Ouvrir le menu principal
Tsuyoshi Hasegawa
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nom dans la langue maternelle
長谷川毅Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Domicile
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Distinction
Shiba Ryotaro Prize (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Tsuyoshi Hasegawa (長谷川 毅, Hasegawa Tsuyoshi?), né en 1941[2], est un historien japonais, enseignant à l'université de Californie à Santa Barbara où il directeur du programme d'études sur la guerre froide. Il reçoit son Ph.D. de l'université de Washington en 1969[3].

Le domaine de recherche actuel de Hasegawa comprend l'histoire politique de la Révolution russe de 1917 et le relations nippo-soviétiques. Il lit et parle l'anglais, le japonais et le russe, ce qui lui donne une perspective différente dans le cadre de l'analyse des relations soviéto-nippo-américaines.

Sommaire

CarrièreModifier

Dans son ouvrage paru en 2005, Racing the Enemy, Hasegawa avance l'idée que les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki ne sont pas le principal facteur déterminant dans la décision japonaise de se rendre, mettant un terme à la Seconde Guerre mondiale et plus précisément aux opérations du théâtre du Pacifique. Au lieu de cela, Hasegawa considère décisives la rupture du pacte de neutralité par l'Union soviétique et la chute imminente de la Mandchourie et de la Corée consécutives à l'invasion soviétique de la Mandchourie[4]. Ce point de vue est en contraste avec les critiques précédentes des bombardements, qui affirment que l'objectif sous-jacent du président des États-Unis Harry S. Truman était de faire la démonstration de la puissance militaire des États-Unis comme moyen de dissuasion vis-à-vis des ambitions du dirigeant soviétique Joseph Staline. Hasegawa souligne à quel point la prise de décision japonaise était indépendante des attaques nucléaires. Par ailleurs, relève à partir de ce livre l'historien français Jean-Daniel Piquet Harry Truman entendait venger l'attaque surprise de Pearl Harbor et les maltraitances de prisonniers américains par "un peuple fourbe et cruel. A ce titre il envoya le 27 juillet 1945 "une injonction de capitulation sans conditions qu'il savait inacceptable pour les japonais désireux de garder leur monarchie et leur empereur"[5]. Selon l'historien britannique Geoffrey Jukes: « [Hasegawa] démontre de façon concluante que c'est la déclaration de guerre soviétique, pas les bombes atomiques, qui a forcé les Japonais à se rendre sans condition »[6].

James Maddox professeur d'histoire émérite à l'Université d'État de Pennsylvanie et auteur de Weapons for Victory: The Hiroshima Decision Fifty Years Late a critiqué son travail et déclaré que « La vérité est que Racing the Enemy... est basé sur des distorsions généralisées des documents sur lesquels il est fondé et ce que Hasegawa présente comme des faits ne s'avère souvent pas plus que les produits de sa propre imagination ». Maddox critique ensuite les sections du livre de Hasegawa dans lesquelles il croit que se trouvent des distorsions de faits[7].

Tsuyoshi Hasegawa est lauréat de l'édition 2006 du prix Yomiuri Sakuzō Yoshino pour son ouvrage Antō Stalin, Truman to nihonkōfuku (暗闘 スターリン、トルーマンと日本降伏)

PublicationsModifier

  • Racing the Enemy: Stalin, Truman, and the Surrender of Japan. The Belnap Press of Harvard University Press, 2006. (ISBN 978-0-674-01693-4)
  • The Northern Territories Dispute and Russo-Japanese Relations. Vol. 1: Between War and Peace, 1967–1985. Vol. 2: Neither War Nor Peace, 1985–1998. (Berkeley: International and Area Studies Publications, University of California at Berkeley, 1998.)
  • Edited with Jonathan Haslam and Andrew Kuchins, Russia and Japan: An Unresolved Dilemma between Distant Neighbors (UC Berkeley, International and Area Studies, 1993).
  • Roshia kakumeika petorogurado no shiminseikatsu [« Vie quotidienne à Petrograd durant la Révolution russe »] (Chuokoronsha, 1989).
  • The February Revolution of Petrograd, 1917 (U. Washington Press, 1981). Table of Contents, Precis.

Notes et référencesModifier

  1. Notice de la BnF
  2. Tsuyoshi Hasegawa, Racing the Enemy, inside cover.
  3. « Tsuyoshi Hasegawa », UCSB, Department of History (consulté le 23 mars 2008)
  4. Dominick Jenkins, « The bomb didn't win it », The Guardian, (consulté le 23 mars 2008)
  5. Jean-Daniel Piquet, « Tsuyoshi Hasegawa, Staline, Truman et la capitulation du Japon, La Course à la victoire, préface de Pieter Lagrou éditions de l’université de Bruxelles 2014, 337 p. », Cahiers d'histoire(Revue d'histoire critique) n°134-janvier-mars 2017, Dossier « L’Etat, objet d’histoire » 218 p., p.190-193.
  6. Geoffrey Jukes, « Review of Tsuyoshi Hasegawa, Racing the enemy: Stalin, Truman, and the surrender of Japan (2006) », St. Lucia, QLD, School of Languages and Comparative Cultural Studies, The University of Queensland, (ISSN 0818-8149)
  7. « April 12, 2006 Disputing Truman's Use of Nuclear Weapons- Again By Robert James Maddox »

Liens externesModifier

Source de la traductionModifier