Uri Zohar

réalisateur israélien
Uri Zohar
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
JérusalemVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
אורי זוהרVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
אורי דז'אדקVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Religion
Maître
Yitzchok Shlomo Zilberman (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Uri Zohar, né le à Tel-Aviv (Palestine mandataire) et mort le , est un acteur, un réalisateur et un rabbin israélien.

BiographieModifier

Après son service militaire, Uri Zohar travaille comme humoriste puis acteur dans des cabarets et théâtres. Il fait son entrée dans le cinéma en jouant dans les grandes épopées patriotiques qui jalonnent le paysage cinématographique israélien des années 1950[1].

Uri Zohar est un réalisateur phare du mouvement de la nouvelle sensibilité. Il réalise onze longs métrages entre 1964 et 1977 avant de devenir rabbin haredi[2],[3].

Son premier long métrage, Un trou dans la Lune, parodie le cinéma sioniste. D'une grande radicalité formelle, il est la pierre d'angle d'un nouveau mouvement cinématographique. Le film va se dissocier du cinéma officiel des années 1940 et 1950. Reflet des problèmes sociaux et politiques de la société israélienne contemporaine, son esthétique et sa démarche se rapprochent de la Nouvelle vague française.

Zohar a commencé le processus de repentance à la suite d'une rencontre avec le rabbin Its'hak Shlomo Zilberman (lors d'un joyeux événement à Jérusalem d'Aryeh Its'hak qui s'était repenti plusieurs années plus tôt). Le rabbin Zilberman lui a dit qu'il pouvait lui prouver que la Torah était vraie : "J'ai rencontré un homme sérieux et sage, qui m'a dit qu'il pouvait me prouver qu'il y a un Créateur pour le monde qui a donné la Torah au Mont Sinaï"

Le processus de changement que Zohar a traversé se faisait sentir dans ses émissions sur l'émission de radio "Night Birds" sur les ondes de Tsahal, où il avait des conversations avec des auditeurs sur des questions religieuses. Joignez-vous à la photo, et j'ai vu que c'était vrai. J'ai dit : Je n'ai pas le choix "" Une rétrospective lui est consacrée à la Cinémathèque française en 2012[4].

Il est mort le 2 juin 2022 et enterré au Mont des Répits à Jérusalem[5].

Comme réalisateurModifier

Comme acteurModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier