliser[146]. Il vire 40 milles avant Le Cléac'h.

Dick (4e) comptait, le , 300 milles d'avance sur Eliès et Le Cam (au contact depuis la Tasmanie)[146]. Le , contraint d'aller chercher du vent dans l'ouest, il permet au duo de revenir à sa hauteur par une route plus courte. Les trois hommes se disputent maintenant la quatrième place[147].

Le , à 16 h 37, Armel Le Cléac'h franchit en vainqueur la ligne d'arrivée, établissant un nouveau temps de référence[148]. Le , à h 37, Alex Thomson finit deuxième, 16 heures après Le Cléac'h[149]. La fin de parcours de Beyou (3e) est contrariée par des vents faibles. Le , au large de la pointe bretonne, il voit sa vitesse descendre jusqu'à 4 nœuds[150], et le lendemain jusqu'à 0,6 nœud. Dans la nuit du 22 au 23, Boissières reprend la onzième place à Amedeo[151]. Le , à 19 h 40, Jérémie Beyou termine à la troisième place, 4 jours et 3 heures après Le Cléac'h[152].

Après l'arrivée des trois premiersModifier

Depuis les Açores, le trio Dick-Eliès-Le Cam progresse à vive allure en avant d'une dépression. Dick est le plus nord, Le Cam le plus sud, Eliès entre les deux. Des écarts se creusent. Dick (4e) est avantagé par son décalage au nord et par son foil[153]. À l'aube du , à 316 milles du but, il précède Eliès de 73 milles et Le Cam de 118 milles[154],[67]. Mais les calmes règnent toujours sur le golfe de Gascogne. Le vent mollit par l'avant. De sud, il tourne progressivement pour basculer à l'est à l'approche des côtes[155]. Dick est le premier ralenti, et le premier à naviguer au près. Les écarts se réduisent. Le , dans le dernier bord le long de la côte, à une vingtaine de milles de l'arrivée, Jean-Pierre Dick est suivi d'Eliès à 12 milles et de Le Cam à 34 milles. À 14 h 47, il termine à la quatrième place[156], 5 jours et 22 heures après Le Cléac'h. Les quatre premiers ont donc couru sur des bateaux équipés de foils. Yann Eliès franchit la ligne d'arrivé moins de deux heures après Dick, le 25 janvier à 16 h 13. Queguiner - Leucémle espoir est donc le premier IMOCA sans foils à boucler le parcours de cette 8e édition. À 17 h 43, Jean Le Cam finit sixième, h 30 après Eliès qui l'accompagne depuis plus de la moitié d'un tour du monde ; et h 56 après Dick. C'est la première fois dans l'histoire du Vendée Globe que trois concurrents terminent en moins de 3 heures le même jour[157].

Le , Attanasio prend la quinzième place à Costa. Celui-ci la lui reprend le 29. Le même jour, Destremau, 18e et dernier, double le cap Horn. Il n'y a plus de concurrent dans le Pacifique[158]. Le , à h 47, Louis Burton termine 7e avec son temps de course allongé d'une pénalité de deux heures suite à une rupture involontaire du plomb d’arbre d’hélice, survenue deux jours avant l’arrivée[159]. Son Bureau Vallée se place 3e des bateaux à dérives droites. Le à 11 h 54, Nándor Fa, 63 ans, finit 8e[160] sur un Spirit of Hungary qu'il a en partie dessiné et construit[161]. En 1993, le Hongrois avait terminé 5e de la deuxième édition du Vendée Globe.

Le , Conrad Colman (10e) démâte à 700 milles de l'arrivée[162]. Le 13, Arnaud Boissières lui prend la dixième place. Le même jour, à 17 h 58, Éric Bellion termine 9e[163]. Le 14, Fabrice Amedeo prend la onzième place à Colman, qui dérive depuis quatre jours au grand large de Peniche. Le soir, ayant réussi à établir un gréement de fortune, le Néo-Zélandais repart[164]. Le , Alan Roura lui prend la douzième place. Le 17, à h 26, Arnaud Boissières termine 10e[165]. Le 18, à 10 h 03, Fabrice Amedeo termine 11e[166]. Le 19, Rich Wilson prend la treizième place à Colman, qui progresse à 3 ou 4 nœuds dans des vents contraires[167]. Le , à 9 h 12, le benjamin de l'épreuve, le Suisse Alan Roura, 23 ans, finit 12e[168]. Son bateau termine 1er des bateaux d'ancienne génération : La Fabrique n'est autre que le Superbigou construit par Bernard Stamm, lancé en 2000[169].

Le , à 13 h 50, l'Américain Rich Wilson, 66 ans, doyen de l'épreuve, termine 13e. Le même jour, le Catalan Didac Costa prend la quatorzième place à Colman. Le 23, à 8 h 52, il termine 14e. Le 24, Romain Attanasio prend la quinzième place à Colman et franchit la ligne d'arrivée à 11 h 06. Conrad Colman, qui vient de parcourir 740 milles sous gréement de fortune, finit 16e à 15 heures. Il est le premier navigateur des temps modernes à terminer un tour du monde sans recours à un combustible fossile[170] : à bord de son Foresight Natural Energy, l'énergie est produite par un moteur électrique, par des panneaux solaires intégrés à la grand-voile[171] et par un hydrogénérateur[170].

ClassementModifier

Classement de l'édition 2016-2017[172]
Classement Nom du concurrent Nationalité Nom du bateau Jour d'arrivée Temps Écart
1 Armel Le Cléac'h   France Banque populaire VIII à 16 h 37 74 j 03 h 35 min 46 s Record
2 Alex Thomson   Royaume-Uni Hugo Boss à 08 h 37 74 j 19 h 35 min 15 s + 00 j 15 h 59 min 29 s
3 Jérémie Beyou   France Maître Coq à 19 h 40 78 j 06 h 38 min 40 s + 04 j 03 h 02 min 54 s
4 Jean-Pierre Dick   France StMichel-Virbac à 14 h 47 80 j 01 h 45 min 45 s + 05 j 22 h 09 min 59 s
5 Yann Eliès   France Quéguiner - Leucémie Espoir à 16 h 13 80 j 03 h 11 min 09 s + 05 j 23 h 35 min 23 s
6 Jean Le Cam   France Finistère Mer Vent à 17 h 43 80 j 04 h 41 min 54 s + 06 j 01 h 06 min 08 s
7 Louis Burton   France Bureau Vallée à 08 h 47 87 j 21 h 45 min 49 s* + 13 j 18 h 10 min 03 s
8 Nándor Fa   Hongrie Spirit of Hungary à 11 h 54 93 j 22 h 52 min 09 s + 19 j 19 h 16 min 23 s
9 Éric Bellion   France Comme un seul homme à 17 h 58 99 j 04 h 56 min 20 s + 25 j 01 h 20 min 34 s
10 Arnaud Boissières   France La Mie câline à 09 h 26 102 j 20 h 24 min 09 s + 28 j 16 h 48 min 23 s
11 Fabrice Amedeo   France Newrest-Matmut à 10 h 03 103 j 21 h 01 min 00 s + 29 j 17 h 25 min 14 s
12 Alan Roura   Suisse La Fabrique à 09 h 12 105 j 20 h 10 min 32 s + 31 j 16 h 34 min 46 s
13 Rich Wilson   États-Unis Great American IV à 13 h 50 107 j 00 h 48 min 18 s + 32 j 21 h 12 min 32 s
14 Didac Costa   Espagne One planet One ocean à 08 h 52 108 j 19 h 50 min 45 s + 34 j 16 h 14 min 59 s
15 Romain Attanasio   France Famille Mary - Étamine du Lys à 11 h 06 109 j 22 h 04 min 00 s + 35 j 18 h 28 min 14 s
16 Conrad Colman   Nouvelle-Zélande Foresight Natural Energy à 15 h 00 110 j 01 h 58 min 41 s + 35 j 22 h 22 min 55 s

* Louis Burton : pénalité de 2 heures pour une rupture involontaire du plomb d’arbre d’hélice[159].

Incidents et abandonsModifier

Le 6 novembre 2016, après un peu plus d'une heure de course, Didac Costa, sur One Planet One Ocean, découvre qu'un tuyau de ballast s'est arraché. La fuite d'eau a endommagé du matériel électrique et électronique. Costa fait demi-tour et rejoint Les Sables-d'Olonne[47]. Les réparations effectuées, il doit encore patienter en raison d'un coup de vent balayant le golfe de Gascogne le [50]. Il repart le 10, après quatre jours passés à terre.

Le 12 novembre, Tanguy de Lamotte casse la tête du mât d'Initiatives-Cœur à 150 milles au nord des îles du Cap-Vert. La grand-voile ne porte plus[56]. Il fait route sur l'île de São Vicente, à cinq nœuds[57]. Le 14, il mouille en baie de Mindelo[173]. Le lendemain, , il constate que le mât, trop fragilisé pour supporter un tour du monde, peut lui permettre de rentrer aux Sables-d'Olonne. Lamotte déclare qu'il fait demi-tour[61]. Il arrive aux Sables-d'Olonne le , et annonce officiellement son abandon[86].

Le 18 novembre, Bertrand de Broc se déroute vers l'archipel Fernando de Noronha. Il veut connaître l'origine d'un bruit insoutenable qui se manifeste au-dessus de 13 nœuds depuis une collision au large du Portugal. Il arrive le lendemain. Il découvre que les carénages en composite qui protègent la quille sont endommagés : celui de l'avant est entièrement arraché, celui de l'arrière à moitié[174]. Après concertation avec son équipe, de Broc doit admettre que MACSF n'est plus en état de poursuivre la course. Les risques sont trop élevés. De Broc annonce son abandon[70]. Le , le bateau quitte le mouillage[175]. Il arrive à Lorient le [176].

Le 20 novembre, Vincent Riou, sur PRB, est victime d'une collision avec un OFNI. N'ayant pas constaté de dégâts, il poursuit sa route. Le , il découvre que la rotule en plastique liant la quille au bateau est cassée. L'axe de quille frotte contre le support de la rotule. Il n'y a pas de risque dans l'immédiat, mais cela peut provoquer des dégâts plus graves. Riou annonce son abandon[76]. Il fait route sur Le Cap, où il arrive dans la nuit du 26 au 27[177].

Le 24 novembre, Morgan Lagravière, sur Safran II, est victime d'une collision avec un OFNI. Le bateau « part au tas ». Le navigateur réussit à le redresser. Il découvre que son gouvernail est cassé[80], ce qui le contraint à l'abandon[81]. Il se dirige vers Le Cap, où il arrive le 26[178], quelques heures avant Vincent Riou.

Le , Jean-Pierre Dick (StMichel-Virbac) entre dans la zone d'exclusion antarctique. Il y parcourt 44 milles. Comme les autres concurrents, il a été informé d'une remontée de la ZEA, mais il s'est embrouillé dans quatre mises à jour de ses logiciels de navigation. Il n'a pas pris en compte la dernière version. Pour réparer sa faute, il fait demi-tour, comme le prévoit le règlement, et sort de la zone par l'endroit où il est entré. Il perd ainsi près de huit heures[179].

Le 3 décembre, sur Maître Coq de Jérémie Beyou, au large des îles Saint-Paul et Nouvelle-Amsterdam, la grand-voile s'affale et se déchire. Beyou remplace le hook défaillant, et reprend la course le lendemain[180].

Les 4 et , Arnaud Boissières, sur La Mie câline, rencontre lui aussi, par deux fois, un problème de chariot de têtière de grand-voile, mais sans que la voile ne se déchire[181].

Le 4 décembre, le mât du Spirit of Yukoh de Kojiro Shiraishi se casse au niveau de la deuxième barre de flèche. Une réparation n'est pas possible. Le navigateur abandonne. Il se dirige vers Le Cap[182], où il arrive le .

Le 4 décembre, par 30 nœuds de vent, un incendie d'origine électrique se déclare à bord de Foresight Natural Energy. Conrad Colman parvient à l'étouffer à l'aide d'une couverture antifeu. Des câbles brûlés ont court-circuité le pilote automatique. Le bateau part à l'abattée, puis empanne violemment, gîte à 80° et menace de chavirer. Mains brûlées, enduites de plastique fondu, Colman enroule le gennaker, parvient à rétablir l'assiette du bateau. Mais le vent forcit. Le gennaker, mal enroulé, risque de se déchirer. Privé d'instruments et de pilote automatique, Colman l'affale pour sécuriser le bateau. Mal ferlée, dans un vent qui se renforce, la voile se déroule, se débat en tous sens et risque de partir à l'eau. Colman craint un démâtage. Au portant, il tente d'enrouler à nouveau le gennaker, en barrant avec les genoux tout en moulinant les winches. Il se résout finalement à l'affaler à nouveau. Il le fixe tant bien que mal autour des autres étais avant. En tout, ce sont deux heures de travail, dans des rafales à 40 nœuds. À l'intérieur, tandis que le bateau était couché, des centaines de litres d’eau se sont introduits par la boîte de tête de quille. Colman réussit à remettre en marche son pilote automatique[183].

 
Sébastien Josse, le jour du départ.

Le 5 décembre, quelque 600 milles avant le cap Leeuwin, Edmond de Rothschild, foils relevés, part en surf à 30 nœuds sur une mer formée. Il enfourne, subissant une avarie majeure sur le foil bâbord : le point d'attache a cédé et le foil ne tient plus que par deux vis. Il y a risque de voie d'eau si le foil sort de sa cale et endommage le puits. Le , Sébastien Josse reconnaît qu'il ne peut effectuer une réparation permettant de couvrir — avec des ambitions et en sécurité — les 15 000 milles restants. Il abandonne. Il dirige son bateau vers l'Australie[101]. Il arrive à Fremantle le .

Le 5 décembre, Famille Mary - Étamine du Lys heurte un OFNI à 470 milles au sud du Cap, endommageant ses deux safrans. Romain Attanasio se déroute vers l'Afrique du Sud[184]. Le 7, il mouille en baie de Simon's Town. Il remplace un des safrans, restratifie l'autre, et répare un délaminage de fond de coque[185]. Il reprend la course le [105].

Le matin du 6 décembre, à 120 milles au nord-est des îles Crozet, le Bastide-Otio de Kito de Pavant heurte un OFNI qui rompt la quille et endommage la coque. Une voie d’eau importante se déclare. La quille pend sous le bateau, simplement tenue par son vérin. Son puits est arraché. Dans 40 nœuds de vent et des creux de 5 à 6 mètres, le bateau est arrêté. Pavant demande assistance. Le Marion Dufresne, navire de ravitaillement des TAAF (Terres australes et antarctiques françaises), se trouve à 110 milles au nord. Il se dirige sur zone[99]. Le , vers 2 heures (heure française), Pavant est récupéré par un semi-rigide du Marion Dufresne. Le marin est obligé d'abandonner son bateau[100].

Le 6 décembre, Comme un seul homme se couche sous l'effet d'une rafale de plus de 50 nœuds. La mèche de safran (pièce en carbone qui relie l’appendice au bateau) se vrille. La pelle est inutilisable. Sous voile réduite, Éric Bellion fait route au nord-est. Il atteint le lendemain une zone de calme. Il lui faut huit heures d'efforts pour remplacer la pelle. Il reprend la course le jour même[186].

Le 7 décembre, sur Le Souffle du Nord, Thomas Ruyant manipule son dispositif de ballast bâbord, lorsque le chapeau du schnorchel (prise d'eau du ballast) s'ouvre violemment sur une vague, pendant un surf. Il s’arrache, découpant le fond de coque. L'eau envahit l'espace de vie. Ruyant colmate la brèche avec des sacs et un bas de ciré. Il se met aussitôt bâbord amures pour maintenir le trou hors de l’eau. Il réalise alors « un système de bouchon par l’intérieur avec de la mousse expansée, des plaques de mousse et un capuchon final en carbone, le tout étayé par l’intérieur pour maintenir l’ensemble ». Ayant perdu une journée, le solitaire peut reprendre la course[187].

Le 17 décembre, à 700 milles des côtes australiennes, le mât du Compagnie du Lit - Boulogne-Billancourt de Stéphane Le Diraison se brise en deux. Le skipper est obligé d'abandonner à l’eau la grand-voile et le gréement. Il fait route vers l'Australie, tourmentin gréé sur les sept mètres de mât restants. Il abandonne officiellement le , pour pouvoir s'aider du moteur. Il est ravitaillé en gasoil par un cargo. Il arrive à Melbourne le [188].

Le 18 décembre, dans un vent de plus de 40 nœuds, sur une mer très formée, Le Souffle du Nord pour le projet Imagine de Thomas Ruyant heurte un OFNI. Une voie d’eau se déclare dans la soute à voile. Le bordé bâbord est « coupé jusqu'en dessous de la ligne de flottaison ». Le système de barre est détruit. Le safran tribord est presque arraché. Quelques varangues sont brisées. Il y a des dégâts structurels, notamment sur le pont. Le navigateur tente de rallier à petite vitesse la Nouvelle-Zélande. Le bordé tribord se délamine. La structure du pont se dégrade peu à peu. La pompe de cale fonctionne en permanence. Une nouvelle dépression vient du nord[189]. Dans la nuit du 19 au 20, Ruyant essuie des vents de plus de 40 nœuds pendant plusieurs heures, avec des rafales jusqu'à 58 nœuds. Le bateau, incontrôlable en raison du système de barre détérioré, a bien du mal à poursuivre sa route. Il part constamment au lof. Dans la mer très dure, il se détériore encore. Une des pompes est hors d'usage. Le , ayant doublé la pointe Puységur, le bateau, qui menace de se casser en deux, progresse à l'abri de la côte sud de la Nouvelle-Zélande. Ruyant annonce son abandon[190]. Les coast guards néo-zélandais viennent à sa rencontre. Ils apportent une motopompe et du gasoil. Ruyant réussit à mener son bateau jusqu'au port de Bluff[191].

 
Paul Meilhat, la veille du départ.

Le 20 décembre, en plein océan Pacifique, à 2 000 milles dans l’est de la Nouvelle-Zélande, Paul Meilhat est victime d'une avarie de quille. Le vérin est fissuré sur 40 centimètres. Tout son système hydraulique est inopérant. La quille bascule à 45° sous le vent. Le skipper de SMA bloque la quille dans l'axe grâce à un système de sécurité. Il se déroute vers le nord[192]. Il signifie son abandon le [122]. Il arrive à Papeete le 28[193].

Le 28 décembre, l'Irlandais Enda O'Coineen, skipper de Kilcullen Voyager - Team Ireland, se déroute sur l’île Stewart, au sud de la Nouvelle-Zélande[194]. Il mouille le 30. Il procède à diverses réparations, en particulier sur son rail de grand-voile et sur son pilote automatique. Il reprend la course le 31.

Le , O'Coineen démâte à 180 milles au sud-est de Dunedin. Il annonce son abandon le lendemain[195]. Il fait route au moteur sur Dunedin, où il arrive le [196].

Le , sur le Foresight Natural Energy de Conrad Colman, dans un vent à 45 nœuds et des rafales à 60, l'étai J1 — qui contribue grandement à maintenir le mât — se décroche en partie du pont. L'axe de fixation a cédé. La voile se déroule, et les rafales couchent le bateau, qui reste plusieurs heures sur le côté. Voile dans l'eau, le risque de démâtage est grand. Lorsque les conditions permettent enfin au navigateur de sortir, la voile est en lambeaux. Le câble est entièrement détaché du pont et voltige en tous sens. Colman le remplace provisoirement par une drisse qu'il relie au bout-dehors. Cet épisode de mauvais temps lui vaut la plus grande frayeur de son tour du monde. En pleine nuit, voulant descendre la grand-voile, Colman est dans la housse de bôme, qui cède. Il passe par-dessus bord. Attaché, ayant perdu sa lampe frontale, il est traîné sur le côté du bateau avant qu'une vague ne le rapproche et qu'il réussisse à s'accrocher « comme un koala »[197]. Le lendemain, il fait route nord pour trouver une météo lui permettant de monter au mât, d'en rapprocher l'étai, de débarrasser celui-ci des morceaux de voile et de le fixer au pont en remplaçant l'axe[198]. Le , ayant résolu ses problèmes, le Néo-Zélandais reprend la course.

Le 2 janvier, en entrant dans l'océan Pacifique, Sébastien Destremau (TechnoFirst-FaceOcean) se déroute pour relâcher à Port Esperance, une petite baie du canal d'Entrecasteaux, en Tasmanie. Ayant réparé une barre de flèche, il reste bloqué sur place en raison de vents trop faibles pour lui permettre de sortir du goulet[130]. Il ne repart que le [199].

Le 2 janvier, La Fabrique d'Alan Roura heurte un OFNI. Le safran tribord est arraché. Une importante voie d’eau se déclare à l’arrière[200]. Très vite, il y a 50 cm d'eau dans la cellule de vie. Roura met son bateau à la cape, couché. Dans des vents de plus de 40 nœuds, dans des creux de quelque six mètres, attaché, suspendu à l'arrière du bateau, Roura réussit, après une demi-heure d'efforts, à encastrer le safran de secours dans son logement. Il remonte son système de barre. Il finit de colmater la voie d'eau à l'aide d'un sac étanche qu'il découpe et qu'il enroule autour de la mèche et du socle avec un lashing. Il reprend sa route en essayant de se maintenir assez nord pour trouver au plus vite du petit temps, et pouvoir procéder à des réparations définitives[201].

Le 9 février, au sud-ouest des îles du Cap-Vert, Famille Mary - Étamine du Lys heurte un OFNI. La dérive bâbord casse et une petite voie d’eau se déclare dans le puits. Romain Attanasio continue sa course[202].

Le 10 février, à 300 milles des côtes portugaises, à environ 700 milles de l'arrivée, Foresight Natural Energy démâte[203]. Conrad Colman réassemble sa bôme cassée pour en faire un mât, découpe sa grand-voile et complète ce gréement de fortune par le tourmentin[204]. Il reprend sa route le [164].

Le 11 février, au large de la Galice, à moins de 500 milles de l'arrivée, Comme un seul homme subit une avarie de grand-voile : la têtière sort du rail. Éric Bellion amène la voile pour la réengager[205]. Il ne peut plus la remonter, car la drisse est vrillée. Il poursuit sous J3[206]. Le soir du , il réussit à hisser la grand-voile. Il termine son parcours avec trois ris[207].

Abandons et hors course
Nom du concurrent Nationalité Nom du bateau Date Raison de l'arrêt Lieu
1 Bertrand de Broc   France MACSF 19 novembre Quille rompue Archipel Fernando de Noronha
2 Vincent Riou   France PRB 22 novembre Quille rompue Atlantique sud
3 Morgan Lagravière   France Safran II 24 novembre Perte de safran Large de cap de Bonne-Esperance
4 Tanguy de Lamotte   France Initiatives-Cœur 28 novembre Casse tête de mât îles du Cap-Vert (Mindelo), retour aux Sables-d'Olonne
5 Kojiro Shiraishi   Japon Spirit of Yukoh 04 décembre Casse du mât Quelques milles avant le passage Bonne-Espérance
6 Kito de Pavant   France Bastide-Otio 07 décembre Quille rompue et coque endommagée avec voie d'eau 120 milles au nord-est des îles Crozet
7 Sébastien Josse   France Edmond de Rothschild 07 décembre Avarie majeure du foil bâbord Sud de l'Australie
8 Thomas Ruyant   France Le Souffle du Nord pour Le Projet Imagine 20 décembre[190] Bateau brisé suite à un violent choc avec un OFNI Bluff, Nouvelle-Zélande
9 Stéphane Le Diraison   France Compagnie du Lit-Boulogne Billancourt 23 décembre[208] Démâtage Océan Indien, sud Australie
10 Paul Meilhat   France SMA 24 décembre Vérin de quille fissuré Point Nemo
11 Enda O'Coineen   Irlande Kilcullen Voyager - Team Ireland 02 janvier[209] Démâtage 180 milles au sud-est de la Nouvelle-Zélande

Temps et performancesModifier

Record de distance parcourue en 24 heuresModifier

Édition Année Skipper Nom du bateau milles/24h
1re 1989-1990 Titouan Lamazou Écureuil d'Aquitaine II 304
2e 1992-1993 Alain Gautier Bagages Superior 339
3e 1996-1997 Yves Parlier Aquitaine Innovations 374
4e 2000-2001 Dominique Wavre Union bancaire privée 430
5e 2004-2005 Roland Jourdain Sill et Veolia 439
6e 2008-2009 Michel Desjoyeaux Foncia 466
7e 2012-2013 François Gabart Macif 534
8e 2016-2017 Alex Thomson Hugo Boss 536

Les 18 et , en descendant l'Atlantique sud, Alex Thomson parcourt 535,34 milles en 24 heures. C'est 0,86 mille de plus que le record établi par François Gabart dans la précédente édition (534,48 milles). Mais c'est insuffisant pour être homologué : il faut pour cela une différence de plus d'un mille[210].

Les 15 et , de 8 heures à 8 heures, entre Madère et les Açores, Thomson fait mieux. Il parcourt 536,81 milles en 24 heures, ce qui représente une moyenne de 22,36 nœuds[211]. Ce nouveau record de distance parcourue en 24 heures en monocoque et en solitaire est homologué par le WSSRC le 23 janvier 2017[144].

Meilleur temps à l’équateur « aller »Modifier

Le , à 20 h 4 (heure française), Alex Thomson établit un nouveau temps de référence sur la distance Les Sables-équateur « aller » : 9 j 7 h 2 min[212]. Il améliore de plus de 28 heures le temps de Jean Le Cam (10 j 11 h 28 min) dans l'édition 2004-2005[213].

Date Temps Skipper Pays Bateau
09 jours 07 heures et 03 minutes Alex Thomson   Royaume-Uni Hugo Boss
2004 10 jours 11 heures et 28 minutes Jean Le Cam   France Bonduelle

Meilleurs temps au cap de Bonne-EspéranceModifier

Le , à 12 heures, Alex Thomson bat de plus de cinq jours le record de descente de l'Atlantique lors d'un Vendée Globe. Son temps de parcours entre Les Sables-d’Olonne et la longitude du cap de Bonne-Espérance est de 17 jours, 22 heures et 58 minutes. L'ancien temps de référence (22 jours, 23 heures et 46 minutes) était détenu par Armel Le Cléac'h depuis la précédente édition[78].

Alex Thomson établit par la même occasion le nouveau temps de référence de la distance équateur-cap de Bonne-Espérance : 8 jours, 15 heures et 56 minutes. L'ancien temps (12 jours, 2 heures et 40 minutes) était détenu par Jean-Pierre Dick depuis la précédente édition[214].

Date Temps Skipper Pays Bateau
17 jours 22 heures et 58 minutes Alex Thomson   Royaume-Uni Hugo Boss
22 jours 23 heures et 46 minutes Armel Le Cléac'h   France Banque populaire VI

Meilleurs temps au cap LeeuwinModifier

Le , à h 14, Armel Le Cléac'h franchit en tête la longitude du cap Leeuwin. Il établit un nouveau temps de référence : 28 jours, 20 heures et 12 minutes sur la distance Les Sables-Leeuwin, soit 5 jours, 14 heures et 11 minutes de moins que le précédent temps de référence (34 jours, 10 heures et 23 minutes[215]), établi par François Gabart lors du Vendée Globe 2012-2013.

Il faut à Le Cléac'h 10 jours, 16 heures et 42 minutes pour parcourir la distance Bonne Espérance-Leeuwin. Il n'efface pas le temps de référence que détient Michel Desjoyeaux depuis l'édition 2008-2009 : 10 jours, 6 heures et 49 minutes[216].

Date Temps Skipper Pays Bateau
28 jours 20 heures et 12 minutes Armel Le Cléac'h   France Banque populaire VIII
34 jours 10 heures et 23 minutes François Gabart   France Macif

Meilleurs temps au cap HornModifier

Le , à 13 h 34, Armel Le Cléac'h double le cap Horn après 47 jours et 32 minutes de mer, soit 5 jours, 5 heures et 46 minutes[217] de mieux que le temps de référence établi par François Gabart dans l'édition 2012-2013 (52 jours, 6 heures, et 18 minutes)[218].

En revanche, le temps de Le Cléac'h entre le cap Leeuwin et le cap Horn (18 jours, 4 heures, et 20 minutes) n'efface pas le temps de référence appartenant à Mike Golding depuis l'édition 2004-2005 (16 jours, 5 heures et 26 minutes[219]).

Date Temps Skipper Pays Bateau
47 jours 0 heure et 32 minutes Armel Le Cléac'h   France Banque populaire VIII
52 jours 6 heures et 18 minutes François Gabart   France Macif

Meilleurs temps à l’équateur « retour »Modifier

Le , à h 23, heure française, Armel Le Cléac'h établit un nouveau temps de référence sur la distance Les Sables-équateur « retour » : 61 jours, 12 heures et 21 minutes[220]. Il améliore de plus de quatre jours le temps de référence détenu par François Gabart (66 jours, 1 heure et 39 minutes) depuis l'édition 2012-2013[221].

Sur la distance cap Horn-équateur, le temps de référence appartenant à François Gabart depuis 2013 (13 jours, 19 heures et 29 minutes[222]) est amélioré d'abord par Alex Thomson (13 jours, 5 heures et 30 minutes). Mais c'est Jean-Pierre Dick qui, le , établit le nouveau temps de référence : 13 jours, 3 heures et 59 minutes. Yann Eliès et Jean Le Cam, qui franchissent l'équateur après Dick, font eux aussi mieux que Gabart : 13 jours, 7 heures et 20 minutes pour Eliès ; 13 jours, 7 heures et 57 minutes pour Le Cam[222].

Meilleurs temps et performances à l'arrivéeModifier

Sur l'ensemble du parcoursModifier

Le , Armel Le Cléac'h termine premier du Vendée Globe en 74 jours, 3 heures, 35 minutes et 46 secondes. Il efface de plus de 3 jours et 22 heures le temps de référence établi par François Gabart dans l'édition précédente[223] : 78 jours, 2 heures et 18 minutes[224]. Alex Thomson, qui termine deuxième, fait lui aussi mieux que Gabart : 74 jours, 19 heures, 35 minutes et 15 secondes[225].

Sur le parcours théorique de 24 500 milles, le Banque populaire VIII de Le Cléac'h réalise une moyenne de 13,77 nœuds. Il a parcouru sur l'eau 27 455 milles (181 milles de moins que le Hugo Boss de Thomson[226]). Sa vitesse moyenne réelle est donc de 15,43 nœuds[223] (15,39 pour Hugo Boss[226]). La vitesse moyenne réelle du Macif de Gabart dans l'édition 2012-2013 était de 14,7 nœuds[224].

Armel Le Cléac'h (2e en 2009 et en 2013, 1er en 2017) est le premier marin à terminer trois Vendée Globe d'affilée. Le deuxième à réussir la performance est Arnaud Boissières (7e en 2009, 8e en 2013, 10e en 2017).

Sur la distance équateur-Les Sables-d'OlonneModifier

Alex Thomson est le plus rapide sur la distance équateur-Les Sables-d'Olonne, qu'il effectue en 12 jours, 14 heures et 25 minutes[227]. Il n'efface pas le temps de référence que détient Armel Le Cléac'h depuis l'édition 2012-2013 : 11 jours, 13 heures et 48 minutes[224].

Bilan des temps de passageModifier

Ces données proviennent du site officiel du Vendée Globe[228],[229].

Skipper Bateau Équateur Bonne-Espé Leeuwin Horn Équateur retour Vendée Globe
Vincent Riou 2005 [230] PRB 3 10 j 12 h 13 min 24 j 02 h 18 min 36 j 11 h 48 min 56 j 17 h 13 min 72 j 13 h 58 min 87 j 10 h 47 min
Michel Desjoyeaux 2009 Foncia [231] 13 j 15 h 41 min 27 j 00 h 34 min 37 j 07 h 23 min 56 j 15 h 08 min 71 j 17 h 12 min 84 j 03 h 09 min
François Gabart 2013 Macif 11 j 00 h 20 min 23 j 03 h 43 min 34 j 10 h 23 min 52 j 06 h 18 min 66 j 01 h 39 min 78 j 02 h 16 min
Armel Le Cléac'h Banque populaire VIII 09 j 09 h 56 min 18 j 03 h 30 min 28 j 20 h 12 min 47 j 00 h 32 min 61 j 12 h 21 min 74 j 03 h 36 min
Alex Thomson Hugo Boss 09 j 07 h 02 min 17 j 22 h 58 min 29 j 01 h 21 min 48 j 23 h 40 min 62 j 05 h 10 min 74 j 19 h 36 min
Jérémie Beyou Maître Coq 09 j 16 h 49 min 20 j 12 h 41 min 32 j 05 h 45 min 51 j 01 h 42 min 65 j 01 h 27 min 78 j 06 h 38 min
Jean-Pierre Dick StMichel-Virbac 10 j 16 h 51 min 22 j 21 h 13 min 33 j 15 h 53 min 53 j 18 h 32 min 66 j 22 h 31 min 80 j 01 h 46 min
Yann Eliès Queguiner - Leucémie espoir 10 j 01 h 17 min 21 j 03 h 18 min 33 j 04 h 52 min 54 j 04 h 54 min 67 j 12 h 14 min 80 j 03 h 11 min
Jean Le Cam Finistère Mer Vent 10 j 10 h 17 min 23 j 10 h 21 min 34 j 07 h 00 min 54 j 03 h 46 min 67 j 11 h 43 min 80 j 04 h 42 min
Louis Burton Bureau Vallée 11 j 18 h 39 min 27 j 05 h 06 min 38 j 14 h 03 min 58 j 18 h 48 min 73 j 02 h 42 min 87 j 21 h 46 min
Nándor Fa Spirit of Hungary 12 j 10 h 28 min 28 j 00 h 17 min 40 j 06 h 10 min 63 j 18 h 36 min 79 j 05 h 25 min 93 j 22 h 53 min
Éric Bellion Comme un seul homme 12 j 19 h 55 min 29 j 04 h 30 min 44 j 11 h 28 min 66 j 02 h 47 min 83 j 11 h 41 min 99 j 04 h 57 min
Arnaud Boissières La Mie câline 12 j 01 h 36 min 28 j 04 h 19 min 42 j 12 h 07 min 70 j 17 h 52 min 87 j 11 h 36 min 102 j 20 h 25 min
Fabrice Amedeo Newrest-Matmut 12 j 04 h 40 min 28 j 07 h 59 min 43 j 21 h 20 min 70 j 13 h 38 min 87 j 20 h 20 min 103 j 21 h 01 min
Alan Roura La Fabrique 13 j 14 h 51 min 29 j 22 h 41 min 44 j 01 h 11 min 71 j 04 h 37 min 89 j 00 h 23 min 105 j 20 h 11 min
Rich Wilson Great America IV 12 j 16 h 45 min 29 j 16 h 18 min 44 j 07 h 38 min 71 j 14 h 55 min 91 j 06 h 14 min 107 j 00 h 49 min
Didac Costa One Planet One Ocean 17 j 12 h 21 min 34 j 01 h 11 min 48 j 12 h 00 min 75 j 01 h 41 min 92 j 15 h 05 min 108 j 19 h 51 min
Romain Attanasio Fam. Mary - Étamine du Lys 12 j 19 h 35 min 34 j 21 h 56 min 50 j 13 h 31 min 75 j 08 h 41 min 92 j 16 h 07 min 109 j 22 h 04 min
Conrad Colman Foresight Natural Energy 12 j 03 h 36 min 28 j 08 h 54 min 41 j 16 h 47 min 66 j 16 h 14 min 84 j 20 h 43 min 110 j 01 h 59 min
Pieter Heerema No Way Back 13 j 07 h 55 min 30 j 23 h 06 min 49 j 08 h 30 min 79 j 08 h 35 min 96 j 09 h 56 min
Sébastien Destremau TechnoFirst-FaceOcean 16 j 02 h 47 min 35 j 08 h 10 min 51 j 04 h 01 min 84 j 01 h 34 min 104 j 20 h 15 min
Enda O'Coineen Kilcullen Voyager - Ireland 14 j 07 h 34 min 29 j 21 h 54 min 44 j 02 h 48 min abandon
Paul Meilhat SMA 09 j 12 h 49 min 20 j 11 h 54 min 31 j 21 h 38 min abandon
Stéphane Le Diraison Cie du Lit-Boul. Billancourt 12 j 04 h 07 min 28 j 01 h 48 min 39 j 20 h 09 min abandon
Thomas Ruyant Le Souffle du Nord 10 j 16 h 15 min 23 j 06 h 25 min 36 j 05 h 47 min abandon
Sébastien Josse Edmond de Rothschild 09 j 12 h 01 min 18 j 12 h 42 min abandon
Kito de Pavant Bastide-Otio 11 j 03 h 59 min 25 j 09 h 08 min abandon
Kojiro Shiraishi Spirit of Yukoh 12 j 09 h 57 min abandon
Vincent Riou PRB 09 j 10 h 24 min abandon
Morgan Lagravière Safran II 09 j 17 h 30 min abandon
Bertrand de Broc MACSF 11 j 20 h 01 min abandon

Bilan des temps intermédiairesModifier

Ces données proviennent du site officiel du Vendée Globe[232],[233].

Skipper Record/24h SablesÉquateur ÉquateurB-Esp B-EspLeeuwin Leeuwin- Horn Horn-Équateur Équateur-Sables
Vincent Riou 2005 [234] 10 j 12 h 13 min 13 j 14 h 05 min 12 j 07 h 30 min 20 j 05 h 25 min 15 j 20 h 11 min 14 j 20 h 49 min
Michel Desjoyeaux 2009 13 j 15 h 41 min 13 j 08 h 53 min 10 j 06 h 49 min R 19 j 07 h 45 min 15 j 02 h 04 min 12 j 09 h 57 min
François Gabart 2013 534,4 milles 11 j 00 h 20 min 12 j 03 h 23 min 11 j 06 h 40 min 17 j 17 h 55 min 13 j 19 h 29 min 12 j 00 h 37 min
Armel Le Cléac'h 524,1 milles 09 j 09 h 56 min 08 j 17 h 34 min 10 j 16 h 42 min 18 j 04 h 20 min 14 j 11 h 49 min 12 j 15 h 15 min
Alex Thomson 536,8 milles R 09 j 07 h 02 min R 08 j 15 h 56 min R 11 j 02 h 23 min 19 j 22 h 19 min 13 j 05 h 30 min 12 j 14 h 26 min
Jérémie Beyou 504,1 milles 09 j 16 h 49 min 10 j 19 h 52 min 11 j 17 h 04 min 18 j 20 h 07 min 13 j 23 h 45 min 13 j 05 h 11 min
Jean-Pierre Dick 496,3 milles 10 j 16 h 51 min 12 j 04 h 22 min 10 j 18 h 06 min 20 j 02 h 39 min 13 j 03 h 59 min R 13 j 03 h 15 min
Yann Eliès 448,3 milles 10 j 01 h 17 min 11 j 02 h 01 min 12 j 01 h 34 min 21 j 00 h 02 min 13 j 07 h 20 min 12 j 14 h 57 min
Jean Le Cam 487,2 milles 10 j 10 h 17 min 13 j 00 h 11 min 10 j 20 h 39 min 19 j 20 h 46 min 13 j 07 h 57 min 12 j 16 h 59 min
Louis Burton 446,5 milles 11 j 18 h 39 min 15 j 10 h 29 min 11 j 08 h 57 min 20 j 04 h 45 min 14 j 07 h 54 min 14 j 19 h 04 min
Nándor Fa 432,0 milles 12 j 10 h 28 min 15 j 13 h 49 min 12 j 05 h 53 min 23 j 12 h 26 min 15 j 10 h 49 min 14 j 17 h 28 min
Éric Bellion 416,7 milles 12 j 19 h 55 min 16 j 08 h 35 min 15 j 06 h 58 min 21 j 15 h 19 min 17 j 08 h 54 min 15 j 17 h 16 min
Arnaud Boissières 378,8 milles 12 j 01 h 36 min 16 j 02 h 43 min 14 j 07 h 48 min 28 j 05 h 45 min 16 j 17 h 42 min 15 j 08 h 49 min
Fabrice Amedeo 380,4 milles 12 j 04 h 40 min 16 j 03 h 19 min 15 j 13 h 21 min 26 j 16 h 18 min 17 j 06 h 42 min 14 j 00 h 41 min
Alan Roura 382,5 milles 13 j 14 h 51 min 16 j 07 h 50 min 14 j 02 h 30 min 27 j 07 h 17 min 17 j 19 h 46 min 16 j 19 h 48 min
Rich Wilson 338,1 milles 12 j 16 h 45 min 16 j 23 h 33 min 14 j 15 h 20 min 27 j 03 h 26 min 19 j 15 h 19 min 15 j 18 h 35 min
Didac Costa 374,6 milles 17 j 12 h 21 min 16 j 12 h 50 min 14 j 10 h 49 min 26 j 13 h 41 min 17 j 13 h 24 min 16 j 04 h 46 min
Romain Attanasio 358,1 milles 12 j 19 h 35 min 22 j 02 h 21 min 15 j 15 h 35 min 24 j 18 h 10 min 17 j 07 h 26 min 17 j 05 h 57 min
Conrad Colman 389,0 milles 12 j 03 h 36 min 16 j 05 h 18 min 13 j 07 h 53 min 24 j 23 h 27 min 18 j 04 h 29 min 25 j 05 h 16 min
Pieter Heerema 384,7 milles 13 j 07 h 55 min 17 j 15 h 11 min 18 j 09 h 24 min 30 j 00 h 05 min 17 j 01 h 21 min
Sébastien Destremau 335,5 milles 16 j 02 h 47 min 19 j 05 h 23 min 15 j 19 h 51 min 32 j 21 h 33 min 20 j 18 h 41 min
Enda O'Coineen 394,8 milles 14 j 07 h 34 min 15 j 14 h 20 min 14 j 04 h 54 min abandon
Stéphane Le Diraison 429,5 milles 12 j 04 h 07 min 15 j 21 h 41 min 11 j 18 h 21 min abandon
Thomas Ruyant 477,8 milles 10 j 16 h 15 min 12 j 14 h 10 min 12 j 23 h 22 min abandon
Paul Meilhat 507,7 milles 09 j 12 h 49 min 10 j 23 h 05 min 11 j 09 h 44 min abandon
Sébastien Josse 497,4 milles 09 j 12 h 01 min 09 j 00 h 41 min abandon
Kito de Pavant 412,3 milles 11 j 03 h 59 min 14 j 05 h 09 min abandon
Vincent Riou 500,8 milles 09 j 10 h 24 min abandon
Morgan Lagravière 508,6 milles 09 j 17 h 30 min abandon
Bertrand de Broc 403,0 milles 11 j 20 h 01 min abandon
Kojiro Shiraishi 381,6 milles 12 j 09 h 57 min abandon

Course en ligneModifier

Comme lors des deux précédentes éditions, une course en ligne est organisée par Virtual Regatta en parallèle de la course véritable[235]. Une nouvelle version du jeu est proposée pour ce Vendée Globe (vue 3D du bateau, vent actualisé en permanence…) Le ‚ plus de 440 000 internautes participent à la course[236]. Le , deux jours avant l'arrivée du premier de la vraie course, l'Australien mangina-PYR franchit en vainqueur la ligne d'arrivée à 15 h 37. Il a effectué le parcours en 72 jours, 2 heures, 23 minutes et 10 secondes. Le deuxième est le Néo-Zélandais NZ-Eligo "IST". Le troisième est le Français didflam[237].

Notes et référencesModifier

  1. a et b « Avis de course 2016-2017 » (consulté le 23 janvier 2015).
  2. Les points 22 à 25 de la ZEA (du 105 au 120° E) ne peuvent être déplacés vers le sud. Ces points AMSA (Australian Maritime Safety Authority) sont définis en concertation avec les services australiens de sécurité en mer : un concurrent ne doit jamais se trouver à plus de 1 500 milles d’une base d’intervention des secours. Jacques Caraës, interrogé par Dominic Bourgeois, « Le mur des glaces », sur vendeeglobe.org, 22 octobre 2016 (consulté le 31 octobre 2016).
  3. a et b Jacques Caraës, « Le mur des glaces », article cité.
  4. Instructions de course Vendée Globe 2016/2017 incluant l'avenant #1 du 12 octobre 2016, p. 6, 25-28.
  5. « Quelles machines pour le prochain Vendée Globe? », sur L'EXPRESS.fr (consulté le 19 janvier 2014)
  6. « Les Sables-d'Olonne Vendée Globe : le point sur les futurs bateaux IMOCA », sur Le Journal des Sables,‎ (consulté le 19 janvier 2014)
  7. (fr) « Conception de SAFRAN 2 par Guillaume Verdier », Guillaume Verdier -,‎ (lire en ligne)
  8. a, b, c et d « Le point sur la construction des futurs bateaux du Vendée Globe », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 23 janvier 2015).
  9. (fr) « Construction d'un imoca 60 banque populaire - Guillaume verdier », Guillaume Verdier -,‎ (lire en ligne)
  10. « Foils : les premières impressions de Beyou », sur vendeeglobe.org, 11 mai 2016 (consulté le 31 octobre 2016).
  11. Bruno Ménard, « Comprendre les voiles, avec Yann Eliès », sur vendeeglobe.org, 20 octobre 2016 (consulté le 31 octobre 2016).
  12. Michel Desjoyeaux, « Les performances du voilier », sur lequipe.fr, 24 novembre 2012.
  13. « Solitaire, sans escale et sans assistance », sur vendeeglobe.org (consulté le 16 octobre 2016).
  14. « Sept choses à savoir avant de hisser les voiles », sur ouest-france.fr, 14 septembre 2016 (consulté le 17 octobre 2016).
  15. a et b « Actualités - Le bateau neuf d’Andrea Mura est vendu - Vendée Globe », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 4 mai 2016)
  16. (en) « Pieter Heerema », sur imocaoceanmasters.com (consulté le 13 novembre 2016).
  17. « Alessandro Di Benedetto reviendra à bord de l’ex Aviva », sur adonnante.com (consulté le 3 novembre 2016).
  18. « Mon aventure sur l’Everest de la voile, par Alessandro Di Benedetto », sur bertrand-de-broc.fr, 2016 (consulté le 3 novembre 2016).
  19. a et b « Actualités - Boidevézi : je suis toujours en course, c’est ma vie ! - Vendée Globe », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 4 mai 2016)
  20. a et b « Jeff Pellet n’est pas qualifié », sur ouest-france.fr, 3 septembre 2016 (consulté le 8 octobre 2016).
  21. « Vendée Globe 2016 : Jeff Pellet, le pirate abandonne » sur France 3 Pays de la Loire, (consulté le 22 février 2017).
  22. « Les Sables. Jeff Pellet de retour, mais sans son bateau » sur ouest-france.fr, 27 janvier 2017 (consulté le 22 février 2017).
  23. « Le bateau de Fabrice Amedeo à Lorient », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 29 mai 2015).
  24. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r et s « J-365 : déjà 14 inscrits officiels et 13 pré-inscrits », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 6 novembre 2015).
  25. Didier Ravon, « Éric Bellion… comme un seul homme », Voiles et Voiliers,‎ (lire en ligne).
  26. « Jérémie Beyou premier inscrit au Vendée Globe », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 28 janvier 2015).
  27. « Arnaud Boissières sera au départ en 2016 ! », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 23 janvier 2015).
  28. Bertrand de Broc, « Je soussigné, Bertrand de Broc, skipper du bateau MACSF, déclare demander à la Saem Vendée ma pré-inscription au Vendée Globe 2016-2017. », sur facebook.com, Page Facebook de Voile MACSF,‎ (consulté le 16 avril 2015).
  29. « Bertrand de Broc MACSF », sur vendeeglobe.org (consulté le 3 novembre 2016).
  30. Raphaël Bonamy, « New York - Vendée : Conrad Colman rentre au port », sur ouest-france.fr, 30 mai 2016 (consulté le 8 octobre 2016).
  31. « Impact de foudre sur le bateau de Didac Costa », sur courseaularge.com, 29 septembre 2016 (consulté le 8 octobre 2016).
  32. « Sébastien Destremau 13e pré-inscrit au Vendée Globe », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 18 juin 2015).
  33. Vendée Globe, « Yann Eliès : Sans peur et sans revanche », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 12 mars 2015).
  34. « Le Safran de Morgan Lagravière prend forme », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 23 janvier 2015).
  35. Thierry Tazé-Bernard, « Armel Le Cléac'h dévoile son novateur Banque Populaire VIII », sur francetvsport.fr,‎ (consulté le 20 janvier 2015).
  36. « Paul Meilhat sera au départ avec l'ancien Macif », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 23 janvier 2015).
  37. « Enda O’Coineen 3e de la transat Saint-Barth - Port-la-Forêt », sur courseaularge.com, 20 décembre 2015 (consulté le 8 octobre 2016).
  38. « Kito de Pavant au départ du Vendée Globe 2016 », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 28 janvier 2015).
  39. Anouk Corge, « Kito de Pavant repart pour un tour », sur lequipe.fr,‎ (consulté le 13 avril 2015).
  40. « Vincent Riou troisième inscrit », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 28 janvier 2015).
  41. « Dunkerque : Thomas Ruyant sera au départ du Vendée Globe 2016 », sur lavoixdunord.fr, La Voix du Nord,‎ (consulté le 15 juin 2015).
  42. « Shiraishi et Amedeo à bon port », sur courseaularge.com, 11 juin 2016 (consulté le 8 octobre 2016).
  43. Vendée Globe, « Alessandro Di Benedetto pré-inscrit au Vendée Globe », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 12 mars 2015).
  44. « Actualités - Marc Guillemot en négociation pour un troisième Vendée Globe ! », sur vendeeglobe.org,‎ (consulté le 4 mai 2016)
  45. Véronique Malécot, « 350 000 spectateurs et un retour au port », sur lemonde.fr, 7 novembre 2016 (consulté le 7 novembre 2016).
  46. « Riou prend les commandes d'entrée sport24.lefigaro.fr, 6 novembre" 2016 (consulté le 7 novembre 2016).
  47. a et b « En raison d'un problème technique, Didac Costa a fait demi-tour », sur lequipe.fr, 6 novembre 2016 (consulté le 7 novembre 2016).
  48. Olivia Maincent, « Vers une « foil » descente le long des côtes portugaises », sur vendeeglobe.org, 7 novembre 2016 (consulté le 8 novembre 2016).
  49. a et b Bruno Ménard, « Dick en tête. Premières escarmouches et mots des marins », sur vendeeglobe.org, 8 novembre 2016 (consulté le 9 novembre 2016).
  50. a et b Dominic Bourgeois, « Le jour d'après », sur vendeeglobe.org, 10 novembre 2016 (consulté le 10 novembre 2016).
  51. Olivier Le Creurer, « mauvais choix tactique pour Jean-Pierre Dick », sur france3-regions.francetvinfo.fr, 10 novembre 2016 (consulté le 12 novembre 2016).
  52. Jenny Launay, « Didac Costa reparti en course ! » sur vendeeglobe.org, 10 novembre 2016 (consulté le 11 novembre 2016).
  53. Dominic Bourgeois, « L'effet turbo », sur vendeeglobe.org, 11 novembre 2016 (consulté le 11 novembre 2016).
  54. « Objectif Cap-Vert, 11 novembre 2016 (consulté le 11 novembre 2016).
  55. a, b et c Le record de distance parcourue en 24 heures en monocoque et en solitaire établi par François Gabart dans le précédent Vendée Globe, les 9 et , sur Macif, est de 534,48 milles, ce qui représente une moyenne de 22,27 nœuds. (en) « 24 Hour Distance », sur sailspeedrecords.com, 2016 (consulté le 16 janvier 2017).
  56. a et b « Avarie en tête de mât pour Tanguy de Lamotte », sur ouest-france.fr, 12 novembre 2016 (consulté le 13 novembre 2016).
  57. a et b Dominic Bourgeois, « Au tour du pot », sur vendeeglobe.org, 13 novembre 2016 (consulté le 13 novembre 2016).
  58. Christian Dumart, « L'accélération du Cap-Vert pour Hugo Boss », sur vendeeglobe.org, 13 novembre 2016 (consulté le 13 novembre 2016).
  59. Dominic Bourgeois, « Pot au noir », sur vendeeglobe.org, 13 novembre 2016 (consulté le 14 novembre 2016).
  60. Bruno Ménard, « L'occasion d'une échappée », sur vendeeglobe.org, 15 novembre 2016 (consulté le 15 novembre 2016).
  61. a et b « Tanguy de Lamotte contraint de faire demi-tour », sur vendeeglobe.org, 15 novembre 2016 (consulté le 15 novembre 2016).
  62. « Alex Thomson en éclaireur à l'équateur », sur vendeeglobe.org, 15 novembre 2016 (consulté le 15 novembre 2016).
  63. Christian Dumard, Bernard Sacré, « Un Pot au noir qui n'en finit pas et bien choisir sa trajectoire dans le sud », sur vendeeglobe.org, 17 novembre 2016 (consulté le 17 novembre 2016).
  64. Olivier Bourbon, « Qui sera le premier à lever le pied ? », sur vendeeglobe.org, 17 novembre 2016 (consulté le 17 novembre 2016).
  65. Il faut une différence de plus d'un mille pour voir un record homologué par le WSSRC (World Sailing Speed Record Council). « Alex Thomson bat le record sur 24 heures détenu par François Gabart », sur actualites-nautiques.com, 20 novembre 2016 (consulté le 18 janvier 2017).
  66. Classement du 19 novembre 2016, à 9 heures (heure française).
  67. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s et t « Historique des classements », sur vendeeglobe.org.
  68. « Avarie de foil à bord d'Hugo Boss », sur vendeeglobe.org, 19 novembre 2016 (consulté le 19 novembre 2016).
  69. a et b Bruno Ménard, « Alex Thomson résiste », sur vendeeglobe.org, 21 novembre 2016 (consulté le 21 novembre 2016).
  70. a et b AFP, « De Broc abandonne, Thomson toujours en tête malgré un choc avec un OFNI », sur sport24.lefigaro.fr, 19 novembre 2016 (consulté le 20 novembre 2016).
  71. a et b Christian Dumard, Bernard Sacré, « Que se passe-t-il quand le front passe sur les concurrents ? », sur vendeeglobe.org, 22 novembre 2016 (consulté le 22 novembre 2016).
  72. « Jour 15 : vacations radio et messages des skippers », sur vendeeglobe.org, 20 novembre 2016 (consulté le 20 novembre 2016).
  73. a et b Bruno Ménard, « Les riches toujours plus riches », sur vendeeglobe.org, 22 novembre 2016 (consulté le 22 novembre 2016).
  74. a et b Classement du 22 novembre 2016, à 15 heures.
  75. Jean-Pierre Dick, « Vacations : prendre le bon train », sur vendeeglobe.org, 22 novembre 2016 (consulté le 22 novembre 2016).
  76. a et b « Vincent Riou (PRB) abandonne ! » sur vendeeglobe.org, d'après un communiqué PRB, 22 novembre 2016 (consulté le 22 novembre 2016).
  77. « Problème de safran pour Josse », sur vendeeglobe.org, 23 novembre 2016 (consulté le 23 novembre 2016).
  78. a et b « La fusée Hugo Boss pulvérise le chrono à Bonne-Espérance », sur vendeeglobe.org, 24 novembre 2016 (consulté le 24 novembre 2016).
  79. Classement du 24 novembre 2016, à 12 heures.
  80. a et b « Avarie technique à bord de Safran », sur vendeeglobe.org, 24 novembre 2016 (consulté le 24 novembre 2016).
  81. a et b « Avarie sur Safran, Morgan Lagravière contraint à l'abandon », sur vendeeglobe.org, 24 novembre 2016 (consulté le 24 novembre 2016).
  82. C'est surtout entre 70 et 120° du vent réel que le foil fait gagner en puissance. « Foils ou pas foils sur le Vendée », sur courseaularge.com, 18 octobre 2016 (consulté le 5 décembre 2016).
  83. Bruno Ménard, « Avantage Le Cléac'h », sur vendeeglobe.org, 28 novembre 2016 (consulté le 28 novembre 2016).
  84. Thomson n'a pas fourni de photographies du foil, il n'a pas précisé à quel niveau se situe le dommage et il a su longtemps maintenir ses poursuivants à distance (mais dans des conditions non propices aux foils). Tout ceci intrigue, et alimente les rumeurs : il ne s'agirait pas d'un choc avec un OFNI, mais d'une déraisonnable sollicitation du foil ; ou bien il ne s'agirait que d'intox, le foil serait intact ; ou encore Thomson aurait embarqué un foil de rechange… Chloé Lottret, « Nombreux mystères autour du foil d'Alex Thomson sur le Vendée globe », sur bateaux.com, 24 novembre 2016 (consulté le 28 novembre 2016). – Jean-François Fournel, « La mystérieuse avarie d’Alex Thomson », sur la-croix.com, 24 novembre 2016 (consulté le 2 décembre 2016).
  85. « Le Cléac'h a pris 30 milles d'avance sur Thomson », sur letelegramme.fr, 28 novembre 2016 (consulté le 28 novembre 2016).
  86. a et b « Tanguy de Lamotte, de retour aux Sables d'Olonne, abandonne officiellement », sur france3-regions.francetvinfo.fr, 28 novembre 2016 (consulté le 28 novembre 2016).
  87. Armel Le Cléac'h. Recueilli par Bruno Ménard, « Les quarantièmes vont bientôt rugir », sur vendeeglobe.org, 29 novembre 2016 (consulté le 29 novembre 2016).
  88. Classement du 30 novembre 2016, à 21 heures.
  89. AFP, « Au large des Kerguelen, Le Cléac’h et Thomson creusent l’écart », sur liberation.fr, 30 novembre 2016 (consulté le ).
  90. Olivia Maincent, « The boss is back », sur vendeeglobe.org, (consulté le ).
  91. Armel Le Cléac'h, « Vacations : de Sainte-Hélène à l'approche du cap Leeuwin », sur vendeeglobe.org, 3 décembre 2016 (consulté le 3 décembre 2016).
  92. a et b « Problème résolu, Jérémie Beyou est de nouveau en course », sur ouest-france.fr, 5 décembre 2016 (consulté le 8 décembre 2016).
  93. AFP, « Le Japonais Kojiro Shiraishi abandonne », sur lexpress.fr, 4 décembre 2016 (consulté le 5 décembre 2016).
  94. Classement du 4 décembre 2016, à 15 heures.
  95. Bruno Ménard, « Armel Le Cléac'h affolle les compteurs au cap Leeuwin ! » sur vendeeglobe.org, 5 décembre 2016 (consulté le 5 décembre 2016).
  96. Classement du 5 décembre 2016, à 9 heures.
  97. Chloé Lottret, « Grave avarie de foil pour Sébastien Josse sur le Vendée Globe », sur bateaux.com, 5 décembre 2016 (consulté le 8 décembre 2016).
  98. Thomas Delozier, « Avarie pour Josse, OFNI pour Attanasio », sur sport24.lefigaro.fr, 5 décembre 2016 (consulté le 6 décembre 2016).
  99. a et b « Opération de sauvetage en cours pour récupérer Kito de Pavant », sur vendeeglobe.org, 6 décembre 2016 (consulté le ).
  100. a et b Dominic Bourgeois, « Kito de Pavant à bord du Marion Dufresne », sur vendeeglobe.org, 7 décembre 2016 (consulté le 7 décembre 2016).
  101. a et b « Abandon de Sébastien Josse et du mono60 Edmond de Rothschild », sur vendeeglobe.org, 7 décembre 2016 (consulté le 7 décembre 2016).
  102. Classement du 8 décembre 2016, à 14 heures.
  103. AFP, « Le Cléac'h et Thomson ne faiblissent pas dans la tempête », sur lexpress.fr, 9 décembre 2016 (consulté le 10 décembre 2016).
  104. Classement du 10 décembre 2016, à 11 heures.
  105. a et b Romain Attanasio, « Vacations : du bonheur d'être en mer malgré les galères… » sur vendeeglobe.org, 10 décembre 2016 (consulté le 10 décembre 2016).
  106. « Dick : « Non, je n'ai pas fait le Vendée Globe de trop », sur ouest-france.fr, 27 janvier 2017 (consulté le 27 janvier 2017).
  107. a et b Dominic Bourgeois, « La guerre des trois », sur vendeeglobe.org, 14 décembre 2016 (consulté le 14 décembre 2016).
  108. a et b Olivia Maincent, « Entre répit et furie », sur vendeeglobe.org, 15 décembre 2016 (consulté le 16 décembre 2016).
  109. Armel Le Cléac'h, « À chaque jour suffit sa peine… » sur vendeeglobe.org, 13 décembre 2016 (consulté le 13 décembre 2016).
  110. Classement du 15 décembre 2016, à 11 heures.
  111. Olivia Maincent, « 40e jour de solitude », sur vendeeglobe.org, 16 décembre 2016 (consulté le16 décembre 2016). — Le foil a deux fonctions. Il soulage la coque, en lien avec la quille pendulaire : ce premier rôle est tenu par son coude, l'elbow. Et il empêche le bateau de dériver aux allures de près : ce deuxième rôle est tenu par son extrémité verticale, le tip. « Foils ou pas foils sur le Vendée », sur courseaularge.com, 18 octobre 2016 (consulté le 5 décembre 2016).
  112. Classement du 16 décembre 2016, à 14 heures.
  113. « Beyou passe troisième », sur .lequipe.fr, 16 décembre 2016 (consulté le 16 décembre 2016).
  114. Aurélie Sacchelli, « Le Diraison a démâté », sur sport365.fr, 18 décembre 2016 (consulté le 19 décembre 2016).
  115. Chloé Lottret, « Thomas Ruyant se déroute vers la Nouvelle-Zélande », sur bateaux.com, 18 décembre 2016 (consulté le 19 décembre 2016).
  116. Armel Le Cléac'h, cité par Jacques Guyader, Ouest-France, 22 décembre 2016.
  117. Bruno Ménard, « Crucial pour Ruyant, intéressant pour Dick », sur vendeeglobe.org, 20 décembre 2016 (consulté le 20 décembre 2016).
  118. Classement du 23 décembre 2016, à 12 heures.
  119. « Stéphane Le Diraison : « Le diable est dans le détail », sur vendeeglobe.org, 23 décembre 2016 (consulté le 23 décembre 2016).
  120. Gilles Carvoyeur, « Un Noël en mer en solitaire », sur pa-sport.fr, 24 décembre 2016 (consulté le ).
  121. Christian Dumard, Bernard Sacré, « Coup d'élastique dans l'Atlantique », sur vendeeglobe.org, 24 décembre 2016 (consulté le ).
  122. a et b « Le skipper Paul Meilhat contraint à l'abandon en raison d'une avarie sur sa coque », sur lequipe.fr, 25 décembre 2016 (consulté le 30 janvier 2017).
  123. « Alex Thomson (Hugo Boss) a doublé le cap Horn ce dimanche », sur vendeeglobe.org, 25 décembre 2016 (consulté le 25 décembre 2016).
  124. Armel Le Cléac'h, « Ça fout un peu les boules même si c'est la vie de la course au large », sur lequipe.fr, 29 décembre 2016 (consulté le 4 janvier 2017).
  125. Armel Le Cléac'h, cité dans « Des hauts et des bas », sur vendeeglobe.org, 29 décembre 2016 (consulté le 2 février 2017).
  126. « Enda O'Coineen abandonne le Vendée Globe après son démâtage dimanche », sur lequipe.fr, 2 janvier 2017 (consulté le 2 janvier 2017).
  127. Classement du 3 janvier 2017, à 21 heures.
  128. Dominic Bourgeois, « Changements de tempo », sur vendeeglobe.org, 5 janvier 2017 (consulté le 5 janvier 2017).
  129. Classement du 5 janvier 2017, à 17 heures.
  130. a et b Dominic Bourgeois, « Aux portes de l'équateur », sur vendeeglobe.org, 6 janvier 2007 (consulté le 6 janvier 2007).
  131. a et b Bruno Ménard, « 48 heures pour vaincre », sur vendeeglobe.org, 17 janvier 2017 (consulté le 17 janvier 2017).
  132. Olivier Bourbon, « Jour 65 : corps fatigués et nerfs à vif », sur vendeeglobe.org, 9 janvier 2017 (consulté le 9 janvier 2017).
  133. Classement du 9 janvier 2017, à 21 heures.
  134. a et b « Armel Le Cléac'h : « Une situation météo vraiment anormale », sur vendeeglobe.org, 10 janvier 2017 (consulté le 10 janvier 2017).
  135. Christian Dumard, Bernard Sacré, « Un alizé faible et perturbé pour les premiers », sur vendeeglobe.org, 10 janvier 2017 (consulté le 10 janvier 2017).
  136. Classement du 10 janvier 2017, à 21 heures.
  137. Classement du 11 janvier 2017, à 21 heures.
  138. a et b Alex Thomson, cité dans « Louis Burton dans les alizés », sur vendeeglobe.org, 14 janvier 2017 (consulté le 14 janvier 2017).
  139. Classement du 13 janvier 2017, à 17 heures.
  140. Olivier Bourbon, « Batailler jusqu'aux derniers milles ! » sur vendeeglobe.org, 13 janvier 2017 (consulté le 13 janvier 2017).
  141. Classement du 15 janvier 2017, à 4 heures.
  142. : « Alex Thomson : « Je me battrai jusqu'au bout ! » sur vendeeglobe.org, 16 janvier 2017 (consulté le 16 janvier 2017).
  143. a et b Christian Dumard, Bernard Sacré, « Une dorsale compliquée à négocier mercredi pour les deux premiers », sur vendeeglobe.org, 16 janvier 2017 (consulté le 16 janvier 2017).
  144. a et b (en) John Reed, « WSSR Newsletter No 280. Hugo Boss. 24 Hour Record », sur sailspeedrecords.com, 23 janvier 2017 (consulté le 24 janvier 2017).
  145. Alex Thomson, dans « Les mots d'Armel et Alex… à la veille des arrivées », sur vendeeglobe.org, 18 janvier 2017 (consulté le 18 janvier 2017).
  146. a et b Olivia Maincent, « Dernières heures en mer pour les leaders… », sur vendeeglobe.org, 18 janvier 2017 (consulté le 18 janvier 2017).
  147. Jean Le Cam, dans « Yann Eliès : « Je regarde les arrivées avec un peu de jalousie », sur vendeeglobe.org, 19 janvier 2017 (consulté le 19 janvier 2017).
  148. Anouk Corge, « Tout le bonheur du monde », L'Équipe, 20 janvier 2017, p. 2.
  149. « Alex Thomson a franchi la ligne d'arrivée du Vendée Globe aux Sables d'Olonne », sur lequipe.fr, 20 janvier 2017 (consulté le 20 janvier 2017).
  150. Olivia Maincent, « Guerre des nerfs », sur vendeeglobe.org, 21 janvier 2017 (consulté le 22 janvier 2017).
  151. Bruno Ménard, « Jérémie Beyou attendu entre 20 heures et 21 heures sur la ligne », sur vendeeglobe.org, 23 janvier 2017 (consulté le 24 janvier 2017).
  152. « Jérémie Beyou décroche le podium du Vendée Globe ! » sur vendeeglobe.org, 23 janvier 2017 (consulté le 23 janvier 2017).
  153. Olivier Bourbon, « Jérémie Beyou en passe de conquérir le podium ! » sur vendeeglobe.org, 23 janvier 2017 (consulté le 24 janvier 2017).
  154. Classement du 24 janvier 2017, à 4 heures.
  155. Christian Dumard, Bernard Sacré, « Les points clefs pour Jean-Pierre Dick, Yann Eliès et Jean Le Cam », sur vendeeglobe.org, 24 janvier 2017 (consulté le 24 janvier 2017).
  156. Jenny Launay, « Jean-Pierre Dick, quatrième du Vendée Globe », sur vendeeglobe.org, 25 janvier 2017 (consulté le 25 janvier 2017).
  157. « 80 jours et 3 skippers en 3 heures ! » sur vendeeglobe.org, 25 janvier 2017 (consulté le 26 janvier 2017).
  158. Olivier Bourbon, « La porte des mers du sud se referme », sur vendeeglobe.org, 29 janvier 2077 (consulté le 29 janvier 2017).
  159. a et b « Louis Burton septième du Vendée Globe ! », sur vendeeglobe.org, 2 février 2017 (consulté le 24 février 2017).
  160. « Nándor Fa (Spirit of Hungary) 8e du Vendée Globe », sur vendeeglobe.org, 8 février 2017 (consulté le 13 février 2017).
  161. Spirit of Hungary est dessiné par Nándor Fa et Attila Déry. Il est construit d'abord aux chantiers Pauger Carbon, puis terminé chez Fa Hajó Ltd. Il est mis à l'eau à Trieste le . « Spirit of Hungary », sur vendeeglobe.org (consulté le 2 février 2017).
  162. Olivier Bourbon, « Conrad Colman va tenter de mettre en place un gréement de fortune », sur vendeeglobe.org, 11 février 2017 (consulté le 11 février 2017).
  163. Jenny Launay, « Bellion 9e du Globe et 1er bizuth », sur vendeeglobe.org, 13 février 2017 (consulté le 13 février 2017).
  164. a et b Olivier Bourbon, « Gréement de fortune en place pour Conrad Colman ! » sur vendeeglobe.org, 15 février 2017 (consulté le 15 février 2017).
  165. Jenny Launay, « Arnaud Boissières 10e du Vendée Globe », sur vendeeglobe.org, 17 février 2017 (consulté le 17 février 2017).
  166. Jenny Launay, « Onzième, Fabrice Amedeo boucle son Vendée Globe ! » sur vendeeglobe.org, 18 février 2017 (consulté le 18 février 2017).
  167. Bruno Ménard, « Quatre marins attendus cette semaine », sur vendeeglobe.org, 20 février 2017 (consulté le 20 février 2017).
  168. « Alan Roura, douzième du Vendée Globe ! » sur vendeeglobe.org, 20 février 2017 (consulté le 20 février 2017).
  169. Jacques Guyader, « À 23 ans, Alan Roura sera le plus jeune skipper du Vendée Globe », sur ouest-france.fr, 25 octobre 2016 (consulté le 20 février 2017).
  170. a et b « Conrad Colman est arrivé à bon port », sur lequipe.fr, 25 février 2017 (consulté le 26 février 2017).
  171. « Sponsor : Foresight Natural Energy », sur vendeeglobe.org (consulté le 26 février 2017).
  172. Vendée Globe, « Classement et données de course - Vendée Globe 2016-2017 » (consulté le 25 janvier 2017)
  173. « Orages et espoirs », sur vendeeglobe.org, 14 novembre 2016 (consulté le 14 novembre 2016).
  174. Bernard Bilzic, « Marc Guillemot : « Bertrand a vraiment souffert », sur ouest-france.fr, 21 novembre 2016 (consulté le 21 novembre 2016).
  175. « Vacations : l'entrée dans le grand sud », sur vendeeglobe.org, 25 novembre 2016 (consulté le 25 novembre 2016).
  176. « Bertrand de Broc : « Décevant de ne pas finir », sur ouest-france.fr, 7 décembre 2016 (consulté le 8 décembre 2016).
  177. Dominic Bourgeois, « Espoir à Bonne-Espérance », sur vendeeglobe.org, 27 novembre 2016 (consulté le 27 novembre 2016).
  178. « Morgan Lagravière est arrivé en Afrique du Sud », sur ouest-france.fr, 26 novembre 2016 (consulté le 12 janvier 2017).
  179. « StMichel-Virbac est entré dans la zone interdite des glaces, il fait demi-tour », sur scanvoile.com, 2 décembre 2016 (consulté le 23 janvier 2017).
  180. « Problème résolu, Jérémie Beyou est de nouveau en course », sur ouest-france.fr, 5 décembre 2016 (consulté le 23 janvier 2017).
  181. « De nouveaux problèmes techniques pour Arnaud Boissières », sur ouest-france.fr, 9 décembre 2016 (consulté le 23 janvier 2017).
  182. « Kojiro Shiraishi abandonne », sur vendeeglobe.org, 4 décembre 2016 (consulté le 4 décembre 2016).
  183. (en) Conrad Colman, « Fire aboard Conrad Colman's boat », sur vendeeglobe.org, 5 décembre 2016 (consulté le 26 janvier 2017. — Bruno Ménard, « Départ de feu pour Conrad Colman ! » sur vendeeglobe.org, 5 décembre 2016 (consulté le 26 janvier 2017)
  184. « Romain Attanasio a heurté un OFNI, il se déroute vers Le Cap », sur vendeeglobe.org, 5 décembre 2016 (consulté le 5 décembre 2016).
  185. Aline Merret, « Attanasio : « J'ai fait une « petite Parlier » ! » sur letelegramme.fr, 11 décembre 2017 (consulté le 31 janvier 2017).
  186. « Avarie de safran à bord de Comme un seul homme », sur vendeeglobe.org, 6 décembre 2016 (consulté le 2 février 2017). — Olivier Bourbon, « Vingt-deux marins encore en course ! » sur vendeeglobe.org, 7 décembre 2016 (consulté le 2 février 2017).
  187. « Avarie pour Thomas Ruyant », sur vendeeglobe.org, 7 décembre 2016 (consulté le 2 février 2017). — Dominic Bourgeois, « Thomas Ruyant est reparti », sur vendeeglobe.org, 8 décembre 2016 (consulté le 2 février 2017).
  188. « Stéphane Le Diraison : « C'est dur à digérer », sur vendeeglobe.org, 18 décembre 2016 (consulté le 18 décembre 2016). — Olivia Maincent, « Le grand Sud dans le tableau arrière de Banque Populaire VIII », sur vendeeglobe.org, 23 décembre 2016 (consulté le 23 décembre 2016). — « Le Diraison ravitaillé par un cargo », sur sport24.lefigaro.fr, 26 décembre 2016 (consulté le 26 décembre 2016). — « Dick au Horn, Le Diraison à Melbourne », sur vendeeglobe.org, 30 décembre 2016 (consulté le 2 février 2017).
  189. « Avarie structurelle pour « Le Souffle du Nord pour Le Projet Imagine » », sur vendeeglobe.org, 18 décembre 2016 (consulté le 18 décembre 2016). — « Des nouvelles de Thomas Ruyant confronté à de graves difficultés », sur vendeeglobe.org, 19 décembre 2016 (consulté le 3 février 2017).
  190. a et b Bruno Ménard, « Coast guards en route pour Thomas Ruyant » sur vendeeglobe.org, 19 décembre 2016 (consulté le 3 février 2017).
  191. « Ruyant est arrivé en Nouvelle-Zélande », sur sport24.lefigaro.fr, 20 décembre 2016 (consulté le 3 février 2017).
  192. « Problème de vérin de quille pour SMA », sur vendeeglobe.org, 20 décembre 2016 (consulté le 20 décembre 2016).
  193. « Paul Meilhat est arrivé à Papeete », sur la1ere.francetvinfo.fr, 28 décembre 2016 (consulté le 6 février 2017).
  194. « Enda O'Coineen se déroute vers l’île Stewart pour effectuer des réparations », sur vendeeglobe.org, 28 décembre 2016 (consulté le 28 décembre 2016)
  195. « Après son démâtage, O'Coineen abandonne officiellement », sur ouest-france.fr, 2 janvier 2017 (consulté le 6 février 2017).
  196. (en) Will Carson, « Stricken O'Coineen planning next move », sur vendeeglobe.org, 10 janvier 2017 (consulté le 6 février 2017).
  197. « Retour sur la conférence de presse de Conrad Colman », sur vendeeglobe.org, 25 février 2017 (consulté le 26 février 2017).
  198. « Des nouvelles de Conrad Colman », sur vendeeglobe.org, 3 janvier 2017 (consulté le 3 janvier 2017).
  199. Dominic Bourgeois, « Le centre névralgique », sur vendeeglobe.org, 7 janvier 2017 (consulté le 7 janvier 2017).
  200. « Avarie de safran maîtrisée à bord de La Fabrique », sur vendeeglobe.org, 3 janvier 2017 (consulté le 3 janvier 2017).
  201. « Alan Roura : « Je coulais petit à petit », sur vendeeglobe.org, 3 janvier 2017 (consulté le 3 janvier 2017).
  202. « Romain Attanasio a cassé une dérive mais sa course continue ! » sur vendeeglobe.org, 9 février 2017 (consulté le 10 février 2017).
  203. « Conrad Colman a démâté ! » sur vendeeglobe.org, 11 février 2017 (consulté le 11 février 2017).
  204. Olivier Bourbon, « Les derniers milles sont les plus difficiles », sur vendeeglobe.org, 15 février 2017 (consulté le 27 février 2017). — « Tuto bricolage avec Conrad Colman », sur vendeeglobe.org, 18 février 2017 (consulté le 27 février 2017).
  205. « Avarie de grand-voile pour Éric Bellion », sur vendeeglobe.org, 11 février 2017 (consulté le 11 février 2017).
  206. « Éric Bellion toujours privé de grand-voile », sur vendeeglobe.org, 11 février 2017 (consulté le 27 février 2017).
  207. Bruno Ménard, « Comme un seul homme attendu ce soir sur la ligne », sur vendeeglobe.org, 13 février 2017 (consulté le 27 février 2017).
  208. « Stéphane Le Diraison : « Le diable est dans le détail », sur vendeeglobe.org, 23 décembre 2016 (consulté le 24 décembre 2016).
  209. « Enda O’Coineen a démâté 180 milles au sud-est de la Nouvelle-Zélande », sur vendeeglobe.org, (consulté le 3 janvier 2017).
  210. « Alex Thomson bat le record sur 24 heures détenu par François Gabart », sur actualites-nautiques.com, 20 novembre 2016 (consulté le 18 janvier 2017).
  211. Chloe Lottret, « Incroyable record pour Alex Thomson en plein Vendée Globe », sur bateaux.com, 16 janvier 2017 (consulté le 19 janvier 2017)
  212. Dominic Bourgeois, « Le chapelet atlantique », sur vendeeglobe.org, 16 novembre 2016 (consulté le 16 novembre 2016).
  213. Chloé Lottret, « Record de l'Équateur pour Alex Thomson », sur bateaux.com, 15 novembre 2016 (consulté le 16 novembre 2016).
  214. « Alex Thomson sur Hugo Boss réalise le « coup du chapeau », sur francenetinfos.com, 25 novembre 2016 (consulté le 29 novembre 2016).
  215. En 2012, le site officiel, relayé par les médias, donne pour Gabart le temps de 34 jours, 10 heures et 23 minutes. Nouveaux temps de référence à Leeuwin pour Gabart », sur vendeeglobe.org, 15 décembre 2012 (consulté le 22 janvier 2017). — En 2016, rectification ou erreur de transcription, le site officiel et les médias donnent pour Gabart le temps de 34 jours, 10 heures et 28 minutes. « Armel Le Cléac'h affolle les compteurs au cap Leeuwin ! sur vendeeglobe.org], 5 décembre 2016 (consulté le 22 janvier 2017).
  216. Dix jours pour Michel Desjoyeaux, et non 11 jours comme l'en créditent des sources de 2009 et de 2012. Dans l'édition 2008-2009, il a franchi la longitude du cap de Bonne Espérance le à 13 h 36, soit 27 jours et 34 minutes après le départ de la course. Il a franchi la longitude du cap Leeuwin le à 20 h 25, soit 37 jours, 7 heures et 23 minutes après le départ de la course. Pierre Giboire (dir.), Vendée Globe : l'incroyable odyssée du tour du monde en solitaire, Rennes, Mer&Media, 2009, p. 216.
  217. La différence donnée par le site officiel est de 5 jours, 5 heures et 38 minutes. « 5 jours 5 heures et 38 minutes de mieux pour Armel Le Cléac'h au cap Horn ! » sur vendeeglobe.org, 23 décembre 2016 (consulté le 23 janvier 2017).
  218. Véronique Malécot, « Armel Le Cléac’h franchit le cap Horn en un temps record », sur lemonde.fr, 23 décembre 2016 (consulté le 23 janvier 2017).
  219. « Sixième passage au cap Horn pour Mike Golding », sur vendeeglobe.org, 9 janvier 2013 (consulté le 23 janvier 2017).
  220. Dominic Bourgeois, « Le centre névralgique », sur vendeeglobe.org, 7 janvier 2017 (consulté le 24 janvier 2017).
  221. AFP, « Le Cléac'h passe l'équateur, mais bloque dans le Pot au noir », sur france24.com, 7 janvier 2017 (consulté le 24 janvier 2017).
  222. a et b « Batailler jusqu'aux derniers milles ! » sur vendeeglobe.org, 13 janvier 2017 (consulté le 25 janvier 2017).
  223. a et b « Armel Le Cléac'h, Banque populaire VIII, vainqueur du Vendée Globe 2016-2017 », sur vendeeglobe.org, 19 janvier 2017 (consulté le 26 janvier 2017).
  224. a, b et c « Stats et temps de passage », sur vendeeglobe.org, 26 février 2013 (consulté le 25 janvier 2017).
  225. « Thomson, le perdant magnifique », sur lequipe.fr, 20 janvier 2017 (consulté le 26 janvier 2017).
  226. a et b « Alex Thomson, Hugo Boss, deuxième du Vendée Globe 2016-2017 », sur vendeeglobe.org, 20 janvier 2017 (consulté le 26 janvier 2017).
  227. Thomson coupe l'équateur le à 18 h 12. « Alex Thomson double l'équateur 16 h et 49 min après Armel Le Cléac'h », sur vendeeglobe.org, 7 janvier 2017 (consulté le 26 janvier 2017). — Il franchit la ligne d'arrivée le à h 37 min 15 s. « Alex Thomson, Hugo Boss, deuxième du Vendée Globe 2016-2017 », article cité.
  228. Dominic Bourgeois, « Schuss ! » sur vendeeglobe.org, 19 novembre 2016 (consulté le 19 novembre 2016).
  229. [1], 25 novembre 2016
  230. [2], 1 février 2009
  231. [3], 1 février 2009
  232. Dominic Bourgeois, « Schuss ! » sur vendeeglobe.org, 19 novembre 2016 (consulté le 19 novembre 2016).
  233. [4], 25 novembre 2016
  234. [5], 1 février 2009
  235. « Jour J − 5 pour le Vendée Globe virtuel », sur vendeeglobe.org, (consulté le ).
  236. « Vendée Globe 2016 », sur www.virtualregatta.com (consulté le 22 décembre 2016)
  237. « Un Australien remporte le jeu Virtual Regatta », sur ouest-france.fr, 17 janvier 2017 (consulté le 18 janvier 2017).

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :