Ukraine c. Fédération de Russie (2022)

L'affaire Ukraine c. Fédération de Russie, également appelée Allégations de génocide au regard de la convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, est une affaire portée devant la Cour internationale de justice (CIJ), le principal organe judiciaire des Nations unies. Elle a été soumise par l'Ukraine le contre la Russie à la suite de l'invasion de la première par la seconde en 2022. La Russie a cherché à justifier en partie par des allégations selon lesquelles l'Ukraine se serait livrée à des actes de génocide dans les oblasts de Lougansk et de Donetsk[1]. L'Ukraine a déclaré que ces demandes avaient donné lieu à un différend au titre de la Convention de 1948 pour la prévention et la répression du crime de génocide et a fondé sa demande sur la compétence de la CIJ pour résoudre les différends impliquant la Convention[2],[3]. Le , le tribunal a jugé que la Russie devait « suspendre immédiatement les opérations militaires » en Ukraine, en attendant la décision finale sur l'affaire.

ApplicationModifier

La demande de l'Ukraine visait à « établir que la Russie n'a aucune base légale pour prendre des mesures en Ukraine et contre l'Ukraine dans le but de prévenir et de punir tout prétendu génocide ». Son principal argument était que « la Fédération de Russie a faussement prétendu que des actes de génocide avaient eu lieu dans les oblasts de Louhansk et de Donetsk en Ukraine, et sur cette base a reconnu les soi-disant « République populaire de Donetsk » et « République populaire de Louhansk », puis a déclaré et mis en œuvre une « opération militaire spéciale » contre l'Ukraine »[2]. L'Ukraine a cherché à établir que ces actes de la Russie n'avaient aucun fondement dans la convention sur le génocide et a demandé une réparation intégrale pour ces actes illicites[4].

L'Ukraine a également accusé la Russie de planifier des « actes de génocide en Ukraine » et a affirmé que les forces armées russes « tuent intentionnellement et infligent des blessures graves à des membres de nationalité ukrainienne — l'actus reus du génocide en vertu de l'article II de la convention sur le génocide »[2].

Procédure de mesures provisoiresModifier

Les premières audiences de l'affaire ont eu lieu le 7 mars 2022 au Palais de la Paix à La Haye, aux Pays- Bas — le siège du tribunal — pour déterminer le droit de l'Ukraine à des mesures provisoires[5]. La délégation russe n'a pas comparu pour ces procédures[6], mais a soumis une déclaration écrite[7].

Le 16 mars 2022, le tribunal a statué à 13 contre 2 que la Russie devait « suspendre immédiatement les opérations militaires » qu'elle avait commencées le 24 février 2022 en Ukraine, avec la dissidence du vice-président Kirill Gevorgian, de Russie, et du juge Xue Hanqin, de Chine. Le tribunal a également appelé à l'unanimité « [l]es parties [à] s'abstenir de toute action susceptible d'aggraver ou d'étendre le différend devant la Cour ou de le rendre plus difficile à résoudre ».

En plus d'un bref résumé de sa décision, la CIJ a rendu une ordonnance de 20 pages expliquant son raisonnement[8]. Six juges ont déposé des déclarations séparées expliquant leur point de vue individuel sur l'affaire, dont le vice-président Gevorgian et le juge Xue[9],[10],[11],[12],[13],[14].

Bien que les décisions de la Cour soient contraignantes pour les États membres, la Cour n'a aucun moyen d'exécuter directement ses ordonnances[15]. Dans de rares cas, les pays ont ignoré les décisions dans le passé[16].

Raisonnement du tribunalModifier

La Cour a d'abord déterminé qu'elle était compétente pour ordonner une mesure provisoire « en vertu de l'article IX de la Convention sur le génocide », qui habilite la CIJ à résoudre les différends relatifs à l'interprétation, à l'application ou à l'exécution de la Convention. La Cour a expliqué que l'article IX s'appliquait parce que la Russie et l'Ukraine ont un différend sur la question de savoir si un génocide a lieu à Donetsk et Louhansk.

La Cour a ensuite estimé que l'Ukraine avait « un droit plausible de ne pas être soumise à des opérations militaires de la Fédération de Russie dans le but de prévenir et de punir un prétendu génocide » sur son territoire. Cette conclusion s'explique notamment par le fait que la Cour ne disposait d'aucune preuve étayant les allégations de génocide de la Russie. La Cour a également jugé « douteux » que la Convention, à la lumière de son objet et de son but, autorise une partie contractante à recourir unilatéralement à la force sur le territoire d'un autre État dans le but de prévenir ou de punir un génocide présumé[4].

La Cour a ensuite déterminé qu'il existait un lien plausible entre les droits revendiqués par l'Ukraine en vertu de la Convention sur le génocide et la principale mesure provisoire qu'elle demandait — la suspension des opérations militaires de la Russie — bien qu'elle ait estimé qu'un tel lien faisait défaut pour deux autres formes de mesures demandées par l'Ukraine. Les deux droits revendiqués par l'Ukraine étaient le droit « de ne pas faire l'objet d'une fausse allégation de génocide » et le droit « de ne pas être soumis aux opérations militaires d'un autre État sur son territoire sur la base [d'un abus] de la convention sur le génocide ».

Enfin, la cour a jugé qu'il existe un risque réel et imminent qu'un préjudice irréparable soit causé aux droits de l'Ukraine et que la situation en Ukraine était suffisamment urgente pour justifier une mesure provisoire. Sur cette question, la Cour a estimé que « la population civile affectée par le conflit actuel est extrêmement vulnérable. L'« opération militaire spéciale » menée par la Fédération de Russie a fait de nombreux morts et blessés parmi les civils. Elle a également causé d'importants dégâts matériels, notamment la destruction de bâtiments et d'infrastructures. Les attaques se poursuivent et créent des conditions de vie de plus en plus difficiles pour la population civile. De nombreuses personnes n'ont pas accès aux denrées alimentaires les plus élémentaires, à l'eau potable, à l'électricité, aux médicaments essentiels ou au chauffage. Un très grand nombre de personnes tentent de fuir les villes les plus touchées dans des conditions d'extrême insécurité. »[8].

Déclarations séparéesModifier

Le vice-président Gevorgian et le juge Xue n'étaient pas d'accord sur le fait que la CIJ était compétente, écrivant que l'Ukraine cherchait réellement à se prononcer sur la légalité de l'invasion russe et que cela ne soulevait pas de véritable différend en vertu de la convention sur le génocide[9],[11]. Le juge Mohamed Bennouna a également exprimé des doutes quant à l'applicabilité de la convention sur le génocide, mais a déclaré : « J'ai voté en faveur de l'ordonnance indiquant des mesures conservatoires dans cette affaire parce que je me suis senti obligé par cette situation tragique, dans laquelle de terribles souffrances sont infligées au peuple ukrainien, de me joindre à l'appel de la CIJ pour mettre fin à la guerre »[10].

Le juge ad hoc Yves Daudet a écrit séparément pour critiquer la CIJ d'avoir ordonné à la fois à l'Ukraine et à la Russie « de s'abstenir de tout acte susceptible d'aggraver ou d'étendre le différend », arguant que « cette mesure de non-aggravation du différend aurait dû viser uniquement la Fédération de Russie, qui, je le rappelle, a été désignée par l'Assemblée générale des Nations unies comme l'auteur de l'agression contre l'Ukraine »[14]. Les opinions individuelles des deux juges restants ont fourni des motifs supplémentaires à l'appui de l'ordonnance du tribunal[12].

Réactions à la décisionModifier

Peu de temps après la publication de la décision, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a salué la décision comme une victoire complète pour son pays, affirmant qu'ignorer l'ordre isolerait davantage la Russie[16]. Le secrétaire général de l'ONU, António Guterres, a déclaré que cette décision renforçait ses appels répétés à la paix[15].

Le lendemain, les ministres des Affaires étrangères du Groupe des sept ont publié une déclaration conjointe accusant la Russie de mener une « guerre non provoquée et honteuse » et appelant le pays à se conformer à la décision du tribunal. L'attaché de presse présidentiel russe, Dmitri Peskov, a rejeté la décision, affirmant que la Russie ne pouvait pas « tenir compte de cette décision » et que, sans le consentement des deux parties, la décision n'était pas valide.

À la suite d'un sommet extraordinaire à Bruxelles, les dirigeants de l'OTAN ont publié une déclaration commune condamnant les attaques russes contre des civils et appelant la Russie à suspendre immédiatement les opérations militaires, comme l'a ordonné le tribunal.

Articles connexesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) Hinton, « Putin's claims that Ukraine is committing genocide are baseless, but not unprecedented » [archive du ], The Conversation, (consulté le )
  2. a b et c Poskakukhin, Andrey (27 February 2022). "Ukraine institutes proceedings against the Russian Federation and requests the Court to indicate provisional measures" (PDF). International Court of Justice. pp. 1–2. Archived (PDF) from the original on 28 February 2022
  3. « Application Instituting Proceedings », International Court of Justice,
  4. a et b « International Court of Justice, 2022 16 March General List No. 182, Order », International Court of Justice Official Website (consulté le )
  5. (en) Patrick Wintour, « International court of justice to fast-track ruling on Russian invasion », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. (en) Schnell, « Russian representatives skip UN court hearing on Ukraine » [archive du ], The Hill, (consulté le )
  7. « Allegations of Genocide under the Convention on the Prevention and Punishment of the Crime of Genocide (Ukraine v. Russian Federation) » [archive du ], International Court of Justice (consulté le )
  8. a et b « Allegations of Genocide Under the Convention on the Prevention and Punishment of the Crime of Genocide (Ukraine v. Russian Federation): Order on Provisional Measures », International Court of Justice,
  9. a et b « Declaration of Vice-President Gevorgian »
  10. a et b « Declaration of Judge Bennouna »
  11. a et b « Declaration of Judge Xue »
  12. a et b « Separate Opinion of Judge Robinson »
  13. « Declaration of Judge Nolte »
  14. a et b « Declaration of Judge ad hoc Daudet »
  15. a et b "International Court orders Russia to 'immediately suspend' military operations in Ukraine". United Nations News. 16 March 2022
  16. a et b Noack, Rick (16 March 2022). "U.N. court orders Russia to halt its invasion of Ukraine, in a largely symbolic ruling". The Washington Post

Liens externesModifier