Ouvrir le menu principal

Traité de Bruxelles (1948)

(Redirigé depuis Union occidentale)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traité de Bruxelles.
Signature du traité par Ernest Bevin.

Le traité de Bruxelles est signé pour 50 ans le , entre la France, le Royaume-Uni, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg. Il donne naissance à une Union occidentale qui préfigure l'Union de l'Europe occidentale, c'est une alliance uniquement défensive.

Sommaire

SignatairesModifier

Les signataires sont Georges Bidault pour la France, Ernest Bevin pour le Royaume-Uni, Paul-Henri Spaak pour la Belgique, le baron Carel Godfried van Boetzelaer van Oosterhout pour les Pays-Bas et Joseph Bech pour le Luxembourg.

Ces cinq pays signataires seront tous des membres fondateurs de l'OTAN l'année suivante[1].

En septembre 1948, les parties signataires du Traité de Bruxelles ont décidé de créer une agence militaire sous le nom de Western Union Defence Organization (WUDO), précurseur de la Western European Union (WEU) et de l'OTAN. Le maréchal Bernard Montgomery (Royaume-Uni) en était le président permanent pour les forces terrestres, navales et aériennes, dont le siège se situait à Fontainebleau. Les commandants en chef nommés pour chacune des armes étaient le général Jean de Lattre de Tassigny (France) en tant que Commandant en chef des Forces terrestres, le Air Chief Marshal Sir James Robb (RAF officer) (en) (1895-1968) (Royaume-Uni) Commandant en chef des Forces aériennes, et le vice-amiral Robert Jaujard (1896-1977) (France) pour la Marine.

ContenuModifier

Ce traité de coopération économique, sociale et culturelle, et essentiellement, de défense collective (son article 5 prévoyait une assistance militaire automatique entre les cinq membres en cas d'agression), s'inscrit dans la logique du traité de Dunkerque de 1947 pour l'institution d'un système d'assistance mutuelle automatique en cas d'agression armée en Europe. Le siège de commandement se situe à Fontainebleau.

PerspectivesModifier

Cependant, face à la menace soviétique, les pays européens se tournent rapidement vers les États-Unis afin de compléter l'efficacité de leur sécurité, une démarche qui aboutira à la mise en place du pacte de l'Atlantique en avril 1949 et de l'OTAN en 1950.

Le traité de Bruxelles est ensuite remanié le 23 octobre 1954 à la suite des Accords de Paris, avec l'intégration de la RFA et de l'Italie et se fond dans l'Union de l'Europe occidentale. L'intégration de l'Allemagne de l'Ouest permet le réarmement de celle-ci suite à l'échec de la Communauté européenne de défense (CED)[2].

Le traité est finalement dénoncé par la France le 21 mai 2010 (décret n°2011-942 du 10 août 2011 portant publication de la lettre française portant dénonciation du traité de collaboration en matière économique, sociale et culturelle et de légitime défense collective, dit « traité de Bruxelles », publié au Journal officiel le 12 août 2011).

Notes et référencesModifier

  1. L'OTAN contre le Rideau de fer, Le Monde, 21 juillet 2009, page 3
  2. « Une Europe de la défense », sur https://www.europa-blog.eu, (consulté le 14 juin 2017)

Voir aussiModifier