Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Troubles en région autonome ouïghoure du Xinjiang

(Redirigé depuis Troubles en Région autonome ouïghoure du Xinjiang)
Troubles en région autonome ouïghoure du Xinjiang
Description de cette image, également commentée ci-après
Région autonome ouïghoure du Xinjiang
Informations générales
Date Depuis 1955en cours
(63 ans)
Lieu Xinjiang (Chine)
Issue En cours
Belligérants
Flag of the People's Republic of China.svg Chine Parti révolutionnaire du peuple du Turkestan oriental

Front révolutionnaire uni du Turkestan oriental (en)


Soutiens :
Drapeau de l'URSS Union soviétique (1969-1989)

Flag of the People's Republic of Mongolia (1940-1992).svg République populaire mongole (1960-1989)
Kokbayraq flag.svg Organisation de libération du Turkestan oriental

Flag of Turkistan Islamic Party.svg Parti islamique du Turkestan


Soutiens :
Flag of Jihad.svg Al-Qaïda
Flag of Tehrik-i-Taliban.svg Tehrik-e-Taliban Pakistan

Flag of Jihad.svg Mouvement islamique d'Ouzbékistan
Commandants
Flag of the People's Republic of China.svg Xi Jinping (depuis 2012)
Flag of the People's Republic of China.svg Mao Zedong (1945–1976)
Flag of the People's Republic of China.svg Deng Xiaoping (1981–1987)
Flag of the People's Republic of China.svg Jiang Zemin (1989–2002)
Flag of the People's Republic of China.svg Hu Jintao (2002–2012)
Yusupbek Mukhlisi (1969–1989) Flag of Turkistan Islamic Party.svg Abdullah Mansour

Flag of Turkistan Islamic Party.svg Hassan Mahsum
Flag of Turkistan Islamic Party.svg Abdul Haq al-Turkistani

Flag of Turkistan Islamic Party.svg Abdul Shakoor al-Turkistani
Carte du Xinjiang présentant la répartition des ethnies par préfecture. Le bleu correspond aux Ouïghours, le rouge aux Hans et le jaune aux Kazakhs.

La région autonome ouïghoure du Xinjiang est une région autonome de la république populaire de Chine qui fut créée par le gouvernement chinois le pour remplacer la province de Xinjiang. Après l'entrée de l'armée populaire de libération en 1949, la république du Turkestan oriental (1944-1949), qui occupait trois districts du nord de la province, fut supprimée. Depuis cette date, des organisations séparatistes ouïghoures se sont succédé au Xinjiang, réclamant l'indépendance de ce qu'elles nomment le Turkestan oriental ou Ouïghourstan. C'est ainsi que de nombreux troubles ont éclaté dans la région entre la population ouïghoure et le gouvernement chinois ; ce dernier refusant toute velléité indépendantiste et menant depuis 1955 une politique de sinisation du Xinjiang qui s'est accélérée dans les années 1990[1].

Sommaire

HistoireModifier

Le Xinjiang, ou Turkestan oriental, fut rattaché à l'empire chinois en 1759 mais deux régions de Xinjiang connurent au milieu du XXe siècle de courtes périodes de presque indépendance : l'ouest de Xinjiang de 1933 à 1934 et le nord de Xinjiang de 1944 à 1949. Après sa conquête par l'empire mandchou, et avant la création de la république populaire de Chine en 1949, la province manifesta un désir d'émancipation par l'intermédiaire de différents mouvements nationalistes issus principalement du panislamisme et du panturquisme[2]. En 1949 les Hans représentaient 6 % de la population de la région[3].

Après 1949 et l'intégration du Xinjiang à la RPC, les cadres communistes associèrent les élites musulmanes du Turkestan oriental au régime mais sans parvenir à enrayer le nationalisme ouïghour. Durant la Révolution culturelle, Mao opta pour des méthodes répressives et développa une véritable politique de sinisation avec l'implantation au Xinjiang de millions de Hans, l'ethnie majoritaire en Chine. La politique chinoise s'assouplit en 1978 avec l’arrivée de Deng Xiaoping mais les troubles s'intensifièrent en 1990 après le retrait de l'armée rouge d'Afghanistan et l'indépendance en 1991 de trois républiques musulmanes ex-soviétiques aux frontières orientales de la Chine. Avec les modèles tadjiks, kirghizes et kazakhs aux portes du Xinjiang, les aspirations séparatistes ouïghoures redoublèrent et les revendications prirent une dimension internationale avec l’accroissement du rôle joué par la diaspora.

Contentieux entre communauté ouïghoure et hanModifier

Au recensement de 2000, le Xinjiang comptait 19,2 millions d'habitants. L'ethnie ouïghoure représentait 45 % de la population, les Hans 41 %, les Kazakhs 7 %, les Huis 5 %, les Kirghizes 0,9 % et les Mongols 0,8 %[4]. Les Hans vivent principalement dans les villes où ils sont souvent majoritaires, ainsi dans la capitale Urumqi ils représentent 70 % de la population[5].

Le sinologue Jean-Luc Domenach indique qu'il y a eu de nombreuses révoltes des Ouïghours du fait d'un sentiment identitaire fort : « En fait, il y a un esprit de résistance des Ouïgours depuis que les Hans colonisent le Xinjiang ». Aujourd'hui les Ouïghours considèrent « que la progression de l'économie chinoise se fait à leurs dépens et facilite une domination croissante des Chinois sur leur population » [6].

Faits marquantsModifier

Entre 1987 et 1990, le Xinjiang connut plus de 200 attentats à la bombe, dirigés surtout contre des bâtiments officiels et des bureaux du contrôle des naissances[7]. En 1993, il y eut plus de 17 explosions dans la seule ville de Kachgar et en 1994 trois grosses explosions à Aksu[7]. En 1996, le gouvernement chinois lança une grande opération de lutte contre la criminalité qui se traduisit par une campagne de perquisitions et d'arrestations[7].

Événements récentsModifier

Le 10 mars 2008, le gouverneur de la province chinoise du Xinjiang, peuplée de turcophones musulmans, a annoncé avoir déjoué, lors d'une opération de police menée le 27 janvier contre un groupe séparatiste Ouïgour à Ürümqi, une tentative d'attentat islamiste contre les Jeux Olympiques. Selon Wang Lequan, ce projet d'attentat aurait été commandité par le Parti islamique du Turkestan, organisation terroriste basée en Afghanistan et au Pakistan. Le quotidien français Le Figaro précise que « la Chine n'a montré aucune preuve à charge » de cette affaire au cours de laquelle deux militants du groupe séparatiste furent tués et 15 arrêtés[9].

Plusieurs attentats ont été enregistrés dans cette région en 2008 dont celui du 4 août 2008 dans lequel 16 policiers Hans ont été tués. Les 23 et 24 mars, des manifestations d'indépendantistes ouïgours se sont déroulées dans la ville de Hetian, aussi appelé Khotan[10], rassemblant 1000 personnes, dont 600 ont été emprisonnées[11].

En novembre 2013 à Kachgar, l'agence de presse officielle Chine nouvelle rapporte la mort de 11 personnes dont 2 policiers lors de l'attaque d'un commissariat par des manifestants armés de haches[12].

Le 29 novembre 2014, 15 personnes sont tuées (dont 11 indépendantistes ouïgours) et 14 autres blessées à la suite d'une attaque dans le xian de Yarkand[13].

Le 18 septembre 2015, un groupe de ouïghours, armés de couperets et d'armes blanches, ont tué des douzaines de mineurs Han travaillant dans une mine de charbon de la région d’Aksou. La chasse à l'homme engagée par la police s'était soldée par la mort de 28 des assaillants[14]. La nouvelle ne fut divulguée qu'en novembre, après les attentats de Paris. Alors que pour la Chine ce massacre est un acte de terrorisme, la journaliste française Ursula Gauthier déclare que ce qui s'est passé au Xinjiang n'a rien de commun avec les attentats parisiens, affirmant que la violence des Ouïghours avait pour cause la politique de la Chine à l'égard de ses minorités ethniques[15]. À la suite de cet article Ursula Gauthier est expulsée, de facto, de Chine le 31 décembre 2015.

Camps de rééducation et répressionModifier

Dans les années 2010, des centaines de milliers de musulmans pratiquants ouïghours et kazakhs passent par des camp de rééducation chinois. L'idéologie communiste est inculquée aux détenus qui subissent des tortures et sont forcés à manger du porc et à boire de l'alcool[16],[17]. En mars 2017, le gouvernement chinois interdit le port du voile islamique pour les femmes et le port de barbes considérées comme « anormales » pour les hommes[18]. En avril 2017, il interdit pour les nouveaux-nés l'adoption de 29 prénoms musulmans, dont Mohammed, sous peine que les enfants concernés ne se voient refuser l'obtention du Hukou[18].

RéférencesModifier

  1. Assimilation forcée dans le Xinjiang chinois
  2. David D. Wang, East Turkestan Movement in Xinjiang, Journal of Chinese Political Science, Springer Netherlands, juin 1998.
  3. Source : Université de Laval (Québec)
  4. Le Xinjiang : repères, L'Express, 8 juillet 2009.
  5. Les Ouïghours manifestent à nouveau leur colère, RFI, 7 juillet 2009.
  6. Source : Le Figaro du 8 juillet 2009
  7. a, b et c Artoush Kumul, Le "Séparatisme" ouïgour au XXe siècle: Histoire et Actualité, Cahiers d'études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien, 2009
  8. Source
  9. « Pékin aurait déjoué un attentat contre les JO », Le Figaro, 10 mars 2008.
  10. Après les Tibétains, les Ouïghours
  11. Chine : manifestation de séparatistes musulmans
  12. Chine : deux policiers et neuf Ouïghours tués dans le Xinjiang Le Monde, 17 novembre 2013
  13. (en) China says 15 killed in "terrorist attack" in Xinjiang, AFP, 29 novembre 2014
  14. « Chine. Opérations antiterroristes tous azimuts dans le Xinjiang », Courrier International,‎ (lire en ligne).
  15. (en) Michael Forsythe,Journalist Says China May Expel Her for Article on Uighurs, The New York Times, 22 décembre 2015 : « Pushed to the limit, a small group of Uighurs armed with cleavers set upon a coal mine and its Han Chinese workers, probably in revenge for an abuse, an injustice or an expropriation, she wrote. »
  16. Du porc et de l'alcool pour punir les détenus : le scandale des "camps de rééducation" pour musulmans en Chine, Gentside, 19 mai 2018.
  17. D'ex-détenus témoignent des conditions atroces de "camp de rééducation" en Chine, RTBF.be, 17 mai 2018.
  18. a et b La Chine interdit des prénoms musulmans dans la province du Xinjiang, L'Express, 28 avril 2018.

Lien interneModifier

BibliographieModifier