Val-d'Or

ville du Québec (Canada)

Val-d'Or
Val-d'Or
Val-d'Or vue du haut de la tour Rotary.
Blason de Val-d'Or
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Québec Québec
Région Abitibi-Témiscamingue
Subdivision régionale La Vallée-de-l'Or (Chef-lieu)
Statut municipal Ville
Mairesse
Mandat
Céline Brindamour
2021 - 2025
Code postal J9P
Constitution
Démographie
Gentilé Valdorien(ne)
Population 32 752 hab.[1] (2021)
Densité 9,2 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 06′ 00″ nord, 77° 47′ 00″ ouest
Superficie 354 120 ha = 3 541,20 km2
Divers
Code géographique 2489008
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Canada
Voir sur la carte administrative du Canada
City locator 14.svg
Val-d'Or
Géolocalisation sur la carte : Québec
Voir sur la carte administrative du Québec
City locator 14.svg
Val-d'Or
Géolocalisation sur la carte : Abitibi-Témiscamingue
Voir sur la carte administrative d'Abitibi-Témiscamingue
City locator 14.svg
Val-d'Or
Géolocalisation sur la carte : Abitibi-Témiscamingue
Voir sur la carte topographique d'Abitibi-Témiscamingue
City locator 14.svg
Val-d'Or
Liens
Site web Site officielVoir et modifier les données sur Wikidata

Val-d'Or est une ville industrielle et minière de l'ouest du Québec située dans la municipalité régionale de comté de La Vallée-de-l'Or, en Abitibi-Témiscamingue[2]. De par sa population de 32 752 habitants, elle constitue la deuxième plus grande ville de la région.

Son nom rappelle la présence d'or dans son sous-sol[3]. Le toponyme algonquin de la ville est Ozawaconia Odena[4].

GéographieModifier

Situation et territoireModifier

Val-d'Or est située à 525 km au nord-ouest de Montréal et à 417 km au nord-ouest d'Ottawa, notamment délimitée par la Réserve faunique La Vérendrye. Elle est située au 48° 06′ de latitude nord et à 77° 47′ de longitude ouest, au nord-ouest du Québec. La ville s'étend sur 3 541,20 km2

Municipalités limitrophesModifier

ClimatModifier

Val-d'Or bénéficie d'un climat continental froid et relativement sec. En hiver, les températures minimales sont voisines de −20 °C, tandis qu'en été, les maximales avoisinent +23 °C. Les records de chaleur et de froid s'établissent respectivement à +36,1 °C () et −43,9 °C (). Les chutes de neige sont abondantes. La hauteur annuelle de neige est de 317,6 cm avec un maximum de 65 cm en décembre. L'été est la saison la plus arrosée avec un maximum des précipitations de 103 mm en septembre.

Relevé météorologique de Val-d'Or
altitude : 337 m — latitude : 48°04'N
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −23,3 −21,8 −14,8 −5 2,2 7,6 10,8 9,5 5 −0,2 −7,8 −18,8 −4,7
Température moyenne (°C) −17 −15,1 −8,2 0,9 8,9 14,3 17,1 15,5 10,4 4,4 −3,7 −13,3 1,2
Température maximale moyenne (°C) −10 −8,5 −1,6 6,7 15,7 20,9 23,4 21,4 15,8 9 0,3 −7,9 7
Précipitations (mm) 57,6 48,2 63,8 61,1 71,8 91,1 97,2 99,5 103 84,3 80 69,7 927,2
Source : Le climat à Val-d'Or (en °C et mm, moyennes mensuelles) climate-charts.com


HistoireModifier

 
Carte postale de Val-d'Or datant des années 1930.

Les débutsModifier

Comptant parmi l'un des plus riches sous-sols du Québec renfermant des minerais d'or, de zinc, de plomb de cuivre et d'argent, la ville de Val-d'Or est créée à la fin des années 1930 à la faveur principalement du développement des mines d'or de la région, d'abord découvertes aux alentours des lacs De Montigny et Blouin[5]. La ville détient par ailleurs son nom du dérivé de l'expression « vallée de l'or », du fait que les personnes s'étant établies à cet endroit l'ont fait pour l'or qui s'y trouvait.

C'est au nord de la ville, sur les berges du lac De Montigny que la première mine d'or de l'Abitibi, la Sullivan Consolidated, est fondée en 1911[5]. Celle-ci entre en exploitation en 1931, et avec les mines Sigma et Lamaque qui entrent également en exploitation en 1934, la Reine de la vallée de l'or, reconnue comme le Klondike du nord-ouest du Québec, commence son développement de ville-champignon.

L'urbanisationModifier

La ville débute son urbanisation de manière plus marquée, et de manière chaotique, durant les années 1930. De plus en plus de commerces de services, tels que restaurants, hôtels et magasins, sont bâtis dans la ville, résultat d'une plus forte population. Les matériaux de construction sont apportés par voie fluviale depuis Amos jusqu'au lac Blouin, transitant par la rivière Harricana[5].

Le , suite à la demande d'hommes d'affaires de la ville, la ville obtient le statut de municipalité de village, pour ensuite obtenir celui de ville, le . Val-d'Or est raccordée au système téléphonique depuis 1934, est électrifiée depuis 1935 et l'est complètement depuis . Quant aux postes, elles débutent en 1935. Bien que des policiers sont présents à Val-d'Or depuis les années 1930, le premier poste permanent de la Sûreté du Québec est érigé en 1953. Un premier palais de justice est construit dans la ville en , alors que l'actuel l'est en 1967[5].

 
La 3e Avenue à Val-d'Or en 1959.

Avec une population de plus en plus importante, des infrastructures publiques sont construites à Val-d'Or, dont un aéroport en 1949, un hôpital en 1950, un aréna et une bibliothèque en 1951, un conservatoire de musique en 1964, un centre culturel en 1967 et une polyvalente en 1971[5]. Quant à l'aéroport, un terrain au sud de la ville est défriché par Lucien Lévesque en vue d'aménager une piste d’atterrissage. Il accueille ses premiers avions commerciaux en et la Défense nationale y aménage un camp pour ses forces aériennes, y établissant de fait même une base militaire en 1954. Celle-ci fut désaffectée en 1976 et finalement réaménagée vers un usage uniquement civil par Transports Canada[6].

La période contemporaineModifier

En 1968, la ville de Bourlamaque, située à l'est de Val-d'Or et fondée en 1933, et la municipalité de Lac-Lemoine, située à l'ouest et fondée en 1958, sont annexées à la ville de Val-d'Or. En 1995, c'est au tour du village de Louvicourt, située entre Val-d'Or et l'entrée de la réserve faunique La Vérendrye d'être annexé au territoire de Val-d'Or. La ville actuelle voit cependant le jour en 2002, lorsque son territoire est encore fusionné à celui d'autres municipalités, soit les villes de Sullivan, Dubuisson, Val-Senneville et Vassan[5].

En 1990, la ville est ébranlée par le sordide meurtre de Sandra Gaudet. L'adolescente avait 14 ans et a été abandonnée sur le bord d'une route[7].

En , Céline Brindamour devient la première femme à être élue à la mairie de la ville[8].

ChronologieModifier

  • 1898 : le territoire situé au nord de la ligne de partage des eaux (bassin hydrographique de la Baie-James) jusqu'à la rivière Eastmain est cédé au Québec, quelques années après que le gouvernement canadien en a fait l'acquisition de la Compagnie de la Baie d'Hudson.
  • 1911 : découvertes d'or autour du lac De Montigny (alors appelé lac Kienawisik).
  • 1913 : le chemin de fer Transcontinental, qui relie les Maritimes à Winnipeg en traversant l'Abitibi de Senneterre à La Reine, est complété.
  • 1916 : fondation du canton de Pascalis.
  • 1920 : fondation du canton de Dubuisson.
  • 1923 : découverte, par Robert C. Clark et Gabriel Commanda, du gisement qui donnera naissance à la Mine Lamaque.
  • 1934 : fondation de la municipalité de Bourlamaque.
  • 1935 : fondation de la municipalité de village de Val-d'Or.
  • 1937 : Val-d'Or devient une municipalité de ville de 4 000 habitants[9]; fondation de la paroisse Saint-Bernard de Sullivan.
  • 1940 : le canton de Pascalis devient le village de Pascalis.
  • 1944 : Pascalis est détruite dans un incendie. Non reconstruite, elle devient un village fantôme.
  • 1945 : fondation de Val-Senneville.
  • 1954 : la Défense nationale construit la base militaire de Val-d'Or, pour 15 millions de dollars.[10]
  • 1958 : fondation de la municipalité de Lac-Lemoine.
  • 1968 : création de la nouvelle ville de Val-d'Or par la fusion de l'ancienne ville, de la ville de Bourlamaque et de la municipalité de Lac-Lemoine.
  • 1972 : la municipalité de Sullivan se détache du canton de Dubuisson.
  • 1976 : fin de l’activité de la base militaire.
  • 1977 : Val-Senneville devient Pascalis.
  • 1979 : fondation de la municipalité de Vassan.
  • 1980 : le village de Pascalis devient la municipalité de Val-Senneville.
  • 1982 : le canton de Dubuisson devient la municipalité de Dubuisson.
  • 1984 : l'armée canadienne fait détruire le base militaire.
  • 1987 : en juin, Val-d'Or accueille l'avion supersonique Concorde pour souligner l'inauguration de la nouvelle aérogare; en août, elle est la ville-hôtesse de la 23e finale des Jeux du Québec.
  • 1995 : annexion du territoire non-organisé de Louvicourt.
  •  : création de la nouvelle ville de Val-d'Or par la fusion de l'ancienne ville et des municipalités de Dubuisson, de Sullivan, de Val-Senneville et de Vassan.

PopulationModifier

La population de Val-d'Or est plutôt stable depuis le début des années 2000, oscillant autour de 30 000 habitants. Elle est d'ailleurs de 32 752 habitants lors du recensement du Canada de 2021[11].

Terre d'immigration dès ses débutsModifier

En raison de l'attrait que représentait l'industrie minière dans la région, Val-d'Or reçoit dès sa fondation plusieurs vagues d'immigration, provenant d'abord d'Europe de l'Est et d'Europe centrale, soit principalement des Polonais, des Ukrainiens, des Lituaniens, des Croates, des Slovènes, des Slovaques, des Russes, des Bulgares, des Finlandais, des Géorgiens et des Tchèques. Des Juifs venus faire du commerce et des Chinois venus œuvrer dans le domaine de la restauration se sont également établis à Val-d'Or[12].

Plus tard, après la fin de la Seconde Guerre mondiale, devenus victimes d'une piètre situation socioéconomique et politique en Europe, plusieurs personnes quittent le continent. Plusieurs Polonais et Italiens viennent s'installer à Val-d'Or pour remédier au manque de main-d'œuvre dans les mines[12].

D'autres immigrants, en plus petit nombre, choisiront également Val-d'Or lors de leur venue au Canada, par exemple des Hongrois en 1957, après la répression par l'URSS de l'insurrection hongroise contre le pouvoir en place, des Haïtiens dans les années 1960 et 1970 lors de la dictature des Duvalier ainsi que des Laotiens et Vietnamiens dans les années 1980 en tant que boat-people[12].

Plus récemment, soit à partir des années 1990, des immigrants choisissent toujours de s'établir à Val-d'Or, notamment des francophones venus d'Europe et d'Afrique ou encore des populations venues d'Amérique du Sud et du Moyen-Orient[12].

Val-d'Or, terre d'abord algonquineModifier

Alors que le chemin de fer Transcontinental est parachevé, traversant d'est en ouest le territoire abitibien, la colonisation à des fins forestière, minière et agricole s'entame et provoque le remplacement de la plupart des toponymes autochtones alors existants par des appellations de langues française ou anglaise[13].

Données démographiquesModifier

Évolution démographique
1996 2001 2006 2011 2016
24 47931 43031 12331 86232 491
2021 - - - -
32 752----

Population[16] : 32 781 habitants (2014)

  • Population en 2011 : 31 862[17]
    • Dubuisson : 1 124
    • Sullivan : 3 519
    • Val-d'Or (centre-ville) : 22 588[18]
    • Val-Senneville :
    • Vassan :
  • Population en 1995 :
    • Dubuisson : 1 655
    • Sullivan : 3 312
    • Val-d'Or : 24 479
    • Val-Senneville : 2 408
    • Vassan : 988

Portrait linguistique (langues officielles parlées) :

  • Français seulement : 67,4 %
  • Anglais seulement : 0,8 %
  • Français et anglais : 31,7 %
  • Ni français ni anglais : 0,1 %

En 2007, Val-d'Or présentait la caractéristique d'être la ville québécoise avec le plus haut taux de célibat selon Statistique Canada[19].

Administration et budget municipalModifier

Les élections municipales se font en bloc et suivant un découpage de six districts[20].

Val-d'Or
Maires depuis 2001
Élection Maire Qualité Résultat
2001 Fernand Trahan Voir
2005 Voir
2009 Voir
2013 Pierre Corbeil Ministre libéral de l'Agriculture (2011-2012)
Député d'Abitibi-Est de 2003 à 2007 et 2008 à 2012
Voir
2017 Voir
2021 Céline Brindamour Voir
Élection partielle en italique
Depuis 2005, les élections sont simultanées dans toutes les municipalités québécoises

Le plus récent budget municipal publié par la Ville, soit celui de l'année 2021, s'élève à 62,7 M$ publié lors d'une séance extraordinaire du conseil municipal du 21 décembre 2020[21].

CultureModifier

Val-d'Or compte différents lieux historiques, culturels et touristiques sur son territoire.

Patrimoine bâtiModifier

  • La mine Lamaque, première mine et source de revenus de la ville. Représentatif d'un ensemble minier des années 1930, le site patrimonial de l'ancienne mine Lamaque a été cité comme bien patrimonial en 2008, puis classé en 2010[28]. D'ailleurs, des infrastructures muséales surnommées la Cité de l'Or[29] permettent aux nombreux touristes de visiter ce site industriel patrimonial et d'effectuer une véritable visite minière souterraine.
  • Le village minier de Bourlamaque, agglomération industrielle planifiée construite en 1935. Village entièrement construit de maisons en bois rond et aux toits variant du bleu au orange en passant par le rouge, il constitue les origines de Val-d'Or. Construit autour de la mine Lamaque, ce petit village est aujourd'hui un patrimoine touristique reconnu. Le site patrimonial du Village-Minier-de-Bourlamaque est classé en 1979[30].
  • Le château d'eau de l'ancienne mine Sullivan, érigé en 1940 et cité comme immeuble patrimonial en 1998[31].
  • Le pont Champagne, pont couvert érigé en 1941. En 2001, il est cité comme immeuble patrimonial[32].
  • L'église russe orthodoxe, construite en 1954, aujourd’hui propriété de la ville. L'église orthodoxe russe est une des multiples représentations religieuses qui furent installées à Val-d'Or à la suite de l'immigration de nombreux travailleurs du monde entier, dont l'Ukraine, venus pour travailler dans les mines[33].
  • L'église catholique Saint-Sauveur-les-Mines, construite en 1959, citée comme immeuble patrimonial en 2012[34].
  • Plusieurs immeubles de la municipalité sont inventoriés pour leur valeur patrimoniale dont l'ancien hôtel Val-d'Or (1934)[35], l'édifice Val-d'Or-Bowling-Alleys (1936)[36], l'ancienne Académie Saint-Sauveur (1940)[37], l'ancien magasin coopératif La Valdorienne (1946)[38] et l'ancien cinéma Strand (1948)[39].
  • Selon les données statistiques annuelles compilées par le MAMH (Ministère des affaires municipales et de l'Habitation du Québec), la valeur foncière totale des bâtiments et terrains taxables (valeur uniformisée) sis sur le territoire de la Ville de Val-d'Or s'établissaient à 3,579 milliards ($CAD) en 2019 et 3,668 milliards ($CAD) en 2020, soit un bond de 89 millions ($CAD)[40].

MédiasModifier

HistoriqueModifier

Les habitants de Val-d'Or ont accès à la radio depuis , avec l'inauguration de la station CKVD. Les médias écrits sont présents depuis 1935, avec le Val-d'Or News, journal anglophone, qui deviendra le The Val-d'Or Star en 1947. Quant aux journaux francophones, L'Écho abitibien, apparu pour la première fois en 1950[5].

ActuelsModifier

Les journaux publiés sont :

  • L'Écho abitibien a été publié à partir de . Le propriétaire d'origine est Lucien Fontaine[41]. La publication hebdomadaire est acquise par Québécor en 1974. Elle est vendue à Transcontinental lors d'une transaction impliquant plusieurs journaux en [42]. Acquis par Lexis Média à la fin de 2017, L'Écho abitibien disparaîtra en 2018 pour laisser place à L'Éclat, un nouvel hebdomadaire gratuit[43].
  • Le Citoyen de la Vallée-de-l'Or, est un hebdomadaire gratuit fondé par Ronald Brisson. Le groupe Lexis Média est maintenant le propriétaire de la publication[44].
  • Abitibi Express, un hebdomadaire qui a cessé d'être publié en 2014[45]


Les chaînes de télévision sont :

  • CFVS : Propriété de Radio-Nord, la station diffusait la programmation de Télévision Quatre saisons. Un bulletin d'information régionale y était diffusé. La station diffuse depuis 1986[46] et elle est maintenant associé à la chaine V télé.
  • TVC9 : Télévision communautaire

Diverses stations de radio ont existé ou continuent d'être diffusées :

  • CJMV-FM : Station faisant partie du réseau Énergie
  • CKVD-AM : Fondée en 1939 et propriété de Radio-Nord à partir de 1948, cette station de radio diffusait sur la bande AM.[47] Elle est transférée sur la bande FM en 1998[48].
  • CHGO-FM : Anciennement CKVD
  • CHUT-FM : Radio communautaire qui diffuse depuis la réserve amérindienne du Lac-Simon

SportModifier

La ville compte une franchise amateur de la Ligue de hockey junior majeur du Québec, les Foreurs de Val-d'Or, équipe ayant remporté la Coupe du président à trois reprises.

Val-d'Or a été plusieurs fois la ville hôte du Tour de l'Abitibi, seule étape nord-américaine de la coupe du monde junior de cyclisme, ainsi que la ville hôte des Jeux du Québec à l'été 1987. Enfin, le , la ville de Val-d'Or a accueilli le relais de la flamme olympique, qui doit parcourir le Canada jusqu'à Vancouver pour les Jeux olympiques d'hiver de 2010.

TransportModifier

 
La 3e avenue, artère commerciale principale de la ville.

Première ville d'importance sur le réseau routier témiscabitibien depuis le sud du Québec, la région valdorienne est le point de jonction de la majorité des routes principales de la région. La route Transcanadienne (route 117) traverse la ville d'est en ouest en suivant la faille de Cadillac jusqu'à Rouyn-Noranda et ultimement Arntfield. Les routes 111 et 397 prennent source au nord de la ville et permettent de relier la ville aux villes secondaires de la région.

AutocarModifier

La société privée de transport par autocar, Autobus Maheux, assure une liaison journalière avec Montréal, les autres villes de la région et l'Ontario. La gare routière est située à l'angle de la 4e avenue et la rue de la Québécoise.

Transport aérienModifier

Un service régulier de transport aérien est opéré à l'aéroport de Val-d'Or, situé au sud de la ville. Les liaisons aériennes relient notamment les régions métropolitaines de Montréal et Toronto, la côte ouest de la Baie James et la Baie d'Hudson et ultimement, le Grand Nord québécois. L'aéroport dessert également une liaison vers les Antilles, mais de manière marginale via certains vols nolisés.

Transport en communModifier

Un service de transport en commun par taxi partagé (Taxibus) assure le service public de transport.

TourismeModifier

Personnalités liées à la municipalitéModifier

Notes et référencesModifier

  1. Gouvernement du Canada, « Tableau de profil, Profil du recensement, Recensement de la population de 2021 - Val-d'Or », sur www12.statcan.gc.ca, 9 février 2022 (consulté le 16 juin 2022)
  2. Répertoire des municipalités : Ville de Val-d'Or (La Vallée-de-l'Or) sur le site des Affaires municipales, régions et occupation du territoire.
  3. Toponymie : Val-d'Or
  4. « L'homme de Neawigak : et autres histoires algonquine » de Joseph 'Josie' Mathias, (ISBN 2-920579-12-6). Fiche sur le site de la « Bibliothèque et Archives nationales du Québec »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  5. a b c d e f et g Ville de Val-d'Or, « Histoire de Val-d'Or », sur ville.valdor.qc.ca (consulté le )
  6. Aéroport régional de Val-d’Or, « Mission et historique », sur arvo.qc.ca (consulté le )
  7. « Des citoyens réclament une enquête publique sur le meurtre de Sandra Gaudet », sur Le Droit, (consulté le )
  8. Zone Politique- ICI.Radio-Canada.ca, « Céline Brindamour devient la première femme à la mairie de Val-d’Or | Élections municipales au Québec 2021 », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  9. Histoire économique de Montréal et des cités et villes du Québec, J. E. Laurin, Les Éditions J. E. Laurin, 1942
  10. (en) Geocaching, « La base militaire », Geocaching,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. Gouvernement du Canada, « Tableau de profil, Profil du recensement, Recensement de la population de 2021 - Val-d'Or », sur www12.statcan.gc.ca, (consulté le )
  12. a b c et d Ville de Val-d'Or, « Communautés culturelles », sur ville.valdor.qc.ca (consulté le )
  13. Ville de Val-d’Or, « Présence autochtone », sur ville.valdor.qc.ca (consulté le )
  14. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2006 - Val-d'Or, V » (consulté le )
  15. « Statistique Canada - Profils des communautés de 2016 - Val-d'Or, V » (consulté le )
  16. Statistique Canada : recensements 1996, 2001, 2006, 2011
  17. Recensement 2011 : Val-d'Or
  18. Recensement 2006 : Val-d'Or (ville dissoute)
  19. Mariage ou l’union libre ?
  20. https://www.electionsquebec.qc.ca/francais/municipal/carte-electorale/liste-des-municipalites-divisees-en-districts-electoraux.php DGEQ - Liste des municipalités divisées en districts électoraux
  21. Ville de Val-d'Or, « Séance extraordinaire du 21 décembre 2020 - Budget 2021 et programme triennal d'immobilisations » (consulté le )
  22. Archives des résultats des élections municipales
  23. Dernier conseil municipal pour Fernand Trahan, Radio-Canada.ca
  24. a et b Ronald Tétrault, Dictionnaire des parlementaires du Québec de 1792 à nos jours, Assemblée nationale du Québec
  25. André Pelletier, Dictionnaire des parlementaires du Québec de 1792 à nos jours, Assemblée nationale du Québec
  26. a b c d e f g h i j k l et m La petite histoire de Val-d'Or, 1935-1985, Gilbert Tardif, 1989
  27. « Attrait majeur à Val-d'Or »
  28. « Site patrimonial de l'Ancienne-Mine-Lamaque - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  29. « La Cité de l'Or » (consulté le )
  30. « Site patrimonial du Village-Minier-de-Bourlamaque - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  31. « Château d'eau de l'ancienne mine Sullivan - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  32. « Pont Champagne - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  33. Zone Société- ICI.Radio-Canada.ca, « La communauté ukrainienne présente en Abitibi depuis plus de 60 ans », sur Radio-Canada.ca (consulté le )
  34. « Église Saint-Sauveur-les-Mines - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  35. « Ancien Hôtel Val-d'Or - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  36. « Édifice Val-d'Or-Bowling-Alleys - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  37. « Ancienne Académie Saint-Sauveur - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  38. « Ancien édifice La Valdorienne et Caisse populaire de Val-d'Or - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  39. « Ancien cinéma Strand - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  40. MAMH - Ministère des Affaires Municipales et de l'Habitation du Québec, « Données statistiques sur l'évaluation foncière pour les exercices financiers 2008 à 2020 - Tableaux par municipalité », (consulté le )
  41. André Beaulieu, Jean Hamelin, Jean Boucher, Gérard Laurence et Jocelyn Saint-Pierre, La presse québécoise : 1945 - 1954, Volume 8, Québec, Les presses de l'université Laval, , 368 p. (ISBN 2-7637-7126-2, lire en ligne), p. 152
  42. « Sun Media vend ses hebdos québécois à TC Media », sur Radio-Canada (consulté le )
  43. « P115 »
  44. « P115 », sur www.telebecinternet.com (consulté le )
  45. « Le journal Abitibi Express disparaîtra », sur Radio-Canada (consulté le )
  46. (en) « CFVS-DT (TQS Network), Val-d'Or, RNC Media » (consulté le )
  47. « Édifice CKVD - Répertoire du patrimoine culturel du Québec », sur www.patrimoine-culturel.gouv.qc.ca (consulté le )
  48. Gouvernement du Canada, Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), « ARCHIVÉ - Conversion de CKVD du AM au FM - demande approuvée », sur www.crtc.gc.ca, (consulté le )

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier