Ouvrir le menu principal

HistoireModifier

Des débuts du football dans les îles Fidji aux premières rencontres internationalesModifier

La pratique du football apparaît dans les îles Fidji à la fin du XIXe siècle avec des rencontres ayant lieu entre les colons anglais et les marins de passage[1],[2]. Ce sont surtout les Indiens, venus à Fidji pour travailler dans les champs de canne à sucre[3], qui s'approprient rapidement ce nouveau sport[4] même si les Fidjiens y jouent aussi[5]. Le football se développe rapidement à Levuka, à l'inverse à Suva, c'est le rugby à XV qui connaît un essor grandissant[5]. Un première compétition entre clubs se dispute en 1924 à l'occasion du jubilé d'or de la cession de l'île aux Britanniques[6]. En 1928, la Vridhi Cup est créée à l'initiative du Dr IH Beattie, le fondateur du journal Vridhi et voit la victoire du Dilkusha Excelsior FC[4],[7]. Des premières rencontres inter district ont lieu à partir de 1936[4] et, en octobre 1938, la Fidji Indian Football Association est créée[4] sur des critères ethniques, seuls les Indo-Fidjiens pouvant évoluer en club[8]. À la suite de cette création, un championnat inter ligue est mis en œuvre[9],[1].

photo en noir et blanc représentant des gens habillés de blanc attendant le lancer d'une balla de cricket
L'Albert Park, ici dans les années 1950, accueille la première rencontre de l'équipe nationale

La première rencontre de la sélection des îles Fidji a lieu le 7 octobre 1951 à l'Albert Park de Suva face à la Nouvelle-Zélande qui réalise une tournée dans les îles du Pacifique. Les Néo-Zélandais s'imposent sur le score de six buts à quatre dans un triplé de Jock Newall[10],[11]. Cette première rencontre est suivie, l'année suivante, par une nouvelle tournée des Néo-Zélandais. Les « Kiwis » remportent les trois rencontres entre les deux sélections en s'imposant notamment sur le score de neuf buts à zéro lors du deuxième match avec de nouveau un triplé de Newall[10]. Neuf ans plus tard, la sélection fidjienne, dirigée par Sashi Mahendra Singh, dispute sa première tournée internationale en se rendant en Nouvelle-Galles du Sud[4]. Le jeu fidjien se caractérise à cette période par une tactique de jeu direct, le kick and rush hérité des britanniques. La tournée d'une équipe allemande sur l'archipel, au début des années 1960, permet d'améliorer la technique des joueurs qui apprennent à leur contact la conduite de balle, le dribble et le jongle avec le ballon[12].

En 1962, la Fidji Indian Football Association devient la Fédération de Fidji de football et adhère à la FIFA en 1963. Les clubs sont alors ouverts à tous, qu'ils soient Fidjiens ou Indo-Fidjiens[4]. La même année, les premiers Jeux du Pacifique Sud se déroulent à Suva. Vainqueurs de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, sur le score de trois buts à un, puis en demi-finale des îles Salomon sur le score de cinq buts à zéro, les Fidjiens, toujours dirigée par Sashi Mahendra Singh[13], s'inclinent lourdement en finale face à la Nouvelle-Calédonie, huit buts à deux, le futur professionnel français Marc-Kanyan Case inscrivant un quadruplé[14]. Lors de cette rencontre, lattaquant Ali Zikar, meilleur buteur fidjien de la compétition avec cinq buts inscrits, est blessé gravement à la jambe et doit mettre fin à sa carrière[15].

Après cinq ans sans rencontres officielles, les Fidji s'inclinent en 1968 face aux Néo-Zélandais, sur le score de cinq buts à zéro. L'année suivante, les troisièmes jeux du Pacifique Sud ont lieu à Port-Moresby. Les Fidjiens débutent le tournoi avec deux larges victoires face aux îles Salomon, cinq buts à un, puis face aux Nouvelles-Hébrides, cinq buts à deux, avant de s'incliner lourdement, onze buts à zéro face à la Nouvelle-Calédonie. L'équipe termine finalement le tournoi à la quatrième place après une défaite deux buts à un face à la Papouasie-Nouvelle-Guinée[16]. Deux ans plus tard, c'est en tant que nation indépendante que les Fidji disputent la quatrième édition des jeux du Pacifique Sud à Tahiti. Défaits par le pays organisateur puis, par les Nouvelles-Hébrides, les Fidjiens battent dans le match de classement pour la cinquième place les îles Cook sur le score de quinze buts à un, leur plus large succès international[17].

Premières participations à la Coupe d'Océanie et à la Coupe du monde (1973-1981)Modifier

En février 1973, Fidji, membre fondateur de la Confédération du football d'Océanie en 1966, dispute la première Coupe d'Océanie en Nouvelle-Zélande. La sélection termine à la cinquième et dernière place de la compétition avec quatre défaites[18]. Lors des cinquièmes Jeux du Pacifique Sud, en 1975 à Guam, l'équipe termine une nouvelle fois à la quatrième place du tournoi, après une défaite face aux îles Salomon sur le score de trois buts à deux.

Après seize ans sous la direction de Sashi Mahendra Singh, un autre Fidjien et ancien international, John Lal est nommé sélectionneur[19]. L'équipe, sous sa direction, fait match nul deux buts partout avec Taïwan, dans un match non officiel, puis remporte sa première victoire importante en battant l'Australie, un but à zéro. Ses deux équipes étaient venues à Fidji pour disputer leurs rencontres éliminatoires de la Coupe du monde 1978 en raison du refus du gouvernement australien d'accorder des visas aux Taïwanais[20],[21]. C'est sous les ordres d'un autre sélectionneur fidjien Moti Musadilal que l'équipe entame l'année 1979. Après deux défaites face à la Nouvelle-Zélande, neuf buts à zéro sur les deux rencontres amicales, la sélection participe aux sixièmes Jeux du Pacifique Sud organisées à domicile[22]. Après un match nul sans but face à la Papouasie-Nouvelle-Guinée, les Fidjiens battent très lourdement les Kiribati sur le score de vingt-quatre buts à zéro, un nouveau record pour la sélection. Dewan Chand inscrit lors de cette rencontre un octuplé et Farouk Janeman un septuplé. Premier du groupe 1, l'équipe bat ensuite en quart-de-finale Wallis-et-Futuna sur le score de cinq buts à zéro puis, en demi-finale les îles Salomon grâce à deux nouveaux buts de Dewan Chand durant les prolongations. En finale, au Buckhurst Park, devant 22 000 spectateurs, les Fidjiens s'inclinent sur le score de trois buts à zéro face à Tahiti, Errol Bennett inscrivant un doublé[23].

En 1980, après deux défaites en match amical face à la Nouvelle-Zélande, la sélection dispute la deuxième Coupe d'Océanie sous les ordres de nouveau de SM Singh. Les Fidjiens s'imposent sur le score de trois buts à un, face aux îles Salomon puis, battent pour la première fois de leur histoire, la Nouvelle-Zélande sur le score de quatre buts à zéro. L'équipe s'incline ensuite six buts à trois face à Tahiti et termine deuxième du groupe. Lors du match pour la troisième place, la sélection est battue deux buts à un par la Nouvelle-Calédonie. SM Singh, jugé trop vieux pour le poste de sélectionneur par le président de la Fédération, est alors démis de ses fonctions[24].

L'année suivante, Fidji dispute pour la première fois les éliminatoires de la Coupe du monde avec, autre première, un sélectionneur étranger l'Anglais Wally Hughes à sa direction. Rémunéré à hauteur de 500 dollars fidjiens la semaine, il doit faire face à l'intervention des officiels de la Fédération dans la composition de son groupe et dans ses choix tactiques, ainsi qu'au comportement non professionnel de certains joueurs[25],[26]. Pour ses quatre premiers matchs disputés à domicile, les Fidjiens s'inclinent face à la Nouvelle-Zélande, quatre buts à zéro et face à l'Australie, quatre buts à un, partagent les points avec l'Indonésie et l'emportent deux buts à un face à Taïwan. Lors des matchs retours, la sélection fait match nul avec l'Indonésie et Taïwan puis s'incline lourdement à deux reprises. Elle perd dix buts à zéro face à l'Australie et subit ensuite la plus lourde défaite de son histoire, treize buts à zéro face à la Nouvelle-Zélande. Cette rencontre entre dans les records de la Coupe du monde en étant la plus large défaite en éliminatoires. Autre record, Steve Sumner inscrit lors la rencontre six buts[25]. Wally Hughes démissionne à la suite de cette défaite et déclare « Aucun entraîneur ne devrait avoir à passer par ce que j'ai traversé[27] ». À la même période, un autre équipe nationale fidjienne, sous l'autorité du Fidjien Ram Vinod[4], dispute les premiers mini-jeux du Pacifique Sud. L'équipe termine sixième de la compétition avec deux victoires pour un nul et trois défaites[28].

Finales et victoires dans le Pacifique Sud (1983-2003)Modifier

Après deux ans sans rencontres officielles, c'est avec un nouveau sélectionneur, l'Allemand Rudi Gutendorf, que Fidji participe deux ans plus tard aux Jeux du Pacifique Sud. Le nouveau sélectionneur amène de nouveaux schémas tactiques qui sont vite adoptés par les joueurs. Ils s'imposent dix buts à zéro sur les îles Salomon puis, six buts à zéro face au Vanuatu et, en demi-finale, battent la Nouvelle-Calédonie, trois buts à deux. En finale cependant, la sélection doit s'incliner un but à zéro face à Tahiti. La finale ne va cependant jusqu'à son terme, les joueurs Fidjiens contestant le but tahitien et des officiels entrant sur le terrain pour poursuivre les joueurs tahitiens et l'arbitre[29],[30].

L'équipe ne dispute ensuite que des rencontres amicales, avec comme sélectionneur Billy Singh, le fils de SM Singh. Deux rencontres amicales contre la Nouvelle-Zélande sont disputées en août 1981. La seconde d'entre elles, qui se termine sur le score d'un but partout, est marquée par de nombreux actes de violence et entraîne l'interdiction aux Fidji d'organiser des rencontres internationales sur son sol[31]. L'année suivante, en mai 1985, la sélection réalise une grande performance en battant, trois buts à zéro au Prince Charles Park de Nadi, le club anglais de Newcastle United venu effectuer une tournée dans le Pacifique. Les Fidjiens s'inclinent dans le second match, deux buts à zéro au National Stadium[32],[33],[34],[35]. Après ses deux rencontres, l'équipe effectue, en juin, une tournée en Nouvelle-Zélande marquée par trois défaites[36] puis, reçoit à trois reprises, en juillet, Tahiti et connaît, là aussi, trois défaites[11].

Rudi Gutendorf revient aux Fidji comme sélectionneur et directeur technique en janvier 1987[37]. L'équipe réalise, sous ses ordres en mars, une tournée désastreuse au Queensland marquée par des bagarres sur et en dehors du terrain[38]. Le sélectionneur quitte cependant rapidement le pays à la suite du coup d'État de mai[39], réalisé par Sitiveni Rabuka, qui met fin à la monarchie, provoque la mise au ban du pays par le Commonwealth et entraîne une importante immigration des Indo-Fidjiens. Le football reste cependant épargnée par ses évènements[40] mais la sélection ne dispute pas les Jeux du Pacifique Sud en décembre. Un an plus tard, en octobre 1988, l'équipe, dirigée par Billy Singh, remporte la première Coupe de Mélanésie en battant en finale les îles Salomon sur le score de trois buts à un. Le sélectionneur déclare alors, « c'est la première fois que nous remportons quelque chose[40] ». L'équipe enchaîne ensuite avec deux victoire et un match nul lors de la tournée de la Nouvelle-Zélande à Fidji.

En novembre 1988, Fidji est opposé à l'Australie dans un match préliminaire de qualification pour la Coupe du monde 1990. Les Fidjiens présentent alors la plus forte équipe de leur histoire et le sélectionneur déclare à propos de ses joueurs « ils jouent d'habitude pour le plaisir, mais cette fois ce est sérieux. Ils ont goûté à la gloire de la victoire et ils l'aiment », la motivation est encore plus forte avec une promesse de prime en cas de victoire de 500 dollars fijiens[41],[42]. Devant 9 000 spectateurs au Prince Charles Park de Nadi et sous une forte chaleur, les Fidji réalisent l'exploit en battant les « Socceroos » sur le score d'un but à zéro[43]. Lors du match retour, les Fidjiens s'inclinent cinq buts à un. La rencontre est marquée par des bagarres déclenchées par les joueurs fidjiens à la suite du cinquième but australien, le capitaine australien Charlie Yankos quittant le terrain avec une fracture du nez[44].

La sélection enchaîne avec une nouvelle victoire en Coupe de Mélanésie en 1989 puis, une troisième place dans cette compétition l'année suivante. Elle confirme en 1991 son statut dans le Pacifique en remportant, pour la première fois, les Jeux du Pacifique Sud. Fidji s'impose en finale, lors de la séance de tirs aux buts après un match nul un but partout, face aux îles Salomon[45]. Elle remporte de nouveau la Coupe de Mélanésie en 1992 et, lors des préliminaires de la Coupe du monde 1994, termine deuxième du groupe B en ne concédant qu'une défaite face au vainqueur du groupe, la Nouvelle-Zélande.

Finaliste des mini-jeux du Pacifique Sud en 1993 avec à sa tête l’Écossais Danny McLennan[46], l'équipe termine deuxième de la Coupe de Mélanésie 1994 et ne peut se qualifier pour la phase finale de la Coupe d'Océanie 1996. L'année suivante, la sélection termine à la troisième place des Jeux du Pacifique Sud[47]. C'est avec de nouveau Billy Singh comme sélectionneur que l'équipe fidjienne entame les qualifications pour la Coupe du monde 1998 d'où elle est rapidement éliminée. Vainqueur de la Coupe de Mélanésie 1998, Fidji se qualifie ainsi pour la Coupe d'Océanie. Elle termine troisième de la compétition, derrière les deux grands que sont l'Australie et la Nouvelle-Zélande, en battant Tahiti sur le score de quatre buts à deux. La sélection remporte de nouveau la Coupe de Mélanésie en 2000 mais doit ensuite déclarer forfait pour la Coupe d'Océanie à la suite de nouveaux troubles politiques débouchant sur un coup d'état[48].

Après la tournée de la Malaisie en février 2001, où Fidji remporte deux des trois rencontres[11], la sélection débute les éliminatoires de la Coupe du monde 2002. Les Fidjiens remportent trois victoires sur des scores lourds, notamment un treize buts à zéro face aux Samoa, leur plus large victoire dans un match sous l'égide de la FIFA[49]. Ils terminent à la deuxième place du groupe 1 dominé par l'Australie et sont éliminés à ce stade de la compétition. La rencontre face aux « Socceroos », perdue sur le score de deux buts à zéro, se dispute dans un climat rendu tendu par les sanctions australiennes contre le nouveau pouvoir fidjien[50]. Les propos du sélectionneur australien Frank Farina accusant les joueurs fidjiens de mordre et frapper leurs adversaires[51] et, les accusations portées par Billy Singh contre un prétendu sabotage de la préparation de l'équipe nationale par les Australiens[52],[53] rendent également le contexte de la rencontre difficile. L'équipe dispute ensuite la Coupe d'Océanie où elle termine à la troisième place de son groupe et connaît une lourde défaite huit buts à zéro face aux Australiens dont un quadruplé de Joel Porter[54]. Billy Singh est alors démis de ses fonctions et il est remplacé par l'Australien Les Scheinflug[55],[56]. Il ne reste cependant que très peu de temps en poste et c'est l'Australien Tony Buesnel qui prend en charge la sélection pour les Jeux du Pacifique Sud 2003 organisés à domicile. Avec une équipe composée essentiellement de jeunes joueurs, Fidji s'impose en finale, deux buts à zéro, face à la Nouvelle-Calédonie[57],[58]. Esala Masi termine meilleur buteur du tournoi à égalité, en ayant inscrit notamment un septuplé face aux Kiribati, les Fidjiens s'imposant douze buts à zéro[59].

Hauts et bas (2003- )Modifier

La sélection fidjienne entame en mai 2004 les éliminatoires de la Coupe du monde 2006. Deuxième du groupe 2 derrière le Vanuatu, elle se qualifie pour le tour suivant où elle en remporte qu'une rencontre et ne termine qu'à la quatrième place. Tony Buesnel, après vingt-et-un mois à la tête du football fidjien, voit alors son contrat rompu par la Fédération. Il déclare alors que « l'absence de continuité perturbe le développement du football dans le pays[60] ». Son compatriote Lee Sterrey lui succède en juin 2005 mais son mandat reste également court. En septembre 2006, son contrat n'est pas renouvelé et lui aussi critique alors le fonctionnement de la Fédération[61]. C'est l’Australien d'origine uruguayenne Juan Carlos Buzzetti qui prend alors en charge le football fidjien[62]. Après une préparation réalisée aux États-Unis[63],[64],[65], l'équipe nationale joue en août 2007 les Jeux du Pacifique Sud. Fidji termine premier du groupe A avec notamment une victoire seize buts à zéro contre Tuvalu, Osea Vakatalesau inscrivant un sextuplé. Victorieux trois buts à zéro des Vanuatu en demi-finale, les Fidjiens s'inclinent en finale du tournoi face à la Nouvelle-Calédonie sur le score d'un but à zéro. Grâce à ce bon parcours, la sélection se qualifie ainsi pour la Coupe d'Océanie 2008 qui compte également pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2010[66],[67].

Le début de la Coupe d'Océanie est marqué par le refus des autorités néo-zélandaises d'accorder un visa au gardien de but Simione Tamanisau en raison de ses liens familiaux avec un militaire fidjien, eux et leur famille étant interdit en Nouvelle-Zélande à la suite du coup d’état de décembre 2006[68],[69],[70]. Le match se déroule finalement à Fidji et voit la victoire des Néo-Zélandais sur le score de deux buts à zéro au Churchill Park de Lautoka. La sélection termine la Coupe et les éliminatoires à la troisième place avec trois défaites pour un nul et deux victoires, dont une de prestige face aux Néo-Zélandais sur le score de deux buts à zéro dans le dernier match de la compétition. Roy Krishna inscrit les deux buts de la rencontre qui était sans enjeu pour des « All Whites » déjà qualifiés[71],[72]. C'est la seule défaite des Néo-Zélandais de toute la compétition, phase finale comprise.

Après l'échec de l'équipe de Fidji des moins de 20 ans dans les qualifications pour la Coupe du monde 2009[73], Juan Carlos Buzzetti est démis de ses fonctions. La sélection voit alors se succéder cinq entraîneurs, dont trois locaux, en trois ans et c'est avec le Fidjien Gurjit Singh que l'équipe dispute les Jeux du Pacifique de 2011. Première du groupe B avec notamment une victoire sur Kiribati, neuf buts à zéro[74], l'équipe termine la compétition à la quatrième place après deux défaites deux buts à un face aux îles Salomon et à Tahiti[75]. Juan Carlos Buzzetti effectue son retour à la tête de l'équipe nationale en décembre 2011[76]. Il dirige l'équipe lors de la Coupe d'Océanie 2012 qualificative pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2014. Après une préparation tronquée à la suite des mauvaises conditions météo sur l'île, la sélection dispute la compétition avec une équipe jeune composée de nombreux joueurs de moins de vingt-trois ans[77], de nombreux joueurs clés étant blessés[78]. Fidji termine à la troisième place du groupe 2 et se retrouve éliminée. Après trois ans sans compétition, l'équipe entame en octobre 2014 sa préparation pour les Jeux du Pacifique 2015[79].

Composition de l'équipe nationaleModifier

Depuis ses débuts, la sélection est marquée par une forte proportion d'Indo-fidjiens dans ses rangs en raison du caractère ethnique du football aux Fidji. Les présidents qui se sont succédé à la tête de la Fédération sont tous d'origine indo-fidjienne, la majorité des encadrants en clubs le sont aussi tout comme les spectateurs dans les tribunes[8].

Les joueurs appelés en sélections évoluent majoritairement dans le championnat de Fidji. Les clubs de Ba FC, Suva FC et Lautoka FC sont les principaux clubs comptant des internationaux. Les joueurs évoluant à l'étranger sont rares et jouent principalement dans des clubs océaniens notamment australiens et néo-zélandais.

Joueurs importantsModifier

Le défenseur John Lal est le capitaine de l'équipe fidjienne médaillée d'argent aux premiers jeux du Pacifique Sud en 1963[12]. Vice-capitaine de la tournée en Nouvelle-Galles du Sud en 1961[80], il possède un très bon jeu de tête. Premier joueur de la sélection à devenir semi-professionnel en Australie, il devient par la suite entraîneur et dirige l'équipe nationale pendant deux saisons[19]. Augustine Thoman fait également partie de cette sélection. Neuf fois vainqueur du championnat interdistrict de 1949 à 1965 avec Lautoka FC, il est considéré comme le meilleur joueur fidjien des années 1950 et 60[81].

L'attaquant Farouk Janeman, né en 1953 et mort en 2013, remporte neuf championnats inter district avec Ba FC. Surnommé le renard rusé, il est médaillé d'argent des Jeux du Pacifique Sud en 1979. Il devient par la suite entraîneur et permet à l'équipe féminine de remporter la médaille d'or des Jeux du Pacifique 2007[82],[83]. Le défenseur Abraham Watkins est le capitaine de Fidji lors de la victoire face aux Australiens en 1988. En fin de saison, il reçoit le prix de sportif fidjien de l'année, devant le golfeur Vijay Singh. Il est le seul footballeur à avoir reçu cette récompense[84],[85].

Esela Masi dans les années 2000

Roy Krishna[86]

Pita Dau[87]

SélectionneursModifier

Rang Nom Période
1 Flag of Fiji (1924–1970).svg/Drapeau : Fidji Sashi Mahendra Singh 1960-1976
2 Drapeau : Fidji John Lal 1977-1978
3 Drapeau : Fidji Moti Musadilal 1979
4 Drapeau : Fidji Sashi Mahendra Singh 1980
5 Drapeau : Nouvelle-Zélande Wally Hughes 1981-1982
6 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Rudi Gutendorf 1983
7 Drapeau : Fidji Michael Thoman 1983-1984
8 Drapeau : Fidji Billy Singh 1985-1986
9 Drapeau : République fédérale d'Allemagne Rudi Gutendorf (2) 1987
10 Drapeau : Fidji Billy Singh (2) 1987-1992
Liste des sélectionneurs de l’équipe de Fidji
Rang Nom Période
11 Drapeau : Écosse Danny McLennan 1993-1995
12 Drapeau : Fidji Billy Singh (3) 1995-2002
13 Drapeau : Australie Les Scheinflug 2002
14 Drapeau : Australie Tony Buesnel 2003-2004
15 Drapeau : Australie Lee Sterrey 2005-2006
16 Drapeau : Uruguay-Drapeau : Australie Juan Carlos Buzzetti 2006-2009
17 Drapeau : Fidji Yogendra Dutt 2010-2011
18 Drapeau : Fidji Gurjit Singh 2011
19 Drapeau : Argentine-Drapeau : Australie Claudio Canosa 2011
20 Drapeau : Fidji Gurjit Singh (2) 2011
Rang Nom Période
21 Drapeau : Uruguay-Drapeau : Australie Juan Carlos Buzzetti (2) 2011-

Sashi Mahendra Singh, né en 1920 et mort en 1990, est le premier sélectionneur connu de l'équipe nationale. Il dirige la sélection de 1960 à 1976, avec une interruption de deux ans durant cette période, puis en 1980. Il mène l'équipe lors des premiers Jeux du Pacifique Sud en 1963 où elle obtient la médaille d'argent[13]. Grand dirigeant du sport fidjien, il est à l'origine de la création du championnat fidjien et de ses divisions. Sportif accompli, il joue au cricket et au tennis durant sa jeunesse et est membre fondateur de la Fédération de hockey fidjienne dont il est également sélectionneur[13]. Trésorier de la Confédération du football d'Océanie de 1972 à 1988[88], il est aussi sélectionneur de Taïwan lorsque cette équipe vient à Fidji pour disputer ses rencontres éliminatoires de la Coupe du monde 1978[13]. Son compatriote, John Lal prend en charge l'équipe nationale en 1977 et 1978. Il quitte le poste de sélectionneur après deux saisons, marquée notamment par la première victoire sur l'Australie en 1977, pour accepter un poste d'entraîneur professionnel en Australie[19].

Le premier sélectionneur étranger, l'Anglais Wally Hughes est engagé pour les éliminatoires de la Coupe du monde 1982. Ancien sélectionneur de la Nouvelle-Zélande, il doit faire face au comportement non professionnel de ses joueurs et à l'intervention de la Fédération dans le fonctionnement interne de l'équipe nationale. Il démissionne à la suite de la lourde défaite treize buts à zéro face à la Nouvelle-Zélande[25]. L'Allemand Rudi Gutendorf dirige l'équipe nationale a deux reprises en 1983 et 1987. Lors de son premier passage, il met en place une tactique adaptée aux joueurs fidjiens : une défense avec un libéro qui vient en phase offensive compléter le milieu de terrain, et lorsque que l'équipe perd la balle, une défense individuelle sur les joueurs adverses[29].

Le fils de Sashi Mahendra Singh, Billy Singh, devient sélectionneur en 1985. Il dirige l'équipe pendant quatorze ans et ce sur trois mandants différents. Sous ses ordres, l'équipe nationale remporte ses premiers trophées avec cinq victoires en Coupe de Mélanésie et des victoires de prestige sur Newcastle United et sur l'Australie. Il est désigné en 1998 entraîneur fidjien de l'année[89].

Les Scheinflug, ancien international australien et plusieurs fois sélectionneur des « Soccerroos », lui succède en 2002[55]. Il reste peu de temps en poste avant d'être remplacé par Tony Buesnel qui voit son contrat rompu avant son terme. Il critique alors fortement le fonctionnement de la Fédération. Son successeur est un autre Australien Lee Sterrey, ancien entraîneur du Sydney Olympic[90]. Il marque son autorité en excluant du groupe préparant les rencontres contre l'Inde, l'attaquant Keni Doidoi (en) pour consommation d'alcool après l'entrainement[91]. L'équipe remporte ses deux rencontres disputées en août face aux Indiens[92] puis, ne dispute plus aucun match officiel durant la saison. En septembre 2006, le contrat de Lee Sterrey n'est pas renouvelé, il critique fortement à son tour le fonctionnement de la Fédération[61], critiques qu'il réitère en 2010 en déclarant que le « football fidjien ressemble à une dictature à tous les niveaux et c'est pourquoi il ne s'améliorera pas[93] ». Après avoir envisagé de recruter un entraîneur américain[94], c'est finalement l’Australien d'origine uruguayenne Juan Carlos Buzzetti qui devient sélectionneur en octobre 2006[95]. Ancien sélectionneur du Vanuatu, il prend en charge l'ensemble des équipes fidjiennes[63]. Il occupe ce rôle jusqu'en 2009 et l'élimination de l'équipe de Fidji des moins de 20 ans dans les qualifications pour la Coupe du monde 2009.

La sélection engage alors le Fidjien Anand Sami qui travaille en Australie depuis 1994[96] mais, ses conditions de venue sur l'île étant inacceptables pour la Fédération, son contrat n'est finalement pas signé et Juan Carlos Buzzetti assure l'intérim[97]. La Fédération décide alors de s'appuyer sur les entraîneurs nationaux[98] et, en mai 2010, un nouveau sélectionneur soit nommé, le Fidjien Yogendra Dutt, entraîneur fidjien de l'année en 2006 et 2007[89]. Ancien entraîneur de l'équipe nationale junior et du Ba FC, il a pour charge de préparer l'équipe en vue des Jeux du Pacifique 2011[99]. Sous sa direction, l'équipe ne dispute aucune rencontre internationale et, en janvier 2011, c'est son compatriote Gurjit Singh qui est nommé à la tête de la sélection. Nommé en 2009 entraîneur fidjien de l'année[89], il a dirigé auparavant les équipes nationales des 20 ans et des 23 ans ainsi que le Navua FC[100]. Sa mission terminée, la Fédération recrute, en février 2011, l'Australien d'origine argentine Claudio Canosa pour une durée de douze mois[101]. Auparavant entraîneur d'une équipe australienne et ancien directeur technique de l'équipe olympique australienne[102],[103], il est chargé de diriger l'équipe pour les Jeux du Pacifique. En juin, lors de l'annonce du groupe retenu pour la compétition, il indique, « je ne suis pas vraiment pas heureux avec cela et veux faire savoir au public fidjien que l'équipe nommée hier n'a pas été entièrement choisi par moi et mes adjoints[104] ». Il est alors suspendu pour une durée indéfinie par la Fédération[105] et remplacé par Gurjit Singh[106]. En novembre 2011, Juan Carlos Buzzetti retrouve son poste de directeur technique et sélectionneur[107]

InfrastructuresModifier

Localisation des principaux stades utilisés par la sélection.

L'équipe nationale dispute la première rencontre de son histoire à l'Albert Park, parc public situé dans le centre-ville historique de Suva[4]. Principal site sportif des Fidji durant la première moitié du XXe siècle, il accueille dès 1925 des rencontres de cricket et, en 1926, le premier test-match de l'équipe nationale de rugby à XV.

La sélection évolue par la suite dans différents stades au cours de son histoire, situés principalement sur l'île de Viti Levu. Le Govind Park de Ba est inauguré en 1976 et peut accueillir 13 500 spectateurs, c'est le stade du Ba FC. Le Prince Charles Park de Nadi compte lui 8 000 places, le Nadi FC y dispute ses rencontres à domicile. Le Churchill Park de Lautoka compte lui 18 000 places, c'est le stade du Lautoka FC.

À Suva, la sélection dispute des rencontres sur deux stades construits ou rénovés à l’occasion des jeux du Pacifique Sud de 1979. Le Buckhurst Park est rénové en 1978 et peut alors accueillir 25 000 personnes dont 4 300 en tribune[108]. L'ANZ Stadium, nouveau nom du National stadium suite à un accord de renommage en 2012 avec la banque ANZ a une capacité de 15 000 places. Il est construit en 1979 et est également utilisé également pour les compétitions de rugby à XV, XIII et à VII. Rénové en 2012 pour un montant de 17,5 millions de dollars fidjiens, il est inauguré le 11 juin 2013.

Nations rencontréesModifier

De part leur insularité, leur éloignement géographique et leur non qualification à des compétitions internationales, Fidji n'a rencontré essentiellement que des sélections de la Confédération du football d'Océanie depuis la création de l'équipe nationale en 1951. Elle rencontre son unique sélection d'Amérique centrale, le Mexique, en 1980 et, un an plus tard sa première sélection asiatique, l'Indonésie[11]. La sélection a connu sa plus lourde défaite, treize buts à zéro, face à la Nouvelle-Zélande en 1981. Sa plus large victoire est face à Kiribati, vingt-quatre buts à zéro en 1979. Celle face aux Samoa Américaines, onze buts à zéro, en 2004 est la plus importante reconnue par la FIFA[109].

En dehors des équipes nationales, la sélection a rencontré des équipes de clubs. Les plus marquantes sont tout d'abord le Tornado de Dallas, équipe américaine de NASL qui réalise en 1967 et 1968 un tour du monde. Ils affrontent à deux reprises en février 1968 la sélection nationale. Les deux rencontres, jouées en soixante minutes en raison de la chaleur, sont remportées par les joueurs américains, dix buts à deux puis trois buts à un[110],[111]. La deuxième est le club anglais de Tottenham Hotspur en mai 1976. Le club qui réalise une tournée de fin de saison au Canada et dans le Pacifique s'impose sur le score de quatre buts à zéro[112],[113]. Enfin, les rencontres face à Newcastle United en mai 1985 sont marquées par une victoire de prestige des Fidjiens[32],[33],[34],[35].

RéférencesModifier

  1. a et b (en) « The birth of Fiji soccer » (version du 7 mars 2012 sur l'Internet Archive)
  2. (en) « Fidji news », New Zealand Herald, vol. XLVI, no 14 180,‎ , p. 8 (lire en ligne)
  3. (en) Michael C. Howard, Fiji: Race and Politics in an Island State, UBC Press, , 462 p. (ISBN 9780774844666, lire en ligne), p. 30
  4. a b c d e f g et h (en) « Fiji Football Association », sur fijifootball.com, FFA (consulté le 27 février 2015)
  5. a et b (en) « Soccer », Evening Post, vol. CXI, no 109,‎ , p. 22 (lire en ligne)
  6. (en) Hans Schöggl, « Fiji 1924 », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 6 mars 2015)
  7. (en) Hans Schöggl, « Fiji 1928 », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 6 mars 2015)
  8. a et b Sebastien Darbon, Pourquoi les Indo-Fidjiens ne jouent-ils pas au rugby ?, Études Rurales, EHESS, (lire en ligne), p. 103-122
  9. (en) Hans Schöggl, « Fiji 1938 », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 6 mars 2015)
  10. a et b (en) « 1904-59 », sur ultimatenzsoccer.com (consulté le 27 février 2015)
  11. a b c et d (en) Barrie Courtney, « Fiji - International Results », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 8 mars 2015)
  12. a et b (en) Manoj Kumar, « The silver lining », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 6 avril 2015)
  13. a b c et d (en) « 2005 Sashi Mahendra Singh - Football (soccer) », sur foxsportspulse.com, (consulté le 8 mars 2015)
  14. (en) Mark Cruickshank, Neil Morrison et Pieter Veroeveren, « South Pacific Games 1963 (Fiji) », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 7 mars 2015)
  15. (en) Felix Chaudhary, « Ba's soccer hero », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 6 avril 2015)
  16. (en) Mark Cruickshank, Neil Morrison et Pieter Veroeveren, « South Pacific Games 1969 (Papua New Guinea) », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 8 mars 2015)
  17. (en) Mark Cruickshank, Neil Morrison et Pieter Veroeveren, « South Pacific Games 1971 (Tahiti) », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 10 mars 2015)
  18. (en) José Luis Pierrend, Jarek Owsianki et Andre Zlotkowski, « Oceanian Cup 1973 », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 14 mars 2015)
  19. a b et c (en) Joel Sahai, « Bend it like John Lal », sur fijitimes.com, (consulté le 12 mars 2015)
  20. (en) « Socceroo 1977 Matches », sur ozfootball.net (consulté le 15 mars 2015)
  21. (en) Laurie Schwab, « Taiwan soccer ban slated », The Age,‎ , p. 31 (lire en ligne)
  22. (en) Ali Asuad, « The charismatic Janeman », sur sportsone.ca, (consulté le 13 mars 2015)
  23. (en) Dinant Abbink, Neil Morrison et Mark Cruickshank, « South Pacific Games 1979 (Fiji) », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 15 mars 2015)
  24. (en) Manoj Kumar, « Four up on All Whites », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 18 mars 2015)
  25. a b et c (en) Manoj Kumar, « Our darkest day », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 17 novembre 2013)
  26. (en) « Fijians ‘in stabing at hotel’ », The Sydney Morning Herald,‎ , p. 33 (lire en ligne)
  27. (en) UPI, « Trying Times In Fiji Soccer », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 16 octobre 2013)
  28. (en) Dinant Abbink et Neil Morrison, « South Pacific Mini Games 1981 (Solomon Islands) », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 19 mars 2015)
  29. a et b (en) « 1983 South Pacific Games, Henry Dyer remembers », sur nadilegendsclub.blogspot.fr, (consulté le 20 mars 2014)
  30. (en) « Soccer side attacks referee », The Sydney Morning Herald,‎ , p. 23 (lire en ligne)
  31. (en) « Turner outed for 3 matches », The Sydney Morning Herald, no 45 859,‎ , p. 30 (lire en ligne)
  32. a et b (en) « Fiji v Newcastle United », sur nadilegendsclub.blogspot.fr, (consulté le 20 mars 2015)
  33. a et b (en) Mike Kelly, « Newcastle United fan Malcolm Harrison revisits North East from Fiji », sur chroniclelive.co.uk, Evening Chronicle, (consulté le 20 mars 2015)
  34. a et b (en) Manoj Kumar, « Mind games fail », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 20 mars 2015)
  35. a et b (en) Manoj Kumar, « Our finest 90 », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 28 mars 2015)
  36. (en) « 1985 Fiji tour of NZ », sur nadilegendsclub.blogspot.fr, (consulté le 20 mars 2015)
  37. (en) « Fiji posting for Gutendorf », The Sydney Morning Herald, no 46 501,‎ , p. 44 (lire en ligne)
  38. (en) « Fijians dropped », sur newsstore.fairfax.com.au, The Sydney Morning Herald, (consulté le 23 mars 2015)
  39. Alain Coltier, « Rudi Gutendorf, le globe trottineur... », Sport et Vie, no 68,‎ , p. 73 (lire en ligne)
  40. a et b (en) Michael Cockerill, « Socceroos Are The Enemy That Unites All Of Fiji », sur nadi.com.au, The Sydney Morning Herald, (consulté le 21 mars 2015)
  41. (en) Vince Rugari, « The Forgotten Story of ... Australia's defeat to Fiji », sur theguardian.com, The Guardian, (consulté le 21 mars 2015)
  42. (en) Michael Cockerill, « Fiji ready to cause an upset », The Sydney Morning Herald,‎ , p. 50 (lire en ligne)
  43. (en) Michael Cockerill, « Nightmare result leaves Socceroos facing oblivion », The Sydney Morning Herald,‎ , p. 63 (lire en ligne)
  44. (en) « 5-goal Blitz Dumps Fijians », sur nadi.com.au, Sun Herald, (consulté le 21 mars 2015)
  45. (en) Pieter Veroeveren, « South Pacific Games 1991 (Papua New Guinea) », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 21 mars 2015)
  46. (en) Mohammed Yusuf, « The coach », The Jet, no 33,‎ , p. 30 (lire en ligne)
  47. (en) Neil Morrison, « South Pacific Games 1995 (Tahiti) », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 21 mars 2015)
  48. (en) Bronwyn Sell, « Official cheers as Fiji fixtures dry up », sur nzherald.co.nz, The New Zealand Herald, (consulté le 27 mars 2015)
  49. (en) « Fiji open qualifying with 13 goals », sur espnfc.com, ESPN, (consulté le 5 avril 2015)
  50. (en) « Fijian bans cast doubt on Aussie Cup quest », Newcastle Herald, (consulté le 23 mars 2015)
  51. (en) « We're not animals: Fiji's coach » (version du 1 janvier 2003 sur l'Internet Archive)
  52. (en) Michael Cockerill, « Fiji boss bites back at Farina », The Sydney Morning Herald, (consulté le 23 mars 2015)
  53. (en) « Only two for Socceroos », sur news.bbc.co.uk, BBC, (consulté le 24 mars 2015)
  54. (en) « Australia 8 Fiji 0 », sur cantysoccerrefs.tripod.com (consulté le 3 avril 2015)
  55. a et b (en) Michael Lynch, « A good Knight for Socceroos », sur theage.com.au, The Age, (consulté le 22 mars 2015)
  56. (en) AAP, « Scheinflug tipped to pick up the pieces for Fiji », sur smh.com.au, (consulté le 2 avril 2015)
  57. « Les Fidji couronnées reines du Pacifique Sud », sur fr.fifa.com, FIFA, (consulté le 23 mars 2015)
  58. (en) « Match 24: Fiji vs New Caledonia (Men's Gold) - 2003 South Pacific Games », sur foxsportspulse.com, (consulté le 23 mars 2015)
  59. (en) Andre Zlotkowski, « South Pacific Games 2003 (Fiji) - Tournament Details », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 23 mars 2015)
  60. (en) Sanjay Gounder, « Buesnel reveals Fiji soccer's failure », sur foxsportspulse.com, (consulté le 23 mars 2015)
  61. a et b (en) « Fiji FA to file complaint to FIFA », sur zoominfo.com, Fijivillage.com, (consulté le 31 mars 2015)
  62. (es) Pablo Aro Gerlades, « Un urugayo en el fin del mundo », El Pais,‎ , p. 16-17 (lire en ligne)
  63. a et b (en) « The soccer year of 2007 », sur fijilive.com, (consulté en 1re avril 2015)
  64. (en) « Cal Plays Fiji National Team », sur calbears.com, Golden Bears de la Californie, (consulté le 2 avril 2015)
  65. (en) Matt O'Brien, « Fiji's national soccer squad adjusting to life in Bay Area », sur insidebayarea.com, (consulté le 2 avril 2015)
  66. (en) Aleks Priadko, « South Pacific Games 2007 (Samoa) », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 27 mars 2015)
  67. « Fidji premier, Vanuatu qualifié », sur fr.fifa.com, FIFA, (consulté le 27 mars 2015)
  68. (en) AAP, « NZ bars Fiji soccer goalie », sur theaustralian.com.au, The Australian, (consulté le 27 mars 2015)
  69. (en) « Fiji match pulled over visa row », sur news.bbc.co.uk, BBC, (consulté le 27 mars 2015)
  70. « Nouvelle-Zélande - Fidji annulé », sur lequipe.fr, L'Équipe, (consulté le 28 mars 2015)
  71. (en) « Oceania: Fiji beats New Zealand 2-0, Kiwis still advance », sur nytimes.com, The New York Times, (consulté le 28 mars 2015)
  72. (en) « Fiji 2 – 0 New Zealand », sur nzfootball.co.nz, NZF, (consulté le 3 avril 2015)
  73. Zanzeer Singh, « Buzzetti stays », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 28 mars 2015)
  74. (en) « Pacific Games - Fiji vs Kiribati », sur scoresway.com (consulté le 28 mars 2015)
  75. « Les Fidji, glorieux souvenirs et heureux avenir », sur fr.fifa.com, FIFA, (consulté le 28 mars 2015)
  76. (en) Zanzeer Singh, « Buzzetti returns to guide Fiji », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 28 mars 2015)
  77. « Les Fidji misent sur la jeunesse », sur fr.fifa.com, FIFA, (consulté le 28 mars 2015)
  78. (en) Philip Lilomo (Island Sun Newspaper In Honiara), « We can beat NZ, says coach Buzzetti », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 2 avril 2015)
  79. (en) « Buzzetti pleased with first training camp », sur fijilive.com, (consulté le 1er avril 2015)
  80. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées tournée
  81. (en) Manoj Kumar, « The Blues reign », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 6 avril 2015)
  82. (en) « A tribute to Janeman », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 6 avril 2015)
  83. (en) « The ‘Cunning Fox' », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 15 mai 2015)
  84. (en) Manoj Kumar, « A national icon », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 6 avril 2015)
  85. (en) Vince Rugari, « YFC makes bold statement with Watkins coup », sur areanews.com.au, (consulté le 15 mai 2015)
  86. « Our 'Bula Boys': from Esala Masi to Roy Krishna », sur http://www.footballaustralia.com.au/article/our-bula-boys-from-masi-to-krishna/18qsggnsyon0313ufppx62t7cu (consulté le 13 mars 2015)
  87. « The magical Pita Dau - Fiji Times Online », sur http://www.fijitimes.com/story.aspx?id=245825 (consulté le 13 mars 2015)
  88. (en) « History of the Oceania Football Confederation », sur home.alphalink.com.au (consulté le 29 mars 2015)
  89. a b et c (en) « Fiji FA Awards », sur fijifootball.com.fj, FFA (consulté le 30 mars 2015)
  90. (en) « Australian Player Database - ST », sur ozfootball.net (consulté le 30 mars 2015)
  91. (en) « Fiji National coach axe ace striker », sur foxsportspulse.com, Fijilive, (consulté le 25 mars 2015)
  92. (en) « Fiji vs India », sur indianfootball.de (consulté le 25 mars 2015)
  93. (en) Lee Sterrey, « Football in Docsvillle », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 31 mars 2015)
  94. (en) « Another Overseas Coach Expected for FFA », sur zoominfo.com, Fijivillage.com, (consulté le 31 mars 2015)
  95. (en) « Buzzetti, les possibilités d'une île », sur fr.fifa.com, FIFA, (consulté le 31 mars 2015)
  96. (en) « Sami is new Fiji soccer coach », sur fijilive.com, (consulté le 13 mars 2015)
  97. (en) « Fiji Football rejects new head coach », sur fijilive.com, (consulté le 2 avril 2015)
  98. (en) « Panel of coaches for Fiji FA », sur fijilive.com, (consulté le 2 avril 2015)
  99. (en) « Dutt is new Fiji caoch », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 2 avril 2015)
  100. (en) Amit Raj, « Gurjit for coach », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 13 mars 2015)
  101. (en) Zanzeer Singh, « Canosa new FFA coach », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 2 avril 2015)
  102. « Claudio Canosa », sur worldfootball.net (consulté le 2 avril 2015)
  103. (en) « Argentinian takes charge of national soccer team in Fiji », sur radioaustralia.net.au, Radio Australie, (consulté le 13 mars 2015)
  104. (en) Reginald Chandar, « Canosa hits out at FFA over team selection », sur fijilive.com, (consulté le 2 avril 2015)
  105. (en) Devendra Narayan, « Fiji FA hands Canosa indefinite suspension », sur fijilive.com, (consulté le 2 avril 2015)
  106. (en) Reginald Chandar, « Canosa to appear before BOC », sur fijilive.com, (consulté le 2 avril 2015)
  107. (en) Emoni Narawa, « Coach Buzzetti back », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 2 avril 2015)
  108. (en) Frederica Elbourne, « Sporting history begins », sur fijitimes.com, Fiji Times, (consulté le 6 avril 2015)
  109. (en) « Fiji national football team statistics and records: scores », sur 11v11.com (consulté le 2 avril 2015)
  110. (en) Neil Morrison, « Dallas Tornado world tour 1967-68 », sur rsssf.com, RSSSF, (consulté le 2 avril 2015)
  111. (en) « http://www.nasljerseys.com/Misc/Tornado%2067-68%20World%20Tour2.htm », sur nasljerseys.com (consulté le 3 avril 2015)
  112. (en) « spurs friendly match reports  1966-1984 », sur mehstg.com (consulté le 17 mars 2015)
  113. (en) « Spurs to play end of season game in Australia », sur tottenhamhotspur.blogspot.fr, (consulté le 3 avril 2015)

nOuvel articleModifier