Valentine Friedli

femme politique suisse
Valentine Friedli
Valentine Friedli.jpg
Valentine Friedli et René Longet PS/GE
Fonctions
Conseillère nationale suisse
-
Membre de l'Assemblée constituante du canton du Jura (d)
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 87 ans)
DelémontVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Valentine GrässliVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Activité
Autres informations
Parti politique

Valentine Friedli, née à Saint-Aubin (-Sauges, canton de Neuchâtel) le et décédée le à Delémont (canton du Jura), est une personnalité politique suisse, membre du Parti socialiste.

BiographieModifier

Valentine Annette Friedli est la fille d'Ernest Grässli (Altstätten SG, 1897), diplômé de l'école de commerce de St-Gall, ouvrier, syndicaliste et conseiller communal socialiste à Courtételle et d'Ida Domon (Soulce JU, 1895), cuisinière au buffet de la gare de Reconvilier. Après avoir suivi son école secondaire à Delémont, puis avoir obtenu un diplôme de l'école de commerce, elle travaille comme secrétaire de direction et ménagère. Le 9 juin 1951, elle épouse Francis Friedli, technicien-architecte, qui sera directeur d'une entreprise de construction à Delémont que son père, Louis Friedli, entrepreneur, avait lancée en 1925. En mars 1952, elle donne naissance à son premier enfant qui sera l'aîné d'une fratrie de sept. Elle sera par la suite la grand-mère de douze petits-enfants.

En décembre 1963, elle participe à la fondation de l'Association féminine pour la défense du Jura (AFDJ). En 1970, elle entre au comité directeur du Rassemblement jurassien (mouvement séparatiste), qu'elle quittera en 1990. Elle rejoint le Conseil de ville de Delémont, législatif, où elle siège de 1973-1978.

En 1976, Valentine Friedli est la seule femme élue à l'Assemblée constituante jurassienne où elle siège jusqu'en 1978. Elle parvient à inscrire l'égalité homme-femme dans la constitution jurassienne et promeut la création du 'Bureau de la condition féminine'.

À l'entrée en souveraineté du nouveau canton du Jura en 1979, elle est députée au Parlement jurassien jusqu'en 1983.

De 1983 à 1987, elle est élue conseillère nationale, étant la première Jurassienne élue à ce poste. Lors de la première session en décembre 1983, elle vécut la non-élection de sa collègue Lilian Uchtenhagen (PS/ZH), première candidate au Conseil fédéral ! Avec elles siégeaient aussi Amélia Christinat (PS/GE), Yvette Jaggi (PS/VD), Gabrielle Nanchen (PS/VS) et Leni Robert (Liste libre/BE) entre autres. En 1987, elle démissionne du conseil national car son parti n'a pas renouvelé l'accord de 1983 avec le PCSI (parti de centre-gauche) et sa réélection est donc vouée à l'échec. 'Je ne veux pas aller au casse-pipe' confie-t-elle alors.

Elle est également membre d'Amnesty International, de la 'Déclaration de Berne' ONG suisse pour l'aide au développement (auj. 'Public Eye') et de SOS-Asile Jura, association qui soutient les réfugiés et leur vient en aide.

Valentine Friedli décède le 10 juillet 2016[1] à Delémont.

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • L'Assemblée constituante jurassienne, 1976, 38
  • Jura souverain, 1981, 124
  • Stéphanie Lechat, « Des Femmes au Parlement : Votez Femmes » in Le suffrage féminin dans le Jura, 2012, 20-21.

Liens externesModifier