Val-d'Amours

établissement humain de la paroisse d'Addington, Nouveau-Brunswick, Canada

Val-D'Amours
Administration
Pays Drapeau du Canada Canada
Province Drapeau du Nouveau-Brunswick Nouveau-Brunswick
Subdivision régionale Restigouche
Statut municipal District de services locaux
Maire
Mandat
aucun
aucun
Fondateur
Date de fondation
Acadiens
1843
Démographie
Population 1 858 hab. (2011 en diminution)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 00″ nord, 66° 41′ 00″ ouest
Superficie 7 265 ha = 72,65 km2
Divers
Langue(s) Français
Fuseau horaire UTC-4
Indicatif +1-506
Code géographique 130208 (partie A), 130209 (partie B) et 130210 (partie C)
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick
Voir sur la carte administrative du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Val-D'Amours
Géolocalisation sur la carte : Nouveau-Brunswick
Voir sur la carte topographique du Nouveau-Brunswick
City locator 14.svg
Val-D'Amours

Val-D'Amours ou Val-d'Amour[1] est un quartier du village d'Atholville, dans le comté de Restigouche, au nord de la province canadienne du Nouveau-Brunswick. Val-d'Amours a été fusionné au village en 2015.

ToponymeModifier

Le village porte le nom de Seven Mile Ridge jusqu'en 1918[1]. Il est ensuite renommé ainsi par Jean-Joseph-Auguste Allard en l'honneur du père L. d'Amour, qui fut missionnaire au village de 1906 à 1907[2],[1].

La localité comprend aussi les hameaux de Colebrooke Settlement, Lac-des-Lys, Malauze et McKendrick. Colebrooke Settlement s'appelait à l'origine Dubé Settlement, en hommage à Baptiste Dubé et Odillon Dubé[3]. Il fut renommé en l'honneur de sir William MacBean George Colebrooke (1787-1870), lieutenant gouverneur du Nouveau-Brunswick de 1841 à 1848[3]. Le hameau est aussi appelé Coldbrook[3]. Lac-des-Lys est nommé ainsi d'après sa position sur le lac éponyme. La localité fut d'abord connue sous le nom anglais de Lily Lake[4]. Le toponyme de Malauze rapelle le navire de guerre français le Marquis de Malauze, ayant coulé lors de la bataille de la Ristigouche en 1760[5]. L'origine du toponyme de McKendrick n'est pas connue[6].

GéographieModifier

Val-d'Amours se trouve à 9 kilomètres de route au sud de Campbellton.

Le ruisseau Walker prend sa source à McKendrick et traverse le village du sud-est vers le nord-est.

Val-d'Amours est généralement considéré comme faisant partie de l'Acadie[7].

HistoireModifier

Val-d'Amours est situé dans le territoire historique des Micmacs, plus précisément dans le district de Gespegeoag, qui comprend le littoral de la baie des Chaleurs[8]. Ce territoire était revendiqué d'abord par les Iroquois et ensuite seulement par les Mohawks[8].

Colebrook Settlement est fondé par des Acadiens en 1843[3]. L'établissement prend de l'expansion grâce à la Loi sur les concessions gratuites (Free Grants Act) de 1879[3]. Les Archives provinciales du Nouveau-Brunswick ne donnent aucune informations sur la fondation de Val-d'Amours, de Lac-des-Lys, de Malauze et de McKendrick[1],[4],[5],[6]. Nous savons toutefois que Lac-des-Lys compte sept familles en 1866[4]. Le bureau de poste de Val-d'Amours ouvre ses portes en 1896[1]. En 1898, le village compte une scierie, une église et une population de 350 habitants vivant de l'agriculture et de l'exploitation forestière[1].

Le bureau de poste de McKendrick ouvre ses portes en 1904[6]. La paroisse Notre-Dame-du-Sacré-Cœur de Val-d'Amours est érigée en 1907[9]. Le bureau de poste de Malauze est inauguré en 1937, suivi de celui de Lac-des-Lys en 1938 ; tous trois ferment leurs portes en 1958[5],[4],[6]. L'école Mgr-Melanson de Val-d'Amours est inaugurée en 1958[10].

En 2009, la Caisse populaire de Val-d'Amours fusionne avec les caisses de Campbellton, Balmoral, Atholville, Charlo, Eel River Crossing et Kedgwick pour former la Caisse populaire Restigouche[11]. La succursale de Val-d'Amours ferme finalement ses portes en janvier 2012[12].

Après deux ans de campagne, un projet d'annexion des DSL de Saint-Arthur et de Val-d'Amours à Atholville mène à un plébiscite le . La population approuve majoritairement le projet mais celui-ci est rejeté par trois des conseillers municipaux d'Atholville[13].

DémographieModifier

ÉconomieModifier

Entreprise Restigouche a la responsabilité du développement économique[14].

AdministrationModifier

Comité consultatifModifier

En tant que district de services locaux, Val-d'Amours est administré directement par le Ministère des Gouvernements locaux du Nouveau-Brunswick, secondé par un comité consultatif élu composé de cinq membres dont un président.

Liste des présidents successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  en cours Donald Leblanc    
         
Les données manquantes sont à compléter.

Budget et fiscalitéModifier

Commission de services régionauxModifier

Val-d'Amours fait partie de la Région 2[15], une commission de services régionaux (CSR) devant commencer officiellement ses activités le [16]. Contrairement aux municipalités, les DSL sont représentés au conseil par un nombre de représentants proportionnel à leur population et leur assiette fiscale[17]. Ces représentants sont élus par les présidents des DSL mais sont nommés par le gouvernement s'il n'y a pas assez de présidents en fonction[17]. Les services obligatoirement offerts par les CSR sont l'aménagement régional, l'aménagement local dans le cas des DSL, la gestion des déchets solides, la planification des mesures d'urgence ainsi que la collaboration en matière de services de police, la planification et le partage des coûts des infrastructures régionales de sport, de loisirs et de culture; d'autres services pourraient s'ajouter à cette liste[18].

ReprésentationModifier

  Nouveau-Brunswick : Val-d'Amours fait partie de la circonscription provinciale de Campbellton—Restigouche-Centre, qui est représentée à l'Assemblée législative du Nouveau-Brunswick par Greg Davis, du Parti progressiste-conservateur. Il fut élu en 2010.

  Canada : Val-d'Amours fait partie de la circonscription fédérale de Madawaska—Restigouche, qui est représentée à la Chambre des communes du Canada par Jean-Claude D'Amours, du Parti libéral. Il fut élu lors de la 38e élection générale, en 2004, puis réélu en 2006 et en 2008.

Vivre à Val-d'AmoursModifier

L’école Mgr-Melanson accueille les élèves de la maternelle à la 6e année. C'est une école publique francophone faisant partie du sous-district 1 du district scolaire Francophone Nord-Est[10].

Val-d'Amours possède aussi un bureau de poste et une caserne de pompiers. Le détachement de la Gendarmerie royale du Canada le plus proche est à Campbellton. Campbellton compte le Centre hospitalier Restigouche, francophone, et l'hôpital régional de Campbellton, anglophone. Les hôpitaux néo-brunswickois sont en effet bilingues dans leur services mais unilingues dans leur administration. Campbellton compte de plus un poste d'Ambulance Nouveau-Brunswick. Les francophones bénéficient du quotidien L'Acadie nouvelle, publié à Caraquet, ainsi que de l'hebdomadaire L'Étoile, de Dieppe. Ils ont aussi accès à l'hebdomadaire L'Aviron, publié à Campbellton. Les anglophones bénéficient du quotidien Telegraph-Journal, publié à Saint-Jean, ainsi que de l'hebdomadaire Campbellton Tribune, de Campbellton. Le village a également eu son propre journal mensuel, Informatous, entre 1992 et 1993[19].

L'église Notre-Dame-du-Sacré-Cœur est une église catholique romaine faisant partie du diocèse de Bathurst.

La collecte des déchets et matières recyclables est effectuée par la Commission de gestion des déchets solides de Restigouche[14]. L'aménagement du territoire est de la responsabilité de la Commission d'urbanisme du district de Restigouche[14].

CultureModifier

PersonnalitésModifier

 
Une affiche de Jean-Marc Couture sur la façade de l'hôtel de ville d'Atholville.
  • Jean-Marc Couture (1991, Val-d'Amours - ), gagnant de l'édition 2012 de Star Académie;
  • Luc Leblanc, animateur de télévision, né à McKendrick;
  • Florian Levesque (1959, McKendrick - 2012, Balmoral), journaliste, écrivain et conteur.

Municipalités limitrophesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a b c d e et f « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - Val-d'Amour », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 7 janvier 2015).
  2. (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada, , p. 281.
  3. a b c d et e « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - Colebrooke Settlement », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 7 janvier 2015).
  4. a b c et d « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - Lac-des-Lys », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 7 janvier 2015).
  5. a b et c « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - Malauze », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 7 janvier 2015).
  6. a b c et d « Noms de lieux du Nouveau-Brunswick - McKendrick », sur Archives provinciales du Nouveau-Brunswick (consulté le 7 janvier 2015).
  7. Murielle K. Roy et Jean Daigle (dir.), Démographie et démolinguistique en Acadie, 1871-1991, L'Acadie des Maritimes, Moncton, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton, (ISBN 2921166062), p. 141.
  8. a et b (en) Philip K. Bock et William C. Sturtevant (dir.), Handbook of North American Indians, vol. 13, t. 1, Government Printing Office, , 777 p., p. 109-110
  9. « Paroisse Notre-Dame du Sacré-Cœur », sur Diocèse de Bathurst (consulté le 7 janvier 2015).
  10. a et b [PDF] « Francophone Nord-Est », sur Ministère de l'Éducation du Nouveau-Brunswick (consulté le 2 novembre 2012)
  11. « Caisse populaire Restigouche », sur Caisses populaires acadiennes (consulté le 30 décembre 2010).
  12. Mathieu-Roy Comeau, « La Caisse populaire Sud-Est fermera trois centres de services », L'Acadie Nouvelle,‎ , p. 4
  13. Jean-François Boisvert, « Atholville rejette le projet d’annexion avec Val d’Amour et Saint-Arthur (vidéo) », L'Acadie nouvelle,‎ (lire en ligne, consulté le 6 janvier 2015)
  14. a b et c « District de services régionaux 2 », sur Bâtir des gouvernements locaux et des régions viables (Rapport Finn), sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 25 juillet 2011).
  15. « Les communautés dans chacune des 12 Commissions de services régionaux (CSR) », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  16. « Conseils d'administration des commissions de services régionaux annoncés », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 1er novembre 2012).
  17. a et b « Gouvernance des nouvelles commissions de services régionaux », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  18. « Services obligatoires », sur Gouvernement du Nouveau-Brunswick (consulté le 9 novembre 2012).
  19. Répertoire des journaux du Nouveau-Brunswick - Informatous

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) William F. Ganong, A Monograph of the Origins of the Settlements in New Brunswick, Ottawa, J. Hope, , 185 p.
  • (en) Alan Rayburn, Geographical Names of New Brunswick, Ottawa, Énergie, Mines et Ressources Canada,