Ouvrir le menu principal

Une étoile est née (film, 1954)

film sorti en 1954
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le film de George Cukor. Pour le film de Frank Pierson, voir Une étoile est née.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Une étoile est née.
Une étoile est née
Description de l'image Judy Garland in A Star is Born trailer.jpg.

Titre original A Star Is Born
Réalisation George Cukor
Scénario Moss Hart
Acteurs principaux
Sociétés de production Warner Bros. Pictures
Transcona Enterprises
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Genre Film musical
Durée 181 minutes (première version)
169 minutes (version cinéma)
Sortie 1954

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Une étoile est née (A Star is Born) est un film musical américain de George Cukor, sorti en 1954.

Sommaire

SynopsisModifier

Norman Maine (James Mason) est un acteur vedette sur le déclin qui a sombré dans l'alcoolisme et joue les pique-assiette dans les réceptions d'Hollywood. Lors d'un gala de charité, il découvre une jeune chanteuse, Esther Blodgett (Judy Garland), et la fait engager par le directeur du studio. Sous le nom de Vicki Lester, elle connaît une ascension triomphale. Elle épouse son mentor, qui promet de ne plus boire.

Mais leur bonheur est de courte durée. Norman Maine est de plus en plus oublié par le public, et le studio ne le sollicite plus. Il recommence à boire et doit subir une cure de désintoxication. À sa sortie, il cède de nouveau à son vice, fait irruption à la cérémonie au cours de laquelle Esther reçoit un Oscar, et provoque un scandale.

Esther confie à Oliver Niles (Charles Bickford) sa décision d'abandonner sa carrière pour se consacrer entièrement à son mari. Norman, qui a surpris la conversation et ne veut pas être un poids pour sa femme, se suicide. Surmontant sa douleur, Vicki revient à la scène et se fait ovationner sous le nom de Mme Norman Maine.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Et, parmi les acteurs non crédités :

Autour du filmModifier

CritiqueModifier

  • « ...un des témoignages les plus profonds sur Hollywood, qui prend valeur de symbole et fixe à tout jamais une époque privilégiée ». (Olivier Eyquem)[2]

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Thomas Romanacce, « A Star is Born: Lady Gaga, vedette du premier film de Bradley Cooper », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 1er septembre 2016)
  2. (fr) Les Films~clefs du cinéma de Claude Beylie - Bordas - 1987 - (ISBN 2-04-016356-5)