Valery Gergiev

chef d'orchestre
(Redirigé depuis Valeri Guerguiev)

Valery Gergiev, ou parfois Valeri Abissalovitch Guerguiev (en russe : Валерий Абисалович Гергиев ; en ossète : Гергиты Абисалы фырт Валери, Gergity Abisaly Fyrt Valeri), est un chef d'orchestre russe d'origine ossète, né le à Moscou.

Valery GergievValeri Abissalovitch Guerguiev
Description de cette image, également commentée ci-après
Valery Gergiev en 2010 au gala du Time 100
Nom de naissance Валерий Абисалович Гергиев
Naissance (71 ans)
Moscou,
Drapeau de l'URSS Union soviétique
Activité principale Chef d'orchestre
Collaborations Théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg
Orchestre symphonique de Londres
Orchestre philharmonique de Rotterdam
Éditeurs Mariinsky, Philips, Philips Classics, Decca, Sony Music, Deutsche Grammophon
Formation Conservatoire Rimski-Korsakov
Distinctions honorifiques Héros du travail de la fédération de Russie (2013)

Chef parmi les plus actifs de sa génération, à la fois en Russie (chef principal et directeur artistique du Théâtre Mariinsky), et à l’international (collaborations régulières, en tant que chef principal ou invité, avec le Metropolitan Opera de New York, les Orchestres philharmoniques de Rotterdam, de Vienne, de Munich, l'Orchestre symphonique de Londres…), sa carrière est désormais à l'arrêt en Occident depuis son refus de s'exprimer publiquement contre l'invasion de l'Ukraine par la Russie en 2022.

Biographie

modifier

Né dans une famille d'origine ossète, il est élevé à Ordjonikidzé (redevenue depuis 1991 Vladikavkaz) entre ses 3 ans et ses 19 ans. À 14 ans, la mort de son père précipite sa vocation d'artiste[1],[2]. Il étudie le piano et la direction d'orchestre au conservatoire Rimski-Korsakov de Léningrad (redevenue Saint-Pétersbourg en 1991), où il est profondément marqué par l'enseignement et la personnalité du grand pédagogue de la direction Ilya Moussine[1],[2]. En 1977, il est remarqué par Herbert von Karajan, qui aurait souhaité le prendre comme assistant, mais les courriers se seraient apparemment perdus dans les méandres bureaucratiques[1],[2]. Il est finalement recruté par Iouri Temirkanov, en tant que chef d'orchestre assistant au Théâtre Kirov (rebaptisé Théâtre Mariinsky en 1992).

En 1988, Temirkanov est nommé à la tête de l'Orchestre philharmonique de Leningrad, laissant à Gergiev le poste de directeur musical du Mariinsky[1],[2]. Décidé à redonner à l'institution, qui avait alors sombré dans la routine et faisait face à une situation économique et politique instable, sa splendeur passée, il y investit d'abord à perte ses propres cachets[1],[2]. En 1998, il est nommé directeur général et fonde une académie pour jeunes chanteurs que dirige sa sœur Larissa Gergieva[1],[3].

Il réussit à hisser l'ensemble à un niveau musical internationalement reconnu, comme en témoignent des tournées effectuées dans plus de 45 pays[4], des enregistrements d'œuvres lyriques et symphoniques russes, dont certains sont considérés comme les plus réussis parmi des enregistrements récents (voir références au paragraphe suivant). Ou encore des productions d'œuvres particulièrement exigeantes du répertoire non-russe, comme Le Ring, Les Troyens, ou La Femme sans ombre, où la distribution est intégralement tenue par la troupe du Théâtre Mariinsky[5],[6],[7].

Dans le courant des années 1990, il obtient le soutien du maire de Saint-Pétersbourg Anatoli Sobtchak et de son premier adjoint Vladimir Poutine pour créer une nouvelle salle de concert (inaugurée en 2006) et un opéra ultra-moderne (le Mariinsky II, inauguré en 2013)[8].

En 1995, il est nommé directeur musical de l'Orchestre philharmonique de Rotterdam, poste qu'il conservera jusqu'en 2008.

À partir de 1997, il est régulièrement invité à diriger l'Orchestre philharmonique de Vienne, avec lequel il donnera plus de 150 concerts, au Musikeverein de Vienne, au Festival de Salzburg, et en tournée sur les cinq continents[9].

À partir de 1998, il devient « premier chef invité » du Metropolitan Opera de New York. Il y dirige entre autres La Dame de pique (1999), Parsifal (2000), Le Vaisseau fantôme (2000, 2020), Le Rossignol et Œdipus rex (2004), Salomé (2004), La traviata (2004), Eugène Onéguine (2007, 2013), Le Joueur (2008), Boris Goudonov (2010), Iolanta et Le Château de Barbe-Bleue (2015)[10].

En 2007, il succède à Colin Davis à la tête de l'Orchestre symphonique de Londres — tout en conservant son activité au Théâtre Mariinsky. Cette collaboration donne lieu à une importante production discographique, comprenant à la fois de nouvelles versions d'œuvres déjà enregistrées avec d'autres orchestres[11],[12], et des nouveautés, notamment un cycle complet Mahler[13].

En 2015, il succède à Lorin Maazel à la tête de l'Orchestre philharmonique de Munich (le poste était resté vacant après le départ de Maazel en 2014, pour des raisons de santé).

À partir de l'été 2018, il prend également la tête de l'Orchestre du Festival de Verbier, succédant à Charles Dutoit[14].

Chef hyperactif et omniprésent[15],[16], le nombre de ses concerts annuels atteint des records : 143 pour l'année 2016 d'après un décompte vérifiée[17], et jusqu'à 275 selon une estimation proposée en 2018[16]. Avec comme conséquence des temps de répétition souvent insuffisants, et des prestations de qualité très variable, où des soirées mémorables alternent avec des exécutions routinières, voire carrément bâclées[2].

En France, il aura dirigé à de nombreuses reprises entre 2003 et 2021, tantôt en tournée avec l'Orchestre du Théâtre Mariinsky[18],[19],[20],[21],[22],[23], l'Orchestre symphonique de Londres[24],[25],[26] ou le Philharmonique de Vienne[27], tantôt en tant que chef invité, à l'Opéra de Paris-Bastille (Otello[28], Tristan et Isolde[29] et Le Nez[30] en 2005, Lohengrin[31] et Roméo et Juliette de Berlioz[32] en 2007), en concert avec l'Orchestre de Paris[33],[34],[35], ou encore avec l'Orchestre national de France pour le traditionnel Concert de Paris du 14 juillet, en 2017.

En février 2022, Valery Gergiev refuse de condamner publiquement l'invasion de l'Ukraine par la Russie, décidée par Poutine, dont il est notoirement proche. Il est alors déprogrammé de plusieurs salles de concerts prestigieuses telles que Carnegie Hall à New York ou la Scala de Milan, puis congédié de la direction de l'Orchestre philharmonique de Munich le , et finalement de tous ses engagements en Occident[36],[37],[38],[39]. En septembre 2022, le Japon annule également ses engagements[40].

Le chef poursuit depuis son activité en Russie, aussi bien au Théâtre Mariinsky qu'en tournée jusqu'à Vladivostok[41], et envisage un projet de direction commune des Théâtres Mariinsky (Saint-Pétersbourg) et Bolchoï (Moscou) à la suite de la démission de l'ancien directeur Tugan Sokhiev[42].

Style musical et appréciation

modifier

Il est impossible de qualifier le style musical de Valery Gergiev de façon globale, tant ses interprétations varient d'un concert ou d'un enregistrement à l'autre.

Les meilleurs jours, Gergiev est considéré comme chef particulièrement charismatique, dont la direction "passionnée", "fougueuse", "électrique", "volcanique", "incandescente", "théâtrale", "magnétique", ou encore "possédée", hypnotise et galvanise les musiciens[2],[43],[44],[45].

Le violoncelliste Gautier Capuçon déclare ainsi : « Dans ses instants de grâce où il est habité par la musique, Valery Gergiev est presque en transe. On a face à nous un sorcier qui parvient, avec ses mains, à tirer de l’orchestre un son extraordinaire » »[46]. Parmi les musiciens de l'Orchestre symphonique de Londres, le contrebassiste Matt Gibson affirme « Quand il dirige, il y a cet instinct animal qui sort de lui, et ça, vous ne voyez pas en répétitions, vous ne le voyez qu'en concert »[47]. La bassoniste solo Rachel Gough indique : « Nous ne savons pas vraiment ce qu'il va faire dans le spectacle — cela peut varier énormément par rapport à la répétition. Pour moi, c'est une chose positive - c'est créatif. Quelque chose se passe et il s'agit de l'émotion et du sentiment derrière la musique, et pas vraiment des notes, celles-ci n'étant qu'un moyen de parvenir à une fin »[47]. Un flûtiste du LSO raconte, à propos d'une exécution de Petrouchka, avoir vu le chef entrer en courant comme si la fête du conte avait déjà commencé depuis longtemps, et saluer et battre la levée initiale en un seul geste, prenant presque les instrumentistes par surprise : « Tout le monde a été instantanément transporté dans la kermesse russe. C'était haletant, c'était excitant — c'était du théâtre »[48].

Gergiev s'est d'abord fait connaitre en tant que chef d'opéra et spécialiste du répertoire russe. Certains des enregistrements audio et vidéo d'opéras russes réalisés sous sa direction, avec l'orchestre du Mariinski / Kirov, sont considérés comme parmi les plus réussis de l'époque récente, s'agissant d'œuvres de Tchaïkovsky (La dame de pique[49],[50],[51], Iolanta[52],[53]), Borodine (Le Prince Igor[54]), Moussorgsky (Boris Godounov[55],[56]), Rimski-Korsakov (La Fiancée du tsar[57],[58], Kachtcheï l'immortel[59],[58], La légende de la cité invisible de Kitège[60],[61], Le conte du tsar Saltan[62],[63], Sadko[64],[65]), Stravinsky (Les Noces[66],[67],[68]) Prokofiev (Semyon Kotko[69],[70], L'amour des trois oranges[71],[72], Le joueur[73],[74]), Chostakovitch (Le nez[75],[76]), ou encore Chtchedrine (Le vagabond ensorcelé[77],[78], Le gaucher[79],[80]). Ce à quoi s'ajoutent des captations occasionnelles avec d'autres orchestres (ex: Eugène Onéguine[81],[82] à New York).

Dans le répertoire symphonique russe et la musique de ballet, de nombreux concerts et enregistrements réalisés avec divers orchestres ont été particulièrement appréciées pour le caractère théâtral, passionné, ou chorégraphique de sa direction. Cela concerne notamment des œuvres de Tchaïkovsky (Symphonies, et plus particulièrement les n° 3 à 6[83],[84],[45],[85],[86],[87],[88],[89],[90],[91],[92], La belle au bois dormant[93],[94], Casse-noisette[93],[95], Roméo et Juliette[96],[97], Francesca da Rimini[98],[99], ouvertures[100]), Moussorgsky (Tableaux d'une exposition et Une nuit sur le mont Chauve[101],[102],[103],[104]), Borodine (Symphonies[33],[104], Dans les steppes de l'Asie centrale[105],[106]), Balakirev (Tamara[107],[108], Islamey[105],[106]), Glazounov (Concerto pour violon[108], Concerto pour piano[104]), Rimski-Korsakov (Shéhérazade[109],[110]), Rachmaninov (Symphonies n°1 et 2[107],[111],[112],[113], Danses symphoniques[114],[115], Le Rocher[114],[115]), Stravinsky (L'Oiseau de feu[116],[117],[118],[119],[86],[120],[121], Petrouchka[68], Le chant du rossignol[122],[123], Symphonie en ut[110], s[124]), Prokofiev (Roméo et Juliette[125],[11],[89], Symphonies[126],[127],[128],[129], Concertos pour piano[130],[131],[132],[127], Concertos pour violon[127],[129]), Chostakovitch (Symphonies, et plus particulièrement les n° 5, 7, 9, 15[133],[134],[135],[136],[137],[138], Concertos pour piano, pour violoncelle, pour violon[138],[139],[135],[140]), Chtchedrine (Concertos pour piano[85],[141],[142], Concerto pour orchestre n°1[143],[90], Le petit cheval bossu[77],[143], Dyptique symphonique[144],[145], Carmen-Suite), Schnittke (Concerto pour alto[117]), Goubaïdoulina (The Rider on the White Horse[104], Concerto pour violon[146]), ou encore Tichtchenko (Dante-Symphonie n°1[147],[148]).

En dehors du répertoire russe, Gergiev a pu également donner des interprétations remarquables d'œuvres de Hector Berlioz (Symphonie fantastique[34],[149],[12], Roméo et Juliette[150],[151],[152], Benvenuto Cellini[153]), Wagner (Tannhäuser[154],[155], Lohengrin[31], Tristan et Isolde[29],[156], Le Ring[157],[5],[20], Parsifal[158],[159]), Verdi (Otello[28],[160], La force du destin[161],[162], Requiem[163],[164]), Liszt (Concerto pour piano n°1[165],[166], Les Préludes[103],[87]), Strauss (Salome[167],[168], Elektra[169],[170], La femme sans ombre[7],[171],[172], Une vie de héros[99],[98]), Mahler (Symphonies n°2, 3, 5, 6[173],[174],[13],[175],[25],[44],[85]), Debussy (Le martyre de Saint Sébastien[35],[176], La mer[24]), Bartók (Le château de Barbe-Bleue[177],[178], Concerto pour orchestre[123],[122], Suite du Mandarin Merveilleux[123],[122],[121], Concertos pour piano[120],[121]), Szymanowski (Symphonies[179],[180],[181], Stabat Mater[180], Concertos pour violon[182],[183],[181]), Messiaen (L'ascension[184], Les Offrandes oubliées[26]), Dutilleux (Métaboles[185], L'arbre des songes[186]).

Mais il peut aussi se montrer extrêmement irrégulier, en concert comme en enregistrement, y compris dans les mêmes œuvres et avec les mêmes orchestres, selon les jours, l'inspiration du moment, ou encore entre le début et la fin d'un même concert[2],[187],[188],[189]. Le chef admet changer fréquemment de choix interprétatif selon son « sentiment au moment du concert », selon l'acoustique de la salle, ou simplement pour « éviter la routine »[45],[190], et reconnait que sa propre concentration est l'un des premiers facteurs du succès ou non d'un concert[1].

De fait, les mêmes commentateurs ont aussi rapporté de nombreuses prestations « routinières », « superficielles », « manquant d'engagement », « en pilotage automatique », « imprécises », « laborieuses », « incohérentes », parfois « monotones », parfois « expédiées » sans raison, voire « d'une médiocrité frappante », chez Tchaikovski[191], Rachmaninov[192],[193], Scriabine[194], Stravinsky[67],[68], Prokofiev[195], Chostakovitch[196], Berlioz[197], Wagner[198], Mahler[199], Bartók[200], Debussy[201],[202], Ravel[203],[204], ou encore de façon générale[187]. Pointant des répétitions souvent insuffisantes et un manque parfois visible de préparation du chef, certains critiques vont jusqu'à évoquer une attitude "à la limite du je-m'en-foutisme"[2], situation qui semble devenir de plus en plus fréquente avec les années[205], ou considèrent que sa popularité largement surfaite[198],[206].

Concernant son travail réalisé avec l'orchestre et la troupe du Théâtre Mariinsky, certains projets révèlent davantage des limites en termes de style (Rossini[207],[208], Donizetti[209]). À l'inverse, dans le répertoire russe, certains commentateurs notent des lectures généralement moins « typées », plus « occidentalisées », à la fois dans l'expression et les sonorités, que celles de chefs de l'époque soviétique[50].

Enfin, certaines de ses interprétations divisent la critique: une même exécution peut être qualifié de « théâtrale », « inspirée » ou « engagée », ou au contraire « approximative », « molle » ou « sans imagination », comme on peut le lire en comparant des comptes-rendus d'enregistrements du Sacre du printemps[210],[211], Petrouchka[212],[213], Alexandre Nevski[214],[215], La Walkyrie[216],[198], Symphonie Fantastique[12],[217], Symphonies no 4 et 7 de Mahler[218],[219],[220],[221], Symphonies de Scriabine[222],[223].

Sa gestuelle est particulièrement singulière[2]. Certains traits dérivent de l'enseignement d'Ilya Moussine, qui fut entre autres le professeur de direction de Iouri Temirkanov, Semyon Bychkov, Tugan Sokhiev, ou encore Teodor Currentzis. Par exemple, une battue "inversée" (les temps étant marqué vers le haut et non vers le bas), ou l'usage fréquent de mouvements circulaires plutôt qu'angulaires, associés à l'idée de donner un élan à la musique, point auquel Moussine accordait la plus grande importance[224],[225].

D'autres aspects sont tout à fait personnels. Le plus souvent, Gergiev n'emploie pas de baguette, ou se contente d'une baguette de petite taille, voire d'un cure-dents. Ses mains et ses doigts semblent virevolter d'une façon difficilement déchiffrable[2],[44],[226],[89],[227],[88], et les bizzareries semblent s'être accentuées avec le temps[228]. Selon certains commentateurs, il préfèrerait diriger à mains nues, mais le fait de tenir quelque chose l'aiderait à limiter des mouvements incontrôlables, et à rendre sa main droite plus lisible[229]. À un journaliste lui demandant s'il pensait avoir un « truc », le chef répond : « Oui, ma gestique est floue, et j’embrouille plus les orchestres que les autres chefs. Comme ils sont embrouillés, les musiciens font plus d’efforts pour s’y retrouver, et cela augmente la tension ! »« Vous plaisantez? »« À moitié seulement. »[190],[1].

En revanche, il communique intensément par le regard[230], n'hésitant pas à user d'une « gamme d'expressions de visage que n'importe quel acteur envierait — de la confidence [...] au désir le plus ardent, du ravissement insouciant [...] à la grimace la plus sombre. »[231]. Le chef affirme ainsi : « Il est plus important de regarder les yeux que la baguette : [...] en un regard, on peut régler toutes les questions qui se posent aux musiciens. »[1].

Un musicien de l'Orchestre symphonique de Londres affirme ainsi : « Nous ne comprenons pas comment il communique. Mais nous savons toujours ce qu'il attend de nous »[227]. Le baryton Jean-Philippe Lafont déclare quant à lui : « Valery Gergiev est un Don Quichotte, un fou génial. Gergiev ne bat pas les temps forts, il bat ce qui n’est pas écrit. Il crée ce qu’on ne lit pas. »[232]

Quant aux sources d'inspiration de ce style parfois décrit comme « sanguin » et « sauvage »[87], le chef affirme avoir été profondément marqué par la nature sauvage lors de son enfance dans les montagnes d'Ossétie : « J’ai fait là des réserves d’énergie toute ma vie, comme si la force brute de la nature coulait désormais dans mes veines. Comme si les fracas que j’entendais alors se retrouvaient en moi, quand, devenu chef d’orchestre, je m’efforçais d’être en osmose avec la musique et d’imaginer des couleurs flamboyantes, des déchaînements titanesques »[190].

Nominations et décorations

modifier

Il est détenteur d'une multitude de nominations décernées par la Russie, parmi lesquelles le prix de la fédération de Russie pour les Arts et la littérature (1993 et 1999), les nominations d'artiste du peuple de Russie (1996), artiste du peuple d'Ukraine (2003), artiste du peuple d'Ossétie du Nord-Alanie, citoyen d'honneur de Saint-Pétersbourg (2007), héros du travail de la fédération de Russie (2013), le prix d'État de la fédération de Russie pour activités humanitaires (2016)... Il a fait partie des huit porteurs du drapeau olympique à la cérémonie d'ouverture des Jeux olympiques d'hiver de 2014, le à Sotchi[233].

Il est également titulaire de nombreuses décorations honorifiques de pays étrangers : grand officier de l'ordre du Mérite de la République italienne (2001), officier de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne (2001), médaille Pro Mikkeli (Finlande, 2005), commandeur de l'ordre du Lion de Finlande (2006), ordre du Soleil Levant (Japon, 2006), médaille d'argent du Conseil de la Culture de Valence (Espagne, 2006), officier de la Légion d'honneur (France, 2007), médaille Johan van Oldenbarnevelt (2008, Pays-Bas), médaille d'or du Mérite pour la Culture - Gloria Artis (Pologne, 2011)...

Il a enfin reçu de nombreux prix musicaux : prix Shostakovich (Fondation Youri Bashmet, 1997), prix Polar Music d'Académie royale de musique de Suède (2006, en même temps que le groupe Led Zeppelin), prix Herbert von Karajan (Baden-Baden, 2006), prix de la American-Russian Cultural Cooperation Foundation (2006), prix International Sergei Rachmaninov (2015)...

Polémiques

modifier

En dépit de sa reconnaissance internationale, Valery Gergiev est l'objet de nombreuses critiques du fait de sa proximité avec le président russe Poutine.

En août 2008, en pleine deuxième guerre d'Ossétie du Sud, il dirige un concert à Tskhinvali, précédé d'un discours où il s'exprime ouvertement contre la Géorgie[234]. Il déclarera plus tard que ce concert était un geste de solidarité humanitaire, sans lien avec la politique, à rapprocher du concert qu'il a donné à Tokyo en 2012 au profit des victimes de Fukushima »[1]

En 2014, il fait partie des 511 artistes russes signataires d'une lettre approuvant l'annexion de la Crimée par la Russie en 2014[235],[236].

En mai 2016, il dirige un concert dans l'amphithéâtre de la cité antique syrienne de Palmyre avec l'orchestre du théâtre Mariinsky[237], après que la ville a été reprise à l'État islamique par le gouvernement syrien, avec l'appui par l'armée russe. Concert dédié à la mémoire de victimes de l'État islamique[238], et destiné d'après le porte-parole du Kremlin à « témoigner de la solidarité des personnalités de la culture avec ceux qui luttent contre les terroristes »[239], mais qualifié par le ministre des affaires étrangères britanniques comme une « tentative de mauvais goût de détourner l'attention des souffrances continues de millions de Syriens »[237]. Gergiev décrit quant à lui ce concert comme étant « avant tout d'un acte de solidarité civile avec les frères et sœurs syriens »[237].

Le chef a été accusé à plusieurs reprises de soutenir implicitement les lois promulguées par Poutine à l'encontre des droits des homosexuels, notamment lors de manifestations à l'occasion de ses venues à Londres, New York ou Montréal en 2013 et 2017[240],[241],[242], ou encore à l'occasion du traditionnel concert parisien du 14 juillet au Champ-de-Mars, pour lequel le Huffington Post jugeait « délicat » le choix de ce chef « pour représenter la démocratie française ». Une accusation dont le chef s'est toujours défendu :

« Je l'ai dit et je le répète, je n’ai jamais discriminé personne, ni les gays, ni personne, et je ne le ferai jamais. Telle est ma position et notre politique au Mariinski. Il est faux d'affirmer que je soutiens la loi en question, alors que tout mon parcours prouve au contraire que j'ai toujours été en faveur de l'égalité des droits. En tant qu'artiste, j'ai travaillé avec des gens de toutes nationalités, de toutes origines, de toutes religions et quelles que soient leurs orientations sexuelles. Je continuerai à le faire »[1],[243],[240].

Des soupçons circulent sur le fait que des grands industriels (de groupes comme Total ou BP) auraient fait des dons pour son centre de musique et d'opéra en échange de rencontres avec Poutine. Valery Gergiev répond : « Total et BP ont décidé il y a des années d'investir en Russie et font partie des cinq ou six sociétés qui nous ont apporté un soutien financier. On ne peut pas venir exploiter les ressources en gaz ou en pétrole d'un pays et ne rien offrir en contrepartie, par exemple pour l'éducation. Mais imaginer que j'exercerais un chantage ou que je monnaierais des rencontres avec Poutine aboutissant à l'attribution de marchés relève, là encore, du fantasme »[1].

Il lui a également été reproché, lors de manifestations et via des pétitions, de figurer parmi les membres honoraires du Comité d'enquête de la fédération de Russie (SKR, Sledcom ou Sledkom), institution placée sous l'autorité du président russe lui-même, et soupçonnée de violations des droits de l'homme[242],[244],[241].

La carrière de Gergiev en Occident n'avait pas été jusque là réellement affectée par ces polémiques, mais prend un tournant décisif avec l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

Le , le maire de Milan, Giuseppe Sala, et le directeur de la Scala, Dominique Meyer, appellent le chef d'orchestre à clarifier sa position à propos de l'invasion russe en lui demandant de faire une déclaration plaidant pour une solution pacifique du conflit ; à défaut la présence de Valery Gergiev à Milan pourrait être compromise[245].

Le lendemain, la direction du Carnegie Hall décide de se séparer du chef, remplacé ipso facto par Yannick Nézet-Séguin[246]. L'Orchestre philharmonique de Vienne édicte la même décision concomitamment. L'Orchestre philharmonique de Rotterdam lui demande également de « prendre ouvertement ses distances avec les actions du président Poutine en Ukraine » ; à défaut, ses prochains concerts avec l’orchestre et le festival Gergiev de septembre seraient annulés[247].

De même, le maire de Munich, Dieter Reiter, et l'Orchestre philharmonique lui demandent « un signe clair de distanciation vis-à-vis des attaques contre l’Ukraine, contraires au droit international » avant le , faute de quoi il sera mis fin à la relation contractuelle entre le chef russe et l'orchestre munichois[248].

Le , le Verbier Festival a demandé et accepté[249] la démission de Valery Gergiev en tant que directeur musical du Verbier Festival Orchestra.

Le , il est congédié de son poste de directeur musical de l'orchestre de Munich, ne s'étant toujours pas prononcé malgré les demandes répétées[36].

Sont également annulées ses invitations prévues au Metropolitan Opera de New York, aux Festivals de Prague et d'Edimbourg, à la Philharmonie de Paris, au Théâtre des Champs Élysées, et finalement toutes ses invitations en occident[250],[251]

Le 18 mars 2022, le quotidien suisse Tribune de Genève publie une déclaration du chef qui reste fidèle à la rhétorique du Kremlin : « Nous ne voulons ni Guerre, ni troupes de l'OTAN à nos portes »[252].

En , les journalistes d'investigation Maria Pevchikh et Georgy Alburov, membres de la Fondation anti-corruption FBK opposée au régime de Poutine, mettent en ligne un documentaire accusant le chef de fraudes fiscales et détournements de fonds de sa fondation caritative, qui auraient servi à l'acquisition de biens immobiliers dans plusieurs pays, et dont le montant pour les seules propriétés en Italie s'élèverait à 150 millions d'euros[253],[254],[255].

En , alors que le chef pensait pouvoir compter sur ses soutiens « au Japon, en Corée du Sud et en république populaire de Chine » pour continuer une carrière internationale[41], le Japon annule également ses engagements[40].

Vie privée

modifier

Il est marié depuis 1999 avec la musicienne Natalya Dzebisova, et le couple a eu trois enfants[1]: deux fils, Abisal (né en 2000) et Valery (né en 2001) et une fille, Tamara (née en 2003).

Bibliographie

modifier

Documentaire

modifier

Notes et références

modifier
  1. a b c d e f g h i j k l et m Dermoncourt, Bertrand, Valery Gergiev - Rencontre, Actes Sud, , 224 p. (ISBN 978-2-330-05628-5)
  2. a b c d e f g h i j et k Merlin, Christian, Les grands chefs d'orchestre du XXe siècle, Buchet-Chastel, (ISBN 978-2-283-02711-0)
  3. Roux, Marie-Aude, « Les "enfants" du Mariinski », sur Le Monde,
  4. « Programme du Verbier Festival 2021 » [PDF], p. 76
  5. a et b Imbaud, Patrice, « L’Or du Rhin à la Philharmonie de Paris par Valery Gergiev », sur ResMusica,
  6. Volapük au Mariinsky, « Merlin, Christian », sur Le Figaro,
  7. a et b Thompson, Simon, « Richard Strauss: Die Frau ohne Schatten », sur Musicweb-International,
  8. Rousseau, Jérémie, « Le Mariinsky centre du monde », sur Radio Classique,
  9. « Wiener Philharmoniker - Concert Archive », sur WienerPhilharmoniker
  10. « Met Opera on Demand: Video & Audio Catalog », sur MetOpera (The Metropolitan Opera)
  11. a et b Hurwitz, David, « Prokofiev: Romeo and Juliet/Gergiev », sur ClassicsToday
  12. a b et c Nevers, Luc, « Vous l'avez rêvé, Gergiev l'a fait », sur RadioClassique,
  13. a et b Sanderson, Blair, « Mahler: Symphonies 1-9 », sur AllMusic,
  14. Anastasio, Sofia, « Le Verbier Festival s’offre Valery Gergiev pour ses 25 ans », sur Radio France - France Musique,
  15. Dermoncourt, Bertrand, « Valery Gergiev, l'homme-orchestre », sur L'Express,
  16. a et b AFP, « Gergiev, maestro infatigable, las des questions sur Poutine », sur Le Point,
  17. « Statistiques 2016 Bachtrack : l'infatigable Gergiev domine le classement », sur Bachtrack, (consulté le )
  18. Havé, Jean-Bernard et Peter, Christian, « La Dame de Pique », sur Forum Opera,
  19. Müller, Étienne, « Le combat avec le Démon, ou l’Enfer peut attendre », sur ResMusica,
  20. a et b Imbaud, Patrice, « A la Philharmonie de Paris, Valery Gergiev conclut sa Tétralogie wagnérienne », sur ResMusica,
  21. Imbaud, Patrice, « Exceptionnelle Kundry de Yulia Matochkina avec Gergiev à Paris », sur ResMusica,
  22. Imbaud, Patrice, « La Khovanchtchina à la Philharmonie de Paris par Gergiev et le Mariinsky », sur ResMusica,
  23. Gaulhiac, Manuel, « Valery Gergiev et Yuja Wang à la Fondation Louis Vuitton : féérie et rutilance », sur BachTrack,
  24. a et b Stoecklin, Hubert, « Valery Gergiev ensorcelle le LSO et tout le public », sur ResMusica,
  25. a et b Montaigu, Patrick Georges, « Un LSO au sommet pour la fin de cycle Mahler Gergiev », sur ResMusica,
  26. a et b Guibert, Constance Clara, « Gergiev mystique à Paris », sur BachTrack,
  27. Imbaud, Patrice, « Valery Gergiev et le Philharmonique de Vienne exaltent Prokofiev », sur ResMusica,
  28. a et b Roux, Marie-Aude, « Valery Gergiev dirige avec feu à Bastille un "Otello" controversé », sur Le Monde,
  29. a et b Roux, Marie-Aude, « Un Wagner élégant et sans boursouflures », sur Le Monde,
  30. Carrerotti, Placido, « Dimitri Chostakovitch: Le nez », sur ForumOpera,
  31. a et b Alexander, Caroline, « Lohengrin de Richard Wagner - Le chevalier au cygne est de retour », sur WebTheatre,
  32. Rosenbaum, Charles, « Roméo et Juliette de Berlioz par Sasha Waltz », sur WebTheatre,
  33. a et b Guerrasio, Francesca, « Borodine barbare et séduisant par Gergiev et l’Orchestre de Paris », sur ResMusica,
  34. a et b Merlin, Christian, « Valery Gergiev, tsar de la Fantastique », sur Le Figaro,
  35. a et b Olive, Jean-Paul, « Le Martyre enflammé par Gergiev à la Philharmonie de Paris », sur Olyrix,
  36. a et b « L’Orchestre philharmonique de Munich congédie Valery Gergiev », sur Diapason,
  37. Tobisch, Léopold, « Valery Gergiev limogé de l'Orchestre philharmonique de Munich », sur FranceMusique
  38. Parr, Freya, « Valery Gergiev dismissed as chief conductor of the Munich Philharmonic », sur ClassicalMusic,
  39. Hernández, Javier C., « Valery Gergiev, a Putin Ally, Fired as Chief Conductor in Munich »
  40. a et b Lebrecht, Norman, « Now Gergiev is banned by Japan », sur Slipped Disc, 30/30/2022
  41. a et b Salazar, Francisco, « Valery Gergiev Will Not Get Severance Pay for Munich Philharmonic », sur OperaWire,
  42. Huss, Christophe, « Poutine et Gergiev planifient le retour des « Théâtres impériaux » », sur Le Devoir,
  43. Bonier, Sophie, « Valery Gergiev, démiurge possédé », sur LeTemps,
  44. a b et c Sykes, Julian, « Le démiurge Valery Gergiev », sur Le Temps, (consulté le )
  45. a b et c Huss, Christophe, « Musique classique - Valery Gergiev et la flamme de Tchaïkovski », sur LeDevoir,
  46. Boidin-Lounis, Céline, « Le Concert de Paris et le feu d'artifice », sur FranceTvPro,
  47. a et b Whiteman, Hilary, « Valery Gergiev: Russian maestro », sur Edition.CNN,
  48. « Valery Gergiev: Man of the Theatre », sur LSO (Blog du London Symphony Orchestra),
  49. Moore, Ralph, « Tchaikovsky’s The Queen of Spades - A survey of the major recordings », sur MusicWeb International,
  50. a et b « Tchaikovsky: Queen of Spades », sur Gramophone,
  51. Phillips, John, « Peter Ilyich Tchaikovsky - Pique Dame (DVD) », sur MusicWeb-International,
  52. « Tchaikovsky: Iolanta », sur ClassicalMusic (BBC Music Magazine),
  53. Warrack, John, « Tchaikovsky Iolanta », sur Gramophone,
  54. « Borodin Prince Igor », sur Gramophone,
  55. Moore, Ralph, « Mussorgsky’s Boris Godunov - A survey of the discography », (consulté le )
  56. Rohan,, « Mussorgsky: Boris Godunov (DVD) », sur Gramophone,
  57. Distler, Jed, « Rimsky K/Tsar's Bride/Philips », sur ClassicsToday
  58. a et b Tuttle, Raymond, « Nicolai Rimsky-Korsakoff - Kashchey the Immortal - The Tsar's Bride », sur ClassicalNet,
  59. Robert Levine, « Rimsky-Korsakov’s Kashchey the Immortal/done », sur ClassicsToday
  60. Hurwitz, David, « Rimsky-Korsakov: Kitezh/Gergiev », sur ClassicsToday
  61. Warrack, John, « Rimsky-Korsakov: The Legend of the Invisble City of Kitezh », sur Gramophone,
  62. Corfield Godfrey, Paul, « Nikolai Rimsky-Korsakov: The Tale of Tsar Saltan », sur MusicWeb-International,
  63. « Valery Gergiev and The Tale of Tsar Saltan by Rimsky-Korsakov », sur ClassicalMusic (BBC Music Magazine),
  64. Thiellay, Jean-Philippe, « Nicolai Rimsky-Korsakov: Sadko », sur Forum Opera
  65. Ashman, Mike, « Rimsky-Korsakov: Sadko », sur Gramophone,
  66. Kaprielian, Maxime, « Gergiev passe Noces de Stravinsky au rouleau-compresseur », sur ResMusica,
  67. a et b Hurwitz, David, « Stravinsky: Oedipus Rex; Les Noces/Gergiev SACD », sur ClassicsToday
  68. a b et c Kaprelian, Maxime, « Gergiev en plein Stravinsky », sur ResMusica,
  69. Carr, Victor, « Semyon Kotko », sur ClassicsToday
  70. Kraus, Richard, « Sergei Prokofiev: Semyon Kotko », sur MusicWeb-International,
  71. Dan Davis, « Gergiev and Prokofiev-With Gusto (Love for the Three Oranges) », sur ClassicsToday
  72. Foster, Simon, « Sergei Prokofiev: Love for Three Oranges », sur MusicWeb-International,
  73. Caron, Jean-Luc, « Pari gagné pour Le Joueur de Prokofiev par Gergiev », sur ResMusica,
  74. Cummings, Robert, « Serge Prokofieff: The Gambler », sur Classical Net,
  75. Levine, Robert, « Shostakovich: The Nose/Gergiev », sur ClassicsToday
  76. Morgan, Dan, « Dmitri Shostakovich: The Nose », sur MusicWeb-International,
  77. a et b « Shchedrin: The Enchanted Wanderer », sur ClassicalMusic (BBC Music Magazine),
  78. Eddins, Stephen, « Rodion Shchedrin: The Enchanted Wanderer », sur AllMusic,
  79. Cookson, Michael, « Rodion Shchedrin, The Left-Hander », sur MusicWeb-International,
  80. Braun, William R., « Shchedrin: The Left-Hander », sur OperaNews,
  81. Postiau, Bernard, « Une production somptueuse et respectueuse du chef-d'oeuvre de Tchaikovski », sur Crescendo Magazine,
  82. Hondermarck, Maximilien, « Anna et Tatiana, sœurs de scène (Eugène Onéguine) », sur Forum Opera,
  83. Pullinger, Mark, « A highly theatrical Tchaikovsky 5 from Valery Gergiev and the Mariinsky », sur BachTrack,
  84. Carr, Victor Jr, « Passionate Pathetique/Philips », sur ClassicsToday
  85. a b et c Schmidt, Jacques, « Valery Gergiev monumental ! », sur ResMusica,
  86. a et b Michel, Florence, « Gergiev et le LSO touchés par la grâce », sur ResMusica,
  87. a b et c Montaigu, Patrick Georges, « Le Philharmonique de Vienne et Gergiev : tonitruant ! », sur ResMusica,
  88. a et b Sanders, Alan, « The Gergiev Phenomenon at its Unsurpassed Best », sur Sean and Heard International,
  89. a b et c Schmidt, Jacques, « Émotions russes au Septembre Musical Montreux-Vevey », sur ResMusica,
  90. a et b Sava-Segal, Edward, « Valery Gergiev and the Mariinsky bring a Russian programme to Lucerne », sur BachTrack,
  91. Hogwood, Ben, « LSO Live – Tchaikovsky Symphonies 1, 2 & 3/Valery Gergiev », sur ClassicalSource,
  92. Carr, Victor Jr, « Tchaikovsky’s Early Symphonies from the LSO and Gergiev », sur ClassicsToday
  93. a et b Haegeman, Marc, « Piotr Ilyitch Tchaikovsky - Complete Ballets », sur ClassicalNet,
  94. March, Ivan, « Tchaikovsky :The Sleeping Beauty », sur Gramophone,
  95. Morita, Patsy, « Tchaikovsky: The Nutcracker », sur AllMusic
  96. Friédérich, Stéphane, « Roméo et Juliette de Tchaïkovski », sur RadioClassique,
  97. « Tchaikovsky: Symphony No. 6 (Pathétique); Romeo and Juliet Fantasy Overture », sur ClassicalMusic (BBC Music Magazine),
  98. a et b Labouret, Tristan, « Harteros divine, Gergiev diabolique, la Philharmonie aux anges », sur BachTrack,
  99. a et b Pons, José, « Harteros et Gergiev illuminent les Wesendonck Lieder de Wagner à la Philharmonie de Paris », sur Olyrix,
  100. Carr, Victor Jr, « Tchaikovsky: 1812, Marche slav, Moscow Cantata, etc./Gergiev », sur ClassicsToday
  101. Desimpelaere, Ayrton, « Moussorgski/Gergiev/Mariinsky Orchestra : l’évidence même ! », sur Crescendo-Magazine,
  102. Carr, Victor, « Gergiev Mussorgsky », sur ClassicsToday
  103. a et b Sanderson, Blair, « Summer Night Concert: Schönbrunn 2011 », sur AllMusic,
  104. a b c et d Fay, David, « Prom 41: Praise be – Russian music with the LSO and Gergiev », sur BachTrack,
  105. a et b Fenech, Gerald, « Nicolai Rimsky-Korsakoff: Schéhérazade », sur ClassicalNet,
  106. a et b Carr, Victor Jr, « Rimsky-Korsakov: Scheherazade/Gergiev », sur ClassicsToday
  107. a et b Pullinger, Mark, « Rachmaninov: Symphony No 1 - Blakirev: Tamara », sur Gramophone
  108. a et b Matthew-Walker, Robert, « LSO/Valery Gergiev with Roman Simović – Balakirev’s Tamara, Glazunov’s Violin Concerto & Rachmaninov’s First Symphony », sur ClassicalSource,
  109. Sykes, Julian, « Grandiose «Shéhérazade» à Verbier », sur LeTemps,
  110. a et b Sanders, Alan, « Gergiev and the Mariinsky Orchestra on Fine Form at Cadogan Hall », sur SeenAndHeard-International,
  111. Montaigu, Patrick Georges, « Rachmaninov à la fête avec Valery Gergiev », sur ResMusica,
  112. Hurwitz, David, « Rachmaninov: Symphony No. 2/Gergiev », sur ClassicsToday
  113. Norris, Geoffrey, « Rachmaninov Symphony No.2 - Gergiev has his finger firmly on the pulse of this great Romantic symphony », sur Gramophone,
  114. a et b Turp, Richard, « Gergiev and the Mariinsky Theatre Orchestra triumphant in Montreal », sur BachTrack,
  115. a et b Huss, Christophe, « Gergiev et Matsuev, les alchimistes », sur LeDevoir,
  116. Steane, John, « Scriabin: Prometheus. Stravinsky: Firebird », sur Gramophone,
  117. a et b Thomas, Christopher, « Gergiev conducts the Vienna Philharmonic Orchestra: Prokovief, Schnittke, Stravinsky », sur Musicweb-International,
  118. Gutman, David, « Gergiev conducts the Vienna Philharmonic Orchestra », sur Gramophone,
  119. Scotney, Sebastian, « Prom 41: London Symphony Orchestra,Choir and Soloists/ Gergiev », sur BachTrack,
  120. a et b Johnson, Jack, « LSO and Gergiev thrill in challenging 20th century repertoire », sur BachTrack,
  121. a b et c « Yefim Bronfman performs Bartók’s Piano Concerto No. 3 and Valery Gergiev conducts works by Prokofiev and Stravinsky », sur ClassicalMusic (BBC Music Magazine),
  122. a b et c Dunnett, Roderick, « The LSO's humdinger of a farewell to Valery Gergiev », sur BachTrack,
  123. a b et c Sanders, Alan / O'Dwyer, John, « Valery Gergiev Signs Off from the LSO », sur SeenAndHeard-international,
  124. Dixon, Gavin, « Stravinsky, Schoenberg and Rachmaninov: Nikolaj Znaider (violin), London Symphony Orchestra, Valery Gergiev, Barbican Hall, London, 7.5.2009 », sur MusicWeb-Interantional - SeenAndHeard-International,
  125. Montaigu, Patrick Georges, « Le meilleur Gergiev pour le meilleur Prokofiev de Roméo et Juliette », sur ResMusica,
  126. Hurwitz, David, « Prok Syms Gergiev », sur ClassicsToday
  127. a b et c Miller, Michael, « Gergiev with the LSO in Prokofiev Symphonies and Concertos - Avery Fisher Hall », sur NewYorkArts,
  128. Schmidt, Jacques, « Valery Gergiev met la musique à nu », sur ResMusica,
  129. a et b Diggines , Geoff, « Gergiev and Mariinsky Orchestra in Fine Form for Second Prokofiev Concert », sur SeenAndHeard-International,
  130. Morrison, Bryce, « Prokofiev Piano Concertos », sur Gramophone,
  131. Jaffé, Daniel, « The best recordings of Prokofiev's Piano Concertos », sur Classical Music (BBC),
  132. Hurwitz, David, « Matsuev and Gergiev Offer Impressive Prokofiev », sur ClassicsToday
  133. Hurwitz, David, « Shostakovich: Symphonies Nos. 5 & 9/Gergiev », sur ClassicsToday
  134. Carr, Victor Jr, « Shostakovich: Symphony No. 7/Gergiev », sur ClassicsToday
  135. a et b Huss, Christophe, « Chostakovitch. Symphonie no 9. Concerto pour violon no 1, Leonidas Kavakos, Orchestre du Mariinski, Valery Gergiev. », sur LeDevoir,
  136. Clarke, Colin, « Gergiev’s Shostakovich (II) », sur Musicweb-International,
  137. Pullinger, Mark, « Unwrapping an enigma: Gergiev’s electrifying Shostakovich 15 », sur BachTrack,
  138. a et b Montaigu, Patrick Georges, « Gergiev kicks off the complete Shostakovich’s symphonies in Paris », sur ResMusica,
  139. Vittes, Laurence, « Technicolor Shostakovich and Brahms from the Munich Philharmonic at Grafenegg », sur BachTrack,
  140. Jaffé, Daniel, « Valery Gerviev Conducts Shostakovich: Complete Symphonies & Concertos », sur ClassicalMusic,
  141. Tribot, Pierre-Jean, « Pyrotechnie pianistique avec Mastuev et Gergiev », sur ResMusica,
  142. James, Elvire, « CD, événement. Denis Matsuev, piano : Rachmaninov, Stravinsky, Shchedrin », sur Classique News,
  143. a et b Martín Bermudez, Santiago, « Etincelant, lumineux - San Sebastian, Auditorium Kursaal - Wagner, Sibelius, Chédrine », sur ConcertoNet,
  144. Charlassier, Gilles, « Une ouverture anniversaire à Verbier », sur Olyrix,
  145. Caussin, Claire-Marie, « Glissade au sommet », sur Forum Opera,
  146. Van der Wal, Aart, « Bach - Gubaidulina - Violin Concertos », sur MusicWeb-International,
  147. Anderson, Colin, « LSO/Valery Gergiev – Boris Tishchenko’s Dante Symphony No.1 & Shostakovich 10 », sur ClassicalSource,
  148. Beattle, Robert, « Gergiev’s Russian Opener to the LSO’s 2014/15 Season », sur Seen and Heard - International,
  149. Hurwitz, David, « Berlioz: Symphonie fantastique, etc./Gergiev », sur ClassicsToday
  150. Tailla, Clément, « Gergiev et le LSO célèbrent Berlioz à Pleyel », sur Forum Opéra
  151. Montaigu, Patrick Georges, « Valery Gergiev très affûté inspiré par Berlioz », sur ResMusica
  152. Beuvard, Ivan, « Roméo et Juliette - La Côte-Saint-André », sur Forum Opera,
  153. Cormier, Brigitte, « Merci Valery ! Benvenuto Cellini - Paris (TCE) », sur ForumOpera,
  154. Clairet, Jean-Luc, « Le Tannhäuser révolutionnaire de Tobias Kratzer », sur ResMusica,
  155. « Wagner: Tannhäuser, Gould, Davidsen, Gergiev, Kratzer »
  156. Alexandre, Caroline, « Tristan und Isolde - Seconds rôles en vedette », sur WebTheatre,
  157. Jordy, Catherine, « Die Walküre - Baden-Baden »,
  158. Levine, Robert, « Wagner: Parsifal/Gergiev », sur ClassicsToday
  159. Rohan, Michael Scott, « Wagner: Parsifal », sur Classical-Music,
  160. Choquer, Katia, « Art total (Paris - Giuseppe Verdi: Otello) », sur ConcertoNet,
  161. Moore, Ralph, « MusicWeb International June 2020 Verdi’s La forza del destino - A survey of the studio and selected live recordings », sur MusicWeb-International
  162. Blyth, Alan, « Verdi: La forza del destino », sur Gramophone,
  163. Royer, Jérôme, « Giuseppe Verdi- Messa da Requiem », sur ForumOpera
  164. Thomé, Michel, « Requiem de Verdi par Valery Gergiev, l’effroi et le néant », sur ResMusica,
  165. Bargreen, Melinda, « Liszt, My Piano Hero », sur MusicWeb-International,
  166. Hurwitz, David, « Liszt: Piano works/Lang Lang », sur ClassicsToday
  167. Schmidt, Jacques, « Valery Gergiev porte Salomé à l’extase », sur ResMusica,
  168. Tommasini , Anthony, « Met Opera Review: Salome' Unveils Emotions (and a Soprano) », sur The New York Times,
  169. Schmidt, Jacques, « Elektra, l’incendie Gergiev », sur ResMusica,
  170. Stearns, David Patrick, « Strauss Elektra - First and most recently recorded Elektras from Hamburg and London respectively », sur Gramophone,
  171. Thompson, Simon, « An overwhelming Frau ohne Schatten at the Verbier Festival », sur BachTrack,
  172. Arden, Charles, « La Femme avec ombres et lumières dirigée par Valery Gergiev au Verbier Festival », sur Olyrix,
  173. Hurwitz, David, « Mahler: Symphony No. 2/Gergiev », sur ClassicsToday
  174. Hurwitz, David, « Mahler: Symphony No. 6/Gergiev », sur ClassicsToday
  175. Schmidt, Jacques, « Valery Gergiev, artificier de génie », sur ResMusica,
  176. Ozorio, Anne, « Prokofiev, Debussy, Stravinsky: », sur Musicweb-International,
  177. Kaprielian, « Bartók et Gergiev, l’artisanat furieux », sur ResMusica,
  178. Tanner, Michael, « Bartók: Bluebeard’s Castle », sur 20/01/2012, classicalmusic (bbc music magazine)
  179. Cowan, Rob, « Gergiev’s LSO Szymanowski concerts from autumn 2012 », sur Gramophone,
  180. a et b Tribot, Pierre-Jean, « Szymanowski à la russe avec Valery Gergiev », sur ResMusica,
  181. a et b Dunnett, Roderic, « Kavakos, Matsuev, London Symphony Orchestra, Gergiev, Barbican - Two master soloists help deliver a heavenly conclusion to Gergiev's Szymanowski cycle », sur TheArtsDesk,
  182. Whitehouse, Richard, « LSO/Valery Gergiev – Szymanowski 1 & Brahms 1 – with Janine Jansen », sur ClassicalSource,
  183. Whitehouse, Richard, « LSO/Valery Gergiev – Brahms & Szymanowski 4 – with Denis Matsuev and Leonidas Kavakos », sur ClassicalSource,
  184. Michel, Florence, « Valery Gergiev enflamme le Grand Théâtre de Provence »
  185. Montagu, Patrick Georges, « Un Orchestre royal du Concertgebouw ahurissant », sur ResMusica,
  186. Scotney, Sebastian, « Prom 52: Gergiev conducts a transcendent LSO », sur BachTrack,
  187. a et b Hurwitz, David, « A bad box of Gergiev », sur ClassicsToday
  188. Allison, John, « LSO, Barbican, review: 'the good and bad of Gergiev' », sur The Telegraph,
  189. Montaigu, Patrick Georges, « Valery Gergiev dirige Brahms et Szymanowski », sur ResMusica,
  190. a b et c Dermoncourt, Bertrand, « Valery Gergiev, "les chefs d'orchestre sont des sortes de chamans" », Le Vif / l'Express, no 20,‎ , p. 8-11
  191. Rhodes, John, « Gergiev and Mariinsky Frustrating in Tchaikovsky Cycle », sur SeenAndHeard-International,
  192. Hurwitz, David, « CD From Hell: Awful Rachmaninov 3rd From Gergiev », sur ClassicsToday
  193. Hurwitz, David, « Lang Lang Rach 2/6 C », sur ClassicsToday
  194. Jaffé, Daniel, « Scriabin’s Symphonies Nos 1 & 2 performed by the London Symphony Chorus and Orchestra, conducted by Valery Gergiev », sur ClassicalMusic (BBC Music Magazine),
  195. Hurwitz, David, « CD From Hell: Gergiev’s Latest Prokofiev Just Plain Sucks », sur ClassicsToday
  196. Hurwitz, David, « CD From Hell: Gergiev Remakes Shostakovich, Mostly Badly », sur ClassicsToday
  197. Kirshnit, Fred, « Beware of Russians Bearing Gifts », sur ConcertoNet,
  198. a b et c Innaurato, Albert, « Once Over Lightly Through The Magic Fire », sur ClassicsToday
  199. Montaigu, Patrick Georges, « Quatrième de Mahler par Gergiev, un coup pour rien », sur ResMusica,
  200. Dupuy, Emmanuel, « Metropolitan de New York : Iolanta et Le Château de Barbe-Bleue », sur Diapason,
  201. Tribot, Pierre-Jean, « Le Debussy problématique de Gergiev », sur ResMusica,
  202. Hurwitz, David, « CD From Hell: Gergiev’s Comatose Debussy », sur ClassicsToday
  203. Tribot, Pierre-Jean, « Gergiev par la case Ravel », sur ResMusica,
  204. Hurwitz, David, « Ravel: Daphnis; Boléro; Pavane/Gergiev SACD », sur ClassicsToday
  205. Merlin, Christian, « Analyse du phénomène Valery Gergiev » (Podcast), sur Radio France - France Musique,
  206. Lebrecht, Norman, « Why Valery Gergiev will be no great loss », sur SlippeDisc,
  207. Thomé, Michel, « Il Viaggio a Reims à Baden-Baden, Rossini en petit calibre », sur ResMusica,
  208. Cazaux, Chantal, « Il viaggio a Reims - Rossini », sur AvantSceneOpera
  209. Levine, Robert, « Donizetti: Lucia/Dessay/Gergiev », sur ClassicsToday
  210. Phillips, John, « Igor Stravinsky - Rite of the Spring », sur Musicweb-International
  211. Hurwitz, « CD From Hell: Gergiev’s Messy Rite », sur ClassicsToday
  212. Seckerson, Edward, « Stravinsky: Petrushka, Jeu de Cartes (Gergiev) », sur Gramophone,
  213. Hurwitz, David, « CD From Hell: Gergiev Should Leave Stravinsky Alone », sur ClassicsToday
  214. Rousseau, Jérémie, « La Tribune des critiques de disques - Alexandre Nevski de Prokofiev », sur RadioFrance - FranceMusique,
  215. Moore, Ralph, « Prokofiev’s Alexander Nevsky – a survey of the discography », sur MusicwebInternational,
  216. Macassar, Gilles, « Opéra - Richard Wagner Die Walküre », sur Télérama, 18/02/2013.
  217. Thompson, Simon, « Hector Berlioz: Symphonie Fantastique »
  218. Zychowicz, Jim, « Gustav Mahler: Symphony No. 4 », sur OperaToday,
  219. Hurwitz, David, « Mahler 4 Gergiev LSO », sur ClassicsToday
  220. Caron, Jean-Luc, « Mahler 7 par Gergiev, une grande musique de nuit », sur ResMusica,
  221. Hurwitz, David, « Mahler: Symphony No. 7 », sur ClassicsToday
  222. Van Bek, Ernst, « Scriabine : Le Poème de l’extase (Valery Gergiev. 1 cd LSO Live 2014) - Divine extase, scintillante volupté », sur ClassiqueNews,
  223. Morgan, Dan, « Alexander Scriabine - Symphony No. 3, Poème de l'extase », sur MusicWeb-International,
  224. Dollman, Luke, « A gulf of difference: conducting pedagogues Ilya Musin and Jorma Panula. », The Musical Times,‎ , p. 63-74 (lire en ligne)
  225. Merlin, Christian, « « La fabrique des chefs » - Épisode 1/8 : La fabrique des chefs : la relation professeur/élève (Podcast) », sur RadioFrance - FranceMusique,
  226. Zacheo, Rocco, « Gergiev et Trifonov, le triomphe constant », sur Tribune de Genève,
  227. a et b Scootney, Sebastian, « Prom 41: London Symphony Orchestra,Choir and Soloists/ Gergiev »
  228. Gutman, David, « Prokofiev War and Peace - A controversial production captured on film, looking and sounding a little tired », sur Gramophone,
  229. Esparza, Lionel, « Grands chefs d'orchestre (3/5) : Valery Gergiev » (Podcast), sur France Musique,
  230. Merlin, Christian, « La baguette, secret des grands chefs », sur Le Figaro,
  231. Lubow, Arthur, « The Loyalist », sur The New York Times,  : « "Gergiev's large, protruding eyes beneath bushy arched eyebrows are extraordinarily expressive, and his face registers an emotional range that any actor would envy — from nodding, encouraging confidence to wooing, romantic yearning, from heedless rapture to the darkest scowl. When the pace of the music picks up, his whole body throbs. During a crescendo, he may pump his arms back and forth, as if he were about to dive into a pool, and he will jump up and down a couple of times" »
  232. Lafont, Jean-Philippe (Propos recueillis par Roselyne Bachelot-Naquin), « Jean-Philippe Lafont, une vie en musique », sur ForumOpera,
  233. Lemaître, Frédéric, « Vu d’Allemagne - Partition en couac majeur pour chef russe », sur Le Monde,
  234. Avaliani, Irakly, « Chostakovitch en Ossétie, par Irakly Avaliani », sur Le Monde,
  235. « The Letter », sur Artists Who Stand For War,
  236. Olivier Bellamy, « Pourquoi la Russie de laissera pas tomber la Crimée », sur huffingtonpost.fr, (consulté le ).
  237. a b et c « Syrie : Valery Gergiev dirige un concert dans l'amphithéâtre de Palmyre », sur France Musique - Radio France,
  238. « Valery Gergiev was not allowed to attend his own wedding », sur Vakta (consulté le )
  239. Alice Develey, « Palmyre: la Russie organise un concert pour célébrer la victoire », sur lefigaro.fr, (consulté le )
  240. a et b Brown, Mark, « Russian conductor Valery Gergiev denies supporting anti-gay legislation », sur TheGuardian,
  241. a et b « Stop Kremlin propaganda on Canadian soil - OSM Mariinsky concert in Montreal, Nov. 11 2017 », sur Change
  242. a et b Dahan, Eric, « Le chef d'orchestre qui mène à la baguette la campagne de Poutine », sur Vanity Fair,
  243. « Valery Gergiev se défend d'être homophobe », sur France Musique - Radio France,
  244. « Press Release: Protests Against Gergiev and Matsuev Performances in New York », sur Artists Who Stand For War,
  245. « La Scala prie le chef d'orchestre Valery Gergiev de clarifier sa position sur l'Ukraine », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  246. « Le chef d'orchestre Valery Gergiev, pro-Poutine, remplacé au Carnegie Hall de New York », sur france24.com, (consulté le )
  247. « L’Orchestre philharmonique de Rotterdam met la pression sur Valery Gergiev », sur resmusica.com,
  248. « L’Orchestre Philharmonique de Munich attend un signe clair de Valery Gergiev », sur resmusica.com,
  249. Communiqué de presse.
  250. Woolfe, Zachary, « Putin’s Maestro, and the Limits of Cultural Exchange in Wartime », sur New York Times,
  251. Gault, Philippe, « Guerre en Ukraine : Jugée abusive, la mise à l’écart du chef russe Valery Gergiev fait polémique », sur Radio Classique,
  252. Quénelle, Benjamin, « Valery Gergiev réplique: « Nous ne voulons ni guerre ni troupes de l’OTAN à nos portes » », sur Tribunal de Genève
  253. Agrech, Vincent, « La fortune de Gergiev passée à la loupe par le blog de Navalny », sur Diapason,
  254. Joucken, Dominique, « Gergiev - Poutine : le documentaire explosif », sur ForumOpera,
  255. Lopez, Louis-Valentin, « En Russie, le blog de Navalny publie une enquête au vitriol sur la fortune de Gergiev », sur France Musique - Radio France,

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :