Ouvrir le menu principal
Lionel Daunais et Caro Lamoureux dans l’opérette Le tsarewitch, 1937

Les Variétés lyriques est une compagnie privée de production d'œuvres lyriques, principalement d'opérettes, qui œuvra à Montréal de 1936 à 1955[1].

HistoireModifier

Fondée à Montréal par les chanteurs Lionel Daunais et Charles Goulet, les Variétés lyriques présenta 102 productions d'opérettes, 15 d'opéras et une revue, pour un grand total de 1084 représentations pendant leur 19 années d'opération. Les Variétés lyriques prit la relève de la Société canadienne d'opérette qui avait cessé d'exister en 1934 après une décennie d'activité.

Quand les Variétés lyriques fermèrent leurs portes le 30 avril 1955, les abonnés étaient au nombre de 14 000, ce qui n'empêcha pas les fondateurs de mettre un terme à leur entreprise. Ils invoquèrent surtout des coûts de production toujours croissants à une époque où l'État ne subventionnait pas encore le théâtre et, à partir de 1952, la concurrence de la télévision qui avait commencé à vider les salles.

Dès leurs débuts, les 'Variétés lyriques firent appel à plusieurs talents québécois.

Parmi eux, on note les noms des sopranos Pierrette Alarie, Rita Bibeau, Yolande Dulude, Marthe Lapointe, Thérèse Laporte, Marthe Létourneau, Jacqueline Plouffe et Irène Salemka, du mezzo-soprano Jeanne Maubourg, du contralto Anna Malenfant, des ténors Jacques Gérard, Albert Montmarquette (Albert Marquis de son nom de scène), Raoul Jobin, Jacques Labrecque, Gérard Paradis, Léopold Simoneau, André Turp et Richard Verreau, des barytons Napoléon Bisson et Louis Quilico et des basses Yoland Guérard, Jean-Pierre Hurteau et Joseph Rouleau, sans compter Daunais et Goulet eux-mêmes qui tinrent de nombreux rôles en plus d'assurer la mise en scène et l'administration. Des comédiens comme Fred Barry, Paul Berval, Guy Hoffmann, Juliette Huot, Jean-Pierre Masson, Guy Mauffette et Henri Poitras firent de nombreuses présences remarquées[2].

RéférencesModifier