UA1 est l’une des expériences conduites lors du projet Super Proton Synchrotron (SPS) du CERN de 1981 à 1990[1]. À l’aide des résultats de l’expérience UA2, ce projet a permis la découverte des bosons W et Z ; découverte récompensée par le prix Nobel de physique en 1984[2].

Section centrale de l’expérience UA1 exposée au Musée Microcosm du CERN
Vue interne du détecteur

DescriptionModifier

 
Section du détecteur UA1 exposée au Museo nazionale della scienza e della tecnologia Leonardo da Vinci de Milan

L’acronyme UA désigne l’underground area du CERN : un site de recherche situé sous terre, à l’écart des deux complexes principaux et toujours en activité en 2011. L’UA1 est un détecteur généraliste composé d’une chambre à fils, d’un détecteur de muons et de plusieurs calorimètres. La chambre à fils consiste en un assemblage cylindrique composée de six chambres, l’ensemble mesurant 5,8 m de long pour 2,3 m de diamètre constituant finalement la plus grande de son époque. Elle générait un champ magnétique de 0,7 T et les chambres étaient remplies d’un mélange argon-éthane.

Les plans du détecteur UA1 sont conçus en 1978 et le projet accepté au cours de la même année[3]. UA1 a eu une utilité cruciale afin de comprendre la topologie complexe de collisions protons-antiprotons, qui a permis la découverte des bosons W et Z.

RéférencesModifier

  1. CERN, « UA1 - Le détecteur UA1 a passé au crible un milliard de collisions proton-antiproton au SPS, à la recherche de traces des particules W et Z » (consulté le 28 mai 2020)
  2. (en) Luigi Di Lella et Carlo Rubbia, « The Discovery of the W and Z Particles », Advanced Series on Directions in High Energy Physics, vol. 23,‎ , p. 137-163 (lire en ligne)
  3. (en) « When CERN saw the end of the alphabet », CERN Courier,‎ (lire en ligne)

BibliographieModifier