Ouvrir le menu principal

Tureia

atoll de Polynésie française

Tureia
Vue satellitaire de Tureia.
Vue satellitaire de Tureia.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Archipel Tuamotu
Localisation Océan Pacifique
Coordonnées 20° 46′ 16″ S, 138° 33′ 53″ O
Superficie km2
Côtes 90 km
Géologie Atoll
Administration
Statut Commune

Collectivité d'outre-mer Polynésie française
District Tuamotu
Commune Tureia
Démographie
Population 336 hab. (2017[1])
Densité 42 hab./km2
Plus grande ville Hakamaru
Autres informations
Découverte 1791
Fuseau horaire UTC-10

Géolocalisation sur la carte : Polynésie française

(Voir situation sur carte : Polynésie française)
Tureia
Tureia

Géolocalisation sur la carte : Archipel des Tuamotu

(Voir situation sur carte : Archipel des Tuamotu)
Tureia
Tureia
Atolls en France

Tureia, également appelé Papa-kena[2], est un atoll situé dans l'archipel des Tuamotu en Polynésie française. Celui-ci est le chef-lieu de la commune de Tureia.

GéographieModifier

SituationModifier

 
Topographie de Tureia.

L'île est située à 57 km à l'est de Vanavana, l'atoll le plus proche, à 100 km au nord de Mururoa et à 1 150 km à l'est de Tahiti. Tureia est un atoll de 15 km de longueur et 8 km de largeur maximales pour une surface émergée d'environ 8 km2. Son lagon couvre une superficie de 47 km2 sans passe de communication avec l'océan.

GéologieModifier

D'un point de vue géologique, l'atoll est l'excroissance corallienne (de 135 mètres) du sommet du mont volcanique sous-marin homonyme qui mesure 3 405 mètres, depuis le plancher océanique, formé il y a environ 39,3 à 39,9 millions d'années[3].

DémographieModifier

En 2017, la population totale de Tureia est de 336 personnes[1],[4] principalement regroupées dans le village de Hakamaru (ou Fakamaru), situé à la pointe nord ; son évolution est la suivante :

1983 1988 1996 2002 2007 2012 2017
2934 2186 1321 314 311 301 336
Sources ISPF[5] et Gouvernement de la Polynésie française.

HistoireModifier

Découverte par les EuropéensModifier

Tureia fut mentionné pour la première fois par un Européen le lorsque le capitaine Edward Edwards l'aborde alors qu'il est à la recherche des mutins du Bounty[6]. Edwards baptisa l’atoll du nom d'île Carysford[2], en l’honneur de John Proby, premier comte de Carysford. L'atoll est également visité par le navigateur britannique Frederick William Beechey le [6].

Période moderneModifier

Au XIXe siècle, Tureia devient un territoire français peuplé alors d'environ 110 habitants autochtones vers 1850[7]. L'atoll est alors évangélisé avec la fondation de la paroisse Notre-Dame-de-Paix en 1884 et la construction de l'église homonyme en 1930 rattachée au diocèse de Papetee[8].

De 1966 à 1996, Tureia accueillait un camp d'hébergement du Centre d'expérimentation du Pacifique, ainsi qu’une station météorologique dont les bâtiments sont désormais abandonnés. Les essais nucléaires français eurent lieu dans les atolls de Moruroa et Fangataufa, à une centaine de kilomètres au sud de Tureia.

ÉconomieModifier

Presque toute la terre arable de Tureia est consacrée à la culture du cocotier. L’atoll dispose depuis 1985 d'un petit aérodrome avec une piste d’atterrissage longue de 900 mètres[9] qui permet le développement de l'activité touristique. Il accueille, en moyenne, environ 120 vols et 2 500 passagers par an, dont la moitié en transit[10].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Recensement de 2017 – Répartition de la population de la Polynésie française par îles, Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), consulté le 27 février 2019.
  2. a et b (en) J.L. Young, « Names of the Paumotu Islands, with the Old Names So Far As They Are Known », The Journal of the Polynesian Society, vol. 8, no 4, décembre 1899, pp. 264-8.
  3. (en) Tureia Seamount sur le catalogue Seamount de earthref.org
  4. Atlas de Polynésie : Tureia, Direction des ressources marines du Gouvernement de la Polynésie française, consulté le 27 février 2019.
  5. Population, naissances et décès entre deux recensements (RP), Institut de la statistique de la Polynésie française (ISPF), consulté le 27 février 2019.
  6. a et b Jacques Bonvallot, Les Atolls des Tuamotu, éditions de l'IRD, 1994, (ISBN 9782709911757), pp. 275-282.
  7. Étienne Avalle, Notices sur les colonies françaises, éditions Challamel aîné, Paris, 1866, p. 641.
  8. Paroisse Notre-Dame-de-Paix sur le site l'archidiocèse de Papeete.
  9. (code AITA : ZTA • code OACI : NTGY)
  10. Statistiques de l'aérodrome de Tureia, Union des aéroports français, consulté le 28 février 2019.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Turiea sur le site officiel de la présidence de la Polynésie française.