Truinas

commune française du département de la Drôme

Truinas
Truinas
Vue aérienne de la commune au dessus du hameau de la mairie (mai 2019)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Drôme
Arrondissement Nyons
Intercommunalité Communauté de communes Dieulefit-Bourdeaux
Maire
Mandat
Serge Terrot
2020-2026
Code postal 26460
Code commune 26356
Démographie
Gentilé Truinasiens, Truinasiennes
Population
municipale
118 hab. (2018 en diminution de 13,87 % par rapport à 2013)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 34′ 46″ nord, 5° 05′ 18″ est
Altitude Min. 392 m
Max. 937 m
Superficie 8,64 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Dieulefit
Législatives Troisième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes
Voir sur la carte administrative de Auvergne-Rhône-Alpes
City locator 14.svg
Truinas
Géolocalisation sur la carte : Drôme
Voir sur la carte topographique de la Drôme
City locator 14.svg
Truinas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Truinas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Truinas

Truinas est une commune française située dans le département de la Drôme, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Truinas est située à 10 km au nord de Dieulefit.

Relief et géologieModifier

HydrographieModifier

 
Mare pour le bétail au nord de la commune de Truinas

La commune est arrosée par la rivière Rimandoule.

ClimatModifier

Voies de communication et transportsModifier

 
Plaque de cocher à Truinas.

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Selon la terminologie définie par l'Insee et le zonage publié en 2020, Truinas est une commune rurale car elle n'appartient à aucune unité urbaine[Note 1],[1],[2].

La commune est « hors attraction des villes »[3],[4].

Morphologie urbaineModifier

Hameaux et lieux-ditsModifier

  • Boutière.

LogementModifier

Projets d'aménagementModifier

Risques naturels et technologiquesModifier

ToponymieModifier

AttestationsModifier

Dictionnaire topographique du département de la Drôme[5] :

  • 1269 : castrum de Truiniaco (Valbonnais, II, 162).
  • 1281 : castrum de Truynatio (Valbonnais, II, 1106).
  • XIVe siècle : mention du prieuré : prioratus de Truynatio (pouillé de Die).
  • 1449 : mention du prieuré : prioratus de Triniaco (pouillé hist.).
  • 1450 : mention de la paroisse Saint-Marcel : cura de Sancto Marcello de Planis (Rev. de l'évêché de Die).
  • 1464 : Troynacium (archives de la Drôme, E 2511).
  • 1509 : mention de l'église paroissiale Saint-Marcel : ecclesia parrochialis Sancti Marcelli de Truinacio (visites épiscopales).
  • 1519 : mention du prieuré et de la paroisse : prioratus cum cura de Truinassio (rôle de décimes).
  • 1530 : Troynas (archives de la Drôme, E 5456).
  • 1619 : mention du prieuré et de la paroisse : le prioré cure de Truynas (rôle de décimes).
  • 1627 : Truinans (visites épiscopales).
  • 1644 : Truynas (visites épiscopales).
  • 1891 : Truinas, commune du canton de Bourdeaux.

ÉtymologieModifier

HistoireModifier

Du Moyen Âge à la RévolutionModifier

La seigneurie :

  • Au point de vue féodal, Truinas était une terre du fief des comtes de Diois puis des évêques de Die. Elle fut disputée aux comtes de Valentinois[6].
  • Elle fait partie du fief des commandeurs du Poët-Laval (ordre de Saint-Jean de Jérusalem) et de l'arrière-fief des comtes de Valentinois[5].
  • 1300 : possession des Chavanon[5].
  • La terre passe aux Eurre[5].
  • Milieu XVIe siècle : une partie des droits passe (par héritage) aux Brottin[5].
  • 1593 : une autre part passe aux Charency[5].
  • Milieu XVIIIe siècle : la part des Brottin passe aux Alrics[5].
  • Les Vesc succèdent aux Alrics[5].
  • Les Moreton de Chabrillan succèdent aux Vesc[5].
  • En 1789, les Moreton possèdent les trois quarts de la seigneurie. Le dernier quart appartient aux Armand de Blacons qui avaient succédé aux Charency[5].

Avant 1790, Truinas était une paroisse du diocèse de Die formant, avec celle des Comps, une communauté de l'élection, subdélégation et sénéchaussée de Montélimar.
Son église, dédiée premièrement à saint Marcel puis à saint Didier, était celle d'un prieuré de l'ordre de Saint-Benoît (de la dépendance de l'abbaye de Cruas) qui fut uni à la cure au début du XVIe siècle et dont le titulaire avait les dîmes de la paroisse.
L'église de Truinas ayant été ruinée avant 1633, le service paroissial se fit dès lors dans l'église du Poët-Célard[5].

De la Révolution à nos joursModifier

En 1790, la commune fait partie du canton de Bourdeaux[5].

Politique et administrationModifier

 
Mairie de la commune de Truinas.

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1871   ?    
1874   ?    
1878   ?    
1884   ?    
1888   ?    
1892   ?    
1896   ?    
1900   ?    
1904   ?    
1908   ?    
1912   ?    
1919   ?    
1925   ?    
1929   ?    
1935   ?    
1945   ?    
1947   ?    
1953   ?    
1959   ?    
1965   ?    
1971   ?    
1977   ?    
1983   ?    
1989 1995 Gustave Gabiller    
1995 2001 ?    
2001 2008 Serge Terrot DVG retraité (fonction publique)
2008 2014 Serge Terrot   maire sortant
2014 2020 Serge Terrot   maire sortant
2020 En cours
(au 21 décembre 2020)
Serge Terrot[7][source insuffisante]   maire sortant

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Politique environnementaleModifier

Finances localesModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[9].

En 2018, la commune comptait 118 habitants[Note 2], en diminution de 13,87 % par rapport à 2013 (Drôme : +4,05 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
204223209262277271289305305
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
335308318324310313322301289
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
259262243198202178176161139
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
12511780104107112131131122
2018 - - - - - - - -
118--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Services et équipementsModifier

EnseignementModifier

SantéModifier

Manifestations culturelles et festivitésModifier

LoisirsModifier

SportsModifier

MédiasModifier

CultesModifier

ÉconomieModifier

AgricultureModifier

En 1992 : céréales, lavande, fourrage, ovins, bovins, caprins[6].

  • Produits locaux : fromage Picodon[6].

TourismeModifier

 
Gîte rural

La commune dispose d'un gîte rural.

Revenus de la population et fiscalitéModifier

EmploiModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine culturelModifier

Patrimoine naturelModifier

 
Forêt.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Joseph Vacher (1869-1898 guillotiné) : ce tueur en série assassina Aline Alaise (13 ans) le .
  • Geneviève de Gaulle-Anthonioz (1920-2002) : résistante, déportée et présidente d'ATD Quart Monde, a rédigé La traversée de la nuit à Truinas[12].
  • André du Bouchet (1924-2001) : poète français, mort et enterré à Truinas.

Héraldique, logotype et deviseModifier

Truinas possède des armoiries dont l'origine et le blasonnement exact ne sont pas disponibles.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Une commune rurale est une commune n'appartenant pas à une unité urbaine. Les autres communes sont dites urbaines.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Base des unités urbaines 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  2. Vianney Costemalle, « Toujours plus d'habitants dans les unités urbaines », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  3. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  4. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc, Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur https://www.insee.fr/, (consulté le 2 décembre 2020)
  5. a b c d e f g h i j k et l J. Brun-Durand, Dictionnaire topographique du département de la Drôme, Paris, Imprimerie nationale, (lire en ligne), page 397
  6. a b c d e et f Michel de la Torre, Drôme, le guide complet de ses 371 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, (ISBN 2-7399-5026-8), Truinas
  7. http://www.mairesdeladrome.fr/annuaire/
  8. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  12. Frédérique Neau-Dufour, Geneviève de Gaulle-Anthonioz : l'autre de Gaulle, cerf, 2004, p. 218