Trolleybus optimisation du système d'alimentation

Le trolleybus optimisation du système d'alimentation abrégé TOSA est un système de bus articulé électrique sur batteries, avec recharge périodique aux arrêts du parcours. Il dispose d'une plus grande autonomie qu'un bus électrique conventionnel sans être tributaire d'une ligne aérienne de contact comme les trolleybus.

Bus TOSA à Vernier-Gare/Renfile sur la ligne 23.
Le bras repliable situé sur le toit, guidé par un capteur laser pour le branchement, est visible.

Signification du nomModifier

À l'origine, le sigle TOSA fait référence aux quatre partenaires : les Transports publics genevois, l'Office de la promotion industrielle, les Services industriels de Genève et le groupe ABB. Le terme est maintenant un rétroacronyme pour trolleybus optimisation du système d'alimentation.

DescriptionModifier

Les batteries situées sur le toit sont d'une capacité plus réduites que pour un bus électrique traditionnel. Elles sont rechargées au terminus en 3 à 4 minutes (200 kW). Un dispositif de charge complémentaire est installé dans une potence qui surplombe chaque arrêt ; il est utilisé en fonction des besoins, pendant 15 secondes.

À son terminus, il se recharge en 3 - 4 minutes en puissance de 200 kW et en 30 minutes lorsqu'il se trouve au centre de maintenance.

Il est capable de rouler sur une distance de 10 à 15 kilomètres sans aucune recharge de ses batteries, ce qui lui est fort utile en cas de déviations de son parcours ou pour rejoindre son centre de maintenance[1].

Les coûts pour ce type de trolleybus s'approchent donc du bus diesel, avec des coûts de maintenance inférieurs[2],[3],[4],[5].

Plusieurs modèles de potences de recharge existent. L'un d'entre eux a été conçu par l'architecte Nicolas Brun, alors encore étudiant à la Haute Ecole du Paysage, d'Ingénierie et d'Architecture de Genève. Sa création supportant le système de recharge allie légèreté, robustesse et performance économique.

Dans le mondeModifier

SuisseModifier

Première mondialeModifier

En 2014, TOSA est présenté en première mondiale à l’exposition de l’Union internationale des transports publics (UITP). Son prototype TOSA, fabriqué par ABB Sécheron sur un bus Hess, a circulé jusqu'en sur un tronçon de ligne entre l’aéroport de Genève et Palexpo desservi par les transports publics genevois où s'est tenue l’exposition de l’UITP.

Un système de bus électrique rechargeable, appelé Gyrobus, a déjà circulé en Suisse entre les villes d'Yverdon-les-bains et Grandson de 1953 à 1960.

Exploitation commercialeModifier

En 2016, les Transports publics genevois (TPG) signent deux contrats pour 28 millions de francs suisses au total, dont 13,9 millions pour l'entreprise Hess et 10,1 millions pour ABB afin d'équiper sa ligne 23 (Carouge-Tours-Vernier-Le Grand-Saconnex-Aéroport-P47) de douze nouveaux bus électriques, et treize stations de recharge rapide, ont été inaugurés le [6] et deux véhicules sont mis en service le [7],[8]. Des problèmes de fiabilité ont nécessité de retirer du service les deux véhicules afin que le constructeur puisse procéder à des tests et de fiabiliser le TOSA ; trois véhicules seront mis en service le , la totalité de la série le sera à la fin du mois de mars[9].

FranceModifier

Le constructeur français Power Vehicle Innovation a développé le Watt System, semblable au précédent[10].

La SEMITAN a mis en service à Nantes, 22 e-BusWay Hess lighTram 25 TOSA (numérotés 201 à 222, bi-articulés, d'une longueur de 24,5 m) sur la ligne de BusWay no 4[11],[12]. Le premier exemplaire (n°201) fut présenté en au public nantais[13] avant d'être présenté au BusWorld 2019[14] à Bruxelles. Le premier jour de circulation avec voyageur fut le avec le numéro 203[15]. Chacun des 22 véhicules possède une livrée différente au dessus des vitres, crée par des artistes du Voyage à Nantes. La mise en service des véhicules se faisant de façon progressive, les Mercedes-Benz Citaro G BHNS au gaz naturel de la ligne 4 roulent en compagnie des bus Hess avant d'être redéployés sur la ligne Chronobus C5 qui deviendra pour l'occasion, la ligne n°5 de BusWay en 2020[16].

Notes et référencesModifier

  1. https://www.bus-tram-geneve.ch/site//?s=TOSA
  2. Large-capacity, flash-charging, battery-powered pilot bus takes to the street (incluye video de funcionamiento real en las calles).
  3. Current collectors for electric busses
  4. A Giant Charger That Juices Up Electric Buses in Three Minutes
  5. Ultrafast Electric Bus Charging
  6. Dejan Nikolic, « Genève espère marquer l’histoire de la mobilité durable », sur https://www.letemps.ch, (consulté le 5 décembre 2017)
  7. Adrià Budry Carbó, « A Genève, ABB veut prévenir les pannes de bus », sur https://www.letemps.ch, (consulté le 5 octobre 2017)
  8. « Le bus électrique TOSA va transporter ses premiers passagers », sur https://www.swissinfo.ch, (consulté le 5 décembre 2017)
  9. « Les bus électriques TOSA de retour sur les routes genevoises dès lundi », sur https://www.rts.ch, (consulté le 9 mars 2018)
  10. PVI, Focus on WATT System
  11. Presse Océan, « Nantes. Le constructeur Hess choisi pour les futurs e-Busways de 24 m », Presse Océan,‎ , p. 1 (lire en ligne, consulté le 21 juin 2017)
  12. https://www.hess-ag.ch/fileadmin/user_upload/Hess/Bus/lighTram/lighTram25/Flyer_lighTram25/Flyer_lighTram25TOSA_Nantes_FR_Web.pdf
  13. Frédéric Brenon, « Nantes: Le nouvel e-busway se dévoile (mais ne roulera qu'en février) », sur 20minutes.fr, (consulté le 10 décembre 2019)
  14. Olivier Meyer, « Busworld 2019 : autobus électriques », sur transbus.org (consulté le 10 décembre 2019)
  15. Julie Urbach, « VIDEO. Nantes: Ça y est! Les nouveaux e-busways ont débarqué sur la ligne 4 », sur 20minutes.fr, (consulté le 10 décembre 2019)
  16. (en) « Nantes launches e-busway with bi-articulated buses », sur urban-transport-magazine.com (consulté le 10 décembre 2019)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier