Ouvrir le menu principal

Vaulandry

ancienne commune française du département de Maine-et-Loire

Vaulandry
Vaulandry
L'ancienne mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Maine-et-Loire
Arrondissement Saumur
Canton Baugé
Commune Baugé-en-Anjou
Statut commune déléguée
Maire délégué Guy Lasseux
2013-2020
Code postal 49150
Code commune 49380
Démographie
Gentilé Vallilandriais
Population 313 hab. (2010)
Densité 11 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 35′ 51″ nord, 0° 02′ 34″ ouest
Altitude Min. 46 m
Max. 87 m
Superficie 27,65 km2
Historique
Date de fusion 1er janvier 2013
Commune(s) d’intégration Baugé-en-Anjou
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Vaulandry

Géolocalisation sur la carte : Maine-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Maine-et-Loire
City locator 15.svg
Vaulandry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Vaulandry

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Vaulandry

Vaulandry est une commune déléguée française, située dans le département de Maine-et-Loire, en région Pays de la Loire

Le 1er janvier 2013, Vaulandry fusionne avec Clefs pour former la commune nouvelle de Clefs-Val d'Anjou[1], dont elle est une commune déléguée. Le 1er janvier 2016, Clefs et Vaulandry fusionnent avec d'autres communes, pour former la commune nouvelle de Baugé-en-Anjou dont elles constituent depuis cette date des communes déléguées.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Ce village angevin de l'Ouest de la France se situe dans le Baugeois, au nord-est de Baugé, sur la route D195 qui va de Baugé à Thorée-les-Pins (Sarthe)[2].

Le Baugeois est la partie nord-est du département de Maine-et-Loire. Il est délimité au sud par la vallée de l'Authion et celle de la Loire, et à l'ouest par la vallée de la Sarthe[3].

TerritoireModifier

L'altitude de la commune varie de 46 à 87 mètres[4], pour une altitude moyenne de 67 mètres, et s'étend sur une superficie de près de 28 km2 (2 765 hectares)[4].

Son territoire se trouve sur l'unité paysagère du Plateau du Baugeois[5]. Le relief du Baugeois est principalement constitué d'un plateau, aux terrains sablonneux, siliceux ou calcaires[6], caractérisés par de larges affleurements sédimentaires, crétacés, sables et calcaires aux teintes claires.

Située dans une vallée, dont les bords boisés se relèvent au Nord, une partie de la commune est classée Natura 2000 pour le site d'importance communautaire de la vallée du Loir de Vaas à Bazouges et ses abords, et comporte plusieurs zones naturelles d'intérêt écologique, floristique et faunistique (ZNIEFF), pour la zone humide et lande en forêt du Pugle, les prairies humides des trufferiez, les prairies humides de Turbilly, les prairies humides du ruisseau du Gué-de-Bré, la vallée des Cartes et de la Vesotière, celles des bois de Lanfray, bois de Parnay, massif du Graffard et bois de La Roltière, et celle de la vallée du Loir de Pont-de-Braye à Bazouges-sur-Loir[7].

HydrographieModifier

Le ruisseau des Cartes prend sa source et traverse la commune. Il a pour principal affluent le ruisseau de la Valette[2].

ClimatModifier

Son climat est tempéré, de type océanique. Le climat angevin est particulièrement doux, de par sa situation entre les influences océaniques et continentales. Généralement les hivers sont pluvieux, les gelés rares et les étés ensoleillés[6].

Aux alentoursModifier

Les communes les plus proches sont Clefs (4 km), Montpollin (5 km), Saint-Martin-d'Arcé (5 km), Pontigné (5 km), Saint-Quentin-lès-Beaurepaire (6 km), Genneteil (7 km), Baugé (8 km), Savigné-sous-le-Lude (8 km), Lasse (8 km) et Fougeré (9 km)[8].

Toponymie et héraldiqueModifier

ToponymieModifier

Formes anciennes du nom : Vallis Landardi en 1073, Parrochia de Vallibus et Vallis Landrici au XIIe siècle, Ecclesia Sancti Petri de Valle Landrici en 1159, Valis Landri en 1326, Vaulandry en 1685[9], puis Vollandry, Vaulandry et Volandry aux XVIIIe et XIXe siècles[10], pour devenir définitivement Vaulandry au XXe siècle (décret du 27 avril 1956)[11],[12].

Nom des habitants : les Vallilandriais[13].

HéraldiqueModifier

Écartelé : au 1er d'or au chardon de sinople, fleuri de gueules et mouvant d'un croissant du même, au 2e de sinople au pairle d'argent, la branche senestre alésée et aiguisé, chargé de quatre fers de moulin de sable posés à plomb, au 3e de sinople à la tour d'or, maçonnée de sable, ouverte et ajourée du champ, au 4e d'or au sanglier de sable surmonté de deux pommes de pin au naturel[14].

HistoireModifier

Moyen ÂgeModifier

Au XVe siècle le Roi René, qui aime venir chasser dans les forêts de la région, fait reconstruire le château de Baugé.

Ancien RégimeModifier

Sous l'Ancien Régime, la commune dépend de la sénéchaussée angevine de Baugé.

Époque contemporaineModifier

À la réorganisation administrative qui suit la Révolution en 1790, la commune est d'abord rattachée au canton de Fougeré, puis en 1800, à celui de Baugé. Il est intégré au district de Baugé, puis en 1800 à l'arrondissement de Baugé, et à sa disparition en 1926, à l'arrondissement de Saumur[10].

Commune nouvelle de Clefs-Val-d'AnjouModifier

En 2011, les communes de Cheviré-le-Rouge, Clefs, Fougeré, Saint-Quentin-lès-Beaurepaire et Vaulandry consultent la population afin d'engager un regroupement de communes, sur le même modèle que Baugé-en-Anjou. Deux communes ayant voté contre, le projet est abandonné[15],[16].

Les équipes municipales de Clefs et de Vaulandry décident alors un rapprochement entre leurs deux seules communes, sous la forme d'une commune nouvelle régie par la loi du 16 décembre 2010, et initialement dénommée « Clevaulanjou »[17].

Après deux réunions publiques organisées dans les deux communes en octobre[18], le projet est voté par les deux conseils municipaux le 30 octobre. Déposé auprès de la préfecture de Maine-et-Loire, le projet est validé par le préfet le 19 novembre, sous le nom de Clefs-Val d'Anjou[1].

Quelques chiffres du nouvel ensemble[19]
Nom de la commune Population
(2010)
Surface
(hectares)
Alt. mini
(mètres)
Alt. maxi
(mètres)
Clefs 979 2 592 30 97
Vaulandry 313 2 765 46 87
Ensemble 1 292 5 357 30 97

En 2014, un nouveau projet de fusion se dessine, les municipalités de la communauté de communes du canton de Baugé envisageant de se réunir en une seule commune. Le 29 avril 2015, le conseil communautaire se prononce en faveur du projet de commune nouvelle constituée des communes déléguées de Baugé, Montpollin, Pontigné, Saint-Martin-d'Arcé, Le Vieil-Baugé, Clefs, Vaulandry, Bocé, Cuon, Chartrené, Cheviré-le-Rouge, Le Guédeniau, Échemiré, Fougeré, Saint-Quentin-lès-Beaurepaire[20]. Le 18 mai, l'ensemble des conseils municipaux votent en faveur de la création de la commune nouvelle[21]. L'arrêté préfectoral est signé le 10 juillet et porte sur la création au 1er janvier 2016 de la commune nouvelle de « Baugé-en-Anjou », groupant les communes de Baugé-en-Anjou, Bocé, Chartrené, Cheviré-le-Rouge, Clefs-Val d'Anjou, Cuon, Échemiré, Fougeré, Le Guédeniau et Saint-Quentin-lès-Beaurepaire[22].

Politique et administrationModifier

Administration actuelleModifier

Le 1er janvier 2013 elle constitue une commune déléguée au sein de la commune nouvelle de Clefs-Val d'Anjou et dispose d'un maire délégué, et le 1er janvier 2016 elle devient une commune déléguée de Baugé-en-Anjou.

Liste des maires délégués successifs
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2016 en cours Guy Lasseux[23]    
Les données manquantes sont à compléter.

Administration ancienneModifier

La commune est érigée en municipalité en 1790[10]. Au 31 décembre 2012, le conseil municipal était composé de 11 élus[24].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1995 décembre 2012 Alain Jarry    
Les données manquantes sont à compléter.

JumelageModifier

La commune ne comporte pas de jumelage.

Ancienne situation administrativeModifier

IntercommunalitéModifier

Au 31 décembre 2012, la commune était intégrée à la communauté de communes canton de Baugé ; structure intercommunale ayant pour objet d’associer des communes au sein d’un espace de solidarité, en vue de l’élaboration d’un projet commun de développement et d’aménagement de l’espace[25].

Créée en 1994[26], cette structure intercommunale regroupait jusqu'en décembre 2012 quinze communes du canton, dont Baugé, Clefs et Vaulandry.

La communauté de communes était, à cette date, membre du syndicat mixte Pays des Vallées d'Anjou (SMPVA), structure administrative d'aménagement du territoire regroupant six communautés de communes : Beaufort-en-Anjou, canton de Baugé, canton de Noyant, Loir-et-Sarthe, Loire Longué, Portes-de-l'Anjou.

Autres administrationsModifier

Au 31 décembre 2012, la commune de Vaulandry était adhérente du conseil de développement du Pays des Vallées d'Anjou (CDPVA), du syndicat intercommunal d’eau et d’assainissement de l’agglomération baugeoise, du syndicat mixte intercommunal de valorisation et de recyclage thermique des déchets de l’Est Anjou (SIVERT), du syndicat intercommunal pour l'aménagement du Couasnon (SIAC)[27].

Le SIVERT était, à cette date, le syndicat intercommunal de valorisation et de recyclage thermique des déchets de l’Est Anjou, situé à Lasse[28].

Autres circonscriptionsModifier

Au 31 décembre 2012, la commune de Vaulandry faisait partie du canton de Baugé et de l'arrondissement de Saumur. Le canton de Baugé comprenait à cette date quinze communes, dont Cuon, Bocé et Le Vieil-Baugé. C'est l'un des quarante et un cantons que compte le département ; circonscriptions électorales servant à l'élection des conseillers généraux, membres du conseil général du département.

À cette date, Vaulandry faisait partie de la troisième circonscription de Maine-et-Loire, composée de huit cantons dont Longué-Jumelles et Noyant. La troisième circonscription de Maine-et-Loire est l'une des sept circonscriptions législatives que compte le département.

Population et sociétéModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en [30],[Note 1].

En 2010, la commune comptait 313 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
1831 1836 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
746826771781800781773780731
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
705690689682688687733710651
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
622617581591539487454368331
1990 1999 2004 2006 2009 2010 - - -
269271268265306313---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Pyramide des âgesModifier

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (27,5 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (21,4 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est sensiblement égale à la population féminine.

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 49,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 21,7 %, 15 à 29 ans = 17,8 %, 30 à 44 ans = 20,4 %, 45 à 59 ans = 13,8 %, plus de 60 ans = 26,3 %) ;
  • 50,3 % de femmes (0 à 14 ans = 19,5 %, 15 à 29 ans = 20,1 %, 30 à 44 ans = 17,5 %, 45 à 59 ans = 14,3 %, plus de 60 ans = 28,6 %).
Pyramide des âges à Vaulandry en 2008 en pourcentage[33]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
9,2 
75 à 89 ans
10,4 
17,1 
60 à 74 ans
18,2 
13,8 
45 à 59 ans
14,3 
20,4 
30 à 44 ans
17,5 
17,8 
15 à 29 ans
20,1 
21,7 
0 à 14 ans
19,5 
Pyramide des âges du département de Maine-et-Loire en 2008 en pourcentage[34].
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90  ans ou +
1,1 
6,3 
75 à 89 ans
9,5 
12,1 
60 à 74 ans
13,1 
20,0 
45 à 59 ans
19,4 
20,3 
30 à 44 ans
19,3 
20,2 
15 à 29 ans
18,9 
20,7 
0 à 14 ans
18,7 

Vie localeModifier

Services publics présents sur la commune : mairie, école maternelle et primaire. D'autres services publics se trouvent à Baugé, dont le collège, l'hôpital intercommunal et le centre de secours[27].

La plupart des structures de santé se trouvent à Baugé (8 km)[8], dont l'hôpital local, l'hôpital intercommunal du Baugeois et de la Vallée (95 places), et plusieurs maisons de retraite[35].

La collecte des déchets ménagers (tri sélectif) est organisée par la communauté de communes du Canton de Baugé. La déchèterie intercommunale se situe sur la commune de Saint-Martin-d'Arcé[28].

Très répandu dans le Baugeois, un cercle de Boule de fort est présent sur la commune.

ÉconomieModifier

Commune principalement agricole, en 2008, 23 établissements étaient présents sur la commune, dont 61 % relevaient du secteur de l'agriculture[36]. Deux ans plus tard, en 2010, sur 28 établissements présents, 50 % relevaient du secteur de l'agriculture (pour une moyenne de 17 % sur le département), 4 % du secteur de l'industrie, 7 % du secteur de la construction, 32 % de celui du commerce et des services et 7 % du secteur de l'administration et de la santé[37].

Liste des AOC sur le territoire[38] :

  • IGP Bœuf du Maine, IGP Porc de la Sarthe, IGP Volailles de Loué, IGP Volailles du Maine, IGP Œufs de Loué,
  • IGP Cidre de Bretagne ou Cidre breton,
  • IGP Maine-et-Loire blanc, IGP Maine-et-Loire rosé, IGP Maine-et-Loire rouge.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

La commune de Vaulandry comporte plusieurs inscriptions à l'inventaire du patrimoine[39], dont un monument historique[40].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • Chapelle Sainte-Anne, du XVIIIe siècle, Inventaire général.
  • Château de Turbilly, des XVe, XVIIe et XVIIIe siècles, Inventaire général.
  • Plusieurs fermes et maisons, des XVe, XVIe, XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général.
  • Fours à chaux.
  • Manoir dit la Cour, des XVIIe, XIXe et XIXe siècles, Inventaire général.
  • Plusieurs moulins, des XVIIIe et XIXe siècles, Inventaire général.
  • Presbytère dit le Prieuré, du XVIIe siècle, remanié au XVIIIe siècle, Inventaire général.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. a et b Préfecture de Maine-et-Loire, « Arrêté no 2012324-0001 portant création de la commune nouvelle de Clefs-Val d'Anjou »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), du 19 novembre 2012 (JORF no 0292 du 15 décembre 2012 page 19589 texte no 23).
  2. a et b IGN et BRGM, Géoportail Vaulandry (49), consulté le 23 avril 2012.
  3. P.Wagret J.Boussard J.Levron S. Mailliard-Bourdillon, Visages de l'Anjou, Horizons de France, 1951, p. 10.
  4. a et b IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2010), consulté le 2 février 2011 — Données consultables sur WikiAnjou.
  5. Département de Maine et Loire - DIREN Pays de la Loire - DDE Maine et Loire, Atlas des paysages de Maine-et-Loire, Le Polygraphe, 2003, p. 58 — Données consultables sur WikiAnjou.
  6. a et b Comité météorologique départemental, Les régions naturelles, Le climat, consulté le 24 mai 2011.
  7. DREAL Pays de la Loire, Données environnementales GéoSource, consultées le 5 juillet 2011.
  8. a et b Lion1906, Distances orthodromiques à partir de Vaulandry (49), consulté le 23 avril 2012 — Les distances affichées sont des distances orthodromiques (à vol d'oiseau).
  9. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, Lachèse & Dolbeau, 1878, t. 3 p. 671 et suivantes — selon ses travaux faits au XIXe siècle sur les archives anciennes.
  10. a b et c EHESS, Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, Notice communale de Vaulandry, consultée le 23 avril 2012 — Nom de la municipalité en 1793 (an II), selon le recensement réalisé sur l’ensemble du territoire français de l’époque, et en 1801, selon les « Arrêtés de réduction des justices de paix » (actes publiés au Bulletin des lois) constituant la première nomenclature officielle des circonscriptions administratives de la France contemporaine.
  11. Célestin Port, Dictionnaire historique géographique et biographique de Maine-et-Loire, 1874 1878, Édition révisée de 1996 par André Sarazin et Pascal Tellier, t. 4, p. 683 et suivantes.
  12. INSEE, Code Officiel Géographique, Modifications des communes de Maine-et-Loire, consultées le 24 juin 2012.
  13. C.C. du Canton de Baugé, Commune de Vaulandry, consultée le 23 avril 2012.
  14. Blason de Vaulandry sur le site de « la mairie de Clefs-Val d'Anjou »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), consulté le 25 juillet 2015.
  15. Saumur Kiosque, Il n'y aura pas de seconde nouvelle commune dans le Baugeois, article du 19 mai 2012.
  16. Mairie de Cheviré-le-Rouge, « Réunion du 15 mai 2012 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  17. Le Courrier de l'Ouest, Clefs-Vaulandry : Le préfet rebaptise la commune nouvelle, Édition du 16 novembre 2012.
  18. Le Courrier de l'Ouest, Clefs/Vaulandry : Commune nouvelle, verdict le 30 octobre, Édition du 18 octobre 2012.
  19. Population : Insee, Populations municipales 2010, mis à jour le 4 janvier 2013.
    Surfaces et altitudes : IGN, Répertoire Géographique des Communes (RGC 2011), consulté le 23 novembre 2012.
  20. Communauté de communes du canton de Baugé, Compte rendu de séance Conseil communautaire, Séance du 29 avril 2015, p. 11-28.
  21. Le Courrier de l'Ouest, Dix communes pour en faire une, Édition du 19 mai 2015, p. 3.
  22. Préfecture de Maine-et-Loire, Arrêté préfectoral no DRCL-2015-525 du 10 juillet 2015, RAA spécial du 15 juillet 2015 p. 13, portant création de la commune nouvelle.
  23. « Conseillers communaux », sur Mairie de Baugé-en-Anjou (consulté le 8 septembre 2019).
  24. Nombre de conseillers municipaux sur le Code général des collectivités territoriales.
  25. Statuts de la Communauté de communes du Canton de Baugé, Arrêté préfectoral no 2007-107, du 9 mai 2007.
  26. Arrêté préfectoral no D3-94-932 portant création de la communauté de communes du canton de Baugé, du 23 décembre 1994.
  27. a et b C.C. du Canton de Baugé, Communauté de communes, consultée le 7 juillet 2011.
  28. a et b SIVERT, C. C. du canton de Baugé, consulté le 20 décembre 2010.
  29. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  30. [ Calendrier départemental des recensements], sur le site de l'Insee.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2009 .
  33. « Évolution et structure de la population à Vaulandry en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 octobre 2012).
  34. « Résultats du recensement de la population de Maine-et-Loire en 2008 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 24 octobre 2012)
  35. Fédération Hospitalière de France, Hôpital local (Baugé), consulté le 6 octobre 2011.
  36. Insee, Statistiques locales 2008 du territoire de Vaulandry, consultées le 7 juillet 2011.
  37. Insee, Statistiques locales du territoire de Vaulandry (49), mis à jour le 30 décembre 2012.
  38. INAO, Fiche de Vaulandry (49), consultée le 6 juillet 2011 - AOC Appellation d'origine contrôlée (FR), AOP Appellation d'origine protégée (CE), IGP Indication géographique protégée (CE).
  39. Ministère de la Culture, Monuments historiques et Inventaire général du patrimoine culturel, base Mérimée, consultée le 24 avril 2012.
  40. Service Départemental de l'Architecture et du Patrimoine, Maine et Loire, consulté le 7 février 2011.
  41. Notice no PA00109413, base Mérimée, ministère français de la Culture).