Tudor Minstrel

Tudor Minstrel
Race Pur-sang
Père Owen Tudor
Mère Sansonnet
Père de mère Sansovino
Sexe M
Naissance 1944
Pays de naissance Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Mort 1971
Pays d'entraînement Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Éleveur John Arthur Dewar
Propriétaire John Arthur Dewar
Entraîneur Fred Darling
Jockey Gordon Richards
Rating Timeform 144
Nombre de courses 10
Nombre de victoires 8 (1 place)
Gains en courses £ 24 629
Principales victoires 2000 Guinées
St. James's Palace Stakes
Knights Royal Stakes

Tudor Minstrel (1944-1971), est un cheval de course pur-sang anglais. Il fut l'un des meilleurs chevaux européens de l'immédiat après-guerre.

Carrière de courseModifier

Poulain de grande naissance, élevé en Angleterre par son propriétaire John Arthur Dewar, neveu et héritier du distillateur de whisky Thomas Dewar, Tudor Minstrel est confié au plus grand entraîneur de son temps, Fred Darling, et monté par son alter ego chez les jockeys, Gordon Richards. Il réalise une saison de 2 ans parfaite, qui commence par deux victoires à Bath et Salisbury au printemps, et un premier coup d'éclat au meeting de Royal Ascot dans les importants Coventry Stakes, qu'il remporte par quatre longueurs. Quatre longueurs sanctionnent également sa supériorité dans les National Breeders Produce Stakes en juillet à Sandown, et met fin de manière prématurée à sa saison. À l'issue de celle-ci, il est classé numéro 1 des 2 ans de l'année sur l'échelle des handicapeurs.

En 1947, Tudor Minstrel fait son retour sur l'hippodrome de ses débuts, Bath, et s'impose facilement, ce qui le confirme dans son statut de favori des 2000 Guinées. Et il fait plus que confirmer ce statut puisqu'il écrase l'adversité de huit longueurs : jamais on avait enregistré un tel écart à l'arrivée des Guinées au 20e siècle. C'est d'autant plus impressionnant que Gordon Richards a ralenti son poulain à l'approche de l'arrivée, laissant les observateurs considérer qu'il aurait gagné de vingt longueurs si son jockey l'avait soutenu. Il n'en faut pas plus pour faire de Tudor Minstrel "le cheval du siècle"[1]. Et on le sait, il n'y a pas mieux qu'un cheval du siècle pour causer une surprise du siècle. Celle du 7 juin 1947 a lieu devant 400 000 spectateurs massées dans les tribunes d'Epsom, parmi lesquels le roi George VI. C'est jour de pluie et de froid, jour de Derby. Tudor Minstrel, épouvantail de la course, n'est pas un favori si parfait puisque certains considèrent qu'il manque de tenue et que les 2 400 mètres seront de trop pour lui, malgré ses origines où figurent quelques bons stayers. Mais la confiance règne, et l'on n'hésite pas à écrire que le poulain pourrait gagner ce Derby même en tractant une charrette[2]. Ils avaient tort : le poulain est à la peine dans la ligne droite et s'éteint peu à peu, terminant loin, très loin quatrième à tel point que l'on renonce à compter les longueurs. 2 400 mètres, c'est long.

Car c'est bien une affaire de tenue, et Tudor Minstrel le prouve en revenant sur sa distance fétiche du mile pour s'imposer facilement dans les St James's Palace Stakes. Et la tenue, ça se joue parfois à peu, quelques centaines de mètres. L'entourage de Tudor Minstrel le constate lors de son deuxième essai sur une distance supérieure au mile, sur les 2 000 mètres des Eclipse Stakes. Le poulain court nettement mieux, mais doit s'incliner face au poulakn de l'Aga Khan Migoli, qui n'a pas de problème de distance, lui, puisqu'il a terminé deuxième du Derby et gagnera l'année suivant le Prix de l'Arc de Triomphe. Non, décidément, Tudor Minstrel est un miler et rien d'autre, mais il est le meilleur d'entre eux : il fait ses adieux en septembre par une victoire dans les Knights Royal Stakes, sur le mile, comme à ses plus beaux jours.

Malgré ses deux défaites dues à ses aptitudes à la distance, l'impression laissée par Tudor Minstrel dans les Guinées demeure. Et Timeform ne s'en remet pas, lui attribuant un rating inouï de 144, qui restera le plus haut de l'histoire jusqu'à ce qu'il soit dépassé vingt ans plus tard par Sea Bird et son 145, puis égalé par les légendaires Brigadier Gerard et Secretariat, et à nouveau supplanté par Frankel, qui met tout le monde d'accord cinquante ans plus tard du haut de son 147. Une telle hiérarchie pose toutefois question, car si Tudor Minstrel était sans aucun doute un crack, le considérer comme l'égal de Brigadier Gerard et Secretariat, et supérieur à un Ribot ou un Mill Reef, semble quelque peu démesuré.

Résumé de carrièreModifier

Date Hippodrome Pays Course Distance Jockey Place Écart Vainqueur ou deuxième
1942, 2 ans
Mai Bath   Royaume-Uni Lands Down Stakes 1 000 m G. Richards 1er / 6 5 Wild Level
31 mai Salisbury   Royaume-Uni Fall Stakes 1 000 m G. Richards 1er / 5 8 Austere
Juin Ascot   Royaume-Uni Coventry Stakes 1 000 m G. Richards 1er / 6 4 Patrol
20 juillet Sandown   Royaume-Uni National Breeders Produce Stakes 1 000 m G. Richards 1er / 7 4 Kingsclere
1957, 3 ans
Avril Bath   Royaume-Uni Somerset Stakes 1 400 m G. Richards 1er / 3 2 Greek Justice
30 avril Newmarket   Royaume-Uni 2000 Guineas 1 600 m G. Richards 1er / 15 8 Saravan
7 juin Epsom   Royaume-Uni Derby 2 400 m G. Richards 4e / 15 loin Pearl Diver
Juin Ascot   Royaume-Uni St James's Palace Stakes 1 600 m G. Richards 1er / 11 5 Tite Street
18 juillet Sandown   Royaume-Uni Eclipse Stakes 2 000 m G. Richards 2e / 5 1 ½ Migoli
Septembre Ascot   Royaume-Uni Knights Royal Stakes 1 600 m G. Richards 1er / 5 1 Vagabond

Au harasModifier

Tudor Minstrel a bien réussi au haras, donnant un vainqueur de Kentucky Derby, Tomy Lee, en 1959, mais aussi Sing Sing (numéro 1 des 2 ans anglais en 1959), King of the Tudors (Sussex Stakes, Eclipse Stakes), l'Américaine What a Treat (Alabama Stakes, Gazelle Stakes, Beldame Stakes) ou Toro (Poule d'Essai des Poulains). L'une de ses filles est en outre la deuxième mère du grand étalon Blushing Groom et une autre a donné le bon reproducteur Be My Guest. En revanche, si l'on retrouve son nom dans les pedigrees de Celtic Swing ou Ouija Board, via son petit-fils Welsh Pageant, sa descendance en lignée mâle est quasiment éteinte.

OriginesModifier

Tudor Minstrel est, avec Abernant, l'autre super crack issu du champion britannique Owen Tudor, qui remporta durant la guerre les substituts du Derby et de la Gold Cup, lesquels ne pouvaient se dérouler sur leur hippodrome respectifs, réquisitionnés par la guerre. Owen Tudor fut capable de donner des chevaux compétitifs sur un large éventail de distance, comme en témoigne aussi le champion Right Royal, vainqueur du Prix du Jockey Club et des King George VI & Queen Elizabeth Stakes.

L'origine maternelle de Tudor Minstrel est exceptionnelle. Sansonnet, la mère, fut une excellente poulinière puisqu'elle donna un autre classique, Neolight (par Nearco), lauréate des Cheveley Park Stakes, des Coronation Stakes, et qui prit un accessit d'honneur dans les 1000 Guinées. Sansonnet était la sœur de Fair Trial (par Fairway), l'un des bons chevaux de sa génération (Queen Anne Stakes, Select Stakes, troisième des Eclipse Stakes) et surtout un étalon de premier plan, champion sire en 1950 et broodmare champion sire l'année suivante, de The Black Abbot (par Abbot's Trace), vainqueur des Gimcrack Stakes et troisième des Champagne Stakes, et de Riot (par Colorado), qui donna une lauréate des Oaks, Commotion. Lady Juror, la mère de Sansonnet, Fair Trial, The Black Abbot et Riot, avait remporté les Jockey Club Stakes. Nous sommes là au cœur de la fameuse famille 9-c, l'une des plus brillantes de l'histoire du stud, puisque Lady Juror n'est autre que la sœur par Son-In-Law de la championne et jument-base Mumtaz Mahal, à l'origine d'une incomparable lignée de champions.

PedigreeModifier

Origines de Tudor Minstrel (GB), mâle bai foncé stallion, 1944
Père
Owen Tudor
1938 
Hyperion
1930 
Gainsborough Bayardo
Rosedrop
Selene Chaucer
Serenissima
Mary Tudor
1931 
Pharos Phalaris
Scapa Flow
Anna Bolena Teddy
Queen Elizabeth
Mère
Sansonnet
1933
Sansovino
1921
Swynford John O' Gaunt
Canterbury Pilgrim
Gondolette Loved One
Dongola
Lady Juror
1919
Son-In-Law Dark Ronald
Mother In Law
Lady Josephine Sundridge
Americus Girl (famille 9-c)[3]

RéférencesModifier

  1. « Tudor Minstrel Wins English Classic », Advocate,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. « The Age - Google News Archive Search », sur news.google.com (consulté le )
  3. « Thoroughbred Bloodlines - Crab Mare - Family 9-c »