Uriel

Archange

Archange saint Uriel
Image illustrative de l’article Uriel
Mosaïque de Saint Uriel par James Powell et Fils (en), dans l’église anglicane Saint-Jean-l’Évangéliste de Warminster (en), Wiltshire, Angleterre.
Nationalité Cieux / Royaume de Dieu
Vénéré par Judaïsme rabbinique, anglicans, catholiques orientaux, orthodoxes, préchalcédoniens, et chrétiens ésotériques.
Fête 29 septembre (occidental)
8 novembre (oriental)
28 juillet (éthiopien)[1]
Attributs Archange, disque du soleil, orbe céleste avec étoiles ou constellations, épée enflammée, feu dans la paume, livre, volumen, calice (uniquement dans la tradition orthodoxe éthiopienne).
Saint patron Arts, confirmation, poésie, sciences.

Uriel ou Ouriel (nom d'origine Sumérienne, écrit en grec : Ουριήλ Ouriìl, en hébreu : אוריאל Oriel, en copte : ⲟⲩⲣⲓⲏⲗ Ouriyl, en guèze et amharique : ዑራኤል ʿUraʾēl[2] ou ዑርኤል ʿUriʾēl[3] Ouriíl, en arabe : إسرافيل Israfil) est le nom d'un archange de la tradition monothéiste. Il est considéré comme le quatrième archange et apparaît dans plusieurs traditions pseudépigraphiques ou apocryphes de ce courant religieux. Il est révéré par l'Église orthodoxe, jusqu'en Russie, comme l'un des sept archanges majeurs et figure en haute place dans les hiérarchies angélologiques de l'ésotérisme chrétien européen, médiéval et moderne. Uriel est reconnu par l'église anglicane comme le quatrième archange.

Comme quatrième archange, Uriel est ajouté aux trois archanges nommés pour représenter un des quatre points cardinaux (généralement celui représentant l'été).

Dans certains textes cabbalistiques, occultes ou apocryphes, Uriel est aussi parfois appelé Urial, Nuriel, Uryan, Jeremiel, Vretil, Suriel, Sariel, Auriel, ou encore Phanuel.

Uriel est répertorié comme étant le quatrième ange chrétien gnostique (sous le nom de Phanuel), par Grégoire le Grand , et dans l'angélologie du Pseudo-Denys. Cependant, le Livre d'Enoch distingue clairement ces deux anges : Uriel signifie « la Lumière/La Flamme de Dieu/Du Seigneur », tandis que Phanuel signifie « le visage de Dieu/Du Seigneur ».

Uriel est la combinaison de "Ur" ou "Our" (Our, en sumérien urim prononcé Ourim), Flamme/Lumière et de "El" (langues afrasiennes, sumériennes et chamito-sémitiques) particule associée au Divin. Il provient de (ou est associé à) la célèbre vallée des lumières, la Vallée d'Ur/Our.

Uriel ou Ouriel (masculin) / Urielle ou Eurielle (féminin) sont des prénoms assimilés à la culture celtique bretonne, par l'existence de Sainte Urielle (VIIe siècle), Sœur du roi breton saint Judicaël, qui popularisa ce prénom.

Tradition juiveModifier

La Bible ne fait pas mention d'un ange du nom d'Uriel, qui fut retiré très tôt sous l'Empire Romain pour cette raison. Uriel est en revanche mentionné à quelques reprises dans le Livre d'Hénoch, dans lApocalypse d'Esdras ou encore le Livre de Baruch, la Vitae Adae et lApocalypse d'Élie ouvrages pseudépigraphiques ou apocryphes de la littérature hébraïque tardive[4]. On en trouve également des mentions dans la littérature magique (Testament de Salomon, Sefer ha-Razim) ou dans la littérature mystique hébraïque[4].

Le livre d'Hénoch évoque ainsi nommément Uriel comme : « ange que le Seigneur de gloire a préposé à toutes les étoiles qui brillent dans le ciel et éclairent la Terre[5]. » Uriel serait ainsi l'ange qui apporte aux êtres humains les lumières de la connaissance de Dieu. Il serait aussi l'interprète des prophéties et l'ange du châtiment[6], visionnaire, juge et bourreau.

Tradition chrétienneModifier

Église catholiqueModifier

 
Le conseil (ou concile/l'assemblée) angélique ("Ангельский Собор"). Icône de l'Église orthodoxe russe intitulée "Sept Archanges". De gauche à droite : St Jéhudiel, St Gabriel, St Selatiel, St Michael, St Uriel, St Raphael, St Barachiel. Derrière la mandorle du Christ Emmanuel il y a les représentations des Cherubins (bleu) et des Séraphims (rouge).

Les débuts du christianisme témoignent de l'importance croissante accordée à Uriel, quoique l'Église catholique romaine ait vivement combattu cette tendance en lui retirant ses attributs (L'épée de flamme sera donnée à l'archange saint Michel), et ne lui reconnaissant pas, du moins officiellement, une existence centrale en tant qu'Archange. L'Église catholique, en effet, se limite à proclamer l'existence formelle des seuls trois Archanges Michel, Gabriel et Raphaël, tout en acceptant absolument l'existence d'autres Archanges, mais sans en spécifier les noms, les milices célestes étant myriades.

 
Vitrail de l'archange Uriel comme le régent du Soleil dans les cloîtres de la cathédrale de Chester.

Églises orthodoxesModifier

L'Église orthodoxe, quant à elle, place Uriel (« Flamme de Dieu ») parmi sept Archanges dits majeurs, aux côtés de l'archange Michel (dont le nom est sous forme de question, « Qui est comme Dieu ? »), de Gabriel (« Force de Dieu »), de Raphaël (« Soin de Dieu » - Tobie 3:17, 12:15), de Salatiel (« Prière de Dieu » - III Esdras, 5:16), de Jéhudiel (« Gloire de Dieu ») et de Barachiel (« Bénédiction de Dieu »).

Communauté anglicaneModifier

Dans la tradition et l'hagiographie de l'église anglicane et épiscopale, Uriel est particulièrement mentionné comme un archange. Il est aussi reconnu comme le Saint Patron du sacrement de la Confirmation. Il est célébré dans le calendrier liturgique anglican le jour de la fête des Archanges.

La communauté anglicane prie Saint Uriel l'Archange ainsi :

Ô saint Uriel, intercède pour nous afin que nos cœurs brûlent d'amour du feu du Sacré-Cœur de Jésus. Assiste-nous dans la coopération avec les grâces du Seigneur et la grâce de notre confirmation afin que les dons du Saint-Esprit portent beaucoup de fruits dans nos âmes. Obtiens pour nous la grâce d'user de l'épée de la Vérité afin nous puissions combattre tout ce qui n'est pas conforme à la très adorable volonté de Dieu dans notre vie, afin que nous participions pleinement à l'armée spirituelle de l'Église. Amen.

Dans l'ésotérisme, hors tradition chrétienneModifier

  • Agrippa von Nettesheim le mentionne à quelques reprises dans sa Philosophie Occulte. Pour Agrippa, Uriel est un des quatre anges résidant aux points cardinaux du ciel, avec Michaël, Raphaël, Gabriel[7]. À noter qu'il s'agit bien des points cardinaux du ciel et non des points cardinaux terrestres. Ce sont donc les points marquant le début des saisons. En astrologie, les signes commençant les saisons sont qualifiés de cardinaux. Les quatre anges d'Agrippa gouvernent donc les saisons. Ayant constaté que certains noms d'anges correspondaient aux noms de personnages bibliques particulièrement vertueux, ainsi Jérémiel viendrait de Jérémie, Zachariel de Zacharie, Uriel de Urie, etc., Agrippa conclut que les anciens vénéraient l'ange, génie, ou le bon daemon de ces hommes. De même les noms de personnages particulièrement méprisables devenaient des noms de mauvais daemons[8].
  • Selon Corneille Agrippa[9], inspiré par le kabbaliste Joseph ben Shalom Ashkenazi, tous les patriarches, les prophètes et les sages philosophes ont tous eu des anges qui leur étaient familiers. Uriel, dit-il, a été l'ange d'Esdras.
  • Selon le cabaliste Lenain, Uriel est un des princes, ou anges, gouvernés par Schebtaïel lequel domine sur le troisième ciel et sur les intelligences du troisième ordre, qui gouverne la sphère de Saturne[10].
  • Dans l'anthroposophie de Rudolf Steiner, Uriel est un des quatre archanges associés aux saisons. Il est associé à l'été[11].
  • Dans le courant mystique Essenien, Ouriel est l'archange associé à la saison de l'été, qui font le choix d'utiliser l'écriture la plus proche de la langue Copte.

Littérature et beaux-artsModifier

 
Uriel, est situé à droite sur ce tableau La Vierge aux rochers (Louvre version) réalisé par Léonard de Vinci, 1483–86.

Dans Le Paradis perdu, du poète anglais John Milton, Uriel est le régent du Soleil et de son orbe. Il y est dit qu'il est l'un des sept archanges qui « en présence de Dieu, et les plus voisins de son trône, se tiennent prêts à son commandement. Ces sept archanges sont les yeux de l'Éternel ; ils parcourent tous les cieux, ou en bas à ce globe ils portent ses prompts messages sur l'humide et le sec, sur la terre et sur la mer.[12] ».

Dans Le rapport d'Uriel, du philosophe et essayiste français Julien Benda, l'auteur imagine l'archange envoyé sur Terre par Dieu pour se tenir informé des mœurs des hommes. Le rapport écrit par l'archange est le stratagème imaginé par l'auteur pour nous livrer ses réflexions sur les cercles politiques et intellectuels de son temps.

Dans des évangiles apocryphes chrétiens, Uriel joue un rôle dans le sauvetage du cousin de Jésus, Jean-Baptiste dans le Massacre des Innocents ordonné par le roi Hérode. Uriel pousse Jean-Baptiste et sa mère Sainte-Elisabeth à se joindre à la Sainte Famille après leur fuite en Égypte. Leur réunion est représenté par Léonard de Vinci dans La Vierge aux Rochers. Uriel est un des personnages de La Vierge aux rochers, dont Léonard de Vinci peignit deux versions, l'une conservée au musée du Louvre, l'autre à la National Gallery de Londres.

Références musicalesModifier

Uriel est cité dans les récitatifs de l'oratorio La Création de Haydn

Uriel est une pièce pour violoncelle et piano (2011/2012) de Matthias Pintscher [13]

Dans la culture populaireModifier

 
l'Archange Uriel, fresque de Dyonisius dans l'église de la Nativité de la Vierge Marie, Russie
  • Dans le livre de Clive Barker intitulé Le Royaume des Devins (collection Terreur, chez Press Pocket), Uriel est une créature mystique ayant la forme d'un gigantesque serpent technico-organique. Son origine serait divine, il est associé au Gardien d'Éden, que l'auteur situe quelque part dans le désert d'Iran. À force de solitude, Uriel serait devenu à-demi fou, mais n'aurait rien perdu de son terrible pouvoir destructeur. Il serait en effet capable de cracher un feu divin pour éradiquer ceux qu'il juge impurs.
  • C'est aussi un personnage dans le jeu Quake 3 Arena, dans lequel il est représenté comme un démon encapuchonné et aux ailes arrachées qui règne sur une map brumeuse.
  • Uriel est également un personnage secondaire lors de la quatrième saison de la série télévisée américaine Supernatural, il est présenté comme un ange tout d'abord fidèle aux ordres divins, puis s'avère être un traître, tuant d'autres anges et comptant se ranger aux côtés de Lucifer, son frère déchu. Il est interprété par Robert Wisdom.
  • Uriel est mentionné dans une chanson intitulée "Lily", interprétée par la chanteuse Kate Bush.
  • Uriel est le titre d'une chanson interprétée par le groupe suédois The Ark.
  • Uriel apparaît aussi dans le jeu Darksiders, comme championne des cieux et sous une forme féminine.
  • Uriel est aussi le nom d'un groupe français parlant de la destruction du monde par les humains.
  • Dans la série de jeux vidéo "The Elder Scrolls", la lignée des Septim ont été les empereurs de Tamriel, dont le plus connu demeure Uriel Septim; il est directement impliqué dans l'histoire du joueur, ou souvent mentionné dans les jeux, notamment dans de nombreux ouvrages lié à l'histoire de Tamriel.
  • Dans le manga Angel Sanctuary, de Kaori Yuki, Uriel est l'un des quatre archanges des éléments, associé à la Terre. Ange châtieur, il se bannit lui-même du Paradis après avoir maudit le destin d'Alexiel, son aimée. Fou de douleur, il s'arracha les cordes vocales pour ne plus jamais prononcer de châtiments et disparut au fin fond des Enfers. Cet ange sombre, triste et solitaire devint le gardien de l'Hadès, veillant sur les âmes des défunts en compagnie du dragon Niddhog. Il se fait pardonner d'Alexiel en ramenant sa réincarnation Setsuna à la vie.
  • Dans le manga Bastard!!, de Kazushi Hagiwara, Uriel est un archange qui, lors de son combat contre Darksneider (DS, héros du manga), apprenant la mort de sa petite sœur tuée par un démon, laisse libre cours à sa haine et son désespoir. Ayant renoncé à Dieu et à son statut angélique, il n'est plus alors qu'un monstre de destruction aveugle d'aspect démoniaque.
  • Dans le manga Makai ouji: Devils and realist, on apprend que Kévin Cecil, le majordome de William Twinning, est en réalité Uriel avec une aile en moins, arrachée par Michael. Il avoue avoir pris la place du vrai Kévin Cecil après l'enterrement des parents Twining, les deux se ressemblant comme deux gouttes d'eau. Seul souci, il ne fait que de parier. Il est également devenu le pasteur de l'Académie de Stratford pour surveiller son maître. Il veut se racheter au près de Solomon. Il est celui qui s'est le plus occupé de William après la mort des parents de ce dernier.
  • Uriel est un PNJ (ou personnage non joueur), dont le nom complet est Uriel le Sage, dans le jeu en ligne Metin2. Il incarne la sagesse et le savoir lié à la culture. Pour lui, on multiplie les quêtes se rapportant à l'histoire des empires.
  • Uriel est également un PNJ dans le jeu Diablo 2.
  • Uriel est également un Archange dans le jeu Might & Magic: Heroes VI.
  • Uriel est également un Archange dans le Livre de Caïn.
  • Uriel est aussi un des 4 archanges dans le manga Les Vacances de Jésus et Bouddha.
  • Uriel apparaît dans le jeu The Binding of Isaac: Rebirth en tant qu'ennemi à combattre, ainsi que l'archange Gabriel, afin d’accéder au combat final contre Mega Satan.
  • Uriel est une entité (persona) que l'ont peut invoquer dans la série de jeux vidéo Persona.
  • Uriel apparaît également brièvement dans la saison 2 de la série "Lucifer", comme étant le frère de Lucifer Morningstar, le diable descendu se distraire sur Terre alors qu'il s'ennuyait en Enfer.
  • Uriel apparaît dans la série Good Omens aux côtés de Sandalphon, de Michaël et de Gabriel, bien que la logique lui associerait initialement le rôle d'Aziraphale dans sa fonction de gardien et possesseur de l'épée de feu.

GalerieModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Matthew Bunson, Angels A to Z : A Who’s Who of the Heavenly Host, New York, Potter/Ten Speed/Harmony/Rodale, , 320 p. (ISBN 9780307554369, lire en ligne), p. 103.
    « In the orthodox churches of Egypt and Ethiopia, the Christians celebrate July 28 in honor of the archangel Uriel. »
  2. (en) Täsfa Mikaʾel Gäbrä Śǝllase, « ድርሳነ፡ ዑራኤል። ግዕዝና፡ አማርኛ። መልክአ፡ ዑራኤል፡ በልሳነ፡ ግዕዝ። (Dǝrsanä ʿUraʾel gǝʿǝzǝnna amarǝňňa—mälkǝʾa ʿUraʾel bälǝssanä gǝʿǝz, ‘Homiliary on [the honour of] Uriel in Gǝʿǝz and Amharic—Image of Uriel in Gǝʿǝz’) », sur zotero.org,‎ 1992/1993 (consulté le 15 juin 2019).
  3. (en) Amsalu Tefera, Alessandro Bausi, Bairu Tafla, Ulrich Braukämper, Ludwig Gerhardt, Hilke Meyer-Bahlburg et Siegbert Uhlig, « A Fifteenth-Century Ethiopian Homily on the Archangel Uriel », Aethiopica: International Journal of Ethiopian and Eritrean Studies, vol. 21,‎ , p. 89 (ISBN 978-3-447-18045-0, lire en ligne, consulté le 15 juin 2019).
  4. a et b Karel van der Toorn, Bob Becking et Pieter Willem van der Horst, Dictionary of Deities and Demons in the Bible, Brill, , p. 885-886
  5. Livre d'Hénoch, chapitre 74, Ed. Robert Laffont, Paris 1975
  6. Sophy Burnham, Le Livre des Anges, Éditions Marabout, Alleur, 1994, p. 144
  7. Henri Corneille Agrippa, La Magie céleste, chap. VII, Ed. Berg International, Paris 1981
  8. Henri Corneille Agrippa, La Magie cérémonielle, chap. XXVIII, Ed. Berg International, Paris 1981
  9. La philosophie occulte, livre III, chap. XLVII
  10. Lenain, La Science cabalistique, Amiens 1823, Réédité aux Ed. Traditionnelles, Paris 1972
  11. Rudolf Steiner, Quatre Imaginations cosmiques, Ed. Triades, Paris 1984
  12. John Milton, Le Paradis perdu, éditions eBooksFrance, sur http://www.ebooksfrance.com
  13. (en) « compositions de Matthias Pintscher »

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :