Tyrrell 019

Tyrrell 019
Tyrrell 019
La Tyrrell 019 de Satoru Nakajima en démonstration en marge du Grand Prix du Japon 2013
Présentation
Équipe Drapeau : Royaume-Uni Tyrrell Racing Organisation
Constructeur Tyrrell Racing
Année du modèle 1990
Concepteurs Harvey Postlethwaite
Jean-Claude Migeot
Spécifications techniques
Châssis Monocoque composite moulée en fibre de carbone en nid d'abeille
Suspension avant Double triangle, poussoirs, ressorts hélicoïdaux et amortisseurs
Suspension arrière Double triangle, poussoirs, ressorts hélicoïdaux et amortisseurs
Nom du moteur Ford-Cosworth DFR
Cylindrée 3 494 cm³
620 ch à 11 250 tr/min
Configuration V8 ouvert à 90°
Position du moteur Longitudinal arrière
Boîte de vitesses Tyrrell / Hewland manuelle
Nombre de rapports 6 + marche arrière
Carburant Elf
Pneumatiques Pirelli
Histoire en compétition
Pilotes 3. Drapeau : Japon Satoru Nakajima
4. Drapeau : France Jean Alesi
Début Grand Prix automobile de Saint-Marin 1990
CoursesVictoiresPoleMeilleur tour
14000
Championnat constructeur 5e avec 16 points
Championnat pilote Jean Alesi : 9e
Satoru Nakajima : 15e

Chronologie des modèles (1990)

La Tyrrell 019, est la monoplace de Formule 1 conçue par l'écurie britannique Tyrrell Racing dans le cadre du championnat du monde de Formule 1 1990, à partir du Grand Prix de Saint-Marin, la troisième manche de la saison. Elle est pilotée par le Japonais Satoru Nakajima, en provenance du Team Lotus, et par le Français Jean Alesi, qui effectue sa deuxième saison avec Tyrrell.

HistoriqueModifier

 
La Tyrrell 019 est équipée d'un moteur V8 Ford-Cosworth.
 
Martin Brundle en démonstration avec la Tyrrell 019 sur le circuit de Suzuka en 2015.

La Tyrrell 019 est introduite en course à l'occasion du Grand Prix de Saint-Marin, troisième manche du championnat 1990. Comme sa devancière, la Tyrrell 018, la 019 est dotée d'une suspension avant à un seul combiné transversal. Elle innove cependant par un museau relevé de trente centimètres. Ce procédé permet de canaliser le flux d'air pour créer un important effet de sol. Ce flux est cependant coupé en deux par une plaque qui prolonge le fond plat jusqu'à l'avant des roues arrière, ce qui permet une meilleure adhérence de la voiture. Enfin, l'aileron arrière est raccourci. Ces innovations aérodynamiques sont reprises les années suivantes par l'ensemble des écuries du plateau, jusqu'à s'imposer définitivement à partir de 1996[1].

Pour son premier Grand Prix, la Tyrrell 019 permet à Jean Alesi, parti septième, de marquer le point de la sixième place, tandis que Satoru Nakajima, élancé depuis la dix-neuvième place, est percuté par Ivan Capelli (Leyton House Racing) : l'arrière de sa monoplace étant totalement arraché, il est contraint à l'abandon[2],[3].

Lors de la manche suivante, à Monaco, Alesi réalise la meilleure qualification de la saison en prenant la troisième place sur la grille de départ. En course, le Français profite de l'abandon d'Alain Prost (Ferrari) pour occuper la deuxième place et défend sa position face à Gerhard Berger (McLaren) jusqu'au drapeau à damiers[4],[5]. Cet exploit poussent les spécialistes de la discipline à penser qu'Alesi est un futur champion du monde et qu'il pourrait rapidement rejoindre la Scuderia Ferrari[6].

Le milieu de saison est cependant beaucoup plus difficile pour Tyrrell qui doit composer avec les nombreux problèmes de fiabilité de la 019 : ainsi, si Alesi, qui parvient systématiquement à se qualifier dans les huit premiers, Nakajima, toujours élancé en fond de peloton, essuie six abandons consécutifs, liés à des problèmes électriques, des ruptures de boite de vitesses ou de casse moteur[7]. Le Japonais rompt cette série en terminant sixième du Grand Prix d'Italie, à un tour du vainqueur Ayrton Senna (McLaren), après être parti de la quatorzième place[8],[9].

Au Portugal, Nakajima se qualifie en vingtième position, mais, malade, il renonce à participer à la course. Son équipier, élancé huitième malgré des problèmes de freins, garde cette même position à l'arrivée, à un tour de Nigel Mansell (Ferrari)[10],[11]. Enfin, au Grand Prix du Japon, Alesi, initialement qualifié en septième position, ne prend pas part à la course, en raison de violentes douleurs au cou à la suite d'un accident survenu lors des essais[12],[13].

À l'issue du championnat, Tyrrell Racing est cinquième du championnat du monde des constructeurs avec 16 points. Jean Alesi se classe neuvième du championnat du monde des pilotes avec 13 points, tandis que Satoru Nakajima est quinzième avec trois points[14].

Résultats en championnat du monde de Formule 1Modifier

Résultats détaillés de la Tyrrell 019 en championnat du monde de Formule 1
Saison Écurie Moteur Pneus Pilotes Courses Points
inscrits
Classement
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16
1990 Tyrrell Racing Organisation Ford-Cosworth
DFR V8
Pirelli USA BRÉ SMR MON CAN MEX FRA GBR ALL HON BEL ITA POR ESP JAP AUS 16* 5e
Satoru Nakajima Abd Abd 11e Abd Abd Abd Abd Abd Abd 6e Np. Abd 6e Abd
Jean Alesi 6e 2e Abd 7e Abd 8e 11e Abd 8e Abd 8e Abd Np. 8e

Légende : ici
* 7 points marqués avec la Tyrrell 018.

Notes et référencesModifier

  1. « Saint-Marin 1990 : Nouvelles règles et nouvelles voitures », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  2. « Saint-Marin 1990 : Qualifications », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  3. « Saint-Marin 1990 : Classement », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  4. « Monaco 1990 : Qualifications », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  5. « Monaco 1990 : Classement », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  6. « Monaco 1990 : Après la course », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  7. « Tyrrell 019 », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  8. « Italie 1990 : Qualifications », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  9. « Italie 1990 : Classement », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  10. « Portugal 1990 : Qualifications », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  11. « Portugal 1990 : Classement », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  12. « Japon 1990 : Présentation de l'épreuve », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  13. « Japon 1990 : Classement », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)
  14. « Classements du championnat du monde 1990 », sur statsf1.com (consulté le 2 février 2020)

Sur les autres projets Wikimedia :