Tunnel des Batignolles

Tunnel des Batignolles
Image illustrative de l’article Tunnel des Batignolles
L'entrée du tunnel des Batignolles après l'accident du 5 octobre 1921.

Type Ferroviaire
Géographie
Pays France
Localité Paris
Coordonnées 48° 53′ 00″ nord, 2° 19′ 11″ est
Caractéristiques techniques
Longueur du tunnel 321 m
Nombre de tubes 4 jusqu'en 1923
1 depuis 1923
Nombre de voies par tube 2
Construction
Début des travaux 1837
Fin des travaux 1909
Fermeture 1923
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Tunnel des Batignolles
Géolocalisation sur la carte : 17e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 17e arrondissement de Paris)
Tunnel des Batignolles

Le tunnel des Batignolles est un tunnel ferroviaire, situé à Paris dans le 17e arrondissement. Il est long de 321 mètres. Construit par phases successives entre 1837 et 1909, il est démoli entre 1923 et 1925, à l'exception de la galerie située sous la rue de Rome.

HistoireModifier

La construction des galeriesModifier

En 1837, le chemin de fer de Paris à Saint-Germain-en-Laye est mis en service. À la sortie de l'embarcadère de l'Ouest, alors situé au niveau de la place de l'Europe, la voie doit passer sous la commune des Batignolles-Monceau dans un secteur déjà assez densément peuplé. Le tunnel commence légèrement avant le boulevard des Batignolles (qui marque alors la limite de Paris) et finit après la rue La Condamine en passant sous la rue des Dames[1]. Lors de la construction de la ligne de Paris à Rouen au début des années 1840, une seconde galerie est creusée[2],[3]. En 1865, une nouvelle galerie est construite à l'ouest des deux premières[2].

Dans les années 1890, le tunnel apparait déjà comme une gêne et il est proposé de le démolir[4]. La destruction du tunnel nécessite toutefois la démolition de nombreux immeubles[5] et le projet n'est pas exécuté pour des raisons budgétaires[6],[7]. En 1909, une quatrième galerie est construite sous la rue de Rome pour permettre le passage de la ligne d'Auteuil[8].

La destruction de trois des quatre galeriesModifier

En 1912, la direction des Chemins de fer de l'État, après plusieurs années d'études, décide de supprimer le tunnel, à l'exception de la galerie récemment percée sous la rue de Rome. Un concours est lancé à cet effet[9],[10]. Le projet est complexe car les travaux doivent être exécutés sans entraver ni la circulation des trains, ni celle des métros de la ligne 2[11] qui passent juste au-dessus du tunnel[9]. Un projet détaillé est approuvé par décision ministérielle du , mais du fait de la Première Guerre mondiale, il n'est pas mené à bien[2].

Le , un train quittant la gare Saint-Lazare heurte un autre train le précédant dans la voûte dite de Versailles (celle percée en 1865)[12]. L'éclatement du réservoir de gaz d'un des wagons tamponnés provoque un incendie dans lequel meurent 28 personnes[13]. En conséquence, le ministre ordonne immédiatement la suppression du tunnel. L'ordre est confirmé par la décision ministérielle du 5 décembre 1921[14]. Les travaux préparatoires débutent dès le [15]. Les travaux de destruction de trois des galeries du tunnel (la galerie sous la rue de Rome étant conservée) commencent en 1922[2] et s’achèvent en 1926[16]. L'ancien tunnel est remplacé par une tranchée de huit voies (contre six dans le tunnel démoli).

CaractéristiquesModifier

Le tunnel a pour caractéristiques :

  • longueur : 321 m ;
  • largeur des voûtes :
    • 7,4 m pour les voûtes nos 1 et 2, dite de Saint-Germain et Argenteuil[12] ;
    • m pour la voûte no 3, dite de Versailles[12] ;
    • 8,5 m pour la voûte no 4, dite d'Auteuil[12] ;
  • hauteur des voûtes : environ 6 m au-dessus du niveau des rails ;
  • profondeur : l'intrados était à 7 m au-dessous de la rue de Rome.

À l'origine, cinq lignes de chemin de fer empruntent le tunnel :

Il n'y a plus que celle du groupe 2 qui emprunte la dernière galerie restante.

Notes et référencesModifier

  1. Cadastre révisé des communes annexées (1830-1850), section B dite de Batignolles, 5e feuille, côte ATLAS/95/8.
  2. a b c et d Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères, 10 février 1923, 43e année, t. 82, no 6, p. 121–128 [lire en ligne].
  3. Compte rendu par le Ministre de l'intérieur pour l'exercice 1845, p. 82 [lire en ligne].
  4. Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères, , 13e année, t. 23, no 18, p. 284 [lire en ligne].
  5. Plan parcellaire municipal de Paris (fin XIXe), 67e quartier « Batignolles », 113e feuille, côte PP/11830/E.
  6. Le Correspondant : revue mensuelle : religion, philosophie, politique, 1912, t. 213–249, p. 19 [lire en ligne].
  7. Bulletin municipal officiel de la Ville de Paris, 4 février 1904, 23e année, no 34, p. 656 [lire en ligne].
  8. Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères, 1er octobre 1910, 30e année, t. 57, no 22, p. 401–406 [lire en ligne].
  9. a et b Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères, 16 mars 1912, 32e année, t. 60, no 20, p. 400 [lire en ligne].
  10. Journal officiel de la République française, 9 mars 1912, 44e année, no 68, p. 2329 [lire en ligne].
  11. « Construction du souterrain au-dessus des trois voûtes du tunnel des Batignolles » dans Chemin de fer métropolitain municipal de Paris. Tome 1 : ligne circulaire nord 1900-1903, École nationale des ponts et chaussées, 1900-1903 [lire en ligne].
  12. a b c et d Tunnel des Batignolles [PDF] dans l'inventaire des tunnels ferroviaires.
  13. Le Petit Journal des 6 octobre, 7 octobre et 8 octobre 1921 ; Le Temps du 7 octobre 1921, p. 4.
  14. Annales des mines ou Recueil de mémoires sur l'exploitation des mines et sur les sciences qui s'y rapportent, 1924, 12e série, t. 5, p. 356–357 [lire en ligne].
  15. L'Ouest-Éclair, 18 octobre 1928, no 7261 [lire en ligne].
  16. Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères, 4 décembre 1926, 46e année, t. 89, no 23 p. 493–499 [lire en ligne].

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier