Ouvrir le menu principal

Université Jagellon

université polonaise
Université Jagellonne de Cracovie
JagiellonianUni coat of arms.JPG
Histoire et statut
Fondation
Type
Nom officiel
Uniwersytet Jagielloński
Universitas Jagellonica Cracoviensis
Fondateur
Recteur
Wojciech Nowak (pl) (2012- )
Localisation
Localisation
Pays
Chiffres-clés
Étudiants
45 908
Effectif
7 212 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Divers
Devise
Plus ratio quam vis
La Raison plus que la force
Membre de
Site web

L'université Jagellonne de Cracovie (en polonais Uniwersytet Jagielloński w Krakowie) est la deuxième plus ancienne université d'Europe centrale après l'université de Prague. Elle fut fondée, sous le nom de Akademia Krakowska, le , par le roi Casimir le Grand (Kazimierz Wielki) qui, après plusieurs tentatives infructueuses reçut enfin la permission du pape d'établir une université à Cracovie, alors capitale de la Pologne.

HistoireModifier

 
Allégorie de la fondation de l'université ; Jan Matejko.

L'université Jagellonne de Cracovie fut fondée, sous le nom de Akademia Krakowska, le , cependant, elle ne fonctionna qu'en 1367 avec seulement trois facultés (arts libéraux, médecine et droit). Le pape Urbain V refusa la faculté de théologie alors la plus prestigieuse.

Le premier chancelier de l'université fut Peter Wysz et les premiers professeurs étaient tchèques, allemands et polonais, dont beaucoup étaient passés par l'université Charles de Prague.

Le développement de l'université fut interrompu par la mort du roi. Cependant, sa fille Jadwiga (1372-1399) couronnée reine de Pologne, persuada le pape Boniface IX de rétablir l'université en y intégrant la faculté de théologie. Son époux, le roi Władysław Jagiełło (1362-1434) offrit à l’Académie de Cracovie un bâtiment situé au croisement des rues Ste-Anne et Jagiellońska. On recommença à y dispenser des cours à partir de 1400. L'institution pris son essor et c’est pour cela qu'au XIXe siècle, l'université prit le nom de la dynastie fondée par celui-ci.

Au XVe siècle, on relia les bâtiments voisins en fondant le Collegium Maius, avec sa cour ornée d’une galerie en arcades. L'université connut alors son siècle d'or et devint le principal foyer de l'humanisme en Europe centrale. Elle se développa alors si favorablement que ses délégués parurent avec honneur aux grands conciles de Constance et de Bâle.

 
L'influence de l'Académie de Cracovie sur le pays - toile de Jan Matejko ; parmi les portraiturés se trouvent des étudiants et professeurs célèbres : le cardinal Zbigniew Oleśnicki, Jean de Capistran, Jean de Kenty, Jean Scolvus, Jérôme de Prague, Grzegorz de Sanok, Jan Długosz, Filippo Buonaccorsi, Conrad Celtes, Wojciech de Brudzewo, Nicolas Copernic et Michał z Wielunia.

Au nombre des facultés les plus prospères se trouvaient celles d'astronomie et de mathématiques, sous l'enseignement de Albert Brudzewski (1476-1490) qui mettait en doute le géocentrisme. Ses étudiants les plus célèbres furent Mikołaj Kopernik, Conrad Celtes et Bernard Wapowski. Y étudia aussi le créateur de la langue biélorusse, Francysk Skaryna. A cette époque, l’Académie attirait des étudiants de toute l’Europe. Près de 40 % des étudiants venaient d'autres pays.

Un libraire d'Augsbourg, Johann Haller établit à Cracovie une presse d'imprimerie en 1491.

En 1520, la philologie classique est introduite par Constanzo Claretti, Wenzel von Hirschberg et Libanus.

L'hébreu y était aussi enseigné.

Fin XVIe siècle, l'université tomba en crise ce qui n'empêcha y étudier des célébrités comme Jan Kochanowski, Andrzej Frycz Modrzewski et Martin Kromer. La crise dura jusqu'à la grande réforme de l’Université, inspirée par les Lumières et menée par Hugo Kołłątaj, représentant de la Commission de l’Éducation Nationale, administration centrale d’instruction publique fondée en Pologne après la suppression des Jésuites en 1773. Cette réforme changea profondément la structure et les programmes de l’Université qui fut rebaptisée École Principale de la Couronne

L’université, nommée en 1817 Université Jagellonne en hommage à ses fondateurs royaux, vécut une nouvelle période d’épanouissement dans la seconde moitié du XIXe siècle. L’enseignement des sciences naturelles, des mathématiques et des lettres y était florissant. Parmi les grands professeurs qui y travaillèrent : Baudouin de Courtenay, Stanisław Estreicher, Napoleon Cybulski et Marian Smoluchowski. L’Université maintint son prestige au XXe siècle, malgré les turbulences de la période communiste. Parmi ses diplômés célèbres, il y a les Prix Nobel Ivo Andrić et Wisława Szymborska, ainsi que le futur pape Jean Paul II.

Sonderaktion KrakauModifier

En 1939, les Allemands mènent la Sonderaktion Krakau, au cours de laquelle ils arrêtent l'élite intellectuelle polonaise. Le chef de la Gestapo Bruno Müller, demande au recteur Tadeusz Lehr-Spławiński (pl) de convoquer l'ensemble du personnel enseignant sous prétexte de vouloir leur donner lecture des nouvelles dispositions éducatives allemandes. Le recteur accepte d'envoyer les invitations aux professeurs. 144 professeurs de l'Université Jagiellon se présentent dans la salle 56 du Collegium Novum. Ils sont aussitôt arrêtés ainsi que 21 professeurs de l'École des mines et de la métallurgie, 5 professeurs de l'École de commerce de Cracovie et des universités de Lwów et Wilno et 13 assistants et étudiants. En tout, 183 personnes sont déportées vers les camps de concentration de Sachsenhausen et de Dachau.

BâtimentsModifier

 
Collegium Maius de l'Académie de Cracovie
 
Porte d'entrée de l'université

L'université Jagellonne possède plus de 100 bâtiments. Le plus ancien se nomme Collegium Maius ; il fut construit au XVe siècle. Le Collegium Novum, bâti entre 1873 et 1887, est le siège du recteur de l'université. D'autres bâtiments de valeur historique sont situés dans la vieille ville (1er campus) : Collegium Minus, Collegium Iuridicum, Collegium Witkowskiego, Collegium Broscianum, Collegium Wroblewskiego, ainsi que l'Arsenal Royal.

L'adaptation de l'université aux exigences de l'enseignement supérieur et de la recherche modernes a conduit à la modernisation du 2e campus (centre ville) et à la construction de l'Auditorium Maximum (en fonction depuis 2005), avec un amphithéâtre pour 1 200 personnes, scindé en deux parties.

Le 3e campus (pl) de 100 000 m2e st situé dans les quartiers de Ruczaj et de Pychowice. Il les facultés des sciences de la vie, biotechnologie, biophysique, biochimie, chimie, géographie, géologie, mathématiques, physique, informatique, astronomie, gestion et communication sociale, science politique et études internationales, ainsi que le parc technologique (Life Science Park) - un élément du Centre Jagellon de l'innovation. Il est l'un des plus modernes en Europe.

 
Collegium Novum

Étudiants célèbresModifier

ProfesseursModifier

 
De revolutionibus orbium coelestium de Copernic

InscriptionsModifier

Avec 45 908 étudiants en 2007 et 4 667 enseignants-chercheurs, c'est l'une des principales universités de Pologne.

Coopérations universitaires en EuropeModifier

OrganisationModifier

L'université est composée de 15 facultés :

Musée de l’Université JagellonneModifier

Le Musée, dont le siège se trouve au Collegium Maius, contient une riche collection d'instruments scientifiques parmi lesquels certains sont uniques à l'échelle mondiale : astrolabe, le globe représentant le ciel et le torquetum des années 80 du XVe siècle, fabriqué par Hans Dorn et le Globe dit le Globe Jagellon du XVIe siècle. C'est le premier globe sur lequel figure le continent américain. Dans la collection se trouve également l'instrument scientifique le plus ancien en Pologne - un astrolabe arabe daté de 1054.

La collection de tableaux de Collegium Maius comprend les œuvres des peintres polonais, entre autres de Jan Matejko, Olga Boznańska, Józef Mehoffer et une collection d'œuvres des peintres de l'Europe de l'ouest.

L'exposition compte également les sculptures et les tableaux du Moyen Âge qui représentent les œuvres les plus précieuses de l'art gothique.

TraditionsModifier

Les locaux du Musée de l'Université Jagellonne continuent d'accueillir les traditions universitaires : la salle de Libraria sert aux séances du Sénat de l'université, dans l'Aula Jagellonne se déroulent les célébrations d'attribution des titres scientifiques de l'habilitation à diriger les recherches et de docteur honoris causa, c'est ici que l'on remet les prix et les décorations.

Tous les ans, le 1er octobre, le cortège universitaire part de Collegium Maius pour inaugurer l'année académique.

Juwenalia, la fête des étudiants, est célébré depuis le XV siècle. Pendant les trois jours sont organisés des concerts, des soirées dansantes, des événements sportifs.

LégendesModifier

Selon la légende, c’est à l’université cracovienne qu’approfondissaient leurs connaissances de la magie et de la sorcellerie le docteur Faust et l’alchimiste polonais, le sorcier maître Twardowski. C’est aussi à cette époque que Nawojka, la première étudiante selon la légende, franchit les murs de l’Université, dans un habit d’homme, il s’entend (car les femmes n’avaient pas le droit d’y étudier).

Bibliothèque JagellonneModifier

Article détaillé : Bibliothèque Jagellonne.

La bibliothèque universitaire est l'une des plus importantes du pays et la plus ancienne, avec près de 6 millions de volumes. Elle abrite une large collection de manuscrits médiévaux, comme Des révolutions des sphères célestes (De revolutionibus orbium coelestium) de Copernic, ou le Codex de Balthasar Behem.

BibliographieModifier

  • Casimir Morawski (pl), Histoire de l’université de Cracovie. Moyen Âge et Renaissance. Traduction de Pierre Rongier. Paris, A. Picard - Cracovie, Gebethner et Cie (pl). Vol.I, (1900), 311 p.; Vol. II, (1903), 297 p.; Vol. III, (1905), 359 p. (Index des noms propres, table analytique des matières)
  • Kazimierz Lepszy (pl), L'Université Jagellonne d'hier, d'aujourd'hui et de demain, Presses de l'université Jagellonne, 1964
  • Renata Dutkowa, L'Université Jagellonne aujourd'hui, Éditions de l'Université Jagellonne, 1990[1]
  • Guillaume de Laubier, Jean Serroy, « Université Jagellonne », in Les Plus Belles Université du monde, Éditions de La Martinière, 2015 (ISBN 978-2-7324-6644-6)[2]

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liste chronologique des universités européennes existant sans interruption

Liens externesModifier