Tueur à la chaîne

Un tueur à la chaîne (traduction de l'anglais spree killer) est un assassin qui commet plusieurs meurtres dans un laps de temps très court, généralement quelques heures, voire quelques minutes, sans se soucier de l'identité des victimes, tuant toute personne qu'il rencontre sur son chemin, y compris des membres de sa famille.

La plupart des tueurs à la chaîne agissent par instabilité mentale ou sous influence, ou sont clairement animés d'intentions suicidaires. Leur identité est rapidement connue, ce qui les pousse à terminer leur massacre soit en se suicidant, soit en se préparant à être abattus lors de la confrontation avec la police, ce qu'on qualifie de suicide par police interposée.

Le tueur à la chaîne se distingue du tueur de masse, qui reste généralement attaché à un lieu de crime unique, tuant un grand nombre de personnes en un seul grand événement, et du tueur en série (serial killer en anglais), qui tue une personne à la fois mais sur une plus longue période. Aux États-Unis d'Amérique, on a classé à part les massacres dans les écoles (massacre scolaire), comme sous-catégorie de tuerie à la chaîne, du fait de leur récurrence depuis la fin des années 1990.

Les listes qui suivent recensent quelques exemples emblématiques et ne sauraient être exhaustives.

Tueurs à la chaîne dans le mondeModifier

  • Mutsuo Toi (1917-1938), Japon : auteur du « massacre de Tsuyama » ; le , il tue trente personnes en une heure et demie avec une arme à feu et un sabre, puis se suicide.
  • Xinghua Qiu, Chine : du 14 au , il tue onze personnes à Ankang et à Suizhou. Il a été condamné à mort[7].
  • Tomohiro Katō (1983-), Japon : auteur du massacre d'Akihabara ; le , il tue sept personnes et tente de se suicider en projetant sa voiture contre un mur.

Tueurs à la chaîne en FranceModifier

  • Christian Dornier (1958-) : fermier, il tue quatorze personnes le à Luxiol. Reconnu irresponsable, il n'a pas été jugé et est interné dans un hôpital psychiatrique à Sarreguemines depuis 1991.
  • Éric Borel (1979-1995) : élève en lycée technique alors âgé de seize ans, il tue quatorze personnes le , dont son beau-père, sa mère et son frère, à Cuers et à Solliès-Pont, puis se suicide. Il avait sur lui une batte de baseball, une carabine .22 Long Rifle, un marteau et un pistolet. Il vouait une admiration au national-socialisme[8].
  • Joachim Toro : auteur de la « tuerie de Rivesaltes » ; plombier retraité, il abat trois hommes et blesse deux personnes à Rivesaltes le . Il a été condamné à trente ans de réclusion criminelle.[réf. nécessaire]
  • Karl Rose : auteur de la « tuerie d'Istres » ; le , il abat trois hommes et blesse une femme à Istres. Il a été condamné à la réclusion criminelle à perpétuité dont vingt-deux ans de sûreté.[réf. nécessaire]

Au cinémaModifier

Notes et référencesModifier

  1. Mass Murderers, Alexandria, Virginia, Time-Life Books, , 192 p. (ISBN 978-0-7835-0004-1, lire en ligne)
  2. Jessica Gresko, « 20 Years later, San Ysidro McDonald's massacre remembered » [archive du ], North County Times, Escondido, CA,
  3. Voir (en) Going postal sur la Wikipédia anglophone
  4. Being reprimanded after a quarrel with superiors about giving another soldier the permission to return home, Lt. Tian Ming Jian, 31, armed himself and began shooting, killing five soldiers and officers, including the party boss of the camp, and injured at least ten more, before he fled the military base in Tongxian County. While his fellow soldiers were ordered to change their uniforms, in order not to panic the public when they are searching for the deserter, Tian hijacked a jeep and headed towards Beijing. Arriving at Tiananmen Square at 7:20 am he jumped out, started shooting people at random and riddled a passing bus with bullets. 17 people were killed, one of them Iranian diplomat Yousef Mohammadi Pishknari, and dozens injured on his trail towards Jianguomen, while police desperatly tried to apprehend him. Eventually Lt. Tian was besieged at Yabao Road and heavy police fire forced him to flee into a dead end, where he was killed by a sniper.
  5. (en) Martin Bryant - Wikipédia anglophone
  6. (en) Bulelani Vukwana - Wikipédia anglophone
  7. (en) Shaanxi temple axe murderer gets death - China Daily, 20 octobre 2006
  8. Dossier : La tuerie de Cuers – AffairesCriminelles.com