Vidéo à la demande

technique de diffusion de contenus vidéo numériques bidirectionnelle (interactive) offerts ou vendus par les réseaux câblés ou non câblés
(Redirigé depuis VOD)

La vidéo à la demande (VAD)[1],[2], souvent abrégée en VOD ou VoD (de l’anglais « video on demand »), est à la fois une technique de distribution de contenus vidéo numériques plateforme numérique et la désignation générique de ce type de services.

Elle permet notamment à un utilisateur, de sélectionner et de visualiser un ou plusieurs fichiers vidéos de divers genres, fiction, film de cinéma, série, documentaires, etc., au moment où il le souhaite. Cette formule a considérablement modifié la consommation délinéarisée des contenus audiovisuels car notamment, il n'est pas nécessaire d'attendre qu'un programme soit diffusé à la télévision pour y accéder; cela simplifie la consultation et le choix, notamment par rapport aux supports physiques comme la vidéocassette, les disques DVD ou Blu-ray. Les plateformes numériques représentent depuis la décennie 2020, le premier mode de consommation des films par le cinéma à domicile, se classant devant le nombre d'entrées en salle de cinéma[3].

Ces contenus sont offerts, loués ou vendus à l'unité ou en catalogues avec ou sans écrans publicitaires, par les réseaux comme Internet, les réseaux mobiles 3G, 4G et 5G ou par satellite. Il existe également une déclinaison de ces services, nommée « vidéo à la demande par abonnement (VADA) »[4] ou « SVOD » (de l’anglais « subscription video on demand »).

Des lecteurs multimédia logiciels payants ou offerts sont proposés, en fonction du système d’exploitation et des fonctionnalités utilisées; box internet, ordinateur, smartphone, tablette, etc. Pour garantir la préservation des droits numériques protégeant ces contenus contre la copie illicite, le dispositif est le plus souvent associé à des lecteurs logiciels tels que notamment le Lecteur Windows Media ou Divx Player permettant de respecter les ayants droit, le distributeur ou le studio éditeur. Ce lecteur logiciel est compatible avec certains formats numériques et de chiffrement propriétaires. Cette formule peut permettre par exemple, de limiter la copie ou le visionnage sur plusieurs appareils et il est notamment utilisé par les organismes de distribution de contenus payants.

Historique

modifier
  • 1997 : Fondation par Reed Hastings et Marc Randolph de la société Netflix (dont le nom provient de la contraction des termes « internet » et « flix », ce dernier étant une expression familière du mot « film » aux États-Unis).
  • 1999 : UGC DA pour UGC-Droits Audiovisuels devient Canal+ Image. Cette nouvelle entité regroupe les participations et filiales de production, de gestion des catalogues et de droits dérivés du groupe Canal+ qui en détient 97 %[5].
  • 2000 : La première projection publique de cinéma numérique d'Europe est réalisée, par Philippe Binant, en France[6]. Avec l'abandon du 35 mm, le cinéma numérique permet la diffusion des films sur les plateformes numériques : Netflix, Prime Video, Disney+, Groupe Canal+, OCS.
  • 2000 : Première réalisation d'un long métrage en cinéma numérique par Pitof[7].
  • 2001 : Première démonstration de dématérialisation du long métrage cinématographique.
  • 2008 : Lancement du bouquet Orange Cinéma Séries (OCS), en exclusivité sur le bouquet La TV d'Orange, par satellite et ADSL. À son lancement, le bouquet comprenait Orange ciné max (HD), Orange ciné happy, Orange ciné choc, Orange ciné novo et Orange ciné géants.
  • 2015 : Beasts of No Nation est le premier long métrage cinématographique sorti aux États-Unis à la fois dans les cinémas et sur Netflix.

Différents modèles

modifier

La SVOD (VOD avec abonnement) (VADA en français) permet d'accéder avec un abonnement payant à un catalogue de VOD professionnel généralement sans publicité, en illimité et sans engagement.

Agrégateurs

modifier

Les agrégateurs donnent un accès par l'intermédiaire d'une seule et unique application à des services audiovisuels fonctionnant comme service par contournement (OTT).

Ils sont notamment proposés, en France, par Molotov TV, OQQE by Free[8], MyCanal[9], Apple TV Channels[10], Amazon Prime Video Channels[11], B.tv+[12] (Bouygues Telecom).

Marché International

modifier
Propriétaire Liste des principaux services Lancement Détail abonnés payants par services Total abonnés payants Contenus Pays disponibles
Netflix, Inc Netflix 2007 231 millions[13] 232 millions[14] Netflix Originals, Sony Pictures Entertainment[15] 190 sur 193[16]
The Walt Disney Company Disney+ 2019 150 millions[17] 224 millions[17] Disney+ Originals (en), Walt Disney Pictures, ABC Studios, Marvel, Pixar, Lucasfilms, NatGeo, 20th Century Studios 135 sur 193
Hulu 2007 48 millions[17] Hulu Originals (en) et FX Originals (en) 1 sur 193[18]
ESPN+ 2018 26 millions[17] 1 sur 193
Amazon.com, Inc Amazon Prime Video 2016 200 millions[19] 200 millions[19] Amazon Originals, Amazon Studios, Metro-Goldwyn-Mayer 188 sur 193
Warner Bros. Discovery HBO Max / HBO / Discovery+ 2020 92 millions[20] 92 millions[20] HBO Originals (en), Max Originals (en), Cinemax Originals (en),

Warner Bros. Pictures, Warner Bros. TV

1 sur 193[21]
Paramount Global Paramount+ 2021 62 millions[22] 62 millions[22] Showtime Originals (en), CBS All Access Originals (en), Paramont Pictures, CBS Television Studios, Nickelodeon N/C
NBCUniversal Universal+ 2020 54 millions[23] 54 millions[23] Peacock Originals (en), Universal Pictures, Universal Television N/C
Apple Inc. Apple TV+ 2019 40 millions[24] 40 millions[24] Apple Originals, Apple Studios 109 sur 193[25]
Lionsgate Lionsgate+ 2012 20 millions[26] 20 millions[26] Starz Originals (en) et Lionsgate N/C
Sony Pictures Crunchyroll 2006 5 millions[27] 5 millions[27] Funimation N/C

Marché français

modifier
Propriétaire Liste des principaux services Abonnés payants Contenus Pays disponibles
Groupe Canal+ MyCANAL N/C Canal+ Originals, StudioCanal 1 sur 193
Orange, Groupe Canal+ OCS 3,1 millions[28] OCS Signature et OCS Originals, Orange Studio 3 sur 193
Média participations Anime Digital Network N/C Animation franco-belge et japonaise 1 sur 193

AVOD (VOD gratuite avec publicité)

modifier

Permet d'accéder gratuitement à un catalogue de VOD professionnel en illimité, ceci légalement et entièrement financé par la publicité.

Liste des principaux services Utilisateurs actifs mensuels Pays disponibles Propriétaire
IMDb TV[29] 40 millions[30] -- Amazon.com
Tubi[31] 33 millions[32] -- FOX Corporation[33]
Pluto TV - Section Free on demand[34] 20 millions[35] -- ViacomCBS[36]
Crackle 10 millions[37] -- Sony Pictures
MANGO[38] -- 1/193 Molotov TV
Walmart Vudu - Section Free[39] N/C -- --
The Roku Channel - Section Free on demand[40] N/C -- --
Facebook Watch - Section ProContent[41] N/C -- --
Google YouTube - Section ProContent[42] N/C -- --
Plex - Section Movies et TV Shows[43] N/C -- --
Rakuten TV - Section Free[44] N/C -- --
6Play N/C -- Groupe M6
myTF1 N/C -- Bouygues

Channels

modifier

Permet d'accéder à des services/chaines à la demande, en s'abonnant à des offres standalone de VOD avec abonnement (SVOD) et/ou des chaînes payantes. Et permet également d'accéder à des offres de VOD gratuite avec publicité (AVOD) et ceci au sein d'une même interface en OTT.

Service : Amazon Channels, Apple TV Channels, The Roku Channel - Section Premium Subscriptions[45].

Télévision par Internet

modifier

Permet d'accéder avec un abonnement à un bouquet de chaînes de télévision payantes basique au sein d'un agrégateur TV en OTT, de regarder la télévision sous toutes ses formes avec le direct en streaming, le replay et l'enregistrement dans le cloud.

Services : Molotov Extended[46], Sky Now TV, AT&T TV Now[47], Sling TV, PlayStation Vue, YouTube TV, Philo TV, AT&T WatchTV, FuboTV, l'offre Famille by MyCanal, Spectrum TV Stream, Xfinity Instant TV, Hulu with Live TV, Watch-It.

Pay TV en direct-to-consumer (télévision payante, directement aux consommateurs)

modifier

Permet d'accéder avec un abonnement à un bouquet de chaînes de télévision payantes premium en OTT, centré sur une même marque, en live streaming et replay, et ceci sans engagement.

Services : beIN Sports Connect[48], Eurosport Player[49], RMC Sport 100 % Digital[50], OCS OTT[51], ESPN+[52], Ciné+ OTT[46], les chaînes Canal+ by MyCanal[53], Altice Studios by Connect TV de SFR[54].

Copie numérique

modifier

Permet pour tout achat physique (si indiqué comme inclus) d'accéder à une copie numérique en VOD, ceci légalement.

Services : ITunes Vidéo (Apple)[55], Google Play films et séries[56].

TVOD-EST (marché vidéo à la demande, achat VOD)

modifier

Permet d'acheter à l'unité des VOD professionnelles vendues au sein d'un catalogue.

Services : iTunes Vidéo (Apple), MyTf1vod (arrêté[57]), Canal VOD, Google Play films et séries, Microsoft films et séries, Amazon Rent & Buy Video, Rakuten TV, VUDU - Rent & Buy (Walmart)[58].

TVOD-DTR (marché vidéo à la demande, location VOD)

modifier

Permet de louer à l'unité des VOD professionnelles vendues au sein d'un catalogue.

Services : ITunes Vidéo (Apple), MyTf1vod (arrêté[57]), Canal VOD, Google Play films et séries, Microsoft films et séries, Amazon Rent & Buy Video, Rakuten TV, VUDU - Rent & Buy (Walmart)[58].

TV Everywhere (live streaming complémentaire et replay en OTT)

modifier

Permet d'accéder gratuitement en complément du live traditionnel (TNT, câble, satellite, IPTV), payant ou non selon les cas, à un service VOD sur les appareils mobiles (smartphone, tablette, ordinateur, etc.)

Services : OCS Go, HBO Go, MyCanal, 6play, France.TV, MyTF1 Replay, SFR TV[59]. B.tv[60], La TV d'Orange[61], Arte TV[62].

Agrégateur de chaînes gratuites en direct avec publicité

modifier

Permet d'accéder gratuitement avec un agrégateur OTT aux directs de chaînes gratuites avec publicité.

Services : Pluto TV[63] - Section Live TV, Stirr, Xumo, The Roku Channel - Section News/Sports/Entertainment[64], Molotov TV - Gratuit

FVOD (VOD gratuite sans publicité)

modifier

Permet d'accéder gratuitement, sans publicité à un catalogue de VOD professionnelles en illimité, ceci légalement et entièrement financé par le service public.

Principaux services : Okoo[65].

Plateforme de vidéos en ligne

modifier

Une plateforme de vidéos en ligne permet aux individus, personnes morales et entités publiques, de mettre en ligne des productions audiovisuelles amateures ou semi-professionnelles en vue de les partager avec leurs audiences.

Principaux services en ligne : YouTube, Dailymotion, Facebook Watch, Vimeo, Amazon Video Direct[66], PeerTube.

Évolution du home cinéma

modifier

En France, le cinéma à domicile est aujourd'hui le premier mode de consommation des films avec les plateformes numériques et devant les salles de cinéma[67].

Fonctions spécifiques

modifier

Les fonctions spécifiques peuvent être : la mise en pause, la reprise au début, la reprise de la lecture, l’avance ou le recul rapides, les profils d'utilisateurs, le mode hors ligne, les flux simultanés, les recommandations personnalisées, Autoplay et Watch Party[Quoi ?]. La disponibilité totale ou partielle de ces dernières varie selon les services.

Supports

modifier

L’utilisation de vidéo à la demande peut se faire sur n’importe quel système pouvant accéder à des vidéos en lecture continue (en streaming) et les visualiser. À l’origine accessible uniquement par des ordinateurs de type PC, on assiste au début du XXIe siècle à la multiplication d’outils spécialisés acceptant ce type de prestations (télévision connectée, digital media player, console de jeu, lecteur DVD/Blu-ray, ordinateur, tablette et smartphone)

Méthodes de diffusion

modifier
  • mode pull (streaming) : le système de visionnement lit un flux vidéo sur un serveur distant. C’est ce qu’on appelle également la lecture en continu.
  • mode push (téléchargement) : le téléchargement du document vidéo s’effectue sur un support de stockage (disque dur), aujourd'hui surtout utilisé par les services de VOD pour le mode hors ligne.

Marché en France

modifier

Fin , selon l’étude du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC), le marché a atteint son plus haut niveau avec 230,5 millions d’euros[68].

La France est très active en termes de vidéo à la demande, avec une offre multiple : 88 plateformes actives (tous modes d'accès confondus, TvIP, sites Internet, consoles de jeux…) proposant de la vidéo à la demande sont dénombrées en [69].

Depuis 2016, est appliqué une sorte de soldes, la Fête de la VOD, pour promouvoir le système.

La France est d'ailleurs le 2e pays européen comptabilisant le plus de services de vidéo à la demande derrière le Royaume-Uni[70],[71].

En 2016, les plateformes de vidéo à la demande par abonnement (SVOD) comme Netflix représentent 30 % du marché[68].

En France, l'Autorité de la concurrence a donné son autorisation assortie de strictes conditions pour une nouvelle plateforme vidéo sur abonnement, Salto, portée par France Télévisions, TF1 et M6. Prévu au premier trimestre 2020[72],[73], le service a été lancé le 20 octobre 2020[74].

Modes de consommation de la VOD en France

modifier

Pour qu'il y ait vidéo à la demande, il faut que l'utilisateur puisse choisir son programme et le regarder quand il le souhaite. Cela suppose un échange d'information unique entre l'utilisateur et le serveur où est stockée la vidéo, ainsi que la capacité d'envoyer la vidéo spécifiquement à l'utilisateur qui en fait la demande : il s'agit donc d'une diffusion de flux vidéo unicast (en contraste avec la diffusion hertzienne des chaînes de télévision, où le même flux est envoyé à tout le monde)[75].

Les modes de diffusion unicast privilégiés en France pour la vidéo à la demande sont : Internet et la TvIP (cf. l'article TvIP pour le détail du fonctionnement, notamment le distinguo entre unicast et multicast).

En 2009 en France, la TvIP était de loin le support le plus utilisé (plus de 90 % du chiffre d'affaires de la vidéo à la demande)[69].

En , 35,7 % des internautes interrogés en déclarent avoir déjà payé pour visionner un programme en VOD[76]

Principaux acteurs de la VOD en France

modifier

Les principaux acteurs de la VOD sont les fournisseurs d’accès à internet, les chaînes de télévision, les web-marchands de produits culturels, les plateformes indépendantes ou institutionnelles comme l’INA en France et enfin les référenceurs/comparateurs[77].

En 2016, avec le développement des services par contournement la VOD se démocratise et s'étend à tous types de produits et de contenus vidéos, laissant la place à de nouveaux usages, comme l'e-cinéma.

En 2016, la plateforme Tënk est lancée à Lussas, où se déroule les États généraux du film documentaire, par des producteurs, réalisateurs, techniciens ou écoles qui ont choisi de s'associer afin de diffuser des documentaires d'auteur et de produire très rapidement de nouvelles œuvres de documentaire de création. Plateforme unique, elle diffuse des œuvres rares et singulières que les télévisions ne diffusent pas.

Impact environnemental

modifier

La vidéo en ligne génère en 2019 60 % des flux de données mondiaux. Elle se répartit en quatre types de contenus : la vidéo à la demande (VoD) (34 %), la pornographie (27 %), les « tubes » (YouTube, Dailymotionetc.) (21 %) et les autres vidéos (18 %)[78]. Le chiffrage des émissions de dioxyde de carbone liées à ces flux est controversé[79], notamment en raison des modalités de prise en compte des émissions liées aux infrastructures fixes. Il est estimé en 2019 à 50 millions de tonnes équivalent CO2 par an (Mt eq. CO₂ / an) par Chris Preist (université de Bristol)[79],[80] et à 300 Mt eq. CO₂/an par Maxime Efoui-Hess (The Shift Project)[79],[78] ; ce dernier chiffre est cependant jugé par George Kamiya (International Energy Agency) surestimé d’un facteur 30 à 60[79],[81]. Le chiffre estimé par le Shift Project correspond à 1 % des émissions mondiales de CO₂.

Bibliographie

modifier
  • Philippe Binant, « Éléments d'histoire du cinéma numérique », La Lettre, no 177,‎ , p. 42-44 (lire en ligne, consulté le ).
  • P. Chantepie et T. Paris, Économie du cinéma, La Découverte, Paris, mars 2021, 128 p.
  • Raymond Marcillac, Chronique de la télévision, Paris, Editions Chronique, (ISBN 978-2905969767).
  • « Bernard Pauchon, lorsque le cinéma s'élance vers les étoiles », La Lettre, n° 181, Commission Supérieure Technique de l'Image et du Son, mai 2022, p. 54-55 lire en ligne.
  • Cinéma numérique : une bibliographie.

Notes et références

modifier
  1. Commission d’enrichissement de la langue française, « Vidéo à la demande », sur FranceTerme, ministère de la Culture (consulté le ).
  2. « vidéo à la demande », Grand Dictionnaire terminologique, Office québécois de la langue française (consulté le ).
  3. Source : CNC, Études Prospectives, 2022.
  4. Commission d’enrichissement de la langue française, « vidéo à la demande par abonnement », sur FranceTerme, ministère de la Culture (consulté le ).
  5. Stratégies, 19 février 1999
  6. Cf. N. Lacaze, Le Cours de Culture Générale en Prépa, Ellipse, 2017, p. 217.
  7. Voir Vidocq.
  8. « L’application TV OQEE by Free est maintenant disponible sur Smart TV Samsung », sur Portail Free, (consulté le )
  9. « CANAL+ CINE SERIES - Boutique CANAL+ - Boutique CANAL+ », sur boutique.canalplus.com (consulté le )
  10. « S’abonner à des chaînes de l’Apple TV dans l’app Apple TV », sur Apple Support (consulté le )
  11. « Amazon lance Prime Video Channels en France », sur lesnumeriques.com, (consulté le )
  12. « Bbox Smart TV : B.tv+ évolue et s’enrichit », sur Le Mag de Bouygues Telecom, (consulté le )
  13. (en-US) Jennifer Maas, « Netflix Adds More Than 7 Million Subscribers in Q4, Smashing Previous Target », sur Variety, (consulté le )
  14. (en) « Netflix: number of subscribers worldwide 2023 », sur Statista (consulté le )
  15. (en) « Les films Sony Pictures (Uncharted, Spider-Man) sur Netflix », sur booska-p.com (consulté le ).
  16. « Dans quels pays le service Netflix est-il disponible ? », sur help.netflix.com (consulté le ).
  17. a b c et d (en) Jon Lafayettepublished, « Disney Adds Disney Plus Subs, Expects Streaming Profits in Q4 2024 », sur Broadcasting Cable, (consulté le )
  18. (en) Joan E. Solsman, « Disney expects to roll out Hulu internationally 'probably' next year », sur CNET (consulté le )
  19. a et b (en) Alex Sherman, « The honeymoon is over for streaming services: Here's where the major players stand », sur CNBC, (consulté le )
  20. a et b (en-US) Todd Spangler et Todd Spangler, « Warner Bros. Discovery Tops 92 Million Streaming Subscribers, Doesn’t Break Out HBO Max Numbers », sur Variety, (consulté le )
  21. « Comment regarder HBO Max partout en 2020 », sur WizCase (consulté le )
  22. a et b (en-US) « Paramount+ reaches nearly 40M subscribers, will expand to the UK, South Korea and India », sur TechCrunch (consulté le )
  23. a et b (en) Alex Sherman,Samantha Subin, « Disney makes the trend clear: Growth is slowing for streaming services », sur CNBC, (consulté le )
  24. a et b (en-US) Todd Spangler et Todd Spangler, « Netflix Falls Short of Q4 Subscriber Target, Stock Tumbles on Weak Forecast », sur Variety, (consulté le )
  25. « Disponibilité des services Apple Media », sur Apple Support (consulté le )
  26. a et b (en-US) Todd Spangler et Todd Spangler, « Disney+ Powers to Nearly 138 Million Subscribers, Beating Streaming Expectations for March Quarter », sur Variety, (consulté le )
  27. a et b (en) « Crunchyroll Hits 5M Subscribers, Teams With Zoe Saldana’s Cinestar Pictures On Anime Epic ‘Dark Star Squadron’ », Deadline,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. « OCS pourrait ouvrir son capital à HBO », sur La Lettre de l'Audiovisuel, (consulté le ).
  29. « IMDb TV », sur amazon.com (consulté le ).
  30. Pascal Lechevallier, « Amazon double son audience sur IMDb TV et s’impose sur le marché de l’AVOD », sur ZDNet France, (consulté le )
  31. (en) « Tubi is the largest free movie and TV streaming service in the US. We are not available in Europe due to changes in EU laws. », sur gdpr.tubi.tv (consulté le )
  32. (en-US) « Tubi Had 33 Million Active Users in August, 65% Increase Year Over Year », sur AiThority
  33. (en) Julia Alexander, « Fox buys Tubi for $440 million as it attempts to join the streaming wars », sur The Verge, (consulté le )
  34. (en-US) « Streaming TV service Pluto TV adds an on-demand video library », sur TechCrunch (consulté le )
  35. (en) « Pluto TV claims 20M monthly active users », sur FierceVideo (consulté le )
  36. « Viacom s’empare de Pluto.TV pour 340 millions de dollars », sur ZDNet France, (consulté le )
  37. (en-US) « Sony’s streaming service Crackle sells majority stake to Chicken Soup for the Soul », sur TechCrunch (consulté le )
  38. Pascal Lechevallier, « Molotov dégoupille son offre AVOD Mango », sur ZDNet France, (consulté le )
  39. (en-US) « Vudu Launches Free Service, Vudu Movies on Us », sur Corporate - US (consulté le )
  40. (en) « Roku in position to ride the AVOD wave », sur FierceVideo (consulté le )
  41. (en) Dawn C. Chmielewski et Dawn C. Chmielewski, « ‘Buffy The Vampire Slayer,’ ‘Angel’ And ‘Firefly’ Come To Facebook Watch », sur Deadline, (consulté le )
  42. Jennifer Mertens, « Il est désormais possible de visionner des films sur YouTube », sur Geeko, (consulté le )
  43. (en-US) « Watch Free Movies », sur Plex (consulté le )
  44. « Rakuten Rakuten tv », sur Rakuten tv (consulté le )
  45. Roku, « Roku », sur Roku (consulté le ).
  46. a et b « Molotov.tv - L’app pour regarder la télé. Gratuitement », sur www.molotov.tv (consulté le )
  47. (en) « AT&T TV NOW: Stream Live TV + On Demand + HBO », sur AT&T (consulté le )
  48. « beIN Sports Connect France : en direct, en Live streaming, en HD ! », sur connect.beinsports.com (consulté le )
  49. « Enter the World of Sports », sur eurosportplayer.com (consulté le )
  50. « RMC SPORT 100% digital – streaming & TV en direct », sur SFR (consulté le )
  51. « bienvenue sur OCS », sur ocs.fr (consulté le )
  52. « Lancement ESPN le 12 avril », sur telesatellite.com.
  53. « Abonnements CANAL : offres de souscription aux chaines Canal - Boutique Canal+ », sur boutique.canalplus.com (consulté le )
  54. « Boîtier Connect TV », sur SFR (consulté le )
  55. « Utilisation de la copie numérique d’un DVD ou d’un Blu-ray dans l’iTunes Store », Apple Support, (consulté le )
  56. « Copies numériques des films achetés en DVD ou en Blu-ray - Aide Google Play », sur support.google.com (consulté le ).
  57. a et b « MYTF1 VOD - des milliers de films et séries en vidéo à la demande », sur mytf1vod.tf1.fr (consulté le )
  58. a et b (en) Todd Spangler et Todd Spangler, « Walmart Vudu Sets Originals With Queen Latifah, Evangeline Lilly, Randy Jackson for Free-Streaming Lineup », sur Variety, (consulté le )
  59. « SFR TV – Applications sur Google Play », sur play.google.com (consulté le )
  60. « B.tv – Applications sur Google Play », sur play.google.com (consulté le )
  61. « TV d'Orange, live-replay-vod – Applications sur Google Play », sur play.google.com (consulté le )
  62. « ARTE TV – Streaming et Replay – Applications sur Google Play », sur play.google.com (consulté le )
  63. « Pluto TV : le Netflix gratuit arrive le 8 février 2021 en France », sur FullDeals, (consulté le )
  64. « Roku », sur Roku (consulté le )
  65. « Okoo », sur france.tv (consulté le ).
  66. Alexandre Laurent, « Amazon Video Direct, l'offensive de choc contre YouTube », sur Clubic.com, (consulté le ).
  67. Source : CNC, Études Prospectives, 2022.
  68. a et b Nicole Vulser, « La vidéo à la demande décolle en France », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le ).
  69. a et b « Le marché de la vidéo en 2009 », sur cnc.fr, Centre national du cinéma et de l'image animée, (consulté le )
  70. (fr + en + de) Vidéo à la demande et télévision de rattrapage en Europe, Observatoire européen de l’audiovisuel, , 406 p. (ISBN 978-92-871-6733-0)
  71. « Vidéo à la demande et télévision de rattrapage en Europe », sur obs.coe.int, Observatoire européen de l’audiovisuel, (consulté le ).
  72. Frédéric Bergé, « Salto: autorisation très encadrée de l'Autorité de la concurrence pour le « Netflix français » », sur bfmtv.com, (consulté le ).
  73. Communiqué du 12 août 2019 : Secteur de la télévision payante. Autorité de la concurrence (France) (Consulté le 13 août 2019)
  74. Marie Turcan, « Ça y est : Salto est lancée en France, et vous pouvez tester la plateforme gratuitement », sur Numerama, (consulté le ).
  75. Valérie Croissant et Marie Cambone, « La contribution des publics sur les plateformes alternatives de VàD : un impensé de la participation en ligne ? », Hybrid. Revue des arts et médiations humaines, no 8,‎ (DOI 10.4000/hybrid.1690, lire en ligne, consulté le )
  76. « CNC - publications - Observatoire de la VàD », sur cnc.fr (consulté le ).
  77. NPA Conseil, « Vidéo à la demande en Europe : Second recensement des services de VoD », sur npaconseil.com, NPA Conseil, (consulté le ).
  78. a et b Climat : l'insoutenable usage de la vidéo en ligne [PDF], The Shift Project, juillet 2019.
  79. a b c et d (en-US) Michael Le Page, « Binge watching TV isn't as bad for the climate as some reports suggest », sur New Scientist, (consulté le )
  80. (en-US) Chris Preist, Daniel Schien, Paul Shabajee, Proceedings of the 2019 CHI Conference on Human Factors in Computing Systems, ACM, (ISBN 978-1-4503-5970-2, DOI 10.1145/3290605.3300627), Evaluating Sustainable Interaction Design of Digital Services: The Case of YouTube
  81. (en-US) George Kamiya, « Factcheck: What is the carbon footprint of streaming video on Netflix? », sur carbonbrief.org, (consulté le )

Voir aussi

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier