Ouvrir le menu principal

Universités à Clermont-Ferrand

Ancienne université française existant de 1896 à 1976. Remplacée en 1976 par deux universités : Université Clermont I et Université Clermont II

L'histoire des universités à Clermont-Ferrand débute avec l’université de Clermont-Ferrand qui existe de 1808 à 1815, puis de 1896 à 1976. Elle est scindée en deux entre 1976 et 2016 : Clermont-Ferrand I « université d'Auvergne » (essentiellement le droit et la médecine) et Clermont-Ferrand II « université Blaise Pascal » (essentiellement les lettres et les sciences). En 2017, est créée l'université Clermont Auvergne.

HistoireModifier

L'université sous l'Ancien RégimeModifier

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Une première université existait entre le XIIe siècle et la fin du XVe siècle à Billom, près de Clermont, comptant jusqu'à 2 000 étudiants. Au début du XVIe siècle, l'évêque de Clermont Thomas Duprat installe une université à Issoire. Le Roi institue l'université en février 1519, mais à la suite des protestations de Charles III de Bourbon et de l'université de Paris, elle est fermée en 1520. En 1681, le Roi autorise la création d'un collège de médecine à Clermont mais il s'agit seulement d'un corps professionnel sans rapport avec une université puisqu'il ne dispense pas d'enseignement et ne délivre pas de diplôme.

L'université aux XIXe et XXe sièclesModifier

Université de Clermont-Ferrand
Histoire et statut
Fondation
1896
Dissolution
1976 (scission)
Type
Université historique
Forme juridique
Localisation
Localisation
Pays
Divers
Membre de

Une école de médecine est fondée en 1807 dans l'Hôtel-Dieu et devient école secondaire de médecine en 1820[1]. Elle subsiste en se réformant à plusieurs reprises jusqu'à sa transformation en faculté en 1954. Une académie et une première université sont créées en 1808 par le Premier Empire, mais l'université se limite à une faculté de lettres, inaugurée en mai 1810 dans l'hôpital des Charitains[2] (démoli en 1906)[3]. L'université est supprimée à la Restauration en septembre 1815. Il n'existe pas d'université en France durant cette période, en dehors de l'Université de France[à vérifier]. Il faut attendre 1854 pour que soient créées une faculté de lettres et une faculté de sciences[a] dans le cadre de la réorganisation nationale de l'enseignement supérieur qui met en place des facultés dans tous les chefs-lieux de rectorat. En 1896 est fondée l'université de Clermont qui regroupe les deux facultés existantes et l'école de médecine[5].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'université clermontoise accueille à partir du les élèves et les professeurs de l'université de Strasbourg fuyant l'occupation allemande, dont Marc Bloch, Jean Cavaillès et Claude Wolff. L'université est également durement touchée : le , les bâtiments sont encerclés par la Gestapo, avec l'ordre d'arrêter les doyens, les étudiants étrangers et ceux originaires d'Alsace-Lorraine pouvant avoir un lien avec la résistance. Près de 50 étudiants et professeurs sont arrêtés, et Paul Collomp, un professeur de la faculté de lettres, est même abattu d'un coup de feu.

1976-2016 : deux universitésModifier

Scission de l'université de Clermont-FerrandModifier

De fortes divergences, notamment politiques, sont intervenues dans l'application de la réforme de 1969 (loi Faure) mais ce n'est qu'en 1976 que l'université clermontoise unique s'est scindée en deux établissements distincts, l’université Clermont-Ferrand II récupérant les lettres, les sciences humaines ainsi que les sciences exactes, les sciences naturelles et la technologie, l'université Clermont-Ferrand I conservant quant à elle le droit, l'économie, la médecine et un IUT[6]. L'université Clermont II a ensuite[Quand ?] pris le nom de Blaise Pascal en l'honneur du savant clermontois, et Clermont I celui d'Université d'Auvergne.

Après la scission, les relations entre les deux universités ont été timides voire inexistantes. En 2000, l’université d’Auvergne compte 11 698 étudiants et l’université Blaise-Pascal 15 182[7].

Rapprochement des deux universités, création du PRES Clermont UniversitéModifier

 
Logo du pôle de recherche et d'enseignement supérieur Clermont Université en 2009.

Au cours des années 2000 les deux établissements se sont sensiblement rapprochés, collaborant sur quelques formations. En mai 2008 le pôle de recherche et d'enseignement supérieur Clermont Université regroupe l'université d'Auvergne, l'université Blaise-Pascal l'École nationale d'ingénieurs des travaux agricoles de Clermont-Ferrand (ENITA), l'École nationale supérieure de chimie de Clermont-Ferrand (ENSCCF) et l'Institut français de mécanique avancée (IFMA), pour assurer la visibilité et l'attractivité du site universitaire clermontois à l'échelle internationale.[8]. Ce regroupement devait aboutir à un établissement unique mais après la loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche de 2013, empêchant la fusion sous forme de Grand établissement, il est décidé de fusionner les universités d’une part et les écoles d’ingénieurs d’autre part[9]. Le PRES est donc dissous en 2014[10] et remplacé par une association d’établissement autour d’une université unique prébue[11].

Université Clermont Auvergne (depuis 2017)Modifier

Article détaillé : Université Clermont Auvergne.

La fusion des deux universités est engagée en 2013[9] et l'université Clermont Auvergne est créée au par le décret no 2016-1217 du 13 septembre 2016, paru au Journal officiel du 15 septembre 2016[12],[13]. Le recteur de l'académie de Clermont-Ferrand a désigné Claude Jameux, professeur de sciences de gestion à l'université de Savoie, comme administrateur provisoire (l'administrateur provisoire exercera les compétences attribuées au président d'université jusqu'à l'élection du président de la nouvelle université).

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Constituée initialement par les chaires de mathématiques, physique, chimie et histoire naturelle, la faculté des sciences occupe d'abord les locaux de l'ancien hôpital des Charitains. En 1861 elle s'installe dans l'aile sud du Palais académique nouvellement construit (l'actuel rectorat). En 1885 elle rejoint des bâtiments voisins, à l'exception des physiciens et des géologues qui restent sur place. La cohabitation du géologue Philippe Glangeaud et du physicien Bernard Brunhes sera déterminante pour la découverte par ce dernier, en 1905, des inversions du champ magnétique terrestre[4]. De 1935 à 1960, les géologues restent seuls dans ces locaux[3].

RéférencesModifier

  1. G. H. Dourif, L'école de médecine de Clermont-Ferrand pendant le XIXe siècle, Clermont-Ferrand, Louis Bellet, .
  2. « Notes sur les origines de la Faculté des Lettres de Clermont-Ferrand », dans Mélanges littéraires publiés par la Faculté des lettres de Clermont-Ferrand à l'occasion du centenaire de sa création (1810-1910), Clermont-Ferrand, Société Anonyme du "Moniteur du Puy-de-Dôme", (lire en ligne), p. 5-14
  3. a et b Jean Didier, « Des géologues au pied d'un volcan : Histoire du laboratoire de géologie et minéralogie de Clermont-Ferrand », Revue d'Auvergne, Société des Amis des universités de Clermont, no 537,‎ , p. 9-63.
  4. Jean Didier et Alexandre Roche, « Vie et œuvre d'un physicien : Bernard Brunhes (1867-1910), pionnier du géomagnétisme », Comptes rendus de l'Académie des Sciences, série II, t. 328, no 2,‎ , p. 141-152
  5. Emmanuel des Essarts, « Société des amis de l'université de Clermont », Revue d'Auvergne, t. XV,‎ , p. 373-400.
  6. « Décret no 76-242 du 16 mars 1976 portant création de deux universités dans l'académie de Clermont-Ferrand », sur Légifrance, JORF du 17, p. 1688.
  7. Jean-Richard Cytermann (dir.), Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, Imprimerie nationale, (lire en ligne [PDF]), p. 161, consulté le 10 août 2010.
  8. Décret no 2008-503 du 28 mai 2008 portant création de l'établissement public de coopération scientifique « Clermont Université »
  9. a et b Camille Stromboni, « Les universités clermontoises optent pour la fusion », sur EducPros.fr, (consulté le 29 octobre 2013).
  10. Décret no 2014-1681 du 30 décembre 2014 portant dissolution de l'établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel « Clermont Université »
  11. Décret no 2015-529 du 12 mai 2015 portant association d'établissements du site clermontois
  12. Cédric Gourin, « La fusion des universités clermontoises officialisée au Journal officiel », sur lamontagne.fr, (consulté le 16 septembre 2016).
  13. Décret no 2016-1217 du 13 septembre 2016 portant création de l'université Clermont Auvergne sur Légifrance.

Voir aussiModifier