Valerie Maynard

artiste américaine
Valerie Maynard
Valerie Maynard (March 2020) 1.jpg
Valerie Maynard en 2020.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
Nationalité
Formation
New School for Social Research (en)
Goddard College (Master of Fine Arts) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Mouvement

Valerie Maynard (née le à Harlem (New York) et morte le ) est une artiste américaine.

Dans ses sculptures et ses autres œuvres, elle aborde plusieurs thèmes dont les inégalités sociales (notamment ethniques) aux États-Unis et le mouvement des droits civiques.

BiographieModifier

Valerie Maynard grandit dans le quartier de Harlem avec ses parents et deux frères ; la famille est voisine d’Audre Lorde[1] et proche de James Baldwin[2]. Elle prend des cours de dessin et de peinture au MoMA les samedis, puis sculpte en autodidacte à partir de 1968, commençant par représenter un buste masculin (Rufus) dans une pierre trouvée en plongeant[1].

Dans les années 1970, elle est invitée par le Baltimore City College à décorer ses murs ; libre de choisir son medium, elle compose des bas-reliefs en bois gravé[1].

Valerie Maynard enseigne la sculpture et l’estampe à l’université Howard, puis la sculpture à la Baltimore School for the Arts (en)[1], ainsi qu’au Studio Museum et à l’université des îles Vierges[3]. Elle s’efforce d’inciter ses élèves à suivre leurs intuitions et à insuffler leurs pensées dans leurs œuvres[2].

Valerie Maynard s’implique aussi dans la préservation d’œuvres d’art traditionnel afro-américain, et est considérée comme faisant partie du Black Arts Movement[3].

En 2002, elle conçoit pour l’autorité de transports new-yorkaise des mosaïques pour la station 125th Street, située dans son quartier natal[4].

ŒuvresModifier

 
Mosaïque Polyrhythmics of Consciousness and Light dans le métro new-yorkais.
  • Rufus, buste en pierre, 1968[2]
  • No Apartheid, série de 250 peintures, années 1980[5]
  • Polyrhythmics of Consciousness and Light, installation dans la station de métro 125th Street, 2002[4],[6]

Certaines de ses œuvres font partie des collections privées de Stevie Wonder, Toni Morrisson ou encore Lena Horne[1].

ExpositionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d et e (en-US) John Lewis, « Valerie Maynard Reflects on a Legendary Lifetime of Art », sur Baltimore Magazine, (consulté le )
  2. a b et c (en-US) Alex Greenberger et Alex Greenberger, « Valerie Maynard, Artist Who Explored the Complexities of Identity, Dies at 85 », sur ARTnews.com, (consulté le )
  3. a b et c (en) « Valerie Maynard - Artist », sur MacDowell (consulté le )
  4. a et b « Valerie Maynard: The social justice artivist », sur www.blackwomenofprint.com (consulté le )
  5. (en-US) « Valerie Maynard », sur Art Papers, (consulté le )
  6. (en-US) « Artwork: "Polyrhythmics of Consciousness and Light" (Valerie Maynard) », sur www.nycsubway.org (consulté le )

Liens externesModifier