Ouvrir le menu principal

Université Sorbonne-Paris-Cité

Forme de regroupement d'établissement d'enseignement supérieur dans la région parisienne, prenant la forme d'une "communauté d'universités et d'établissements". Créée en 2015.
Ne doit pas être confondu avec Sorbonne Universités ou Sorbonne Université.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres utilisations du mot Sorbonne, voir Sorbonne (homonymie).
Université Sorbonne-Paris-Cité
LogoUSPC noir.jpg
Histoire et statut
Fondation
2010 (PRES)
2014 (statut actuel)
Type
Forme juridique
Président
Frédéric Dardel (administrateur provisoire)
Localisation
Localisation
Pays
Chiffres-clés
Enseignants-chercheurs
10 300 chercheurs et enseignants-chercheurs
Divers
Site web

L’université Sorbonne-Paris-Cité est une communauté d'universités et établissements, regroupant des établissements d’enseignement supérieur et de recherche de la ville de Paris et de la Seine-Saint-Denis, créée en 2010. Elle est actuellement constituée de treize membres : huit établissements d'enseignement supérieur franciliens et cinq organismes de recherche nationaux.

Sommaire

Histoire de la constitutionModifier

Premiers rapprochements institutionnelsModifier

Le regroupement des établissements d'enseignement supérieur répond à la fois à une volonté politique liée au souhait d'effectuer des économies d'échelle et à la volonté d'être plus visible à niveau international, notamment en raison du classement de Shanghai[2].

En 2008, Paris 3, Sciences Po et l'Institut national des langues et civilisations orientales se situaient dans la mouvance de l'association Paris Universitas tandis que Paris 5 et Paris 7 avaient contracté une alliance avec Paris 1 sous le nom de Paris Centre Universités[3]. Le plan Campus a cependant amené de grandes modifications stratégiques. Paris 1 décide alors de se rapprocher du campus Condorcet[4]. En avril 2008, les campus retenus sont annoncés : n'y figure aucun projet parisien, ce qui entraîne une redistribution des cartes pour un « 2e tour ».

Sciences Po se rapproche alors des universités Paris 5 et Paris 7, ainsi que l'Observatoire de Paris (qui préfère en juillet le projet PSL) et l'Institut de physique du globe de Paris. Paris 3 rejoint aussi cette association, après avoir un temps travaillé avec l'autre projet de PRES parisien de l'époque[5]. Il est un temps question du retour de Paris 1, dont le conseil d'administration vote pour l'intégration, mais l'établissement est finalement écarté[6]. L'intégration de Paris 13[2] permet à ce PRES de franchir le périphérique[7],[8] bien que cet établissement soit en même temps engagé dans le projet du campus Condorcet.

Création du PRES puis de la ComUEModifier

Les différents conseils d'administration des établissements ont signé l'acte entraînant sa création et se sont regroupés sous la forme d'un établissement public de coopération scientifique[2]. Le PRES « Sorbonne Paris Cité » est officiellement créé le 13 février 2010[9], la ministre de l'enseignement supérieur Valérie Pécresse promettant alors une dotation de 200 millions d'euros pour ce PRES[10]. Lors de la première réunion de son Conseil d'administration, le 31 mars 2010, le PRES a également adopté un nouveau nom d'usage : il s'appellera désormais "Sorbonne Paris Cité"[11].

Après la loi relative à l'enseignement supérieur et à la recherche de 2013 et la suppression des PRES, la communauté d'universités et établissements (ComUE) « Université Sorbonne Paris Cité » est créée en 2014, sous la forme juridique d’un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel[12].

Paris Cité est une des huit lauréats des initiatives d'excellence en 2012[13], mais est retiré de la liste à la fin de la période probatoire en 2016[14],[15]. La fusion des universités Paris-III, Paris-V et Paris-VII reste alors envisagée pour 2018 après plusieurs années de débats[16],[17].

Toutefois, à la rentrée 2017, Paris-III se retire du projet de fusion qui concerne alors Paris-V, Paris-VII, Sciences-Po et l'IPGP. Cette fusion se ferait sous la forme juridique d'un EPSCP, permettant ainsi de préserver le fonctionnement de Science Po notamment (qui sélectionne à l'entrée contrairement à ce que peut faire une université par exemple)[source insuffisante][18]. L'établissement ainsi créé, dénommé Université de Paris, voit le jour le 1er janvier 2019.

Sciences-Po se retire à l'automne 2017[19] et le projet se recentre finalement sur la fusion des universités Paris-Descartes et Paris-Diderot avec l'intégration de l'IPGP comme une composante conservant sa personnalité juridique. Un projet remanié articulé autour de ce nouvel établissement a été présenté au jury Idex en mars 2018 qui l'a réintégré dans le processus Idex avec une nouvelle période probatoire de quatre ans[20],[21].

PrésidentsModifier

MembresModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Répartition des moyens 2016 aux opérateurs de l'enseignement supérieur du programme 150 – DGESIP B2-2, CNESER du 17 décembre 2015, en euros », sur letudiant.fr [PDF].
  2. a b et c Axel Kahn, « Le Pôle de Recherche et d’Enseignement Supérieur (PRES) "Université Paris Cité" » », sur dialogues.univ-paris5.fr,
  3. Campus universitaire Paris Centre - Dossier, consulté sur dialogues.univ-paris5.fr le
  4. Boris Cassel, « La Sorbonne va faire des petits », Le Parisien, 5 mai 2010, consulté sur www.parisetudiant.com le 10 juillet 2010
  5. Véronique Soulé, « Mariages arrangés pour les facs parisiennes », Libération, 17 mars 2010, consulté sur www.liberation.fr le 11 septembre 2010
  6. Motion sur le PRES Paris - Cité, Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne, consulté sur www.univ-paris1.fr le 10 juillet 2010
  7. « Création de "Paris Cité", regroupement de huit universités et établissements », sur Nousvousils.fr,
  8. Véronique Soulé, « Big is beautiful ? », Libération, 17 mars 201, consulté sur www.liberation.fr le 11 septembre 2010
  9. Décret no 2010-143
  10. « Création de "Paris Cité"  », Le Figaro, 9 février 2010, consulté sur www.lefigaro.fr le 7 juillet 2010
  11. Compte rendu du premier conseil d'administration sur le site du PRES
  12. a et b Décret no 2014-1680
  13. « Idex : Les dotations des cinq lauréats de la seconde vague », sur www.letudiant.fr/educpros,
  14. Adrien de Tricornot, « Hécatombe chez les pôles universitaires « d’excellence » », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  15. Céline Authemayou, « Idex : les universités Sorbonne-Paris-Cité et Toulouse retentent leur chance », sur www.letudiant.fr/educpros,
  16. Camille Stromboni, « Sorbonne Paris Cité : fusion or not fusion ? », sur www.letudiant.fr/educpros,
  17. Morgane Taquet, « Université Sorbonne-Paris-Cité : Paris 7 vote pour la fusion », sur www.letudiant.fr/educpros,
  18. « Vers une nouvelle université », sur universite.univ-paris-diderot.fr, (consulté le 18 octobre 2017)
  19. Morgane Taquet, « Université Sorbonne-Paris-Cité : Sciences po sort du jeu », EducPros,‎ (lire en ligne)
  20. « Communique de presse jury Idex 2018 », sur Ministère de l'enseignement supérieur de la recherche et de l'innovation, (consulté le 2 octobre 2018)
  21. Camille Stromboni, « L’université de Paris-Saclay conserve le label IDEX, et le projet toulousain recalé », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  22. Camille Stromboni, « Jean-François Girard élu président intérimaire du PRES « Sorbonne Paris Cité » », EducPro,‎ (lire en ligne)
  23. « Jean-Yves Mérindol élu président de la Comue Université Sorbonne Paris Cité », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  24. Céline Authemayou, « François Houllier, nouveau président de l'Université Sorbonne-Paris-Cité », EducPro,‎ (lire en ligne)
  25. Anne Mascret, « USPC : Frédéric Dardel est nommé administrateur provisoire, secondé par Carle Bonafous-Murat », AEF info,‎ , dépêche n°592213

Textes réglementairesModifier