Ouvrir le menu principal

Vallery-Radot

page d'homonymie d'un projet Wikimédia
Page d'aide sur l'homonymie. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vallery (homonymie) et Radot.

Au fil des générations la progression sociale de la famille Vallery-Radot, a été de pair avec ses déplacement géographiques.

HistoireModifier

Au XVIe siècle, à Corbigny (Nièvre), les Radot sont marchands ou maîtres apothicaires. À Brinon-sur-Beuvron Philbert Radot (1643-1714) est maître chirurgien durant la deuxième partie du XVIIe siècle. À Corbigny, un siècle plus tard, son arrière-petit-fils, Vincent (1758-1845), est notaire régional. Le fils de Vincent, Lazare-André (1787-1878), s'installe à Avallon au début du XIXe siècle. Il y exerce la profession d'avocat. Le fils de Lazare-André, Vincent Félix Vallery Radot (1814-1876), après avoir été pensionnaire au collège Bourbon, actuel lycée Condorcet, se fixe à Paris au milieu du XIXe siècle, devient bibliothéquaire de la Bibliothèque royale du Louvre à la fin du règne de Louis-Philipe puis chef de cabinet de Charles de Freycinet, ministre de l'Agriculture et du Commerce, à la fin du Second Empire (1869). Il est promu cette même année officier de la Légion d'honneur et se fait conaitre par des livres, essais et critiques littéraires.

Le patronime des Radot se transforme alors en Vallery-Radot (1852) et la famille s'intègre à la bourgeoisie parisienne dont le principal représentant est cité ci-dessous.

Le mariage de Vincent Félix Vallery en 1848 avec la petite-fille du Dr Jean-Joseph Süe (1760-1830), de l'Académie de médecine, fait entrer les Vallery-Radot dans les familles Süe et Sauvan. Les Süe sont chirurgiens de père en fils du XVIIe au XIXe siècle, hormis Eugène Süe (1804-1857) qui renonce au bistouri pour le roman-feuilleton.

Jean-Baptiste Sauvan (1736-1818), intendant du duc d'Orléans en 1789, doit affronter le tribunal révolutionnaire tandis que sa fille Adèle (1776-1809) se fiance au chef des girondins Vergniaud. Elle épousera le docteur Jean-Joseph Süe précité puis Gabriel Legouvé (1764-1812), de l'Académie française, dont Ernest Legouvé (1807-1903) également académicien français. La sœur d'Adèle, Lucile (1784-1867), devient, sous le règne de Napoléon III, la première inspectrice des école de Paris.

ReprésentantsModifier

BibliographieModifier

  • Laurent Vallery-Radot, La famille Vallery-Radot, 1575-2014, ascendances et alliances, les familles Süe Sauvan Legouvé et Pasteur, 2014. En ligne sur le site de l'Institut Pasteur : http://bibnum.pasteur.fr/app/photopro.sk/pasteur/detail?docid=32019
  • Hervé Serry, « Déclin social et revendication identitaire : la renaissance littéraire catholique de la première moitié du XXe siècle » dans Sociétés Contemporaines (2002) no 44, p. 91-109.