Université d'Artois

université française fondée en 1992
Université d’Artois
Université d'Artois.
La faculté des sciences de l'université d'Artois à Lens.
Histoire
Fondation
7 novembre 1991 : décret portant création de l'université d'Artois
Statut
Type
Forme juridique
Établissement public national à caractère scientifique culturel et professionnel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Président
Pasquale Mammone
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
11 091 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Enseignants
846
Localisation
Pays
Localisation
Localisation sur la carte du Pas-de-Calais
voir sur la carte du Pas-de-Calais
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France

L’université d’Artois[1] est une université française située dans les Hauts-de-France et implantée sur 5 villes : Arras, Béthune, Douai, Lens et Liévin. Son siège est situé à Arras. Son nom provient de l'ancienne province de l'Artois.

Sur le plan de la Recherche, l'établissement compte 17 laboratoires et 4 DIM (Domaines d'Intérêt Majeur) : DIM 1 : « L’éco-efficacité énergétique : Habitat, Logistique, Systèmes électriques » - DIM 2 : « Patrimoines, territoires et transculturalités » - DIM 3 : « Les recompositions du lien social : mesurer, expliquer, intervenir » - DIM 4 : « L'Intelligence artificielle ».

Histoire modifier

Création des universités multipolaires du Pas-de-Calais modifier

En 1986, la création d'antennes de l'université de Lille est envisagée. Les élus du Pas-de-Calais s’inquiètent de la multiplication de ces antennes, et demandent la création d'une université autonome, afin de combler le retard de formation des habitants. En 1988, le rapport TEN indique que près des trois quarts de la population du Pas-de-Calais n'a pas de diplômes de l’enseignement supérieur , contre une moyenne nationale de 67 %. En 1990, Lionel Jospin, alors ministre de l'Éducation nationale, lance le plan « Universités 2000 » (l'un des plans de modernisation des universités françaises). Ce sont finalement non pas une mais deux universités multipolaires qui sont créées. Le département du Nord obtient un accord de solidarité : l'université du Littoral comprend une antenne à Dunkerque, et celle de l'Artois une à Douai. Le Conseil général finance ce projet à hauteur de 280 millions de francs, dont 100 millions de francs en 1990[2].

Construction de l'université, ouverture et développement modifier

La création de l'université d'Artois nécessite la construction de 92 000 m2 de locaux pour un montant total de 492 millions de francs[2]. Un arrêté du ministère de l'Enseignement supérieur officialise la création le .

La première rentrée a lieu en . 6 000 étudiants sont alors répartis entre les deux universités départementales. Un tiers des étudiants inscrits à l'université d'Artois sont boursiers. La multipolarité permet à des jeunes de s'inscrire, alors qu'ils n'auraient pas eu les moyens d'aller à Lille. Les effectifs augmentent régulièrement d'année en année, avec l'ouverture de nouvelles sections, et en 2000, le nombre d'étudiants atteint 12 000[2].

Liste des présidents modifier

  • Alain Lottin, professeur d'histoire moderne assure la première présidence de 1991 à 2000, tout d'abord comme administrateur provisoire puis comme président à partir du .
  • Jean-Jacques Pollet, professeur de langue, littérature et civilisation germaniques, est président de 2000 à 2005.
  • Jacques Sys, professeur de langue, littérature et civilisation britanniques, est président de 2005 à 2006. Il démissionne avant la fin de son mandat pour des raisons de santé.
  • Christian Morzewski, professeur de littérature contemporaine, élu président en 2006.
  • Francis Marcoin, professeur de littérature française, élu président le .
  • Pasquale Mammone, professeur de mathématiques, élu président le , réélu le .

Composantes d'enseignement modifier

L'université d'Artois comprend 8 UFR et de 2 IUT et 1 École d'Ingénieurs.

Unités de formation et de recherche (UFR) modifier

 
L'université d'Artois à Lens, dans les anciens grands bureaux des houillères.
  • Faculté des sciences Jean-Perrin - site de Lens. Elle se situe dans les anciens grands bureaux des houillères de Lens. Elle accueille environ 1 100 étudiants chaque année. Elle est dirigée par Bertrand Mazure, élu nouveau directeur[Quand ?]. La faculté des sciences Jean-Perrin propose de former des étudiants de la licence au doctorat dans trois domaines scientifiques différents : mathématiques et informatique ; sciences de la vie et de la Terre ; sciences de la matière.
  • UFR d'histoire, géographie, patrimoines - site d'Arras
  • UFR de langues étrangères - site d'Arras
  • UFR de lettres et arts - site d'Arras
  • UFR d’économie, gestion, administration et sciences sociales (EGASS) - site d'Arras
  • UFR de droit Alexis-de-Tocqueville - site de Douai
  • Faculté des sciences appliquées (FSA) - site de Béthune
  • UFR des sciences et techniques des activités physiques et sportives (STAPS) - site de Liévin

IUT modifier

École d'Ingénieurs modifier

  • École d'Ingénieurs de l'Artois (EIA) - site de Béthune

Formation et recherche modifier

Enseignement modifier

L'université d'Artois est une université pluridisciplinaire qui propose un large éventail de formations de bac + 1 à bac + 8. Domaines de formation :

  • Arts, Lettres, Langues
  • Droit, Économie, Gestion
  • Sciences humaines et sociales
  • Sciences, Technologies, Santé

En complément de la formation initiale traditionnelle, l'Université d’Artois propose des formations en alternance[source secondaire souhaitée] pour les jeunes qui souhaitent acquérir une expérience professionnelle tout en ayant une formation théorique, des formations continues diplômantes et non diplômantes à l’attention des adultes qui souhaitent reprendre des études, ainsi que des formations à distance.

Recherche modifier

 
La Maison de la Recherche à Arras.

L'université d'Artois compte 17 laboratoires de recherche labellisés par la direction scientifique du ministère de l'Enseignement supérieur et de la recherche ou par le CNRS. Dans ces laboratoires, les enseignants-chercheurs (professeurs et maîtres de conférences des universités) et les doctorants travaillent à la production des savoirs et des connaissances dans tous les domaines scientifiques représentés (sciences humaines et sociales ; sciences de la vie et de la Terre ; sciences appliquées, technologie et ingénierie ; sciences économiques et juridiques).

Depuis 1994, Presses Université, presses de l'université d'Artois, diffuse et valorise les connaissances issues des travaux de la recherche universitaire. La faculté Jean-Perrin est associée à quatre laboratoires de recherche.

Enfin, les activités de recherche de l'UCCS Artois, dirigée par le Pr Éric Monflier, couvrent deux domaines : la chimie verte et l'environnement et les Nanomatériaux à visée photonique.

Service commun de documentation modifier

Le SCD, qui se déploie sur les cinq pôles où s'est installée l'université, comprend historiquement huit bibliothèques (une à Arras, deux à Béthune, une à Douai, deux à Lens et deux à Liévin - Angres).

Campus modifier

 Implantations des campus de l'université d'Artois dans la région Hauts-de-France
 Préfectures de région.
 Préfectures de département.

L'université d'Artois est située sur plusieurs zones géographiques :

Vie étudiante modifier

L’université d’Artois s'attache à proposer une vie étudiante de qualité. Depuis ses débuts, l'université d'Artois développe une politique culturelle.

Associations étudiantes modifier

Évolution démographique modifier

Évolution démographique de la population universitaire hors IUFM
1992-1993 1993-1994 1994-1995 1995-1996 1996-1997 1997-1998 1998-1999 1999-2000
2 639[c 1]4 599[c 1]6 595[c 1]8 154[c 1]9 504[c 1]9 695[c 1]9 533[c 1]9 468[c 1]
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007
11 038[3]10 800[4]10 813[5]11 042[6]11 154[7]10 949[8]10 574[9]9 939[10]
2008 2009 2010 2011 2020 - - -
9 227[11]8 952[12]11 404[13]10 818[14]12 500[c 1]---

Personnalités liées modifier

Anciens étudiants modifier

Enseignants modifier

Sources modifier

Notes et références modifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  1. a b c d e f g h et i p. 12

Autres références :

  1. Décret no 2000-250 du portant classification d’établissements publics à caractère scientifique, culturel et professionnel.
  2. a b et c C'artouche, Pas-de-Calais : Histoire d'un renouveau, Paris, Librairie Arthème Fayard, , 349 p. (ISBN 978-2-213-60733-7 et 2-213-60733-8), p.16 et 17 ; 105 à 109
  3. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2001, Imprimerie nationale, p. 161, (ISBN 2-11-092136-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  4. Jean-Richard Cytemann, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2002, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-092152-8), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  5. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2003, Imprimerie nationale, p. 155, (ISBN 2-11-093455-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  6. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2004, Imprimerie nationale, p. 159, (ISBN 2-11-094345-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  7. Claudine Peretti, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2005, Imprimerie nationale, p. 175, (ISBN 2-11-095390 X), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  8. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2006, Imprimerie nationale, p. 179, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  9. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2007, Imprimerie nationale, p. 181, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  10. Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2008, Imprimerie nationale, p. 173, consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  11. Daniel Vitry, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2009, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097805-9), consulté sur www.education.gouv.fr le 10 août 2010
  12. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2010, Imprimerie moderne de l’Est, p. 173, (ISBN 978-2-11-097819-6), consulté sur www.education.gouv.fr le 17 septembre 2010
  13. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2011, Imprimerie moderne de l’Est, p. 175, (ISBN 978-2-11-097810-3), consulté sur www.education.gouv.fr le 2 septembre 2011
  14. Michel Quéré, Repères et références statistiques sur les enseignements, la formation et la recherche, édition 2012, Imprimerie moderne de l’Est, p. 177, (ISBN 978-2-11-099368-7), consulté sur www.education.gouv.fr le 30 août 2012

Bibliographie modifier

  • Comité national d'évaluation, L'université d'Artois, rapport d'évaluation, Paris, (lire en ligne)
  • Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur, Rapport d'évaluation de l'Université d'Artois, Paris, , 38 p. (lire en ligne)

Annexes modifier

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Sur les autres projets Wikimedia :