Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Traité d'Arras.
L'union Arras (en jaune) et d'Utrecht (en bleu).

L’union d'Arras fut conclue à Arras le entre le comté d'Artois, le Cambrésis, le comté de Hainaut et Douai appartenant aux Pays-Bas espagnols[1], sous l'impulsion d'Alessandro Farnese.

Les trois pays s'inquiétaient de la politique des calvinistes dans les villes de Flandre et dans le reste des Pays-Bas. La violence contre les prêtres catholiques et contre les églises et les couvents contrevenait aux accords passés lors de la pacification de Gand.

Réponse des provinces du NordModifier

Par l'union d'Arras, les provinces du Sud décidèrent de se rapprocher afin de défendre la foi catholique et la loyauté au roi espagnol. Quelques semaines plus tard, l'union d'Utrecht sera proclamée par d'autres états des Pays-Bas espagnols majoritairement situés au nord, d'obédience calviniste, s'opposant ainsi à l'union d’Atrecht (Arras en néerlandais).

L'union d'Arras de son côté fut suivie du traité d'Arras, le , par lequel les provinces de cette union se réconciliaient avec le roi Philippe II d'Espagne.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

  1. Père Alexis POSSOZ, Mgr Jean Vendeville, évêque de Tournai, 1587-1592, Lille, L. Lefort Imprimeur-Librairie, 1862, p. 88. [lire en ligne].