Université Rice

université américaine située à Houston au Texas

L'université Rice (en anglais : Rice University) est une université américaine, située à Houston (Texas). Elle se trouve dans le Museum District de la ville et est adjacente au Texas Medical Center. Elle a été fondée par William Marsh Rice (en) en 1891 sous le nom The William Marsh Rice Institute for the Advancement of Letters, Science, and Art, et a été inaugurée en 1912 avec Edgar Odell Lovett pour premier président.

Université Rice
Rice University - Sally Port.JPG
Histoire et statut
Fondation
Type
Nom officiel
Rice University
Régime linguistique
Fondateur
William Marsh Rice
Président
David W. Leebron
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte du Texas
voir sur la carte du Texas
Red pog.svg
Localisation sur la carte des États-Unis
voir sur la carte des États-Unis
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Houston
voir sur la carte de Houston
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
4 808
Divers
Membre de
Oak Ridge Associated Universities (en), ORCID (d), Digital Library Federation (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web

Le sommet du G7 1990 y est organisé.

CréationModifier

 
Les legs du millionnaire William Marsh Rice ont permis la création de l'Institut portant son nom.

L'histoire de l'Université Rice débute par la mort inattendue d'un homme d'affaires du Massachusetts, William Marsh Rice, qui avait fait fortune dans l'immobilier, le chemin de fer et le trafic du coton au Texas. En 1891, Rice avait décidé de subventionner un institut d'enseignement gratuit à Houston, qui porterait son nom : à sa mort, toutes ses propriétés devaient être vendues pour financer ce projet. Le testament de Rice précisait que l'institution devait être du plus haut rang et que seuls des étudiants blancs y seraient admis[1]. Lorsqu'au matin du , Rice, âgé 84 ans, fut découvert mort par son valet, Charles F. Jones, la police supposa qu'il était mort dans son sommeil ; mais quelque temps plus tard, un chèque d'un montant respectable au nom de l'avocat new-yorkais de Rice fut refusé à l'encaissement, car il comportait une faute dans l'écriture du nom du bénéficiaire. Interrogé sur cette anomalie, l'avocat, Albert T. Patrick, précisa que Rice avait changé son testament en sa faveur, et renoncé à créer un institut. Un ami de Rice, le capitaine James A. Baker, établit que la signature du chèque avait été imitée. L'enquête menée par le District Attorney de New York se conclut par l'arrestation de Patrick et du valet de Rice, Charles F. Jones, qui avait été soudoyé pour administrer du chloroforme à son maître. Jones fut relaxé pour avoir coopéré avec le procureur de l’État, et témoigné contre Patrick. Ce dernier fut condamné pour vol et assassinat prémédité en 1901, mais fut relaxé à son tour en 1912 par suite de contradictions dans les expertises médicales[2]. Entre-temps, Baker fit appliquer le testament authentique et la fortune de Rice, évaluée à 4.6 millions de $ en 1904, fut investie pour fonder l'Institut Rice, embryon de la future Université. Le conseil de succession prit la gestion des biens le .

En 1907, le directoire recruta un chef de Département de Mathématiques et d'Astronomie de l'Université de Princeton, Edgar Odell Lovett, pour organiser la nouvelle école. Il avait été recommandé par le président de Princeton, Woodrow Wilson. En 1908, Lovett accepta cette offre, et devint ainsi le premier président de l'Institut le . Lovett réfléchit longuement à l'organisation du futur établissement et visita notamment 78 institutions d'enseignement supérieur du mode entier entre 1908 et 1909. De cette tournée, Lovett retint la qualité de l'architecture de l’université de Pennsylvanie, et le système des collèges de l'Université de Cambridge en Angleterre. Lovett proposa d'instituer une université d'élite (...) vouée aux arts libéraux autant qu’à la technique, à la recherche autant qu’à l'enseignement (...) [Nous devons], déclara-t-il, maintenir un niveau élevé et conserver des effectifs modestes. Les professeurs les plus illustres doivent assurer leur part dans le premier cycle, et y insuffler tout leur enthousiasme.

 
L’université Rice.
 
Lovett Hall, à l'université Rice.

DéveloppementModifier

En 1911 donc, les fondations du premier bâtiment de l'Institut, le hall d'accueil (aujourd'hui Lovett Hall en honneur au fondateur), étaient posées. Le , exactement 12 ans jour pour jour après l'assassinat de William M. Rice, l'établissement ouvrait ses portes à 59 étudiants, depuis célébrés comme les « 59 immortels », et une douzaine de professeurs. 18 autres étudiants les rejoignirent en cours d'année, portant les classes de Rice à 77[3], 48 hommes et 29 femmes. Rice acceptait en effet les étudiants des deux sexes indistinctement, ce qui était exceptionnel à l'époque, mais les cours étaient séparés et ne seront regroupés qu'à partir de 1957[4].

 
Le hall d'accueil (carte postale, années 1910) abrite l'administration de l'université.

Conformément aux dernières volontés de William Marsh Rice et au règlement initial de l'Institut, les étudiants étudiaient gratuitement, mais le niveau des cours était très relevé et près de la moitié échoua aux examens du premier semestre 1912[5]. Lors de la première cérémonie de remise des diplômes, le , Rice délivra 35 licences et une seule maîtrise[6]. C'est cette année-là que le conseil des étudiants décida d'adopter le système des mentions qui persiste aujourd'hui. Rice délivra son premier diplôme de doctorat en 1918 au mathématicien Hubert Evelyn Bray.

La statue en bronze du fondateur, William Marsh Rice, a été inaugurée en 1930, et placée au centre de la cour face au Lovett Hall. Elle est l’œuvre de John Angel[7].

Au cours de la Deuxième guerre mondiale, l’Institut Rice s'impliqua, parmi 131 autres universités au V-12 Navy College Training Program, qui proposait une bourse de l'US Navy[8].

Le système des collèges, proposé par Lovett, ne fut adopté qu'en 1958 : la résidence d'East Hall devint le « Baker College », celle de South Hall le « Will Rice College », celle de West Hall : « Hanszen College », et enfin Wiess Hall devint le « Wiess College. »

 
John F. Kennedy prononçant une allocution au stade de Rice en 1962.

L'université Rice a servi d'intermédiaire dans la cession de terrains de Humble Oil and Refining Co. à la NASA[9], qui a permis la création du Centre des vaisseaux télécommandés de la NASA en 1962. C'est dans le stadium de l'université que le Président John F. Kennedy a prononcé un discours[10] par lequel il renouvelait la promesse d'atteindre la Lune avant la fin de la décennie. Depuis, la NASA a toujours noué des liens particuliers avec l'Université Rice et la ville de Houston.

Pendant les quarante première années de l'établissement, jusqu'en 1957, le logement sur le campus était exclusivement réservé aux hommes[4]. Les premières résidences pour jeunes femmes a été Jones College puis Brown College. Ces collèges auraient été construit intentionnellement aux confins du campus pour en préserver les espaces naturels, forts prisés d'Edgar Odell Lovett, qui avait même refusé qu'on y installe des bancs de peur qu'ils favorisent la fraternisation entre les sexes[9].

 
George H.W. Bush accueille Vladimir Poutine à l'université Rice en 2001

NotesModifier

  1. « The Short History of Race-Based Affirmative Action at Rice University », The Journal of Blacks in Higher Education, The JBHE Foundation, no 13,‎ , p. 36–38 (JSTOR 2963155)
  2. Deborah Blum, The Poisoner's Handbook: Murder and the Birth of Forensic Medicine in Jazz Age New York, Penguin Books, (ISBN 978-0-14-311882-4), p. 14–6
  3. « Graduating Class Has 35 Members », Rice Thresher,‎ (lire en ligne, consulté le 26 septembre 2019)
  4. a et b « Jones College, Rice University. » (consulté le 21 juillet 2018)
  5. J.T. McCants, « McCants Recalls Earliest Days », Sallyport,‎ (lire en ligne)
  6. « Splendid Celebration Marks First Commencement », Rice Thresher,‎ (lire en ligne)
  7. Carol Morris Little, A Comprehensive Guide to Outdoor Sculpture in Texas, Austin (Texas), University of Texas Press, (ISBN 978-0292-76034-9), p. 248
  8. « U.S. Naval Administration in World War II », sur HyperWar Foundation, (consulté le 29 septembre 2011)
  9. a et b Catherine Adcock, « Rice Fact and Fiction: What's Your Rice Historical IQ? », Sallyport Online, Université Rice, vol. 62, no 2,‎ (lire en ligne)
  10. « John F. Kennedy, "Moon" Speech - Rice Stadium, Houston, Texas, September 12, 1962 », sur Er.jsc.nasa.gov, (consulté le 28 octobre 2012)

Lien externeModifier

Sur les autres projets Wikimedia :