Ouvrir le menu principal
Vénus Tauride
Aphrodite-Hermitage.jpg
Artiste
InconnuVoir et modifier les données sur Wikidata
Date
IIe siècle av. J.-C.Voir et modifier les données sur Wikidata
Matériau
Hauteur
167 cmVoir et modifier les données sur Wikidata
Collection
N° d’inventaire
ГР-3054Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vénus et Tauride.

La Vénus Tauride ou la Vénus de Tauris est une sculpture d'Aphrodite mesurant 1,67 mètre de hauteur. Elle est nommée d'après le Palais de Tauride de Saint-Pétersbourg, où elle est restée de la fin du XVIIIe siècle jusqu'au milieu du XIXe siècle. Elle se trouve maintenant au Musée de l'Ermitage.

DescriptionModifier

La sculpture représente la déesse sortant de son bain (une colonne, juste à sa gauche, soutient sa serviette ou ses habits drapés). Ses bras ont été perdus pendant l'Antiquité, et son nez a été restauré, mais le reste est complet.

On pensait qu'il s'agissait d'une copie Romaine du IIe siècle, d'après un original grec, mais la recherche récente suggère qu'il est en fait un original grec datant du IIIe siècle av. J.-C. ou du IIe siècle av. J.-C.[1] Elle a été réalisée par un sculpteur inconnu, qui s'inspire de l'Aphrodite de Cnide (en particulier de la Vénus du Capitole), mais ne la suit pas strictement (la Vénus Tauride, bien proportionnée et entièrement nue, comme l'originale, est conçue davantage afin d'affiner la beauté que son modèle).

Elle a été cédée par le Pape Clément XI à Pierre Ier, à Rome, en 1718, après de longues négociations diplomatiques. À son arrivée en Russie, deux ans plus tard, il s'agissait de la première sculpture classique à être vue dans ce pays.

Notes et référencesModifier

  1. « The State Hermitage Museum: Hermitage News » [archive du ], Hermitagemuseum.org, (consulté le 10 avril 2012)

Liens externesModifier