Ouvrir le menu principal

USS Corsica est un surnom donné à la Corse pendant la Seconde Guerre mondiale après sa libération le 4 octobre 1943 par l'Armée française, à l'initiative du général Henri Giraud. En effet, USS est le préfixe des navires de l'US Navy (United States Ships, en français « Navire des États-Unis »). Il est ici utilisé par analogie avec les porte-avions américains. En effet, la Corse qui a abrité jusqu’à plus de 50 000 soldats nord-américains, était assimilée à un porte-avions insubmersible qui, par sa position stratégique, a joué un rôle important durant la campagne d’Italie et le débarquement de Provence.

Des bombardiers, chasseurs et avions de reconnaissance étaient positionnés sur 17 terrains d’aviation militaire disséminés sur l'île, en particulier le long de la côte orientale dont l'actuel aéroport de Bastia Poretta.

Des pistes d’Alto[1] (un nom emprunté à la rivière Fium'Alto), s’envolaient les avions du 57th Fighter Group, unité mythique de l’armée de l’air des États‐Unis. Il était composé de trois escadrons – le 64th Fighter Squadron « Black Scorpions » (« les Scorpions noirs »), le 65th Fighter Squadron « Fighting cocks » (« les Coqs de combat ») et le 66th Fighter Squadron « Exterminators » (« les Exterminateurs ») – et chapeautait également des escadrilles françaises : « Dauphiné », « Navarre » et surtout « La Fayette » dont la réputation n’était plus à faire y compris auprès des Américains.

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « 57th Fighter Group », sur Alto-Squadron (consulté le 1er juin 2015).

BibliographieModifier

  • Dominique Taddei, U.S.S. Corsica : décembre 1943-avril 1945, Ajaccio, Albiana, , 233 p. (ISBN 978-2-84698-006-7)