Ouvrir le menu principal

Vasile Aftenie

évêque roumain greco-catholique

Vasile Aftenie
Image illustrative de l’article Vasile Aftenie
Évêque - martyr
Naissance 14 juin 1899, Valea Lungă, Roumanie
Décès 10 mai 1950, Bucarest, Roumanie 
Nationalité Drapeau : Roumanie Roumain
Vénéré à église Adormirea Maicii Domnului à Bucarest
Béatification prévue le 2 juin 2019 à Blaj par le pape François
Vénéré par l'Église catholique

Vasile Aftenie, né le , à Valea Lungă, Roumanie et décédé le à Bucarest, était un évêque gréco-catholique roumain, emprisonné, torturé et exécuté dans les geôles communistes, pour son refus d'abandonner la foi catholique. Reconnu martyr par l'Église catholique, sa béatification est prévue pour le 2 juin 2019.

BiographieModifier

Vasile Aftenie est né le , à Lodroman, dans le comitat Târnava-Mică, en Transylvanie, Empire austro-hongrois.

Ses étudesModifier

Vasile Aftenie a fait ses études primaires dans son village natal et à Blaj. Il a étudié au Lycée de Blaj et, en 1919, s'est inscrit à la Faculté de Théologie de Blaj, d'où il a été envoyé, afin de continuer ses études, au collège grec « Saint-Athanase » de Rome. En 1925, Vasile Aftenie y a obtenu le titre de docteur en Philosophie et en Théologie. Il est ensuite revenu en Roumanie.

Prêtre et professeurModifier

Il a été consacré prêtre gréco-catholique, le , par le métropolite Vasile Suciu. Le mois suivant, il fut nommé professeur à l'Académie de Théologie de Blaj. Il a été nommé archiprêtre gréco-catholique de Bucarest et, ultérieurement, chanoine du chapitre archiépiscopal de Blaj. Le , Vasile Aftenie a été nommé recteur de l'Académie de Théologie de Blaj.

ÉvêqueModifier

Vasile Aftenie a été nommé, en avril 1940, évêque d'Ulpiana et auxiliaire de l'archevêque Alexandru Nicolescu, qui était le métropolite de l'Église grecque-catholique roumaine. Le , il a été consacré évêque, dans la Cathédrale de la Sainte-Trinité de Blaj[1]. Il est revenu à Bucarest en tant que vicaire épiscopal. L’évêque Vasile Aftenie a été en fonction, au siège de l'Église Saint-Basile-le-Grand de Bucarest, devenue cathédrale, jusqu’à son arrestation par la Securitate.

En octobre 1948, les 36 anciens prêtres gréco-catholiques venus de Cluj[2] rentrent à Bucarest, afin qu'ils rapportent leur adhésion à l'Église orthodoxe roumaine. Ils rencontrent, au restaurant Capșa, Vasile Aftenie. L'évêque les admonesta au sujet de l'abandon de l'Église grecque-catholique roumaine[3],[1]. Beaucoup d'entre eux ont admis qu'ils avaient signé le passage à l'orthodoxie sous la pression[1].

Son arrestation et sa mortModifier

Le , Vasile Aftenie est arrêté[4] pour sa fidélité à l'Église catholique romaine, sur la Piața Romană[5], juste après sa sortie de sa cathédrale, et torturé sur ordre du général Nikolski[6],[1], mutilé au sous-sol du Ministère des Internes[7] de Bucarest. Il fut ensuite tué dans la geôle de Văcărești, le .

Puisque l'évêque était de haute taille et que son corps n’avait pas de place dans la caisse en bois employée à la place d’un véritable cercueil, on lui a coupé les pieds. Vasile Aftenie a été enterré dans le Cimetière Bellu catholique, de Bucarest. Sur la croix de sa tombe, les autorités communistes roumaines n'ont pas permis d'écrire que « V. A. 1950 ». Sa tombe est devenue lieu de pèlerinage.

BéatificationModifier

La cause pour la béatification et la canonisation de Vasile Aftenie et de 6 autres évêques roumains débute en 1997. L'enquête diocésaine est clôturée en 2010 et envoyée à Rome afin d'y être étudiée par la Congrégation pour les causes des saints.

Suite à l'avis favorable des différentes commissions, c'est le 19 mars 2019 que le pape François reconnaît le martyre de Vasile Aftenie et des 6 autres évêques, et signe le décret permettant leur béatification. La cérémonie durant laquelle ils seront proclamés bienheureux est prévue le 2 juin 2019, célébrée à Blaj par le pape François.

Le , la dépouille de l'évêque fut exhumée du Cimetière Bellu et transférée à l'église gréco-catholique Adormirea Maicii Domnului[8] située au numéro 39, rue Sirenelor, à Bucarest.

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • (ro) Sergiu Grossu, Calvarul României Creștine, „Convorbiri Literare” & ABC DAVA, Chișinău, 1992 (nouvelle édition: Calvarul României creștine, Vremea, 2006) (ISBN 973-645-162-3).
  • Sergiu Grossu, Le calvaire de la Roumanie Chrétienne, Éditions France-Empire, Paris, 1987. (ISBN 978-2704805280)
  • (ro) Ioan M. Bota, Istoria Bisericii universale și a Bisericii românești de la origini până în zilele noastre, Casa de Editură « Viața Creștină », Cluj-Napoca, 1994. (ISBN 973-96661-5-9)

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d (ro) Ioan M. Bota, Istoria Bisericii universale și a Bisericii românești de la origini până în zilele noastre, p. 322.
  2. À Cluj, dans un rassemblement organisé par les autorités communistes, sur l'ordre de Staline. Le , 36 prêtres gréco-catholiques roumains, parmi lesquels un archiprêtre, ont signé, sous des pressions psychologiques, l'abandon de l'Église grecque-catholique roumaine et l'adhésion à l'Église orthodoxe roumaine. Le même jour, l'évêque gréco-catholique de Cluj, Iuliu Hossu, a émis un Décret d'excommunication ipso facto, concernant tous les participants du rassemblement de Cluj.
  3. (ro) Cicerone Ionițoiu, Procesul comunismului. Episcopii greco-catolici, pag. 3.
  4. Vasile Aftenie n'a jamais été jugé.
  5. Place Romane : en roumain, Piața Romană. Il s'agit d'une place publique située au centre de la Capitale de la Roumanie.
  6. Alexandru Nikolski / Alexandru Nicolschi (n. Boris Grünberg, le , à Tiraspol - d. le , à Bucarest) a été un général de Securitate.
  7. (ro) Sergiu Grossu, Calvarul României Creștine, „Convorbiri Literare” & ABC DAVA, Chișinău, p. 35.
  8. En français: L'Assomption

Liens externesModifier