Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Un chauffeur pour Véra

film sorti en 2004 de P. Tchoukhraï
Un chauffeur pour Vera
Водитель для Веры

Titre original Voditel dlia Very
Réalisation Pavel Tchoukhraï
Acteurs principaux
Sociétés de production Pierviy Kanal
Profit (société de production)
1+1
Pays d’origine Drapeau de la Russie Russie Drapeau de l'Ukraine Ukraine
Genre drame
Durée 112 minutes
Sortie 2004

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Un chauffeur pour Vera (en russe : Водитель для Веры) est un film russo-ukrainien, réalisé en 2004 par le réalisateur Pavel Tchoukhraï.

Sommaire

SujetModifier

Le film se passe dans les années 1960, en URSS. Le sergent Viktor regarde la vie simplement : il est prêt à tout bien faire pour atteindre son but, qui est de faire carrière. La chance lui sourit : le lieutenant-général Sérov le prend comme chauffeur personnel alors qu'il n'est que cadet d'une compagnie du Kremlin à Moscou. Viktor se retrouve à la maison de campagne du général, près de Sébastopol. Ce dernier est un homme puissant et autoritaire. La vie en Crimée se déroule dans le paradis soviétique classique. Le général a une fille, Véra, jolie mais boiteuse, gâtée et hystérique dont la mère est internée dans un hôpital psychiatrique. Le soleil des côtes de la Mer Noire, la vie facile dans un milieu favorisé des années 1960, entraînent Véra vers les divertissements. Elle finit par tomber enceinte. Le général décide qu'elle doit garder l'enfant. Il voit d'un bon œil l'attirance de son chauffeur pour Véra. Viktor lui est prêt à épouser cette femme enceinte d'un autre. Interviennent alors les intrigues du pouvoir soviétique. Le général tombe en disgrâce. La datcha s'avère être un nid de domestiques mouchards et d'informateurs. Le pouvoir à Moscou veut éliminer le général et sa fille Véra. Les méthodes utilisées pour y arriver sont mises en œuvre avec sang-froid. Viktor se retrouve seul et peut fuir, mais prend avec lui la fille de Véra qui vient de naître avant la mort de sa mère. Viktor devient par son geste un autre homme qui s'engage en choisissant de sauver l'enfant.

CritiqueModifier

Lilia Nemtchenko, professeur à l'université de l'Oural (Ekaterinbourg), étudie la présence du passé soviétique dans la culture contemporaine, et particulièrement dans le cinéma russe actuel. Ce passé soviétique peut se présenter comme une mode, comme un objet d'étude historique ou encore comme une source de nostalgie. Les années 1960 ont fait l'objet d'une mythisation, malgré les évènements négatifs réels de cette époque (répressions de Krouchtchev contre les artistes indésirables, procès de Joseph Brodsky qui est déporté). Mais Pavel Tchoukhraï ne laisse pas de place à la nostalgie dans ce film. Il montre clairement le revers de la liberté du dégel des années 1960, avec ses soirées en présence d'étrangers, sa nouvelle musique américaine... Le réalisateur révèle que l'idéologie du stalinisme reste présente derrière les apparences et que la base de cette idéologie est de déconsidérer l'individu qui n'a de valeur, pour ce régime, que comme monnaie d'échange[1].

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Prix et nominationsModifier

Le film a obtenu de nombreux prix en Russie [3]. Parmi ceux-ci le Nika de la mise en scène pour Olga Kravtchenia, le Nika de la musique pour Edouard Artemiev et celui de la découvertes pour Elena Babenko-Baranova (ru).

En France il a obtenu le Grand prix du Festival du cinéma russe à Honfleur en 2004

RéférencesModifier

  1. Eugénie Zvonkine(dir.),Lilia Nemtchenko, Cinéma russe contemporain, (r)évolutions, Villeneuve d'Ascq, Presses Universitaires du Septentrion, (ISBN 978 2 7574 1799 7), p. 208-209
  2. « Box office / business for Voditel dlya Very (2004) » [archive du ], IMDb
  3. IMDb (ru) liste des prix /«Водитель для Веры»: список наград и номинаций

Liens externesModifier