Tunnel du Chérimont

Chérimont
Image illustrative de l’article Tunnel du Chérimont
L'entrée Est du tunnel.

Géographie
Pays Drapeau de la France France
Coordonnées 47° 40′ 42″ nord, 6° 40′ 59″ est
Exploitation
Trafic inutilisé
Caractéristiques techniques
Longueur du tunnel 1 330 m
Nombre de tubes 1
Nombre de voies par tube 1
Construction
Début des travaux 1884
Fin des travaux 1897
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Chérimont
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
(Voir situation sur carte : Haute-Saône)
Chérimont
Géolocalisation sur la carte : Bassin minier de Ronchamp et Champagney
(Voir situation sur carte : Bassin minier de Ronchamp et Champagney)
Chérimont

Le tunnel du Chérimont (ou souterrain du Chérimont) est un ouvrage d'art français qui devait permettre le passage du canal de la Haute-Saône sous plusieurs collines du Chérimont. Il a été percé à l'explosif. Il se situe dans la commune de Champagney (Haute-Saône), à proximité du bassin de Champagney qui devait alimenter le même canal.

Creusé entre 1884 et 1897, ce tunnel-canal de 1 330 mètres de long n'est jamais entré en service.

HistoireModifier

Après la guerre de 1870 et la perte de l'Alsace-Lorraine, le canal de la Haute-Saône est créé pour compenser les pertes de voies navigables vers le Rhin. Le creusement du tunnel du Chérimont commence en 1884, il est achevé en 1897. Le projet de canal est finalement abandonné en 1919, après la signature du traité de Versailles et le tunnel est abandonné[1].

Caractéristiques techniquesModifier

Le tunnel mesure 1 330 mètres de long, dix mètres de hauteur et sept mètres de largeur. La margelle de visite mesure 80 cm de large. Il fonctionne en sens unique alterné. Il est creusé dans du grès rouge vosgien massif et et sa voûte est maçonnée avec des pierres de taille issues des carrières de Châlonvillars et d'Essert. La ventilation est assurée par six puits d'aérage espacés de 180 mètres les uns des autres[1]. Leur profondeur varie entre 50 et 70 mètres. Le dernier a été abandonné au bout de dix mètres. Ils sont tous entourés d'un mur de trois mètres de haut[2].

PatrimoineModifier

L'ensemble formé par le tunnel du Chérimont, l'écluse du Beuveroux et le port d'attente de l'étang Déchaudé est mis en valeur par un sentier pédestre de l'office de tourisme Rahin et Chérimont[3].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Alain Jacquot-Boileau, « Canal et tunnel du Chérimont - Champagney 1911 ».
  2. « Le port de Frahier et le canal d'irrigation: Le souterrain du Chérimont », sur Office de tourisme Rahin et Chérimont.
  3. Office de tourisme Rahin et Chérimont, « Randonnée: Le canal » [PDF] (consulté le 16 mai 2017).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Pierre Klinger, Le bassin de Champagney & le canal de la Haute-Saône, Franche-Comté édition, (ISBN 2-915402-10-8)