United States Central Command

United States Central Command
Image illustrative de l’article United States Central Command

Création 1983
Pays Drapeau des États-Unis États-Unis
Allégeance Département de la Défense des États-Unis
Type Unified Combatant Command
Garnison MacDill Air Force Base, Floride
Surnom Overlord
Commandant Kenneth F. McKenzie Jr. (en)

Le United States Central Command ou CENTCOM (littéralement « commandement central des États-Unis ») est l'un des onze Unified Combatant Commands dépendant, depuis le , du département de la Défense des États-Unis (DoD). Il est responsable des opérations militaires des États-Unis au Moyen-Orient, en Asie centrale et en Asie du Sud.

HistoriqueModifier

Au début, il a été fondé en tant que Force de déploiement rapide (Rapid Deployment Forces ou RDF) par le président des États-Unis Jimmy Carter par une décision prise en 1977 et lorsque la tension est montée avec la révolution iranienne, son existence a été annoncée le .

L'invasion soviétique de l'Afghanistan déclenchera la doctrine Carter où les États-Unis annonceront qu'ils seront prêts à user de la force si nécessaire pour défendre leurs intérêts vitaux dans le golfe Persique. La RDF étant là pour intervenir sur zone si besoin était.

Transformé en CENTCOM en 1983, ce commandement a permis une présence américaine importante au cours de nombreuses opérations militaires, telles la protection des voies maritimes durant la guerre Iran-Irak, la réplique à l'invasion du Koweït par l'Irak en 1990, la guerre en Afghanistan en 2001 et la guerre en Irak depuis 2003 et la coordination de la Coalition internationale en Irak et en Syrie.

Durant les années 1990, entre 17 000 et 25 000 militaires, 30 navires de guerre de l'US Navy et 175 avions furent déployés sous son commandement.

En , dans la zone du golfe Persique, se trouve environ 35 000 militaires dont 10 000 soldats de l'armée de terre et une quarantaine de navires de l'US Navy dans l'océan Indien dont en permanence au moins un porte-avions.

En , The Daily Beast révèle que plus de 50 analystes du renseignement qui travaillent hors du commandement central de l'armée américaine se sont officiellement plaints que leurs rapports sur l'État islamique et la branche d'Al-Qaïda en Syrie ont été modifiés de façon inappropriée par des hauts fonctionnaires. Selon les analystes du CENTCOM, les rapports ainsi « manipulés » dépeignent les groupes terroristes comme plus faibles que les analystes croient qu'ils ne sont afin de mieux coller à la ligne de l'administration publique des États-Unis. Dénonçant cette atmosphère de travail, les analystes avancent qu'ils ne peuvent pas donner une évaluation franche de la situation en Irak et la Syrie[1].

La 3e armée des États-Unis est actuellement sa composante terrestre.

Le XVIIIe corps aéroporté américain est son principal réservoir de forces.

Sphère d'influenceModifier

 
Zone de responsabilité en 2007

La zone d'influence du CENTCOM en 2008 est le Moyen-Orient (y compris l'Égypte) et l'Asie centrale, régions regroupées sous le terme novateur d'Asie du Sud-Ouest. Avant la création du Commandement des États-Unis pour l'Afrique en 2008, la zone incluait également l'Afrique de l'Est.

Les forces du CENTCOM sont déployées (en 2005) en Irak et en Afghanistan en tant que forces de combat. Il a des bases au Koweït, à Bahreïn, au Qatar, aux Émirats arabes unis, à Oman, au Pakistan, à Djibouti et en Asie centrale. Les forces du CENTCOM ont été également déployées en Jordanie et en Arabie saoudite avant 2005.

Contrairement à d'autres Unified Combatant Command, le quartier général du CENTCOM ne se trouve pas dans son aire d'opérations. Il se trouve à MacDill Air Force Base, à Tampa, en Floride, même si un quartier général avancé pouvant abriter jusqu'à 10 000 personnes se trouve depuis 2003 sur la base aérienne de Al Udeid au Qatar.

OrganisationModifier

Le CENTCOM est composé des commandements suivants :

Liste des commandantsModifier

Liste des commandants du CENTCOM
Robert C. Kingston
George B. Crist
Général H. Norman Schwarzkopf, US Army
Joseph P. Hoar
J.H. Binford Peay III
Général Anthony Zinni, US Marine Corps
Général Tommy Franks, US Army
Général John Abizaid, US Army
Amiral William Fallon, US Navy
Lieutenant-général Martin Dempsey, US Army
Général David Petraeus, US Army
Général James Mattis, US Marine Corps
Général Lloyd Austin, US Army
Général Joseph Votel, US Army
Général Kenneth F. McKenzie Jr., US Marine Corps

Notes et référencesModifier

  1. (en) Exclusive: 50 Spies Say ISIS Intelligence Was Cooked, thedailybeast.com, 9 septembre 2015

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier