Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vaka (homonymie).
Vaka à double coque à Rarotonga.

Un vaka purua[1] est un type de grande pirogue à voiles à double coques des îles Cook, utilisé autrefois pour les traversées au long cours. Celles-ci qui pour les plus grandes atteignaient plus de 25 mètres, pouvaient embarquer jusqu'à une cinquantaine d'individus ainsi que leur provision (eau, cochons, taro, noix de coco, fruits de l'arbre à pain…).

DescriptionModifier

Elles sont constituées de deux coques de tailles égales, à tribord le "katea" où s'assoient les rameurs, à bâbord le "ama"[2] servant de balancier, la navigation se faisant le plus souvent et lorsque c'était possible par vent de tribord face ou par vent arrière[3]

Chacune des deux coques sont faites de trois parties distinctes.

  • le " 'aumi" situé à la proue;
  • le "noko" situé en poupe;
  • Le "puke" qui correspond au centre de la coque creusé généralement dans un tronc de tamanu.

Ces trois éléments sont joints ('a'au) à l'aide de cordes faites en fibres de coco tressées ("ka'a) et glissées dans des trous ("putaka") creusés à l'extrémité de chacune des parties à assembler. La poupe et la proue se terminent en pointe sur laquelle sont généralement sculptées des figures de type antromorphique appelées "tiki" et censées protéger l'embarcation des dangers de la traversée

Les deux coques sont reliées par un système de traverses ("kiato") sur lesquelles repose une plateforme centrale, le plus souvent couverte et appelée "ataata". Cette plateforme constitue véritablement le lieu de vie de l'équipage pendant la traversée

Ces pirogues peuvent dans le cas des plus grandes comporter une double voilures de forme triangulaire[4] ("kie") faites de nattes tressées, attachée à des mâts ("tita") pouvant atteindre près de dix mètres de hauteur. L'autre moyen de propulsion est bien entendu la rame ("'oe") dont il existe plusieurs types en fonction de leur usage (" 'oe poti ", "tu'oe"...).

RépliquesModifier

Il n'existe plus de nos jours de "vaka purua" d'époque, néanmoins deux reconstitutions en furent construites dans les années 1990 à Rarotonga à l'initiative de Tom Davis et Puati Mataiapo. Elles furent nommées du nom de deux des tribus ("vaka tangata") et anciennes pirogues de l'île, à savoir Takitumu et Teauotonga. Elles se rendirent entre autres à Raiatea en 1995 pour une cérémonie souhaitant rappeler les liens plus ou moins historiques des deux îles. En 2008, Teauotonga fut restaurée afin de se rendre à Pago Pago (Samoa américaines) pour le 10e Festival des Arts du Pacifique[5].

Notes et référencesModifier

  1. Selon les sources, on trouve également "vaka turua" ou "vaka katea", le katea étant en réalité la coque de tribord
  2. Le "ama" est du reste également le nom donné au balancier dans le cas de pirogues plus petites
  3. Dans le premier cas, des rameurs étaient également utilisés. Il est également possible sans qu'aucune source ne le précise véritablement que les deux coques étaient interchangeables, autrement dit que l'une devienne "katea" et l'autre "ama" en cas de changement de bord.
  4. Sans doute non amovibles
  5. CITV Local News du 9 juillet 2008, départ de Ngatangiia vers le port d'Avatiu ; CITV local News du 15 juillet 2008 Préparatifs ; CITV local News du 16 juillet 2008 Le grand départ Site officiel de la Cook Islands Voyaging Society (photos, suivi de la traversée...)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Best, Elsdon, "The Maori canoe", in Dominion Museum Bulletin, n° 7. Wellington. 1925
  • Hamilton, Augustus, "Notes on a model canoe from Mangaia", in Dominion Museum Bulletin n°3. Wellington. 1911.