Trophée de France

Trophée de France
Description de l'image Trophée_de_France.png.
Généralités
Sport Football
Création 1907
Disparition 1916
Autre(s) nom(s) Coupe de France (1916)
Organisateur(s) CFI
Éditions 9
Périodicité Annuelle
Nations Drapeau de la France France
Participants Entre 2 et 4
Statut des participants Amateur

Palmarès
Plus titré(s) Étoile des Deux Lacs (2)
Patronage Olier (2)
CA Paris (2)

Le Trophée de France est une compétition française de football, disputée chaque année entre 1907 et 1914, puis en 1916 (sous le nom de Coupe de France). Organisée par le Comité français interfédéral, elle met aux prises en fin de saison le champion de chacune des fédérations qui le composent.

HistoriqueModifier

L'enjeu de la compétition est un bouclier à l'ancienne offert par Pierre de Coubertin et confectionné par Charles Brennus[1] remis chaque année au lauréat du tournoi jusqu'en 1914. Chaque édition se déroule entre deux et quatre clubs parmi les champions de la Fédération gymnastique et sportive des patronages de France (FGSPF), de la Fédération cycliste et athlétique de France (FCAF), de la Ligue de football association (LFA), de l'Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA) et de la Fédération athlétique d'amateurs (FAA) participant à la compétition en matchs à élimination directe.

Le Trophée de France est d'abord surtout disputé par des clubs de fédérations mineures. Il faut attendre 1913 pour que le champion de l'USFSA, la principale fédération de l'époque, ne participe à la compétition, et que celle-ci ne prenne plus d'importance. Les clubs les plus titrés sont l'Étoile des Deux Lacs, le Patronage Olier et le Cercle athlétique de Paris avec deux victoires. La compétition s'arrête pendant la Première Guerre mondiale à la suite de la création par le CFI de la Coupe de France, première compétition de football en France ouverte à tous les clubs de toutes les fédérations.

 
Les champions de France militaires 1928 et le bouclier

Le "bouclier" offert par Pierre de Coubertin est remis chaque année à l'équipe lauréate avant d'être reconverti en 1914 après la victoire de l’Olympique Lillois. La plaque portant le palmarès est déposée au siège du CFI et le bouclier lui-même devient le trophée du championnat de France militaire de football. En 1916, c'est une coupe offerte par la ville de Paris qui récompense le vainqueur du tournoi réputé "Coupe de France" dans la presse. En 1945, un compte rendu du Conseil Fédéral indique qu’il apprend avec tristesse la disparition durant l’Occupation du Trophée offert par le baron Pierre de Coubertin[2].

Premières éditions, dominées par les patronages (1907-1910)Modifier

 
Plaque du Trophée de France.

La première édition a lieu en 1907[3]. Les deux premiers tournois concernent la FGSPF, la FCAF et la FAA qui se retire en définitivement en 1909, les deux autres équipes accédant directement à la finale ensuite. Jusqu'en 1910 la victoire n'échappe aux patronnages de la FGSPF qu'une fois.

En 1909 le représentant désigné par la FCAF l'emporte par forfait, les Bons gars de Bordeaux qui viennent de monter à Gentilly pour affronter victorieusement l'AJ Auxerre le 9 mai en championnat FGSPF[4],[5] ayant dû renoncer à refaire le voyage. Cette qualification pose débat au sein même de la FCAF : alors que la presse fait encore état de la J.A. Saint-Ouen en 1916[6], la plaque du trophée désigne expressement l'A.S. Alfortville. L'apparition des clubs de province au palmarès n'est pas moins retardée : la compétition reste bien parisienne.

Intégration de la LFA et de l'USFSA (1911-1914)Modifier

La Ligue de football association présidée par Jules Rimet rejoint le CFI en 1910 et le duel se poursuit entre les associations parisiennes affiliées à cette dernière et à la FGSPF jusqu'en 1913 où le CA Paris de la LFA doit se déplacer à Bordeaux pour affronter victorieusement le club local affilié à la FCAF.

En 1914, la compétition est remportée par l'Olympique lillois, champion de l'USFSA, qui a demandé son affiliation au Comité l'année précédente[7]. La finale à Paris oppose deux associations de province, la Vie au Grand Air du Médoc s'y qualifiant pour la seconde fois.

 
Le CA Paris vainqueur du Trophée de France, en 1913.

Fin de la compétition (1916)Modifier

Dès le début de la Première Guerre mondiale, les différentes fédérations arrêtent leurs compétitions habituelles et organisent à la place divers challenges. Le CFI attend 1916 pour remplacer son Trophée de France. Il crée une compétition nommée Coupe de France, basée sur le modèle du Trophée de France. Il est demandé à chaque fédération de désigner sa meilleure équipe. Il est entendu que cette Coupe de France est un trophée de guerre, en attendant que l'Olympique lillois puisse remettre son titre en jeu à la fin de la guerre[6], ce qui n'arrivera jamais.

La Coupe de France 1916 est remportée par l'Olympique[8],[note 1], qui remportera également, deux ans plus tard, la première Coupe Charles-Simon, compétition qui inaugure la formule de l'actuelle Coupe de France.

PalmarèsModifier

Palmarès par éditionModifier

Palmarès par édition du Trophée de France
Édition Vainqueur Fédération Finaliste Fédération Score Lieu de la finale
1907 Étoile des Deux Lacs (1/2) FGSPF FC Simiotin FASO/FAA[9] 8 – 3 Bordeaux
1908 Patronage Olier (1/2) FGSPF SM Puteaux FCAF 3 – 0 Livry-Gargan
1909 JA Saint-Ouen (1/1)[note 2]. FCAF Bons Gars FGSPF forfait
1910 Patronage Olier (2/2) FGSPF CA Vitry FCAF 2 – 0 Charenton-le-Pont
1911 CA Paris (1/2) LFA Étoile des Deux Lacs FGSPF 1 – 0 Charenton-le-Pont
1912 Étoile des Deux Lacs (2/2) FGSPF Red Star Amical Club LFA 3 – 1 Arcueil
1913 CA Paris (2/2) LFA Vie au Grand Air du Médoc FCAF 2 – 1 Bordeaux
1914 Olympique lillois (1/1) USFSA Vie au Grand Air du Médoc FCAF 4 – 1 Charenton-le-Pont
Palmarès par édition de la Coupe de France[note 1]
Édition Vainqueur Fédération Finaliste Fédération Score Lieu de la finale
1916 Olympique (1/1) LFA Étoile des Deux Lacs FGSPF 3 – 0 Saint-Ouen

Chronologie des fédérations participantesModifier

Tableau de confrontations entre les fédérationsModifier

Tableau de résultats
Résultats (▼dom., ►ext.) FGSPF FCAF FAA LFA USFSA
FGSPF 4-2 2-0 1-3
FCAF 0-3 1-1
FAA
LFA 0-1
USFSA
  • Victoire à domicile
  • Match nul
  • Victoire à l'extérieur

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b Cette Coupe de France remplace le Trophée de France pendant la Première Guerre mondiale et ne doit pas être considérée au palmarès du Trophée de France. Toutefois, cette compétition est clairement en continuité du Trophée de France.
  2. Il y a un doute sur le vainqueur car le tournoi s'est joué sur tapis vert. L'Auto donnera les années suivantes systématiquement la victoire à la Jeunesse athlétique de Saint-Ouen dans les articles de présentation de finales rappelant le palmarès de l'épreuve, tandis que sur la plaque du trophée est gravé AS alforvillaise.

Autres référencesModifier

  1. L'Auto, 25 avril 1914, p.5.
  2. Consulté le 21 novembre 2020
  3. Georges Duhamel, « Quand le football des patros était en vedette », Les Jeunes, no 8,‎ , p. 2-3 (lire en ligne)
  4. Robert Hervet (préf. François Hébrard), La FSF de 1898 à 1948, Paris, , 173 p. (OCLC 66302325), p. 128
  5. Les Jeunes : 15 mai 1909
  6. a et b « La Coupe de France », L'Auto, no 5585,‎ , p. 1 (lire en ligne)
  7. L'Olympique Lillois est champion de France
  8. « La coupe de France », sur gallica.bnf.fr, Les Jeunes, n° 5, Paris, Fédération gymnastique et sportive des patronages de France, (consulté le 17 novembre 2020)
  9. Le football en Aquitaine avant 1919 p. 15

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Julien Sorez (préf. Jean-François Sirinelli), Le football dans Paris et ses banlieues : Un sport devenu spectacle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Histoire », , 412 p. (ISBN 978-2-7535-2643-3)  
  • Jean-Philippe Bouchard et Alain Constant, Un siècle de football, Calmann-Lévy, (ISBN 2-7021-3616-8)  
  • Alfred Wahl, Les archives du football : Sport et société en France (1880-1980), Gallimard, , 364 p. (ISBN 2070716031)
  • Coll., 100 ans de football en France, Paris, Atlas, 1982
  • (de) Pierre Cazal, « Landersmeisterchaften: Frankreich », in Fussball-Weltzeitschrift, N°23 (1994), p.15-41

Articles connexesModifier